En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L'Union européenne envisage d'exclure la Hongrie et la Pologne du fonds européen de relance

02.

Ce que le nouveau record atteint par le Bitcoin préfigure pour l’avenir du système bancaire

03.

Crise économique : l'OCDE prévoit que la planète va se redresser en 2021... sauf l'Europe qui restera à la traîne. Mais pas par hasard

04.

Valéry Giscard d'Estaing : « Brexit ou pas, l'Europe à 28 n’est pas gouvernable sans réformes profondes... »

05.

Covid-19 : les anciens présidents américains Barack Obama, George W. Bush et Bill Clinton sont prêts à se faire vacciner en direct

06.

Michel Onfray a contracté la Covid-19

07.

Et maintenant les skieurs... Qui arrêtera le gouvernement dans sa folle (et sanitairement vaine) dérive sur les libertés publiques ?

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

03.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

04.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

05.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

06.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

01.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

02.

Valéry Giscard d’Estaing, le plus grand président de la Ve République après De Gaulle

03.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

04.

Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger

05.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

06.

Socle citoyen : l’Assemblée nationale vote pour l’exploration d’un revenu universel qui ne dit pas son nom mais demeure une très bonne idée

ça vient d'être publié
Montrer l’exemple
Covid-19 : les anciens présidents américains Barack Obama, George W. Bush et Bill Clinton sont prêts à se faire vacciner en direct
il y a 4 heures 58 min
pépite vidéo > Politique
Allocution présidentielle
Retrouvez l’intégralité du discours d’Emmanuel Macron en hommage à Valéry Giscard d’Estaing
il y a 5 heures 51 min
pépite vidéo > Politique
Disparition de VGE
Mort de Valéry Giscard d’Estaing : retrouvez l’analyse de Jean-Sébastien Ferjou dans "Soir Info"
il y a 7 heures 12 min
pépites > Media
Déprogrammation
Mort de Valéry Giscard d'Estaing : Emmanuel Macron décide de reporter son entretien à Brut de 24 heures
il y a 12 heures 21 min
pépites > Europe
Grisbi
L'Union européenne envisage d'exclure la Hongrie et la Pologne du fonds européen de relance
il y a 12 heures 50 min
pépites > Politique
Hommage du chef de l’Etat
Mort de Valéry Giscard d'Estaing : Emmanuel Macron s'exprimera à 20 heures pour lui rendre hommage
il y a 13 heures 35 min
pépite vidéo > Politique
Hommage
Mort de Valéry Giscard d’Estaing : retrouvez les cinq moments-clés de sa vie politique
il y a 15 heures 28 min
décryptage > Justice
Suites judiciaires

Attaque contre un producteur de rap : mais à quoi servira vraiment l'emprisonnement de deux des quatre policiers violents ?

il y a 16 heures 8 min
décryptage > France
Ministre de l'Intérieur

Petit monde parisien contre M. et Mme Toutlemonde en province : l’opinion se construit-elle vraiment comme le défend Gérald Darmanin ?

il y a 16 heures 43 min
décryptage > Politique
Mort de l'ancien chef de l'Etat

Valéry Giscard d’Estaing, le plus grand président de la Ve République après De Gaulle

il y a 17 heures 48 min
pépites > Santé
Conférence de presse
Covid-19 : Jean Castex confirme que « la vaccination sera gratuite pour tous »
il y a 5 heures 25 min
pépites > Politique
Hommage à l’ancien chef de l’Etat
Décès de Valéry Giscard d'Estaing : Emmanuel Macron décrète un jour de deuil national le mercredi 9 décembre
il y a 6 heures 20 min
pépites > Santé
Menaces pour la course aux vaccins
IBM alerte sur des cyberattaques en série sur la chaîne logistique des vaccins contre la Covid-19
il y a 8 heures 28 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Sarkozy coache Darmanin, Macron tance ses ministres; Hidalgo n’a aucune ambition mais un sens du devoir pour la France; Le Point s’inquiète des milliards de l’argent magique du Covid, Marianne des vaccins
il y a 12 heures 36 min
pépites > Santé
Campagnes de tests
L'Assemblée nationale se prononce en faveur du dépistage systématique du Covid-19
il y a 13 heures 8 min
décryptage > France
Conseil supérieur de l’audiovisuel

Contrôle de l’accès au porno des mineurs : le CSA étale son inculture technique

il y a 15 heures 4 min
décryptage > France
Gardiens de la paix

Police, une institution à bout de souffle… républicain ?

il y a 15 heures 54 min
décryptage > Science
Recherche scientifique

Cette découverte du programme d’intelligence artificielle de Google qui révolutionne la biologie et la médecine

il y a 16 heures 16 min
décryptage > Europe
Vision européenne

Valéry Giscard d'Estaing : « Brexit ou pas, l'Europe à 28 n’est pas gouvernable sans réformes profondes... »

il y a 17 heures 20 min
pépites > Finance
L'après coronavirus
Coronavirus et économie : la fin du «quoi qu’il en coûte» divise l'entourage présidentiel
il y a 17 heures 51 min
© FREDERICK FLORIN / AFP
© FREDERICK FLORIN / AFP
Bonnes feuilles

Le dur quotidien d’une femme seule parmi les Compagnons du devoir

Publié le 01 septembre 2019
"On ne bâtit pas de cathédrales avec des idées reçues" (éditions Kero) est un récit sur l’univers méconnu et énigmatique des Compagnons et une réflexion sur les discriminations de genre – le point de vue revigorant d’une femme de poigne, alors que l’on assiste à un retour en grâce des métiers manuels. Extrait 2/2
Lucie Branco
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lucie Branco a été la première femme reçue Compagnon du Devoir, comme tailleur de pierres. Elle a 42 ans et vit aujourd’hui à La Rochelle. Après avoir été formatrice technique et experte métier, elle s’apprête aujourd’hui à y exercer des fonctions d...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
"On ne bâtit pas de cathédrales avec des idées reçues" (éditions Kero) est un récit sur l’univers méconnu et énigmatique des Compagnons et une réflexion sur les discriminations de genre – le point de vue revigorant d’une femme de poigne, alors que l’on assiste à un retour en grâce des métiers manuels. Extrait 2/2

Évidemment, je suis la seule femme au milieu de dizaines d’hommes. Je mets clairement ma féminité de côté pour m’intégrer. Puisqu’il s’agit, jusqu’à preuve du contraire, du territoire des hommes, je me moule dans leurs coutumes. Ce n’est pas nouveau pour moi, cela fait déjà quelques années que j’ai pris ce pli. Je parle comme eux, je me comporte comme eux. Quand j’entends des remarques sur mon physique, je décide de ne pas m’y arrêter. Je veux faire ma place et tant pis si cela signifie ricaner de ma condition. Je participe presque moi-même parfois à ce dénigrement des femmes. Je me persuade qu’il ne s’agit que d’un humour maladroit, je deviens indulgente avec ces dérapages sexistes. Je donne presque des circonstances atténuantes à ces hommes que je bouscule finalement dans leurs habitudes. Pourtant, le bâillon sur la petite voix au fond de moi se desserre parfois. Quand, excédée d’avoir souri à neuf blagues misogynes, j’aboie sur le collègue qui prononce la dixième, il me réplique que je ne sais pas rire. Les hommes ne mesurent pas à quel point c’est épuisant pour une femme de faire face à ces fanfaronnades de corps, de ricaner en dépit de ce qu’on pense au fond de nous ou de monter soudain en tension pour se défendre. Mes collègues d’alors n’avaient jamais eu à se poser ces questions : ils avaient toujours bénéficié du confort d’être entre eux.

Je vis la réalité de la minorité au quotidien dans mon travail, seule parmi des dizaines d’hommes. Dans le chaudron parisien et la diversité des profils qu’il brasse, il m’arrive aussi de me retrouver dans des situations de la vie quotidienne qui redoublent ma colère. Je vis à l’époque à Villepinte et je prends le RER B pour me rendre sur le chantier. Un matin, un homme en costume-cravate s’assoit à côté de moi, sur un strapontin. Je regarde dans le vide, mal réveillée, quand je sens que la personne à côté de moi s’agite. Je me tourne vers mon voisin et fais un mouvement de recul instantané. Je réalise que, caché derrière son attaché-case, il se masturbe.

Et puis il y a ces moments dans lesquelles une femme peut devenir une proie. J’en fais l’amère expérience un soir. Je partage un repas avec des partenaires qui travaillent autour du chantier. La soirée est très arrosée et les allusions graveleuses se multiplient. Je fulmine. Je suis la seule femme, comme d’habitude. Excédée, je finis par lever mon verre « aux grandes gueules et aux petits faiseurs ». Je vois alors le regard de certains hommes changer. Ils s’avancent vers moi et baissent leur pantalon en me prenant à partie  : « Tu vas voir si nous sommes des petits faiseurs ! » Les autres ricanent en voyant leurs collègues en caleçon. L’un d’eux finit par calmer le jeu. Ce soir-là, à chaque fois que je veux partir, ils me rattrapent par le col, d’autorité. Ils ne me touchent pas mais jouent avec la peur qu’ils voient s’installer chez moi. Je finis par réussir à rentrer. Je suis chamboulée par cette soirée, mais j’en parle peu autour de moi. Je me sens coupable d’avoir bu, d’avoir été là. Ce fameux sentiment que racontent tant de femmes agressées, d’avoir peut-être « un peu cherché » la situation.

Ce soir-là, ces hommes en meute se sentaient tout puissants. Désinhibés par l’alcool, ils avaient perdu toute moralité. Évidemment je me suis longtemps dit que je l’avais échappé belle. L’homme qui a calmé le jeu a eu cette présence d’esprit, le réflexe de la protection du plus faible, car c’est bien le statut que j’avais ce soir-là. Un signal s’est allumé dans sa tête en voyant les autres se rapprocher de la ligne rouge. Trop peu d’hommes, quand ils sont témoins de sexisme éhonté et de situations qui dérapent, sont capables de dire aux autres membres du groupe : « Stop, ça va trop loin, ce n’est pas drôle » ou « Laisse-la tranquille, ça suffit ». Ils baissent les yeux, se taisent, rient parfois de concert, même s’ils trouvent cela minable, de peur peut-être de perdre la face. Encore plus quand ces hommes sont leurs amis, leurs collègues, voire parfois leurs supérieurs. J’espère sincèrement que les petits garçons d’aujourd’hui deviendront des adultes qui seront capables de mettre l’intérêt des femmes au-dessus de ces attitudes de clan.

À l’inverse, certains hommes sur le chantier sont trop paternalistes avec moi. L’un d’eux semble s’affoler dès que je soulève une charge. Il ne me laisse rien faire seule parce qu’il a peur que je me fasse mal au dos. Je dois lui prendre la disqueuse des mains, je dois m’emporter pour qu’on me laisse travailler et prouver que je ne suis pas une petite fille qui cherche quelqu’un qui fera le travail pour elle. Sur ce chantier, je subis finalement les différents prismes du patriarcat : du collègue le plus cynique qui pense qu’il peut me taper sur l’épaule pour se foutre des gonzesses au collègue trop protecteur, qui agit comme un père anxieux et refuse, sans même en prendre conscience, de me considérer son égale m’entravant ainsi dans mes progrès.

Extrait de "On ne bâtit pas des cathédrales avec des idées reçues" de Lucie Branco, publié aux éditions Kero

Pour acheter le livre sur Amazon, cliquez ici

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
evgueniesokolof
- 10/09/2019 - 10:26
qu'est ce qu'elle vient chialer cette greluche?
Si ce monde ne lui convient pas, qu'elle rejoigne celui des activités inutiles voire parasitaires qui peuplent le tertiaire: les logues et autres travailleurs sociaux vivant de l'argent public. 20% des actifs (agriculture, industrie, transports, construction...) font vivre le reste( tertiaire surtout non marchand ) et dans le premier les 3/4 des actifs sont des hommes quand dans le second ce sont les femmes qui dominent! Ras le bol de la féminardise!
Fazende
- 01/09/2019 - 16:38
commentateurs, vous avez raison
de mettre les pieds dans le plat.. j'ai eu tort d'exprimer une pensée interrogative alors qu'il s'agit ici (voir feuillet 1/2) d'un cas particulier.
Vous avez raison de souligner que cette "excentricité" nouvelle à vouloir les places des hommes ne peut qu'engendrer un malaise ! Ne souffrez aucunement : le féminin est loin de disparaitre... Le gouvernement Hollande puis celui-ci, innommable, accentuent le sujet non en tant que péripéties mais fond de commerce pour cacher bien d'autres vérités...

Un commentaire devrait se tourner sept fois en bouche avant d'être exprimé.; J'ai eu tort... YES
jurgio
- 01/09/2019 - 16:19
Un titre bizarre qui n'a rien à voir avec le labeur
Ce sont des métiers que les hommes ont créés et les associations masculines sont anciennes. Ils ont leurs propres problèmes. Pourquoi ne pas créer un groupe de femmes ? On attendrait plutôt de celles-ci autre chose, comme des travaux que les hommes ne peuvent pas bien faire ou ne font pas. C'est une mode actuelle de s'inviter... et de se plaindre, puisque c'est toujours aux prédécesseurs de résoudre les difficultés. Le plus inquiétant est l'obstination à ignorer la sexualité ... mais c'est une autre sujet. Lequel disparaîtra quand la femme aura trouvé la pharmacopée qui réduise les hommes trop entreprenants à ne désirer que lorsqu'on en aura besoin pour son propre désir. Les robots... mais c'est un autre sujet...