En direct
Best of
Best of du 19 au 25 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

COVID-19 : mais où en est la Chine ?

02.

Ce qui se passe vraiment lorsqu’un parfait inconnu devient un ami proche quasi instantanément

03.

Pour la France, la dette est magique, plus on en fait, plus on s’enrichit... alors pourquoi se priver ?

04.

Trump - Biden : un débat chaotique qui ne devrait pas changer les lignes

05.

La délinquance de jeunes venus pour la plupart du Maghreb explose à Paris

06.

Les écologistes ont oublié qu'il faut du vent pour faire tourner les éoliennes

07.

La coupe est pleine. Insurrection ? Désobéissance ? Révolte ? Les PME et TPE ont-elles encore le choix ?

01.

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

02.

Yannick Noah se fait plaquer; Julien Doré réfléchit à l'adoption d'un enfant avec Francis Cabrel, Jean Dujardin & Nathalie Péchalat en attendent un 2éme: Kanye West pense être le Moïse du peuple noir, Carla Bruni que Nicolas S. écrit comme Balzac

03.

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

04.

Santé mentale : ces millions de Français que la pandémie fait chanceler ou s’écrouler en silence

05.

La coupe est pleine. Insurrection ? Désobéissance ? Révolte ? Les PME et TPE ont-elles encore le choix ?

06.

Les écologistes ont oublié qu'il faut du vent pour faire tourner les éoliennes

01.

Eric Zemmour condamné pour injure et provocation à la haine

02.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

03.

Louis Hausalter : "L'histoire de Marion Maréchal éclaire l’état de décomposition et de recomposition du paysage politique"

04.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

05.

Les écologistes ont oublié qu'il faut du vent pour faire tourner les éoliennes

06.

Plongée dans les coulisses de l’organisation de la Convention de la droite : l'engagement de Marion Maréchal et Eric Zemmour en faveur de l’union des droites

ça vient d'être publié
pépites > Défense
Guerre
L'Azerbaïdjan va combattre jusqu'au "retrait total" des Arméniens du Karabakh
il y a 1 heure 7 min
décryptage > Politique
CAMPAGNE ÉLECTORALE

LR intermittent : mais à quoi a donc joué Gérard Larcher pendant les sénatoriales ?

il y a 2 heures 17 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Cabaret Louise" de Régis Vlachos : quand l'histoire de la révolutionnaire Louise Michel est revisitée, complètement décalée, avec des incursions en mai 1968 et avec les Gilets jaunes

il y a 3 heures 34 min
light > High-tech
Pas Perdu
Un système d'adresse gratuit pour localiser avec précision n'importe quel endroit dans le monde
il y a 4 heures 14 min
Bulles
Une marque de champagne propose un millésime 2010 bien que cette année-là soit considérée comme à oublier
il y a 4 heures 58 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

A la découverte des Emirats arabes unis

il y a 6 heures 3 min
light > Economie
Crise
Disney supprime 28.000 emplois sur 100.000 employés dans ses parcs aux USA
il y a 6 heures 43 min
décryptage > Science
Imagination

Bonne nuit les petits (cyborgs) : le MIT développe une technologie pour téléguider les rêves

il y a 7 heures 12 min
light > High-tech
Sécurité
Amazon One : un nouveau système de paiement en magasin, un scanner qui analyse votre main
il y a 7 heures 37 min
décryptage > Economie
Espoir

Les ménages américains ont connu un boom de leur pouvoir d’achat pendant les années 2010. Voilà les leçons que l’Europe pourrait en retenir

il y a 8 heures 11 min
pépites > Justice
Mesures de restrictions
Covid-19 : la justice confirme la fermeture des bars et des restaurants à Aix-en-Provence et à Marseille
il y a 1 heure 35 min
pépites > Politique
Rapport
Soupçons de détournement de fonds publics : le conseil régional d'Ile-de-France visé par des perquisitions
il y a 2 heures 36 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Mon Cousin" de Jan Kounen : l’enfant terrible du cinéma français s’est amusé à "lifter" les codes des films de duos à la Francis Veber

il y a 3 heures 56 min
pépites > France
Affolement sur les réseaux sociaux
Détonation à Paris : un avion a franchi le mur du son
il y a 4 heures 25 min
light > Société
Croc Top
55% des Français se prononcent pour une interdiction des tee-shirts laissant apparaître le nombril dans les lycées
il y a 6 heures 3 min
décryptage > Politique
A voté

Oui, il faut abaisser à 16 ans l’âge du droit de vote

il y a 6 heures 37 min
décryptage > Société
Etincelles

Ce qui se passe vraiment lorsqu’un parfait inconnu devient un ami proche quasi instantanément

il y a 6 heures 58 min
pépite vidéo > Politique
Démocrates Vs Républicains
Présidentielle américaine : retrouvez le premier débat entre Donald Trump et Joe Biden
il y a 7 heures 27 min
décryptage > International
Course à la Maison Blanche

Trump - Biden : un débat chaotique qui ne devrait pas changer les lignes

il y a 7 heures 45 min
pépites > International
Ring
Trump face à Biden : un pugilat confus, un match de boxe, plutôt qu'un débat
il y a 8 heures 27 min
© PHILIPPE HUGUEN / AFP
© PHILIPPE HUGUEN / AFP
Mauvaise nouvelle

Chiffres de la construction : tant va la cruche à l’eau...

Publié le 28 août 2019
Selon les chiffres du gouvernement dévoilés ce matin concernant la construction de logements neufs ces derniers mois, seulement 115.500 permis de construire ont été accordés entre mai et juillet 2019, soit un déclin de 4,1% par rapport à l'an dernier.
Henry Buzy-Cazaux
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Henry Buzy-Cazaux est le président de l'Institut du Management des Services Immobiliers.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Selon les chiffres du gouvernement dévoilés ce matin concernant la construction de logements neufs ces derniers mois, seulement 115.500 permis de construire ont été accordés entre mai et juillet 2019, soit un déclin de 4,1% par rapport à l'an dernier.

Comment juger de la pertinence et de la qualité d’une politique du logement ? Depuis l’arrivée d’Emmanuel Macron, on sent bien que son aptitude à moins investir, assimilée à la compétence de moins dépenser, est un atout apprécié : en deux ans de finances, l’exécutif aura rogné de l’ordre de 2 milliards sur l’allocation budgétaire du logement, sabrant dans les aides personnelles comme dans les aides financières et fiscales. On mesure aussi qu’un ministre doit réformer, à en oublier que certains choix fonctionnaient et avaient fait leurs preuves. Au début, on a également eu l’impression qu’un ministre devait se méfier des corps intermédiaires, perçus comme de dangereux influenceurs à la solde d’intérêts catégoriels, dût-on se priver de précieux capteurs posés sur le réel.

Il reste que tous les ministres en charge du logement ont toujours été appréciés sur leurs résultats en matière de construction neuve. Pourquoi ? Lubie ? Erreur ? Non : répondre aux besoins passe évidemment par l’abondement de l’offre et par voie de conséquence par la production et l’augmentation du parc résidentiel. Certes, le critère quantitatif ne suffit pas : il est nécessaire de construire là où les ménages veulent vivre, avec des prix accessibles à la majorité, et en apportant des réponses différenciées selon les populations, des plus démunis aux plus aisés. En tout cas, la toise du nombre d’unités de logement programmés -les permis de construire et les mises en chantier effective- et de logements bâtis et commercialisés -les mises en vente- est majeure. Force est de constater que les pouvoirs publics du moment ont échoué et lourdement échoué selon ce critère : les contreperformances viennent d’être mises au jour par le gouvernement lui-même : les ventes ont baissé de près de 15% par rapport à 2018, les maisons individuelles accusant même une chute de plus de 33%.

On pourrait espérer que, passé le traumatisme de voir en décembre 2017 le prêt à taux zéro, le dispositif Pinel et les aides personnelles réduites, les promoteurs et les constructeurs repartiraient d’un bon pied et relanceraient la machine : rien de tout cela et les indicateurs avancés ne rachètent pas les indicateurs instantanés d’activité commerciale. Le ministère de la ville et du logement rend publics ce matin des chiffres bien sombres, historiquement sombres : une chute de 8,6% des permis de construire en un an et de 4,5% pour les mises en chantier. Qui plus est, ces moyennes cachent une disparité importante, avec des régions qui accusent une baisse plus importante encore de la production...et où les besoins sont considérables : le -17,5% de PACA est terrible, comme le -11,7% en Auvergne-Rhône Alpes, le -8,4% de l’Occitanie et le -9,2% en Ile-de-France.

L’heure de l’étiologie et du diagnostic a sonné. L’exercice est malheureusement facile : le gouvernement et la majorité parlementaire ont mis la charrue avant les bœufs. Les aides de toutes sortes n’ont été concédées depuis trente ans que parce que la cherté croissante des terrains, le poids des normes, l’incurie de l’aménagement du territoire et la concentration de l’attractivité dans les seules métropoles ont fini par creuser un fossé béant entre les prix de sortie des logements et la solvabilité des ménages. On est même parvenu à ce résultat peu glorieux qu’au cours des douze derniers mois le prix du neuf ait cru en moyenne plus que le prix de l’existant, dont les dérèglements sont patents, avec des surchauffes douloureuses dans toutes les grandes agglomérations. Commencer par retirer les calmants sans traiter les causes est criminel et le crime a été commis. Le gouvernement vient ainsi tout juste de missionner un député, Jean-Luc Lagleize, pour proposer des dispositions de nature à faire baisser le prix des terrains. La loi ELAN vient d’être promulguée, qui pose le principe d’une simplification des normes de construction et apporte tant d’autres mesures pour faciliter l’acte de produire des logements.

Et puis il y a la dégradation des relations entre l’État et les maires, ces élus qui délivrent les autorisations de construire et qui le font beaucoup moins depuis que la promesse électorale -d’un bon rapport...- de supprimer la taxe d’habitation les a privés de 34% de leurs ressources. On lit qu’une fois de plus les candidats au renouvellement de leur mandat municipal, un an avant l’échéance, auraient commencé à ne plus signer de permis de construire : un maire bâtisseur serait un maire potentiellement battu, tenu responsable de bouleverser les grands équilibres de sa commune. Le problème est que cette fois l’anticipation aura été de deux années, pour preuve qu’elle a puisé ses causes ailleurs. Cet ailleurs est l’espace de mésestime que l’État macronien a créé avec les maires. Ils ne savent toujours pas comment la privation de près de 30 milliards due à la fin de la taxe d’habitation sera compensée ni à quelle hauteur. Ce n’est pas tout ! Les maires ont été stigmatisés pour leurs indemnités, et parmi eux ceux des petites et moyenne communes entre tous. Le débat de la loi ELAN a encore remis sur le tapis la confiscation des prérogatives urbanistiques, au profit de l’intercommunalité mais aussi au profit des préfets, qui sauraient sans doute mieux ce qui est bon pour la population. Enfin, la réforme autoritaire du mouvement HLM a affecté les élus municipaux, qui pour beaucoup participent à la gouvernance des offices publics locaux.

On entend que le Président de la République, dans un élan de profonde contrition, irait cette année au Congrès des maires. On a compris aussi que la nomination de Jacqueline Gourault au portefeuille de ministre en charge des collectivités locales était tactique : cette ancienne sénatrice du Cher entretient avec les élus des relations empreintes à la fois de compétence et d’affection. Il était temps.

Les chiffres de la construction n’étonnent aucun observateur avisé du secteur du logement. Les acteurs avaient prévenu et ils n’ont pas été entendus, parce qu’ils n’ont pas été écoutés. Le pire serait que le gouvernement s’entête et que le projet de loi de finances pour 2020 poursuive le travail de sape sans discernement engagé en 2017. Le pire serait que le retour de flamme pour les maires fût feint et qu’ils s’aperçoivent à la fin que l’exécutif, constitué de femmes et d’hommes jamais élus pour la plupart, ne les aime pas vraiment et qu’au fond on assiste à une palinodie qui ne dit pas son nom sur la décentralisation. Il serait salutaire en revanche qu’Emmanuel Macron, par calcul ou par vertu, se dise qu’il est en train d’hypothéquer la fin de son mandat, sur laquelle il sera jugé plus que sur le début, en se privant du soutien de l’activité du logement, génératrice d’emplois et de satisfaction pour les ménages électeurs. On sait déjà qu’un permis de construire qui n’est pas délivré ce mois-ci, c’est un logement qui ne sera pas livré dans les trois à cinq années qui suivent... Il est peut-être déjà trop tard, mais l’opinion apprécierait le repentir et le mettrait au crédit du Président. Persévérer dans l’erreur ne pardonnerait en tout cas pas au plan politique.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
assougoudrel
- 29/08/2019 - 17:46
En parlant de cruche
Le travail de sape du logement a commencé avec elle, l'ex-ministre du logement du gros nain Hollande, Cécile Duflot.
moneo
- 29/08/2019 - 17:19
Attendez la suite
il parait que l'on va obliger les propriétaires de passoire thermiques à dépenser pour sauver la planète/heu?ceux qui sont dans cette situation le sont parce qu'ils sont fauchés.... et l 'Etat va les obliger à depenser l'argent qu'ils n ont pas et/ ou leur voler leurs passoires pour sauver la planète .. et je ne parle pas des HLM..

De toutes facons aujourd'hui il faut dans de nombreux cas que le promoteur construise à ses frais 25% de logements sociaux . ce qui augmente d'autant le prix des logements non sociaux construit en voisinage immédiat.Vous connaissez beaucoup de gens prêts payer plein pot un appartement et avoir pour voisins de s HLM peuplés de nouveaux arrivants? moi pas ..... mais bon ça n'engage que moi
Olivier62
- 29/08/2019 - 16:59
L'immobilier, secteur pathologique
Le secteur de l'immobilier est, comme beaucoup de choses en France, totalement pathologique. Il y a beaucoup de problèmes : inflation de normes délirantes, fiscalité confiscatoire, délais d'achat et de vente très excessifs (les notaires mettent 3 mois à faire les documents de vente, alors que ce n'est qu'un travail de petit secrétariat !), aides en tout genre qui aboutissent à faire cadeau à des investisseurs de leur biens par les déductions fiscales et les loyers, poids énorme de l'immigration (15 millions de gens à loger gratis...). Mais le problème principal dont on se garde bien de parler est la baisse du niveau de vie couplée à une augmentation parfois délirante des prix même pour des biens médiocres. Mais M. Macron fait la politique de la finance internationale, il se fout royalement du reste.