En direct
Best of
Best of du 21 au 27 mars
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

02.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

03.

Confinement : petits trucs et astuces pour préserver la rapidité de votre accès Internet par temps de surcharge

04.

Coronavirus : pourquoi votre groupe sanguin a une influence sur votre risque d'être infecté

05.

Procédures contre les responsables publics : ce qui sera juridiquement possible (ou pas)

06.

Attention chiffre choc : et le nombre réel de policiers pour assurer le confinement et l’ordre public dans Paris n’est plus que de...

07.

Les secrets du modèle coréen : des masques et des tests pour tout le monde, mais pas de confinement ni de vie privée

01.

Julien Assange est désormais... une marque

01.

Que ferons-nous de la France post-coronavirus ?

02.

Covid-19 : l'Aide sociale à l’enfance au bord de l'explosion

03.

1050 milliards pour la BCE, 700 milliards de dollars pour le budget américain, 50 milliards d’euros pour le Français… d’où vient tout cet argent ?

04.

Saint-Denis, ville ouverte : ouverte au coronavirus !

05.

Covid-19 et confinement strict : pourquoi une résurgence du virus est inévitable

06.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

01.

Coronavirus : la plus grande crise économique de tous les temps… ou pas. Car les armes existent pour la contrer

02.

Aussi inquiétante que le Covid-19, la crise de la raison ? Gourous et boucs émissaires font leur retour

03.

Chloroquine : les doutes qui pèsent sur la rigueur de l’étude du professeur Raoult expliqués par un biostatisticien

04.

Que ferons-nous de la France post-coronavirus ?

05.

Lutte contre le Coronavirus : ces failles intellectuelles qui fragilisent la méthode française

06.

Covid-19 et confinement strict : pourquoi une résurgence du virus est inévitable

ça vient d'être publié
décryptage > Finance
Nerf de la guerre

Crise de trésorerie généralisée : tensions (évitables) sur le secteur bancaire

il y a 16 min 22 sec
rendez-vous > Media
Revue de presse people
Béatrice Dalle se marie à nouveau, Katy Perry & Orlando Bloom décalent; Daniel Craig veut tout claquer avant de mourir; Kim Kardashian : sex-exploitée par sa mère ?; Angelina Jolie repart en guerre contre Brad
il y a 1 heure 19 min
light > Culture
Fin du confinement ?
Olivier Py reste optimiste pour la prochaine édition du Festival d’Avignon en juillet 2020
il y a 12 heures 30 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La fin de l'amour" d'Eva Illouz : quand Tinder, grand centre commercial de rencontres, détrône la cour amoureuse

il y a 13 heures 49 min
pépites > International
Lutter contre un retour du virus
Covid-19 : la Chine décide de fermer temporairement ses frontières aux étrangers
il y a 16 heures 59 min
light > France
Changement d’heure
Malgré le confinement, n’oubliez pas le passage à l’heure d’été ce week-end
il y a 18 heures 44 min
pépites > Politique
Face à la vague
Covid-19 : Edouard Philippe alerte contre "la vague extrêmement élevée" qui "déferle"
il y a 19 heures 45 min
décryptage > Politique
Ami entends-tu...

Et Didier Guillaume lança un appel à l'armée des ombres !

il y a 21 heures 8 min
pépites > Europe
Nouvelle personnalité
Royaume-Uni : le Premier ministre Boris Johnson a été testé positif au coronavirus
il y a 21 heures 47 min
décryptage > Politique
Conséquences politiques

Philippe Gosselin : "Nous avons refusé que l’équivalent des pleins pouvoirs soient votés pour le Premier ministre. Mais nous devons rester vigilants"

il y a 23 heures 52 min
décryptage > Science
Hécatombe

Coronavirus : et voilà ce qui se serait passé si on n’avait rien fait contre l’épidémie

il y a 34 min 11 sec
décryptage > Santé
Nembro

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

il y a 1 heure 35 min
pépites > International
ONG
SOS Chrétiens d'Orient : libération de trois otages français en Irak
il y a 13 heures 15 min
pépite vidéo > France
Victimes françaises
Covid-19 : "les visages d’une tragédie"
il y a 15 heures 56 min
pépites > Politique
Deux semaines de plus
Coronavirus : Edouard Philippe officialise le prolongement du confinement jusqu’au 15 avril
il y a 17 heures 26 min
pépites > Religion
"Urbi et Orbi"
Vatican : le pape François va présider une prière planétaire et bénir le monde entier face au Covid-19
il y a 19 heures 10 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand le bulldog baille et quand les clous d’or piquent le ciel : c’est l’actualité reconfinée des montres
il y a 20 heures 20 min
pépite vidéo > Santé
Immense tristesse
Julie, 16 ans, est la plus jeune victime du Covid-19 en France
il y a 21 heures 18 min
décryptage > Europe
Commission européenne

Union européenne : l’intérêt général otage des bien-pensants ?

il y a 22 heures 49 min
décryptage > Social
Impact de la crise sanitaire

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

il y a 1 jour 8 min
© HOW HWEE YOUNG / POOL / AFP
© HOW HWEE YOUNG / POOL / AFP
Diplomatie

Venue de Mohammad Javad Zarif au G7 : beaucoup de bruit pour rien ?

Publié le 28 août 2019
Au lendemain de la visite surprise de Mohammad Javad Zarif, le ministre des affaires étrangères iranien, au G7, la presse française, notamment le quotidien Le Monde, saluait un « coup de maître » de la part d'Emmanuel Macron. Mais le compliment n'est-il pas un peu exagéré ?
Ardavan Amir-Aslani est avocat et essayiste, spécialiste du Moyen-Orient. Il tient par ailleurs un blog www.amir-aslani.com, et alimente régulièrement son compte Twitter: @a_amir_aslani.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ardavan Amir-Aslani
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ardavan Amir-Aslani est avocat et essayiste, spécialiste du Moyen-Orient. Il tient par ailleurs un blog www.amir-aslani.com, et alimente régulièrement son compte Twitter: @a_amir_aslani.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Au lendemain de la visite surprise de Mohammad Javad Zarif, le ministre des affaires étrangères iranien, au G7, la presse française, notamment le quotidien Le Monde, saluait un « coup de maître » de la part d'Emmanuel Macron. Mais le compliment n'est-il pas un peu exagéré ?

Au lendemain de la visite surprise de Mohammad Javad Zarif, le ministre des affaires étrangères iranien, au G7, la presse française, notamment le quotidien Le Monde, saluait un « coup de maître » de la part d'Emmanuel Macron. Mais le compliment n'est-il pas un peu exagéré ?

Certes, l'arrivée du ministre iranien n'était pas prévue au programme du G7, qui réunissait ce weekend à Biarritz l'Allemagne, le Canada, la France, l'Italie, le Japon, le Royaume-Uni... et surtout les Etats-Unis. Cette visite avait donc toute l'apparence d'un formidable coup d'éclat diplomatique, compte tenu des vives tensions entre Iraniens et Américains depuis leur retrait de l'accord de Vienne en mai 2018. 

Prévenu la veille, Donald Trump ne s'était pas opposé à la venue de Zarif, rappelant que s'il restait ouvert à un dialogue avec les Iraniens, celui-ci intervenait trop tôt à son goût. Il était donc d'emblée hors de question pour lui de discuter avec l'invité surprise. Or, c'est précisément ce qu'Emmanuel Macron visait avec ce pari très audacieux : créer un déclic chez les Américains pour qu'ils acceptent d'engager un dialogue. Concrètement, cette discussion n'a pas eu lieu.

Si Emmanuel Macron a réussi à faire accepter la présence du ministre des affaires étrangères iranien au président américain, et à ne pas subir de tweet incendiaire ou insultant de sa part, le bilan de l'opération semble relativement maigre. Zarif n'est resté à Biarritz que cinq heures, le temps de discuter avec son homologue français Jean-Yves le Drian et avec le président français... avec lesquels il s'était déjà entretenu à Paris deux jours plus tôt. Le ministre iranien a également pu échanger avec des diplomates mineurs allemands et britanniques. Somme toute, les échanges ne se sont faits qu'avec des pays qui ont gardé des relations claires et ouvertes avec les Iraniens. 

Pourtant, lors de la conférence de presse qui clôturait le G7 hier en fin de journée, Emmanuel Macron a néanmoins affirmé que « les conditions d'une rencontre et donc d'un accord » entre Donald Trump et Hassan Rohani étaient désormais réunies. Que penser de cette déclaration qui va à l'encontre de tout ce qu'on a pu observer ?

Depuis plus d'un an, l'Union européenne s'est montrée très faible dans l'affrontement qui oppose l'Iran aux Etats-Unis. Les multiples solutions proposées pour que les sanctions américaines n'affaiblissent pas l'économie iranienne ont été rapidement délaissées, ou se sont montrées inefficaces. Cependant, le sommet du G7 à Biarritz a démontré le leadership de la France pour mener la diplomatie européenne sur la scène internationale. La Grande-Bretagne, déterminée à aller jusqu'au bout du Brexit et à sortir de l'Union européenne fin octobre, et l'Allemagne fragilisée par sa situation économique et le départ d'Angela Merkel, n'ont plus le même poids que par le passé. La France peut désormais jouer un rôle d'honnête courtier et de médiateur pour que les relations entre Américains et Iraniens s'apaisent et que le dialogue reprenne. 

Elle a effectivement posé les premiers jalons en la matière lors de ce G7, avec un succès qu'il convient pour l'instant de relativiser. Certes, Donald Trump n'est pas parti en claquant la porte. Emmanuel Macron a même eu l'habileté de le flatter en évoquant son tempérament « qui est de faire des accords », pour le convaincre d'accepter une rencontre avec le président iranien, et même un sommet consacré à la négociation d'un nouvel accord sur le nucléaire. 

Néanmoins, les réponses du président français sur les futures négociations avec les Iraniens démontrent quel parti il a choisi de prendre, et ce n'est pas le leur. Emmanuel Macron a nié que les signataires originels de l'accord de Vienne n'avaient pas tenu leurs engagements, contrairement à ce qu'affirme l'Iran. Il semble par ailleurs approuver très clairement la méthode de l'administration Trump de « pression maximale », qui affaiblit gravement l'économie iranienne et fait souffrir le peuple iranien, allant même jusqu'à déclarer : « Cette situation est l'aspect positif : créer une pression pour améliorer les termes d'un accord ! » Il soutient enfin sans arrière pensée la principale exigence des Américains, à savoir l'impossibilité pour l'Iran d’enrichir de l’uranium... ce qui en ferait le seul Etat au monde à se voir frappé d'une telle interdiction. Est-là la position de neutralité attendue d'un pays qui s'affirme comme médiateur ?

Par ailleurs, si Donald Trump n'a pas infirmé la déclaration d'Emmanuel Macron, il l'a commentée de façon extrêmement brouillonne devant les journalistes, évoquant notamment une « ligne de crédit garantie par le pétrole » pour inciter les Iraniens à négocier, affirmant tout à la fois ne pas vouloir de changement de régime à Téhéran, que l'Iran était à son arrivée à la Maison-Blanche « le premier Etat parrain du terrorisme dans le monde », que l'argent reçu dans le cadre de l'accord de Vienne – dont les montants ont été très faibles, rappelons-le – a servi « à des fins malveillantes »... On sait surtout que les Américains baignent dans l'ambiguïté la plus totale vis-à-vis de l'Iran, entre la ligne dure de l'administration Trump représentée par John Bolton et Mike Pompeo, qui voudraient aller jusqu'au conflit, et la ligne du président lui-même, peu enclin à entraîner les Etats-Unis dans une nouvelle guerre au Moyen-Orient, mais déterminé à obtenir un nouvel accord avec les Iraniens... plus intéressant pour les Américains. Si Emmanuel Macron affirme sa volonté de voir s'organiser une rencontre entre Iraniens et Américains dans les prochaines semaines, Trump maintient qu'il entamera son propre dialogue au moment opportun, d'autant qu'il n'a jamais été opposé à l'idée de rediscuter avec les Iraniens sans condition préalable. 

La manœuvre diplomatique du président français, qui a réaffirmé la position prédominante de la France sur la scène internationale, apparaît donc très belle, mais elle trahit une certaine naïveté vis-à-vis des relations diplomatiques et surtout, une méconnaissance de la situation politique iranienne.

Peut-on réellement penser que les Iraniens se sentiront à l'aise à une table des négociations où les autres pays soutiennent ouvertement la position américaine, et font la sourde oreille à leurs arguments et demandes légitimes ? En outre, le président français s'illusionne sur la réalité du pouvoir politique en Iran. Celui-ci est divisé entre les réformateurs d'un côté – dont font partie Mohammed Javad Zarif et Hassan Rohani – et les conservateurs de l'autre, qui n'ont sans doute pas vu d'un bon œil ce déplacement du ministre des affaires étrangères. Néanmoins, ce ne sont malheureusement plus les réformateurs qui décident de la destinée du pays. Le fait même que Zarif est fait part de la demande de l'Iran de pouvoir vendre 700 000 barils de pétrole par jour est un aveu de faiblesse, et la preuve que les sanctions américaines fonctionnent. Par ailleurs, le Guide Suprême Ali Khamenei rappelle inlassablement que la République islamique ne cédera pas sur trois points : l'enrichissement d'uranium, la question des missiles balistiques et la présence militaire iranienne au Moyen-Orient. Soit les trois points qui posent problème aux Américains. Dès lors, quelle serait la marge de négociation iranienne dans le cadre de nouvelles discussions ? 

Cette fin de G7 fut certes un joli coup de poker de la part du président français, qui a surtout servi habilement son image et sa communication. Mais dans les faits, cette visite de Zarif et les déclarations qui s'en sont suivies n'ont que très peu de chances de faire progresser le dossier du nucléaire iranien... du moins en faveur de l'Iran. Le couperet est tombé aujourd’hui avec le refus du Président iranien, surement sous la pression du Guide et des conservateurs, de rencontrer le Président américain tant que les sanctions US n’étaient pas levées. Imaginer qu’une telle rencontre aurait été possible sans l’aval du Guide Khamenei relevait de l’amateurisme.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Mots-clés :
Iran, G7, Emmanuel Macron
Thématiques :
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

02.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

03.

Confinement : petits trucs et astuces pour préserver la rapidité de votre accès Internet par temps de surcharge

04.

Coronavirus : pourquoi votre groupe sanguin a une influence sur votre risque d'être infecté

05.

Procédures contre les responsables publics : ce qui sera juridiquement possible (ou pas)

06.

Attention chiffre choc : et le nombre réel de policiers pour assurer le confinement et l’ordre public dans Paris n’est plus que de...

07.

Les secrets du modèle coréen : des masques et des tests pour tout le monde, mais pas de confinement ni de vie privée

01.

Julien Assange est désormais... une marque

01.

Que ferons-nous de la France post-coronavirus ?

02.

Covid-19 : l'Aide sociale à l’enfance au bord de l'explosion

03.

1050 milliards pour la BCE, 700 milliards de dollars pour le budget américain, 50 milliards d’euros pour le Français… d’où vient tout cet argent ?

04.

Saint-Denis, ville ouverte : ouverte au coronavirus !

05.

Covid-19 et confinement strict : pourquoi une résurgence du virus est inévitable

06.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

01.

Coronavirus : la plus grande crise économique de tous les temps… ou pas. Car les armes existent pour la contrer

02.

Aussi inquiétante que le Covid-19, la crise de la raison ? Gourous et boucs émissaires font leur retour

03.

Chloroquine : les doutes qui pèsent sur la rigueur de l’étude du professeur Raoult expliqués par un biostatisticien

04.

Que ferons-nous de la France post-coronavirus ?

05.

Lutte contre le Coronavirus : ces failles intellectuelles qui fragilisent la méthode française

06.

Covid-19 et confinement strict : pourquoi une résurgence du virus est inévitable

Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Benvoyons
- 29/08/2019 - 12:17
La volonté de faire reprendre des négociations repose que sur le
seul fait d'obtenir qu'aucune Bombe Atomique ne sera construite.
Mais les volontés contre Israël ne disparaitront pas en effet mais sans Bombe Atomique c'est mieux pour la Région même pour Israël.
D'ailleurs j'ai toujours pas compris cette volonté Iranienne de vouloir mettre une Bombe Atomique sur Israël & que les pays limitrophes ( Liban, Jordanie, Gaza, etc..) ( qui auront à supporter aussi les dégâts humains de la Bombe Iranienne & même plus par la Réponse Israélienne qui ira jusqu'en Iran) applaudissent hystériquement des 2 mains au lieu de dire à l'Iran stop. Maintenant faut croire que la Religion Iranienne représente bien le contenu du Coran avec cette volonté de dominer le monde en trucidant tous ceux qui ne se convertissent pas à l'Islam.
Après 600ans des paroles de Jésus nous pouvons percevoir que Muhammad n'a pas entendu les paroles d'Allah mais bien celles de Satan.
Le Coran est une immense régression sur l'Humanité.
hoche38
- 29/08/2019 - 09:20
Donald n'est pas si méchant!
Il semblerait que le président américain ait autorisé Emmanuel Macron à entretenir une palabre avec l'Iran à condition, bien sûr, que cela ne l'engage en aucune façon. Cette gentille attention de la part "du Donald", comme l'appelait Madame Clinton avec toute l'élégance d'une aristocrate de Chicago, montre au moins qu'il sait ne pas tout prendre au sérieux.
Gpo
- 28/08/2019 - 11:17
Merci pour votre lucidité
Tout ce tapage..très couteux pour nos impôts et nous pauvres contribuables, Juste pour que le freluquet se pose en coq planétaire est à vomir...