En direct
Best of
Best of du samedi 9 au vendredi 15 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

02.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

03.

Capucine Anav & Alain-Fabien victimes de la santé d'Alain Delon, les hebdos people très inquiets pour celle de Catherine Deneuve. Et pour la sécurité du bébé de Nabilla (aux mains d'UN baby sitter sorti de prison); Kate & Meghan s'ignorent ouvertement

04.

Nintendo Switch : l'UFC-Que choisir dénonce "l'obsolescence programmée" des manettes

05.

Retraites : le modèle suédois ne va pas si mal que ça, merci

06.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

07.

Le surprenant silence du Hamas dans l’affrontement entre Israël et djihad islamique palestinien

01.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

02.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

03.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

04.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

05.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

06.

Retraites : le modèle suédois ne va pas si mal que ça, merci

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

05.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

06.

Cette nouvelle ère politique que vient s’ouvrir avec la marche contre l’islamophobie

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

SOS Europe en détresse ?

il y a 1 heure 14 min
décryptage > Santé
Danger

Les super bactéries font encore plus de morts qu’on le croyait

il y a 2 heures 33 sec
décryptage > Politique
Sectarisme à tous les étages

Ce discret courant souterrain qui fragilise puissamment nos démocraties

il y a 2 heures 17 min
décryptage > Economie
Un but bien défini

La politique économique de Trump, une politique parfaitement prévisible

il y a 2 heures 34 min
décryptage > International
Automne chinois

Hong Kong ou l’illustration que la Révolution de velours tchèque ne serait plus possible 30 ans après ?

il y a 2 heures 35 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

il y a 2 heures 36 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

Le libéralisme : seul véritable humanisme

il y a 2 heures 37 min
décryptage > Histoire
Ave Zemmour !

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

il y a 2 heures 37 min
décryptage > Economie
Préjugés

Pascal Salin : "Nombre de Français sont allergiques au libéralisme car ils ignorent l’amélioration de leur vie qu’apporterait un vrai libéralisme"

il y a 2 heures 40 min
Pas bien
Un tiers des Français avoue avoir déjà fraudé son assurance
il y a 20 heures 14 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Dérèglement climatique : ce que la technologie pourrait apporter pour contenir les incendies géants
il y a 1 heure 32 min
décryptage > France
Un an déjà

Acte 53 des Gilets jaunes : statu quo en attendant décembre

il y a 2 heures 11 min
décryptage > International
Moderne... mais féroce

En Arabie Saoudite, « réforme » rime avec « répression »

il y a 2 heures 34 min
décryptage > France
Agriculture

Revenus désastreux des agriculteurs : et si les banques étaient juridiquement en partie responsables ?

il y a 2 heures 35 min
décryptage > Histoire
Bonnes feuilles

Comment la momie de Ramsès II a bénéficié d'une "seconde jeunesse" grâce à une exposition organisée à Paris en 1976

il y a 2 heures 36 min
décryptage > International
Bonnes feuilles

L'habile stratégie de Xi Jinping pour placer la Chine au centre de l'échiquier mondial

il y a 2 heures 37 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Les moyens efficaces pour lutter contre le cancer, LA maladie du XXème siècle qui pourrait être vaincue dans les prochaines décennies

il y a 2 heures 37 min
décryptage > Environnement
Effet collatéral

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

il y a 2 heures 37 min
light > High-tech
Jeu de vilains
Nintendo Switch : l'UFC-Que choisir dénonce "l'obsolescence programmée" des manettes
il y a 19 heures 58 min
light > Société
Transports
Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels
il y a 20 heures 31 min
© IAN LANGSDON / POOL / AFP
© IAN LANGSDON / POOL / AFP
Des taux en hausse !

Popularité d’Emmanuel Macron : une accalmie, mais pas encore une inversion de courbe

Publié le 27 août 2019
La côte du Président de la République, plutôt stable, montre que les Français attendent encore les résultats des grandes manœuvres du début de l'année.
Bruno Cautrès est chercheur CNRS et a rejoint le CEVIPOF en janvier 2006. Ses recherches portent sur l’analyse des comportements et des attitudes politiques. Au cours des années récentes, il a participé à différentes recherches françaises ou européennes...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Cautrès
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Cautrès est chercheur CNRS et a rejoint le CEVIPOF en janvier 2006. Ses recherches portent sur l’analyse des comportements et des attitudes politiques. Au cours des années récentes, il a participé à différentes recherches françaises ou européennes...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La côte du Président de la République, plutôt stable, montre que les Français attendent encore les résultats des grandes manœuvres du début de l'année.

La rentrée politique 2019 n’est en rien comparable à la rentrée 2018 pour Emmanuel Macron et l’été 2019 fut nettement plus paisible pour le chef de l’Etat. Plusieurs paramètres semblent en effet aller dans une direction positive pour lui : remontée de popularité dans la foulée du Grand débat national, baisse du chômage, agenda international favorable. Mais n’est-ce pas une accalmie fragile, voire précaire ? Le feu couve toujours sur le front de la crise sociale et plusieurs dossiers délicats sont à l’ordre du jour : retraites, fonction publique, lycées, assurance chômage, entre autres ! Si le Grand débat national et les propositions du chef de l’Etat ont en partie répondu, tout reste à faire. Il en va de même au plan de la demande démocratique dont la crise des Gilets jaunes a révélé l’ampleur.

La dernière livraison du baromètre de L’Observatoire de la politique nationale réalisé par BVA pour Orange, RTL et La Tribune révèle toute l’ambivalence du rapport des Français à Emmanuel Macron et à son action. Le Président de la République marche toujours, mais il marche, comme un funambule, sur une corde raide et étroite : toute faute de carre (comme l’on dit en ski, certes ce n’est pas de saison…) pourrait l’entraîner vers le bas à nouveau. Le rétablissement de sa popularité est réel mais il est partiel, limité, fragile. L’impopularité continue de dominer (66% de mauvaises opinions). Une donnée est proprement fascinante du point de vue de l’analyse des dynamiques de l’opinion publique : la popularité d’Emmanuel Macron (34% d’opinions positives), à mi-chemin entre celle de François Hollande et celle de Nicolas Sarkozy au même moment de leurs mandats, ne suit pas la même logique. L’opinion semble marquer le pas à propos d’Emmanuel Macron, être toujours en attente (notamment après les annonces qui ont suivi le Grand débat national), même si la tendance de cette attente est au doute, voire à la déception. Emmanuel Macron réalise régulièrement des figures de style périlleuses, des triple salto (comme son implication assez incroyable dans le Grand débat national), la corde tangue, frôle le sol et se retend mais sans que cela ne semble lui permettre de rétablissement définitif.

Le public qui assiste à la course après le temps à laquelle se livre Emmanuel Macron (nous sommes déjà à mi-mandat !) continue en tout cas d’être terriblement clivé à propos du spectacle et de l’artiste. Les données de l’enquête BVA, réalisée lors de la rentrée du Conseil des ministres, montrent une opinion publique presque congelée à propos d’Emmanuel Macron : rien n’a bougé pendant les vacances ! L’analyse des réponses à une question ouverte sur l’image qu’ont les Français d’Emmanuel Macron est à cet égard éloquente. En utilisant l’arsenal des techniques quantitatives d’analyse des données textuelles, on ne découvre qu’un paysage déjà bien familier : tout oppose ceux dont l’opinion est la plus favorable et ceux dont elle est la plus défavorable à propos d’Emmanuel Macron.

L’opposition est frontale, sociologique et politique : d’un côté, une France des retraités et des seniors, plutôt aisée ou très aisée, des hommes surtout, qui ont d’Emmanuel Macron l’image du jeune réformateur qui ose là où les autres ont échoué ; de l’autre côté une France des classes moyennes ou populaires, entre 25 et 50 ans, des salariés à niveaux de revenus faibles ou médians, des femmes, qui ne voient dans Emmanuel Macron que « le Président des riches » qui ne se soucie pas du « peuple », des « gens », des « pauvres » ou des « démunis ». A l’intérieur de chacun de ces deux camps, des lignes de front politiques sont fortement affirmées : les plus favorables au chef de l’Etat ont voté pour lui, se disent proches de LaREM, du Modem ou de l’UDI, utilisent un répertoire laudatif pour parler de sa personne (« intelligent », « courageux », « volontaire ») et des verbes d’action (« il veut », « il essaie », « il fait », « il ose ») ; les plus négatifs, viennent surtout des rangs de l’électorat de Marine Le Pen et du RN, mais aussi de la France insoumise, ils continuent d’associer à Emmanuel Macron l’image du « monarque » ou du « roi » dont ils veulent la « destitution », les thèmes sociaux prennent de l’ampleur (« Ephad » ou « soigner »), la référence aux Gilets jaunes est toujours là. Les verbatims des opinions négatives continuent, comme avant l’été, d’être plus diversifiés que ceux des opinions positives.

D’autres dimensions politiques s’expriment bien entendu dans les données de l’enquête BVA ; sans être aussi fortement élogieuses que celles du centre-droit, les opinions des électeurs de François Fillon ou des sympathisants LR sont régulièrement positives sur les réformes économiques tout en critiquant certains choix et doutant néanmoins des effets réels; sans être aussi durement négatives que celles du RN ou de LFI, les opinions des électeurs de gauche sont assez, voire très, critiques sur la question des inégalités sociales tout en reconnaissant (mezza vocce) l’engagement présidentiel.

Alors match nul entre le Président de la république et la rentrée 2019 ? Du point de vue du rapport d’Emmanuel Macron avec l’opinion publique, on peut dire que le changement ce n’est pas (encore) pour maintenant… A suivre !

Ce billet de Bruno Cautrès a été écrit pour BVA et publié sur le site bva-group.com

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

02.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

03.

Capucine Anav & Alain-Fabien victimes de la santé d'Alain Delon, les hebdos people très inquiets pour celle de Catherine Deneuve. Et pour la sécurité du bébé de Nabilla (aux mains d'UN baby sitter sorti de prison); Kate & Meghan s'ignorent ouvertement

04.

Nintendo Switch : l'UFC-Que choisir dénonce "l'obsolescence programmée" des manettes

05.

Retraites : le modèle suédois ne va pas si mal que ça, merci

06.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

07.

Le surprenant silence du Hamas dans l’affrontement entre Israël et djihad islamique palestinien

01.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

02.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

03.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

04.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

05.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

06.

Retraites : le modèle suédois ne va pas si mal que ça, merci

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

05.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

06.

Cette nouvelle ère politique que vient s’ouvrir avec la marche contre l’islamophobie

Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
pierre de robion
- 27/08/2019 - 22:50
Monsieur "Tiers" (sic)
1/3- 2/3! Ca ne fait pas une majorité, mais comme cette minorité semble d'autant plus unie que l'opposition n'est que désunion, ça suffira en 2022 et 2227!
Enfin, tout dépend quand même de la grandeur des "tiers"!
clo-ette
- 27/08/2019 - 21:27
Puisque Macron a fait du théâtre et est un bon comédien,
Il aurait pu jouer le rôle de l'hôte parfait à Biarritz ....ha ha !
spiritucorsu
- 27/08/2019 - 16:50
L'avocat du diable.
Quand on reçoit à domicile et qu'on prétend présider,la moindre des choses,c'est d'abord de laisser toute leur place aux invités et na pas essayer de leur ravir sans arrêt la vedette.Cela suppose un minimum d'éducation,de savoir vivre,de psychologie et d'intelligence,tout ce qui fait défaut à un certain personnage.A présent,on peut toujours se faire l'avocat du diable quand on est un adepte,et que le diablotin en question se trouve en grande difficulté,ses pouvoirs jupitériens étant sans effet.