En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Les chirurgiens dentistes font face à une épidémie de dents cassées depuis le confinement

02.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

03.

Sophie Davant joliment au top (mais plus topless), Cyril Hanouna méchamment tapé (par la concurrence); Mylène Farmer achète plus grand, Laeticia Hallyday vend pour payer ses dettes; Lio a renoncé au sexe, Johnny Depp y reprend goût avec une jeunette

04.

Et non Monsieur Macron: le secret des Amishs pour rester en forme en vieillissant... n'a pas tout à voir avec leur refus de la modernité technologique

05.

L’islamisme, cette lèpre qu'Emmanuel Macron ignore

06.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

07.

Voilà les techniques les plus utilisées par les escrocs en ligne et autres pirates informatiques

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

03.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

04.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

05.

"Le plaisir sexuel est simplement divin" a déclaré le pape François. Il nous étonnera toujours…

06.

Et si l’impact psychologique du COVID-19 nous exposait à un danger politique majeur

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

L’étude qui montre que la plus grande peur agitée pour 2022 n’est pas celle de l’insécurité

03.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

04.

Mort d'un cousin d'Adama Traoré : la famille envisage de porter plainte

05.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

06.

L'Europe gruyère d'Ursula von der Leyen

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Il y pense en se rasant
Présidentielle : Xavier Bertrand se dit "plus déterminé que jamais"
il y a 34 min 34 sec
pépites > International
Balance à droite
Cour suprême américaine : Donald Trump veut nommer "très rapidement" une remplaçante à Ruth Bader Ginsburg
il y a 1 heure 11 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Vaincre l’ennemi intérieur

il y a 2 heures 28 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

L’impossible équation du coronavirus

il y a 3 heures 22 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Comment Emmanuel Macron, via ses réformes, attise la France inflammable

il y a 3 heures 24 min
décryptage > International
Mère de vertu

Patience et prudence, piliers de la réponse iranienne à l'agressivité américaine

il y a 3 heures 25 min
décryptage > International
Danger ?

Frédéric Encel : "L’usage cynique du Covid-19 par des régimes autoritaires et/ou expansionnistes et des mouvances religieuses pose problème"

il y a 3 heures 26 min
décryptage > Santé
Effet indirect

Les chirurgiens dentistes font face à une épidémie de dents cassées depuis le confinement

il y a 3 heures 29 min
décryptage > Politique
Démarche de réfléxion

Jean Leonetti : "Le gouvernement a montré les limites de l’ambiguïté du « en même temps »"

il y a 3 heures 30 min
pépites > International
Menace
Les Etats-Unis accusent le Hezbollah de stocker du nitrate d'ammonium en Europe
il y a 19 heures 52 min
pépites > Education
Education
Polémique : un lycée de Rome demande à des élèves de ne pas porter de mini-jupes pour ne pas troubler les professeurs
il y a 48 min 4 sec
pépites > Politique
Cote
Popularité : Macron en hausse, Castex en baisse
il y a 1 heure 32 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé
il y a 2 heures 37 min
décryptage > Défense
Bonnes feuilles

Les 100 mots de la guerre : civils, colombes et commandement

il y a 3 heures 22 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Liberté d’expression, fake news et post-vérité : un jeu de dupes

il y a 3 heures 25 min
décryptage > Europe
Négociations

Brexit : bobards pour une border !

il y a 3 heures 26 min
décryptage > High-tech
Piratage automne hiver 2020/21

Voilà les techniques les plus utilisées par les escrocs en ligne et autres pirates informatiques

il y a 3 heures 29 min
décryptage > Science
Survivants

Pourquoi les oiseaux ont survécu aux impacts d'astéroïdes géants et pas les dinosaures

il y a 3 heures 29 min
décryptage > Société
Agitateurs

Islamistes, décoloniaux, écolos zozo et autres dangers pour la démocratie : ce continent immergé qui prospère sur le web

il y a 3 heures 30 min
pépites > Economie
Blacklist
Interdiction de TikTok aux Etats-Unis : la Chine annonce des mesures de rétorsion
il y a 20 heures 36 min
Bonnes Feuilles

Psychogénéalogie : comment les générations familiales qui nous précèdent laissent leur empreinte sur notre identité

Publié le 23 août 2019
Tout l'été, Atlantico met en avant des ouvrages remarquables publiés dans l'année. Aujourd'hui, "La Psychogénéalogie" d'Isabelle de Roux et Karine Segard, aux éditions Eyrolles. Extrait 1/2.
Atlantico Rédaction
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Tout l'été, Atlantico met en avant des ouvrages remarquables publiés dans l'année. Aujourd'hui, "La Psychogénéalogie" d'Isabelle de Roux et Karine Segard, aux éditions Eyrolles. Extrait 1/2.
Chacun d’entre nous a tendance à considérer que son histoire a commencé à l’instant où il a pris conscience de son existence. Ce serait oublier que la succession des générations qui nous ont précédés a laissé sur nous une empreinte non négligeable dont nous ne pouvons faire l’impasse, car celle-ci est toujours porteuse d’enjeux affectifs, culturels, idéologiques, sociaux et
économiques.
 
En fait, plus nous rejetons l’idée selon laquelle nous serions le produit d’une histoire familiale, plus nous nous condamnons à en rester prisonniers. Un travail sur soi s’avère d’ailleurs souvent
nécessaire pour démêler ces nombreuses déterminations dues à notre passé familial, nous en affranchir, et devenir ainsi plus libres de nos choix et de nos actes. S’il est vrai que notre passé – notre histoire familiale – reste vivant et toujours présent en chacun de nous, nous avons néanmoins la possibilité de le revisiter et de nous le réapproprier autrement. Le présent peut transformer le passé et, si nous changeons notre rapport à ce dernier, nous avons la possibilité de vivre notre présent autrement : nous devenons alors le sujet d’une histoire dont nous sommes également le produit.
 
Notre livre s’inscrit dans le champ du transgénérationnel qui prend en compte l’histoire des générations. Cette tendance investit actuellement de nombreux domaines : la médecine, la psychiatrie*, la psychologie*, la psychanalyse*, la sociologie et même le monde de l’entreprise. En pratique, l’approche transgénérationnelle est de plus en plus intégrée au travail thérapeutique, qu’il concerne la famille, le couple, l’individu ou le groupe. Elle est également utilisée en développement personnel.
 
 
Les appellations multiples de ces pratiques brouillent les pistes : on parle de « démarche psychogénéalogique » ou d’« analyse transgénérationnelle », d’« histoires de vie » ou de « récits de vie », d’« histoires familiales » ou de « romans familiaux ». Nous avons retenu pour notre livre le terme de « psychogénéalogie » car il nous apparaît le plus évocateur dans le langage courant. Attention cependant aux raccourcis que ce choix linguistique pourrait induire : il ne s’agit nullement de généalogie mais d’une approche psychologique de notre histoire familiale sur plusieurs générations.
 
Historiquement, Freud avait déjà suggéré la possibilité de « traces mnésiques » laissées par les générations antérieures. Dans Totem et Tabou, il évoque l’existence d’une « âme collective » ainsi que la possibilité de la transmission d’un sentiment « se rattachant à une faute dont les hommes n’ont plus conscience ». Mais il n’approfondit pas davantage le champ du transgénérationnel : selon Serge Tisseron, Freud était issu d’une famille à secrets qu’il ne s’est pas autorisé à explorer, limitant ainsi ses recherches à l’inconscient individuel et à ses mécanismes. Jung, quant à lui, parle d’un « inconscient collectif » en référence à des archétypes universels, inconscient inné qui existerait en dehors de toute expérience de refoulement et se transmettrait de génération en génération.
 
À partir des années 50, de nombreux travaux ont révélé l’influence de l’entourage familial sur le développement du jeune enfant. Psychiatres, psychologues et psychanalystes s’attachent alors à identifier les divers mécanismes conscients et inconscients de cette influence.
 
Aux États-Unis, l’école systémique* de Palo Alto a complété cette approche avec l’étude du rôle de la famille et de ses structures dans le développement de l’individu. Moreno parle même de « co-inconscient familial » pour évoquer une communication d’inconscient à inconscient au sein de la famille.
 
Dans les années 70, Ivan Boszormenyi-Nagy élabore différents concepts pour rendre compte des déséquilibres qui se transmettent au fil des générations ; il parle de « loyauté familiale invisible », de « conflits de loyautés », et ancre ainsi un véritable discours transgénérationnel. En France, Françoise Dolto a suggéré que les enfants héritent des troubles non résolus de leurs parents ainsi que de leurs dettes inconscientes à l’égard des générations précédentes.
 
Parallèlement, les thérapies familiales* se sont développées en s’appuyant sur les modèles systémiques américains ; elles mettent l’accent sur le milieu familial pour mieux appréhender la maladie d’un ou plusieurs de ses membres et s’appuient sur ce contexte familial pour amorcer la guérison. Actuellement, de nombreux auteurs comme Anne Ancelin Schützenberger, Nicolas Abraham, Maria Torok, Serge Tisseron ou Robert Neuburger ont élargi des approches thérapeutiques très diverses à une sensibilité nouvelle et commune : l’approche transgénérationnelle.
 
Extrait de La Psychogénéalogie, d'Isabelle de Roux et Karine Segard, publié aux éditions Eyrolles.
 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
clo-ette
- 23/08/2019 - 12:05
ambigu
car l'influence en question relève d'après ce livre de l'acquis c'est à dire de la transmission familiale par l'éducation par exemple, mais puisqu'il s'agit de famille pourquoi pas des gènes ?