En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Contrairement aux opinions publiques, les marchés boursiers ne cèdent pas à la panique… car ils ne croient pas à la ruine de l‘économie

02.

Les Chinois pensent que l’ère de la super puissance américaine est terminée. Ont-ils raison ?

03.

Présidentielle 2022 : près de huit électeurs inscrits sur dix affirment envisager l’abstention, le vote blanc ou le vote antisystème selon un sondage Opinion Way

04.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

05.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

06.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

07.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Suits : Avocats sur mesure" : une série souvent haletante, mais un peu irrégulière, quelques épisodes sont décevants, en particulier la saison 7

il y a 9 heures 34 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Et Maintenant ?" de Eirin Forsberg et Gilles La Carbona : comment devient-on une femme battue alors que tout semblait si parfait ?

il y a 9 heures 59 min
pépites > Politique
Liberté d'expression
Les propos de Clémentine Autain contre l'islamophobie ont été récupérés et détournés par un média proche des Frères musulmans
il y a 11 heures 30 min
décryptage > International
Les entrepreneurs parlent aux Français

Covid, Chine, USA et l’absence d’Europe de l’investissement et de l’entrepreneuriat

il y a 15 heures 24 min
pépite vidéo > International
Liberté d'expression
Caricatures de Mahomet : les appels au boycott de produits français se multiplient
il y a 16 heures 27 min
décryptage > International
Paris - Ankara

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

il y a 16 heures 45 min
décryptage > Economie
Taxes

Dépenses publiques et fiscalité : plus ça change, moins ça change…

il y a 17 heures 4 min
décryptage > Economie
Panorama de la crise

COVID-19 : comment dire de faire attention ?

il y a 17 heures 30 min
décryptage > High-tech
12 CYBER-MENACES PRÉOCCUPANTES

Quand les cyberattaques menacent de faire dérailler les prochaines élections présidentielles, et pèsent au même titre que la pandémie de coronavirus sur nos démocraties

il y a 18 heures 26 min
décryptage > Politique
Crèdul*

Vous avez aimé les raffarinades de Raffarin ? Vous adorerez les lapalissades de Castex

il y a 18 heures 55 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Aiglon - le rêve brisé de Napoléon" de Laetitia de Witt : un portrait du fils de l'Empereur, historiquement fiable et chaleureusement humain

il y a 9 heures 47 min
pépites > France
Appel au calme
Le CFCM considère que les "musulmans ne sont pas persécutés" en France
il y a 10 heures 47 min
pépites > International
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine
La Turquie sort du silence et condamne officiellement "l'assassinat monstrueux" de Samuel Paty en France
il y a 12 heures 35 min
décryptage > Education
Samuel Paty

Vous avez dit liberté d'expression ?

il y a 15 heures 55 min
light > Economie
Transport
Le vélo de fonction payé par l'entreprise va-t-il devenir à la mode ?
il y a 16 heures 33 min
pépites > Politique
Elections
Présidentielle 2022 : près de huit électeurs inscrits sur dix affirment envisager l’abstention, le vote blanc ou le vote antisystème selon un sondage Opinion Way
il y a 17 heures 2 min
pépites > Economie
Diplomatie
Appel au boycott de produits français : "Pas question de céder au chantage" Geoffroy Roux de Bézieux, solidaire du gouvernement français
il y a 17 heures 25 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

Etats-Unis : ce n'est pas seulement une élection présidentielle. C'est un choix de civilisation

il y a 18 heures 9 min
décryptage > International
Guerre commerciale

Les Chinois pensent que l’ère de la super puissance américaine est terminée. Ont-ils raison ?

il y a 18 heures 39 min
pépites > Santé
Coronavirus
"Autour de 100.000 cas" de Covid-19 par jour, en France selon Jean-François Delfraissy, président du Conseil scientifique
il y a 19 heures 12 min
© Murad SAID / AFP
© Murad SAID / AFP
Conflit péninsulaire

Au Yémen, les Emirats Arabes Unis défendent leurs intérêts... au détriment des Saoudiens

Publié le 20 août 2019
Après le retrait progressif de leur arsenal militaire du Yémen, les Emirats Arabes Unis affichent encore plus clairement leur rupture avec les Saoudiens.
Ardavan Amir-Aslani
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ardavan Amir-Aslani est avocat et essayiste, spécialiste du Moyen-Orient. Il tient par ailleurs un blog www.amir-aslani.com, et alimente régulièrement son compte Twitter: @a_amir_aslani.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Après le retrait progressif de leur arsenal militaire du Yémen, les Emirats Arabes Unis affichent encore plus clairement leur rupture avec les Saoudiens.

Entre le 7 et le 10 août, on a vu s'opposer à Aden les forces loyalistes, fidèles au gouvernement d'Abd Rabbo Mansour Hadi, soutenu par l'Arabie Saoudite, et les combattants séparatistes du Conseil de transition du Sud, qui prônent un Yémen du Sud indépendant comme avant 1990. Tous sont pourtant théoriquement alliés au sein de la même coalition dirigée par l'Arabie Saoudite depuis 2015, dans le but de lutter contre les Houthis – et, par procuration, contre l'Iran – qui occupent tout le nord du pays ainsi que Sanaa, la capitale.

Ce serait la mort d'un officier, commandant d'une milice séparatiste nommée « Cordon de Sécurité », équipée et entraînée par les Emirats, dans un bombardement, qui aurait déclenché ce que les médias nomment déjà « la bataille d'Aden ». La confusion la plus grande quant au commanditaire de l'assassinat demeure : les Houthis revendiquent l'acte, tandis que les séparatistes accusent plus volontiers le parti Al-Islah, proche des Frères musulmans et soutien du président Hadi. Des coups de feu échangés lors des funérailles de l'officier ont donné le signal des affrontements, qui ont fait 40 morts et 260 blessés en trois jours, et se sont achevés par la prise de trois casernes et surtout du palais présidentiel samedi 10 août par les forces séparatistes. 

Paniquée, l'Arabie Saoudite a réussi à obtenir de tous les belligérants qu'ils se réunissent à Riyad en vue d'un cessez-le-feu. Mais, bien que symbolique, puisque le président Hadi est réfugié en Arabie Saoudite, l'issue de la bataille d'Aden affaiblit encore un peu plus la coalition saoudienne, déjà sérieusement mise à mal par le retrait militaire des Emirats en juin et juillet dernier, et démontre surtout le caractère fantoche du gouvernement de Hadi. Le sud du Yémen est, dans les faits, dominé par les séparatistes du Conseil de transition du Sud. 

Personne n'est évidemment dupe du regain d'efficacité des séparatistes, qui s'étaient déjà manifestés en janvier 2018 : le ministère yéménite des Affaires étrangères a immédiatement accusé Abou Dhabi d'être responsable de ce « coup d'Etat ». Mais quelle est la motivation derrière ce qui s'apparente, en effet, à un putsch contre le gouvernement allié des Saoudiens ?  

De l'avis de nombreux analystes, la responsabilité des Emirats dans les affrontements des derniers jours ne laisse effectivement aucun doute. Au Yémen, chaque camp est poussé à l'action par son « parrain » régional, et au sud, les Emirats jouent également sur le ressentiment des séparatistes envers leurs compatriotes du nord, qui ont poussé à l'unification du pays en 1990. On peut aussi souligner que le numéro 2 du Conseil de Transition du Sud, Hani Ali Brik, est également le chef de la milice séparatiste  « Cordon de Sécurité » qui contrôle Aden, et qui fut directement impliquée dans les affrontements de la semaine passée. Politiquement, il s'aligne totalement sur la position des Emirats, très hostiles à l'islam politique comme celui des Frères musulmans. Faut-il alors s'étonner que l'appel du gouvernement yéménite aux Emirats pour  « faire pression de manière urgente » sur les partisans d'un Yémen du Sud indépendant n'ait pas été suivi d'effets ? 

Au Yémen, la stratégie des Emirats est en réalité double, et aujourd'hui clairement désolidarisée de l'allié saoudien. 

Entamée en 2015, l'opération « Tempête décisive » s'est rapidement muée en échec et en catastrophe humanitaire. Coupé en deux entre les Houthis au nord et les séparatistes au sud, le Yémen est devenu un bourbier pour l'Arabie Saoudite, qui cherche désespérément une porte de sortie sans rendre les armes pour autant. De leur côté, les Emirats ont compris que le nord ne serait jamais reconquis, et qu'ils avaient désormais tout intérêt à appuyer les séparatistes pour gagner en influence dans un Yémen du Sud autonome, un pays sur lequel, de surcroit, ils ont toujours eu des visées impérialistes en raison de liens familiaux et commerciaux anciens. 

Autre aspect de cette stratégie, une vision de longue haleine en termes d'influence régionale. Si l'Arabie Saoudite, en s'engageant au Yémen, visait très clairement à sécuriser sa frontière méridionale et à affaiblir l'Iran, les Emirats souhaitent bien davantage augmenter leur zone d'influence et de contrôle des routes maritimes. Preuve en est avec le rapprochement, à la surprise générale, d'Abou Dhabi et de Téhéran depuis le mois de juin. 

Tandis que sous la menace américaine, les tensions augmentaient dans le Golfe Persique, des officiels iraniens et émiratis se sont rencontrés à plusieurs reprises à Téhéran dans le courant du mois de juillet, un fait sans précédent depuis cinq ans. Au cœur des discussions, la circulation des pétroliers par le détroit d'Ormuz bien sûr, mais aussi très certainement la guerre au Yémen. Téhéran a naturellement approuvé le retrait émirati de la coalition, et la distance de plus en plus marquée avec la politique étrangère saoudienne. C'est effectivement un signal très clair et positif à l'attention de l'Iran, d'autant plus réjouissant pour l'économie iranienne que les Emirats envisagent d'approfondir leurs relations économiques avec la République islamique. 

De la guerre par procuration yéménite, c'est pour l'instant l'Iran qui semble renforcé, au grand dépit, très certainement, de l'Arabie Saoudite, qui en sort encore un peu plus affaiblie et décrédibilisée aux yeux de ses alliés et ennemis dans le Golfe Persique.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
caustik317
- 21/08/2019 - 14:54
Ce sont les iraniens
qui sont à la manoeuvre au Yemen : chacun le sait !