En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"

02.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

03.

Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"

04.

Alors qu'Emmanuel Macron va s'exprimer ce soir, Jean Castex prévoit "un léger assouplissement au confinement"

05.

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

06.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

07.

Covid-19 : mais pourquoi l’isolement des cas positifs est-il si difficile en France ?

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

06.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

ça vient d'être publié
pépite vidéo > France
Déconfinement en trois étapes
Covid-19 : retrouvez l’intégralité de l’allocution d’Emmanuel Macron sur le déconfinement
il y a 39 min 17 sec
pépites > Politique
Feu vert en première lecture
Loi sur la "sécurité globale" : l'Assemblée nationale adopte le texte controversé, à 388 voix pour et 104 voix contre
il y a 3 heures 40 min
pépites > Santé
Crise de défiance
Coronavirus : un quart des Italiens croient aux théories complotistes sur la pandémie
il y a 4 heures 31 min
pépites > Politique
Premier ministre
Loi "sécurité globale" : Jean Castex va saisir le Conseil constitutionnel sur l'article 24
il y a 6 heures 3 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Putzi - Le pianiste d’Hitler" de Thomas Snégaroff : un petit bonhomme au service de l’ascension d’Hitler, un portrait éclairant largement documenté

il y a 7 heures 48 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

il y a 8 heures 42 min
décryptage > Culture
Repenser nos modèles

L’expérience immersive : pour sauver la culture et le savoir

il y a 9 heures 58 min
décryptage > Santé
Lieux de contaminations ?

Réouverture des petits commerces, restaurants, lieux de cultes et culturels… : voilà pourquoi (et comment ) le risque sanitaire peut être maîtrisé

il y a 10 heures 39 min
pépite vidéo > Politique
"La France se disloque"
Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"
il y a 11 heures 10 min
light > High-tech
Bug
Des clients britanniques d'Amazon acheteurs de la nouvelle PlayStation 5 se sont vus livrer à la place des objets qui n'ont aucun rapport avec elle
il y a 11 heures 43 min
pépites > Politique
Calendrier du déconfinement
Covid-19 : Emmanuel Macron confirme que "le confinement pourra être levé" le 15 décembre "si les objectifs sanitaires sont atteints"
il y a 1 heure 4 min
pépites > France
Chantier de la reconstruction
Notre-Dame de Paris : le démontage de l'ancien échafaudage est enfin terminé
il y a 4 heures 6 min
light > Sport
Monde du rugby en deuil
Mort de Christophe Dominici à l’âge de 48 ans
il y a 5 heures 51 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Aurélien" de Louis Aragon : un amour improbable dans le Paris des années 20... un roman à relire toutes affaires cessantes

il y a 7 heures 34 min
pépites > Santé
Covid-19
L'exemple de l'aéroport de Shanghai montre la rapidité de réaction de la Chine face au coronavirus
il y a 8 heures 7 min
décryptage > Politique
Mesures gouvernementales

Un jeune, une solution : un ministère (du travail), mille problèmes…

il y a 9 heures 32 min
pépites > Justice
Police
L'IGPN saisie après l'action de la police pour enlever les tentes installées par des associations et des militants place de la République hier soir
il y a 10 heures 9 min
pépites > Politique
Justice
Alain Griset, ministre des PME, mis en cause par la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique pour non déclaration de participations financières
il y a 11 heures 6 min
décryptage > International
Diplomatie

La nouvelle alliance entre Israël et les pays sunnites du Golfe est-elle de taille à résister à l’Iran ?

il y a 11 heures 39 min
décryptage > Europe
L’union fait l’insouciance

L’Europe, puissance naïve dans un monde de brutes ?

il y a 12 heures 1 min
© AHMAD GHARABLI / AFP
© AHMAD GHARABLI / AFP
Tribune

Italie : quelles leçons pour la droite française ?

Publié le 15 août 2019
Le parti de Matteo Salvini est crédité de près de 40% d'intentions de vote en cas de tenue d'élections. Ce succès dans l'opinion doit faire réfléchir la droite française.
Les Arvernes
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les Arvernes sont un groupe de hauts fonctionnaires, de professeurs, d’essayistes et d’entrepreneurs. Ils ont vocation à intervenir régulièrement, désormais, dans le débat public.Composé de personnalités préférant rester anonymes, ce groupe se veut l...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le parti de Matteo Salvini est crédité de près de 40% d'intentions de vote en cas de tenue d'élections. Ce succès dans l'opinion doit faire réfléchir la droite française.

A peine un nouveau décret durcissant la lutte contre l’immigration a-t-il été adopté à l’instigation de Matteo Salvini que ce dernier vient de faire voler en éclat la coalition au pouvoir en Italie depuis à peine plus d’un an. Alors que son parti est crédité de près de 40% des intentions de vote en cas de tenue d’élections, même si une alliance de circonstance M5S-PD se mettait en place avec pour seul objet de retarder l’inéluctable -au risque de complètement vider de sa substance l’idée même d’exercice de la démocratie, il est un secret de Polichinelle dans le très sérieux théâtre de la politique italienne que le prochain homme fort du pays sera Matteo Salvini. La droite française, en capilotade, doit donc prendre le temps de considérer ce qui se passe de l’autre côté des Alpes.

Disons-le tout net : l’Italie n’est pas la France. La France, si on la compare à l’Italie, et plus largement à la plupart des grands pays occidentaux, est par nature plus à gauche, le sang de la Révolution française et un égalitarisme puissant coulant dans ses veines. Comment pourrait-on être italien, dirait Montesquieu, si l’on veut bien considérer qu’en Italie les héritages n’y sont pas taxés jusqu’à un million d’euros sans que cela choque qui que ce soit ? Ou qu’aujourd’hui 60% des italiens (sic) soutiennent la politique migratoire pourtant très dure selon nos propres critères de Matteo Salvini ? 

Ces précautions étant prises, qu’on le veuille ou non, la politique italienne est aussi un laboratoire pour nous autres français, et la droite française ferait bien de tirer des succès de Matteo Salvini quelques leçons.

Première leçon : savoir ce que signifie être de droite. Matteo Salvini ne craint pas de le dire : c’est, d’abord et avant tout, placer les questions de civilisation, c’est-à-dire la sécurité publique, l’identité, la famille, le contrôle des frontières, le respect de la laïcité, au premier rang des priorités, avant l’économie. Non pas que l’économie n’ait pas d’importance. Mais la droite française s’est progressivement laissée imposer un terrain de jeu qui se résume en la formule célèbre du philosophe : « ce n’est pas la conscience qui détermine l’être social, c’est l’être social qui détermine la conscience ». Ainsi, depuis trop longtemps, la droite française, singeant la gauche, pense que les problèmes de la France seront réglés quand les problèmes économiques le seront. C’est un piège mortel, car à ce jeu, la gauche est toujours plus habile.

C’est aussi, deuxième leçon, une erreur tactique grave. Car les français, peu instruits d’économie et à qui l’on a trop menti en matière de croissance et de chômage, ont fait leur le fatalisme exprimé par François Mitterrand quand il rendait les armes au chômage, contre lequel, disait-il, tout en reconnaissant sa propre incompétence économique, « on a tout essayé ». Bien sûr, ceci est faux. Il n’y a quasiment pas de chômage en Allemagne et au Royaume-Uni, pays comparables au nôtre, et il ne faut pas prendre pour une loi économique la médiocrité de nos gouvernants, de droite et de gauche, depuis quarante ans. Mais le fait est que la droite –pas plus que la gauche - ne gagnera plus en promettant à des Français plus intelligents que les politiciens ne le croient, et conscients de l’inter connexion qui est le fait des économies modernes, des lendemains qui chantent en matière de pouvoir d’achat ou de chômage. En revanche, l’expérience italienne le prouve, Union européenne ou non, il est des domaines dans lesquels l’Etat national est capable, s’il le souhaite, d’agir vite et fort : le problème migratoire, soi-disant insoluble, est largement réglé en Italie.

Encore faut-il, et c’est la troisième leçon, avoir la volonté d’agir. Dans quelques pages lumineuses de son livre L’art de l’homme d’Etat (Statecraft), Margaret Thatcher pourfend ce qu’elle nomme à juste titre le « distaste of power », la maladie des élites occidentales de la fin du 20 em siècle, qui considèrent avec répugnance l’exercice du pouvoir politique, c’est à dire, aussi, celui de ce que Max Weber appelle le monopole de la violence légitime. C’est l’un des secrets de la réussite des grands mouvements de droite, aux Etats-Unis, à l’Est de l’Europe, au Royaume-Uni : cesser de craindre d’exercer le pouvoir, en en reprenant une partie abandonnée aux juges, aux technocrates, aux médias. La droite française, si elle veut se reconstruire, doit convaincre les français, peuple politique, qu’elle ne craindra pas d’exercer le pouvoir. Encore faut-il savoir comment, pour quoi faire, et sans blesser le besoin aigu de justice qui est le vrai tempérament des Français. Vaste programme dirait le Général de Gaulle. 

C’est dire, en définitive, que la droite française doit considérer avec intérêt ce qui se passe chez nos cousins italiens. Le chemin qui s’y dessine est clair : donner la priorité au régalien, cesser de promettre tout et son contraire quand une partie des leviers économiques vous échappe, exercer le pouvoir, ce qui n’est pas un plaisir mais bien plutôt un sacerdoce.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (17)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
REAGAN
- 27/08/2019 - 11:52
l italie
avec les taux d intérêts qui sont proches de zéro en Italie et ayant un excédent primaire il y a de fortes chances que la dette diminue en Italie très rapidement et Salvini le sachant veut prendre le pouvoir mais les autres partis ne veulent pas lui laisser ce retournement économique car c est celui qui sera au gouvernement qui pourra prétendre que c est grâce a lui
le déficit de l Italie ne représentent que les intérêts de la dette donc taux a zéro plus d intérêts sur les nouvelles dettes
c est pour cela que l Italie s en tirera mieux que la France
Ganesha
- 17/08/2019 - 17:39
Mauvaise Foi et Paresse Intellectuelle
Dans la discussion ci-dessous, on trouve deux ''joyeux comiques'', qui nous livrent un énième copié-collé d'un argument débile : ''le programme économique de Marine Le Pen est de GAUCHE'' !

Lassé par un tel obscurantisme, j'ai fourni le 15/8 à 15h36 le lien internet leur permettant de se confronter à la réalité.

Avec leur mauvaise foi habituelle et la faible curiosité intellectuelle, signe de leur dégénérescence cérébrale due à leur âge, ils se sont bien gardés de fournir cet effort.

Seul un autre ''expert'' à lu ce programme : il se reconnaîtra, je le félicite et je le remercie.

Le programme de Marine en 2017, était, en fait très libéral.
Préoccupé par un objectif de ré-industrialisation grâce à des mesures de soutien aux PME : baisse d'impôts, simplification administrative, préférence nationale.
evgueniesokolof
- 16/08/2019 - 17:42
entre nous soit dit
On n'est guère surpris de voir citer Thatcher mais.....Fillon qui était la triste marionnette de la droite et qui nous ressortait les bonnes vieilles recettes libérales du garde manger en a payé la facture. Ce qui fait le succès de Salvini, c'est sa politique migratoire. Quid ensuite de la politique économique. Les italiens doivent considérer que les migrants sont le problème numéro 1 et lui en savent gré. Que ferait il ensuite dans un pays dont le PIB n'a pas augmenté depuis 2000 ? N'oublions pas que Thatcher a largement contribué à la désindustrialisation du RU !