En direct
Best of
Best of du 11 au 17 janvier
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Succès du lait d’amande : les abeilles ne disent pas merci aux bobos bio

02.

Quand certains médicaments changent drastiquement nos personnalités dans l’indifférence totale de l’industrie pharmaceutique et des autorités sanitaires

03.

Europe post Brexit : et Angela Merkel mit (sans le vouloir) le doigt sur le vrai point de faiblesse de l’Union

04.

Grève contre la réforme des retraites : de la guerre de mouvement à la guerre de tranchées

05.

Ces recrutements hasardeux que génère la pénurie de profs en France

06.

Valeurs Actuelles démolit Greta Thunberg, le Point la CGT; Le permis de conduire: truc de vieux; Les secrets de Netflix pour nous rendre addicts; François Baroin & Eric Besson gagnent très bien leur vie, Arnaud Lagardere ses finances virent au rouge vif

07.

Libye : les occidentaux cumulent naïveté et erreurs géopolitiques en série

01.

Retraite, clap de fin : le compromis va creuser un gouffre financier et précipiter les salariés du privé dans la capitalisation

02.

Succès du lait d’amande : les abeilles ne disent pas merci aux bobos bio

03.

Malgré les difficultés, la génération Y sera la plus riche de tous les temps

04.

Arretmaladie.fr permet d’obtenir un arrêt maladie en 3 minutes sur internet mais déclenche la colère de la sécurité sociale. Sauf que...

05.

La manifestation du 9 janvier a été beaucoup plus violente que les médias n’ont pu le raconter

06.

Grève sans fin : si les Gilets jaunes ont ébranlé la République, le conflit autour des retraites ébranle la majorité

01.

Boeing ukrainien : c’est peut être un déséquilibré radicalisé qui a tiré le missile ?

02.

Ce boulevard qui devrait s’ouvrir au RN… mais ne s’ouvre pas tant que ça

03.

"Les Aristochats véhiculent les valeurs de la bourgeoisie riche". On a entendu ça sur France Culture !

04.

"Des profondeurs de nos cœurs" : un livre qui ébranle l'Eglise

05.

Retraite, clap de fin : le compromis va creuser un gouffre financier et précipiter les salariés du privé dans la capitalisation

06.

LR : le tigre de papier

ça vient d'être publié
light > Culture
Slim shady
Eminen surprend tout le monde et sort un nouvel album
il y a 9 heures 20 min
pépites > Culture
Evènement chez Michelin
Le guide rétrograde le restaurant de Paul Bocuse
il y a 10 heures 17 min
décryptage > Social
Retraites

Grève contre la réforme des retraites : de la guerre de mouvement à la guerre de tranchées

il y a 11 heures 49 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

« La révolution des plantes » : un livre scientifique à la portée de l’homme de la rue

il y a 13 heures 47 min
décryptage > Justice
Euthanasie

Euthanasie : 3 médecins jugés en Belgique dans un procès sans précédent

il y a 14 heures 12 min
décryptage > International
Gorbatchev à la sauce iranienne ?

Glasnost, le retour ? Le président iranien demande de la transparence

il y a 15 heures 21 min
décryptage > International
Copycat

Contagion : Les démocrates trumpisent leur communication

il y a 16 heures 20 sec
décryptage > Santé
Drames sanitaires

Quand certains médicaments changent drastiquement nos personnalités dans l’indifférence totale de l’industrie pharmaceutique et des autorités sanitaires

il y a 17 heures 1 min
pépites > Politique
Alliances
Municipales à Paris : Pierre-Yves Bournazel retire sa candidature et soutient Benjamin Griveaux
il y a 1 jour 8 heures
light > Justice
Placé sous contrôle judiciaire
Le réalisateur Christophe Ruggia a été mis en examen pour "agressions sexuelles sur mineur de 15 ans" dans le cadre de l'affaire Adèle Haenel
il y a 1 jour 9 heures
L'assassin assassiné
En Inde, un homme arrêté pour le meurtre de son tueur à gages
il y a 9 heures 38 min
pépites > Social
Musée du Louvre
Une grève sauvage provoque la fermeture des portes
il y a 10 heures 23 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand l’octogone redéfinit le classicisme et quand l’étrier d’acier fait danser les chiffres : c’est l’actualité des montres en mode pluviôse
il y a 13 heures 15 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Théâtre : « Un contrat » : Polar psychanalytique entre deux hommes de parole... et de silence

il y a 13 heures 55 min
pépite vidéo > Politique
Invités imprévus
Marlène Schiappa interrompue lors d'une réunion publique
il y a 14 heures 34 min
rendez-vous > International
Géopolitico-scanner
Libye : les occidentaux cumulent naïveté et erreurs géopolitiques en série
il y a 15 heures 26 min
décryptage > Education
Pénurie des profs

Ces recrutements hasardeux que génère la pénurie de profs en France

il y a 16 heures 20 min
décryptage > Europe
Il n’y a pas que l’union qui fait la force

Europe post Brexit : et Angela Merkel mit (sans le vouloir) le doigt sur le vrai point de faiblesse de l’Union

il y a 17 heures 34 min
pépites > Environnement
Risques climatiques et économiques
Davos 2020 : les décideurs mondiaux placent l'inaction climatique au sommet des dangers pour l'humanité
il y a 1 jour 9 heures
pépite vidéo > Politique
Soirées électorales pimentées
Elections municipales : une circulaire de Christophe Castaner pourrait avantager le score national de LREM
il y a 1 jour 10 heures
© DANIEL LEAL-OLIVAS / AFP
© DANIEL LEAL-OLIVAS / AFP
L'appel du large

Boris Johnson et la place du Royaume-Uni dans le monde

Publié le 05 août 2019
La course pour prendre la tête des Tories n'est plus, cette fois-ci les pronostics se sont avérés corrects, Jeremy Hunt a été battu par Boris Johnson.
Alphonse Moura est géopolitologue, maître en Sciences Politiques et Relations Internationales ; spécialiste des rapports de force et fondateur de l'école géopolitique bourguignonne, basée sur la Sainte Trinité du réalisme – Thucydide, Machiavel et...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alphonse Moura
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alphonse Moura est géopolitologue, maître en Sciences Politiques et Relations Internationales ; spécialiste des rapports de force et fondateur de l'école géopolitique bourguignonne, basée sur la Sainte Trinité du réalisme – Thucydide, Machiavel et...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La course pour prendre la tête des Tories n'est plus, cette fois-ci les pronostics se sont avérés corrects, Jeremy Hunt a été battu par Boris Johnson.

Compte tenu du système britannique cela veut dire que BoJo est aussi le remplaçant de Theresa May, le nouveau premier ministre du Royaume-Uni. Il aura la tâche de délivrer le Brexit avant la fin d'octobre, le mot d'ordre pendant sa campagne a été simple: nous sortirons, avec la bénédiction de l'UE ou sans elle, la possibilité d'une sortie sans accord est aujourd'hui extrêmement probable.

La politique d'aujourd'hui sera l'Histoire de demain et toute l'Histoire fut à un moment donné de la politique. L'entrée de BoJo au 10 Downing Street invoque une conversation entre Winston Churchill et Charles de Gaulle. Le Français interrogeait l'Anglais sur la place du Royaume-Uni en Europe, la réponse fut courte et limpide: entre l'Europe et le grand large ils choisiraient toujours le grand large. Le Brexit est une manifestation actuelle de cette phrase churchilienne, et ce fut exactement à cause de ladite que De Gaulle bloqua deux fois l'entrée de l'allié britannique dans le projet européen, en 1963 et 1967. Le général savait pertinemment que les Britanniques allaient tout chambouler et, comme d'habitude, il ne se trompa point.

La vague qui frape les îles Britanniques avait déjà frappé outre-Atlantique, ce n'est pas un hasard si on entend que Johnson est le Trump britannique. Ce n'est pas non plus un hasard que Trump ait été l'un des premiers à féliciter le nouveau premier ministre. La gent progressiste regarde paumée l'ascension des deux blonds, dans un mélange de déni, frustration, incompréhension et souffrance.

Au parlement Jeremy Corbyn a été le premier à tirer la sonnette d'alarme: "Les gens craignent que loin de vouloir reprendre le contrôle, le nouveau premier ministre ferait de nous un état vassal de l'Amérique de Trump." Corbyn enchaîna: "Est-il [Johnson] en train de travailler avec les partenaires européens pour restaurer l'accord nucléaire iranien et refroidir la tension dans le Golfe Persique?" Les Travaillistes parlent d'Europe, les Conservateurs préfèrent l'Amérique.

Johnson connaît bien le passé et il est au courant des défis que l'avenir posera. Tout d'abord le possible éclatement du Royaume-Uni. Ledit royaume est constitué par 4 pays, l'Angleterre, le Pays de Galles, l'Écosse et l'Irlande du Nord: les deux premiers ont voté pour la sortie de l'UE, les deux seconds pour la permanence. Il est parfois difficile de saisir l'ordre juridique britannique mais la souveraineté symbolique réside dans la reine qui relie les quatre pays. Ainsi on ne peut pas affirmer que l'Écosse et l'Irlande du Nord devraient rester dans l'Union Européenne et que l'Angleterre et le Pays de Galles devraient en sortir, exactement parce que la souveraineté appartient au Royaume-Uni et non à ses territoires constitutifs. L'appartenance au cadre institutionnel européen permettait aux Écossais d'aller directement à Bruxelles sans passer par Londres, le gouvernement britannique ne pouvait plus le permettre. 

Contrairement au discours lambda ce ne furent pas les Anglo-saxons à faire gagner le Brexit mais les Vikings, les héritiers de la Danelaw. Sauf les Midlands de l'Ouest toutes les autres zones qui eurent un pourcentage très élevé pour la sortie faisaient partie de la Danelaw: Angleterre du Nord-Est, Yorkshire-et-Humber, Midlands de l'Est et Angleterre de l'Est. Quand on sait que le Danemark n'a pas adopté l'euro et que la Norvège n'intègre même pas l'Union Européenne on découvre qu'il y a des constances qui dépassent les siècles...

Le nouveau cabinet devra aussi s'appuyer initialement sur l'Amérique sans se laisser engloutir par elle, en sachant également que si l'administration américaine change sa position peut empirer. Quelqu'un plus admiratif de l'UE que Trump pourra être moins enclin à donner des avantages aux Britanniques.

Bojo a choisi un cabinet plein de Brexiteers, Dominic Raab, Priti Patel, Michael Gove, Jacob Rees-Mogg. Le temps du dialogue est passé, maintenant le gouvernement de sa Majesté se prépare aux heurts, convaincu que Nietzsche n'avait pas tort quand il disait que ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort. Sans cette décision les Tories seraient phagocytés par Nigel Farage et son Brexit Party comme les dernières élections européennes l'ont démontré. Délivrer le Brexit est une question de vie ou de mort pour le parti conservateur.

 Un autre élément décisif dans le choix du Brexit est politiquement incorrect mais les cercles anglo-américains en parlent de plus en plus. Il peut se résumer dans une phrase de Peter Hitchens: l'Union Européenne est la continuation de l'Allemagne par d'autres moyens (un jeu de mots avec la célébrissime phrase de Clausewitz.)

Après sa réunification l'Allemagne a recommencé à faire une politique plus sienne, loin de la politique atypique du temps de la République fédérale d'Allemagne. Les liens entre Berlin et Moscou sont très mal vus à Londres et à Washington. Deux camps refont surface, les Anglo-Américains contre les Prusso-Russes. Vous avez compris que la France est au milieu, et elle possède l'honneur d'appartenir aux deux mondes, l'atlantique et le continental. Pour l'instant elle demeure attachée au libéralisme libertaire anglo-américain, mais l'avenir est ouvert, et elle peut tomber sous le charme de l'illibéralisme prusso-russe.

La feuille de route est tracée. Maintenir la relation privilégiée avec l'Amérique, échapper au carcan bruxellois, renforcer sa présence mondiale ─ notamment en Asie ─ et, peut-être le point primordial, empêcher la fragmentation du Royaume-Uni.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Succès du lait d’amande : les abeilles ne disent pas merci aux bobos bio

02.

Quand certains médicaments changent drastiquement nos personnalités dans l’indifférence totale de l’industrie pharmaceutique et des autorités sanitaires

03.

Europe post Brexit : et Angela Merkel mit (sans le vouloir) le doigt sur le vrai point de faiblesse de l’Union

04.

Grève contre la réforme des retraites : de la guerre de mouvement à la guerre de tranchées

05.

Ces recrutements hasardeux que génère la pénurie de profs en France

06.

Valeurs Actuelles démolit Greta Thunberg, le Point la CGT; Le permis de conduire: truc de vieux; Les secrets de Netflix pour nous rendre addicts; François Baroin & Eric Besson gagnent très bien leur vie, Arnaud Lagardere ses finances virent au rouge vif

07.

Libye : les occidentaux cumulent naïveté et erreurs géopolitiques en série

01.

Retraite, clap de fin : le compromis va creuser un gouffre financier et précipiter les salariés du privé dans la capitalisation

02.

Succès du lait d’amande : les abeilles ne disent pas merci aux bobos bio

03.

Malgré les difficultés, la génération Y sera la plus riche de tous les temps

04.

Arretmaladie.fr permet d’obtenir un arrêt maladie en 3 minutes sur internet mais déclenche la colère de la sécurité sociale. Sauf que...

05.

La manifestation du 9 janvier a été beaucoup plus violente que les médias n’ont pu le raconter

06.

Grève sans fin : si les Gilets jaunes ont ébranlé la République, le conflit autour des retraites ébranle la majorité

01.

Boeing ukrainien : c’est peut être un déséquilibré radicalisé qui a tiré le missile ?

02.

Ce boulevard qui devrait s’ouvrir au RN… mais ne s’ouvre pas tant que ça

03.

"Les Aristochats véhiculent les valeurs de la bourgeoisie riche". On a entendu ça sur France Culture !

04.

"Des profondeurs de nos cœurs" : un livre qui ébranle l'Eglise

05.

Retraite, clap de fin : le compromis va creuser un gouffre financier et précipiter les salariés du privé dans la capitalisation

06.

LR : le tigre de papier

Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
evgueniesokolof
- 05/08/2019 - 17:30
hmmm
J'aime bien quand c'est Edouard qui fait de la géopolitique historique. Alphonse s'y essaie, pourquoi pas ?
Absolument d'accord sur l'affirmation tirée de ce que l'Europe , c'est la continuation de l'Allemagne par d'autres moyens: Kohl, Schröder et Merkel ont fait pacifiquement ce qu'Adolf avait raté: un Lebensraum à l'Est sur les dépouilles de l'empire soviétique
L'un des rares imbéciles à ne pas en avoir tiré les conséquences si on peut supposer qu'il l'a compris est Macroléon. Le costume de Daladier lui va comme un gant et Münich , cela vaut bien un peu de CO2 pour prendre l'avion! L'histoire, cependant, ne se répète pas, elle bégaie mais quand elle le fait elle répète une part du passé
Benvoyons
- 05/08/2019 - 14:10
Voilà encore un spécialiste en négociation qui dit que les USA
de Trump va tout donner à l'UK de Boris avec ses 65 millions d'habitants & beaucoup mais beaucoup moins que pour l'UE avec ses 550 millions d'habitants. :)::)
Ouh ouh !!! Faut vous réveiller les pays du Commonwealth signent avec l'UE & cela est moins disant qu'avec l'UK & ses 65.
Même si l'UK prend les mêmes dispositions que l'Irlande qui elle est dans l'UE & bien les Entreprises qui ont opter pour l'Irlande y resteront & même celles qui ont choisi l'UK au moment ou l'UK était dans l'UE partiront pour l'Irlande car elle est dans l'UE & plus l'UK.
Benvoyons
- 05/08/2019 - 14:01
"Quand on sait que le Danemark n'a pas adopté l'euro":)::)
Le Danemark a signé un accord ou sa monnaie ne peut fluctuer que de 2,5% en plus ou en moins par rapport à l'€. C'est à dire que sa monnaie & la gestion économique avec les flexibilités nécessaires aux Danois est en droite ligne des préconisations de Maastricht.
D'ailleurs il n'échappe à personne qu'en ayant plus de Fonctionnaires & payant beaucoup d'impôts(mais moins que les Français ) ils n'ont que 35% de dette. En fait ils gèrent comme Maastricht le préconise. :)::) & les Danois sont heureux & ils n'ont pas de Gilet jaune. :)::)
Mais quand il faut réformer ils réforment & tout le monde accepte les réformes car c'est la seule solution pour éviter que Pays périclite. En France des Réformes Pouah Pouah ! En fait la solution est dans la fuite en avant & pas de problème cela est Gratuit :)::)