En direct
Best of
Best of du 28 mars au 3 avril
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Vers un grand tremblement de terre ? Et si les deux verrous allemands et français qui bloquent l’Europe étaient en train de céder...

02.

Comment l’éducation de nos parents détermine lourdement notre capacité à devenir leader ou non

03.

Et si Trump avait raison sur la Chine

04.

"Le coronavirus est une maladie de Blancs" ! On a entendu ça à Marseille, Dakar et Abidjan…

05.

Covid-19 : le gouvernement prépare l'opinion à l’utilisation du tracking digital pour sortir du confinement

06.

Le système de santé allemand, privé et concurrentiel, fait beaucoup mieux que les systèmes publics français et anglais

07.

Tout changer dans le monde d’après ? Le scénario noir que cela pourrait bien déclencher

01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

04.

Covid-19 : le gouvernement prépare l'opinion à l’utilisation du tracking digital pour sortir du confinement

05.

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

06.

Luc Rouban: "Cette crise sanitaire marque la fin du macronisme et le retour du clivage gauche droite"

01.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

04.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

05.

Nombre de morts, manque de moyens, soupçons d’euthanasie : ce qui se passe vraiment dans les Ehpad ?

06.

Covid-19 : les patients en réanimation n’ont "pas respecté le confinement" ? Didier Lallement s’excuse

ça vient d'être publié
light > High-tech
Générosité en cette période difficile
Jack Dorsey, le fondateur de Twitter, donne 1 milliard de dollars pour lutter contre le coronavirus
il y a 6 heures 53 min
light > Culture
Tristesse pour les fans
Coronavirus : l'édition 2020 du festival Hellfest de musique metal, organisé à Clisson, est annulée
il y a 8 heures 1 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un automne de Flaubert" d'Alexandre Postel : Flaubert se libère du démon de la mélancolie. Un roman captivant

il y a 9 heures 11 min
pépites > France
Joies du confinement en province
Selon l’Insee, un Parisien sur dix a quitté Paris depuis le début du confinement
il y a 10 heures 2 min
pépites > Economie
Nouveau record
Coronavirus : 6,3 millions de salariés sont au chômage partiel en France
il y a 12 heures 40 min
light > Science
Quasar
Event Horizon Telescope : des scientifiques capturent l'image d'un trou noir émettant des jets à haute énergie
il y a 14 heures 47 min
pépites > France
Soulager les services de réanimation
Le Conseil scientifique se prononce pour la prolongation du confinement
il y a 16 heures 37 min
décryptage > Santé
Le mal français

Ces raisons qui empêchent le secteur public français de gérer son argent efficacement

il y a 17 heures 48 min
décryptage > Economie
Production relocalisée

Ces faillites qui détermineront bien plus le monde de demain que tous les Grenelle sur un nouvel avenir...

il y a 18 heures 52 min
décryptage > Environnement
Quel cinéma

Parlementaires à la dérive : leur film s’appelle "Le jour d’après" et c’est un navet !

il y a 19 heures 29 min
light > Justice
Star des 12 Coups de midi
Christian Quesada a été condamné à trois ans de prison ferme pour pédopornographie
il y a 7 heures 20 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Oldyssey, un tour du monde de la vieillesse" de Julia Mourri et Clément Boxebeld : pour déconstruire beaucoup d'idées reçues sur "les vieux" !

il y a 8 heures 47 min
pépites > Politique
Président de la République
Coronavirus : l’Elysée annonce que le confinement sera "prolongé" au-delà du 15 avril
il y a 9 heures 32 min
pépites > International
Boulevard pour Joe Biden ?
Démocrates : Bernie Sanders arrête sa campagne et renonce à la course pour la présidentielle américaine
il y a 12 heures 14 min
pépites > Terrorisme
Enquête en cours
Attaque au couteau à Romans-sur-Isère : l’assaillant a été mis en examen pour "assassinats en relation avec une entreprise terroriste"
il y a 13 heures 4 min
pépites > Europe
Action entravée
Covid-19 : Mauro Ferrari, le président du Conseil européen de la recherche (CER), démissionne
il y a 15 heures 43 min
pépite vidéo > Santé
Mental d'acier
Les conseils de l’aventurier Mike Horn pour surmonter le confinement
il y a 17 heures 10 min
décryptage > Santé
Comparaisons

Le système de santé allemand, privé et concurrentiel, fait beaucoup mieux que les systèmes publics français et anglais

il y a 18 heures 10 min
décryptage > Santé
La bêtise aussi est pandémique

"Le coronavirus est une maladie de Blancs" ! On a entendu ça à Marseille, Dakar et Abidjan…

il y a 19 heures 4 min
décryptage > Société
Petite réflexion de confinement

Comment l’éducation de nos parents détermine lourdement notre capacité à devenir leader ou non

il y a 20 heures 24 min
© LOU BENOIST / AFP
© LOU BENOIST / AFP
Entretien inédit

Mort de Mamoudou Barry : nouvelle révélation sur la réalité de l’état psychiatrique de son agresseur

Publié le 02 août 2019
Jonas Haddad, avocat de la famille de Mamoudou Barry, explique que lorsque le drame a eu lieu, le discernement du tueur n'est ni aboli, ni altéré et qu'il est en pleine possession de ses moyens. On parle souvent d'antécédents psychiatriques même s'il peut y en avoir dés l'âge de 10 ans sans être fou à 20 ans.
Jonas Haddad est secrétaire national au sein du parti Les Républicains en charge de l'Entreprenariat des Jeunes.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jonas Haddad
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jonas Haddad est secrétaire national au sein du parti Les Républicains en charge de l'Entreprenariat des Jeunes.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jonas Haddad, avocat de la famille de Mamoudou Barry, explique que lorsque le drame a eu lieu, le discernement du tueur n'est ni aboli, ni altéré et qu'il est en pleine possession de ses moyens. On parle souvent d'antécédents psychiatriques même s'il peut y en avoir dés l'âge de 10 ans sans être fou à 20 ans.

Atlantico : Vous êtes l'avocat de la famille de Mamoudou Barry, enseignant-chercheur guinéen tué par un à l'origine présenté comme supporter algérien. L’interruption de la garde à vue de Damien A a eu lieu pour raisons médicales et il disposait d'antécédents psychiatriques. Quelles informations possédez-vous sur cette affaire ?

Jonas Haddad : Nous avons d'autres informations sur cette affaire. J'ai passé beaucoup de temps avec la famille Barry et j'ai remarqué un fait qui a été peu souligné dans les médias. C'est que lorsque l'agresseur de Mamoudou Barry porte les coups qui voulaient être mortels et que sa femme se rend compte que son mari est mort, elle déclare à l'agresseur : "Tu as tué mon mari !". Là, l'agresseur lui dit : "Reste à ta place ou je te réserverai le même sort."

En lui faisant comprendre cela, on se rend compte que son discernement n'est ni aboli, ni altéré et qu'il est en pleine possession de ses moyens. Il y a un autre point intéressant, c'est que ce serait sa compagne qui serait venue indiquer aux enquêteurs où se trouvait ce personnage. C'est donc quelqu'un possédant une vie sociale, qui n'est pas "dérangé" comme on a pu le présenter. Peut-être était-il nécessaire à ce moment de grande tension de lui administrer des soins mais plus on fait le tri dans les informations qui arrivent, c'est que l'on affaire à quelqu'un qui n'est pas si "fou" que cela.

Selon vous, le motif amené à l'origine comme étant la cause de cette agression, à savoir le racisme, serait donc toujours possible ?

C'est notre conviction et c'est aussi celle du procureur puisque c'est ce qu'il a retenu pour ouvrir l'instruction. Nous ne sommes pas dans le domaine de la supposition, judiciairement nous avons avancé sur ce terrain-là. Ça veut donc dire que lorsque le procureur le retient, il a des indices qui le lui laissent penser. Nous avons des témoignages concordants sur les propos adressés par l'agresseur à notre client.

L'argument des problèmes psychiatriques est-il trop souvent brandi lors d'affaires judiciaires françaises ?

Je ne dirais pas cela mais il y a un résumé trop souvent fait dans la sphère médiatique qui n'est pas toujours agréable. On parle souvent d'antécédents psychiatriques, mais on peut avoir des antécédents psychiatriques à l'âge de 10 ans sans être fou à 20 ans. Il y a aussi une véritable ignorance du code pénal. Le code pénal prévoit bien que la responsabilité pénale demeure si une personne a son discernement altéré, c'est écrit en toute lettres dans l'article 122-1 : la personne demeure punissable. L'article prévoit bien sûr un aménagement de la peine mais pas d'irresponsabilité pénale.

Quand on entend le mot "déséquilibré" ou "antécédents psychiatriques" dans les médias, les gens se disent que c'est terminé et qu'il n'y a plus de responsabilité pénale mais c'est faux. Le seul cas de figure où la personne peut être considérée comme irresponsable pénalement c'est si son discernement est totalement aboli, et pour cela il faut que la personne ait perdu totalement le contrôle de ses actes et qu'elle n'ait plus aucun libre-arbitre. Certains auteurs juridiques parlent de "folie généralisée".

On a trop souvent tendance à qualifier le discernement d'aboli alors qu'il n'est qu'altéré. Il faut bien faire la différence entre le moment où le discernement est altéré et le moment où il est aboli. Ce n'est que parce qu'un discernement est aboli qu'il n'y a pas de responsabilité pénale.

Peut-on appliquer cette réflexion au cadre du terrorisme, dans les cas où l'auteur d'actes terroristes est présenté comme psychologiquement déséquilibré ?

Le réflexe d'assimiler directement un terroriste à un individu déséquilibré psychologiquement est évidemment un très mauvais réflexe parce qu'il disqualifie immédiatement l'enquête et la justice alors que ce sont justement elles qui doivent avoir le plus d'influence et de pouvoir dans ce cas-là. Ce sont à elles de déterminer, notamment par le biais d'une étude psychiatrique, le fait que demain quelqu'un soit considéré comme ayant été en capacité de discerner ses actes ou non.

Même si quelqu'un est décrit comme "déséquilibré", bien que juridiquement ce terme n'ait aucun sens et n'existe pas dans le code pénal, cela n'enlève pas la responsabilité pénale de la personne qui commet l'acte. Il est indéniable que quelqu'un qui s'apprête à commettre des atrocités, comme cela peut être le cas dans les actes terroristes, n'est jamais quelqu'un de très équilibré.

Dans les cas politiquement sensibles (suspicions de racisme, sexisme, actes terroristes etc.), ce recours au casier psychiatrique n'est-il pas un acte politique à part-entière qui vise à nier certains problèmes par la facilité de l'argument du "déséquilibre" ?

Sans doute cela peut-il servir d'argument politique. En tout cas, c'est un argument qui juridiquement ne tient pas. En effet, juridiquement, quelqu'un qui est "déséquilibré", c'est-à-dire qui a son discernement altéré et non aboli, à moins qu'il soit sous stupéfiants à haute dose ou bien sous contrainte, sous la menace de leur vie, a une responsabilité pénale complète. Dans ce cas-là, il y a tout un pan du code de procédure pénale qui prévoit la responsabilité de personnes qui sont sous curatelle ou sous tutelle : c'est ce qu'on appelle les "majeurs protégés". Pour qu'on prononce une curatelle ou une tutelle sur quelqu'un, il faut un vrai dérangement psychologique et pourtant, même dans ce cas-là, il est prévu la responsabilité pénale de ces personnes.

En somme, la perte à un moment de son équilibre psychologique ne peut jamais justifier l'irresponsabilité pénale. D'un autre côté, cela peut atténuer la peine si jamais on arrive à montrer que ce discernement était important. Sur cette question-là, ce ne seront jamais les journalistes qui pourront en décider mais toujours des experts psychiatriques

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Vers un grand tremblement de terre ? Et si les deux verrous allemands et français qui bloquent l’Europe étaient en train de céder...

02.

Comment l’éducation de nos parents détermine lourdement notre capacité à devenir leader ou non

03.

Et si Trump avait raison sur la Chine

04.

"Le coronavirus est une maladie de Blancs" ! On a entendu ça à Marseille, Dakar et Abidjan…

05.

Covid-19 : le gouvernement prépare l'opinion à l’utilisation du tracking digital pour sortir du confinement

06.

Le système de santé allemand, privé et concurrentiel, fait beaucoup mieux que les systèmes publics français et anglais

07.

Tout changer dans le monde d’après ? Le scénario noir que cela pourrait bien déclencher

01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

04.

Covid-19 : le gouvernement prépare l'opinion à l’utilisation du tracking digital pour sortir du confinement

05.

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

06.

Luc Rouban: "Cette crise sanitaire marque la fin du macronisme et le retour du clivage gauche droite"

01.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

04.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

05.

Nombre de morts, manque de moyens, soupçons d’euthanasie : ce qui se passe vraiment dans les Ehpad ?

06.

Covid-19 : les patients en réanimation n’ont "pas respecté le confinement" ? Didier Lallement s’excuse

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
lasenorita
- 02/08/2019 - 12:16
Encore un ''déséquilibré''...
Parmi les musulmans nous avons beaucoup de ''déséquilibrés''..il vaudrait mieux que l'on laisse dans ''leur'' pays ces ''déséquilibrés'' parce que, nous, nous en avons déjà suffisamment en France, tel ce jeune homme qui a tué, à Béziers, un homme ''pour une place de parking".. Tous ces ''criminels'' savent qu'ils ne risquent pas grand-chose: ils peuvent tuer, eux, ne seront pas tués grâce à nos ''Juges rouges'' qui sont pleins de bienveillance pour eux.. ainsi, à Nantes, un ''clandestin'' algérien est ressorti ''libre'' du tribunal voir https://www.breizh-info.com/2019/07/31/124285/nantes-poursuivi-pour-vol-detention-de-drogue-et-port-darme-prohibee-un-clandestin-algerien-ressort-libre-du-tribunal...Les Français ne sont plus en sécurité dans leur pays à cause de leur ''Justice'' et des islamo-collabos qui les gouvernent!..