En direct
Best of
Best of du 1er au 7 août
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le télétravail va-t-il provoquer la fin de l'invulnérabilité des cadres sur le marché mondial du travail ?

02.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

03.

Ces répliques du Hezbollah et de l’Iran auxquelles s’expose Emmanuel Macron

04.

Du glyphosate concentré utilisé comme arme chimique pour détruire une exploitation bio

05.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

06.

Ce qui se passe pour notre corps quand on arrête l’alcool

07.

Emmanuel Macron exhibe son engin (à moteur) et Voici pense qu’il ne s’épile plus; Nicolas S. & Carla Bruni saluent leurs fans; Joey Starr, Cauet &Clara Luciani amoureux, Charlize Theron en couple avec elle-même; Justin Bieber veut sauver Kim K. & Kanye W.

01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled

03.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

04.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

05.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

06.

La Turquie d’Erdogan ne cache plus ses ambitions de dominer le monde musulman en fondant le califat rêvé par les Frères musulmans

01.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

02.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

03.

Edwy Plenel est en très, très grande forme : il assimile la police d'aujourd'hui à celle de Vichy en 1942 !

04.

La morphologie des dingos, des chiens sauvages d’Australie, a fortement évolué au cours des 80 dernières années, les pesticides seraient en cause notamment

05.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

06.

Orange mécanique, le retour : mais que cachent ces tabassages en série pour des histoires de masques ?

ça vient d'être publié
light > Media
Accident industriel
Franck Dubosc signe le pire score d'audience en prime-time de l'histoire de TF1
il y a 1 heure 6 min
pépites > France
Mais que fait la police ?
En moyenne, un maire ou un adjoint est agressé chaque jour en France
il y a 2 heures 33 min
pépite vidéo > International
Catastrophe écologique
Ile Maurice : des images aériennes montrent l'étendue de la marée noire qui menace
il y a 3 heures 5 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Une galaxie au premier stade de l'évolution débusquée grâce à l'IA ; Voici ce qu'il se passe quand un trou noir ne « fonctionne » pas
il y a 5 heures 42 min
pépites > Santé
Au bal masqué ohé ohé
Covid-19 : deux tiers des Français favorables au port obligatoire du masque à l’extérieur
il y a 6 heures 29 min
pépites > International
Onde de choc
Liban : le Premier ministre propose des élections anticipées pour apaiser la colère des habitants
il y a 8 heures 2 min
décryptage > Société
Disruption

Le télétravail va-t-il provoquer la fin de l'invulnérabilité des cadres sur le marché mondial du travail ?

il y a 9 heures 2 sec
décryptage > Justice
Bonnes feuilles

La France des caïds : voyage au pays des narcobandits

il y a 9 heures 19 min
décryptage > Société
Agriculture

Du glyphosate concentré utilisé comme arme chimique pour détruire une exploitation bio

il y a 9 heures 19 min
décryptage > Société
Délinquants déconfinés

Gérald Pandelon : "Avec la crise sanitaire, le risque d’augmentation de la délinquance de droit commun est réel ; les gros voyous, en revanche, s’y sont préparés et ont des réserves"

il y a 9 heures 20 min
pépites > International
Drame
Niger : six touristes français et leurs deux guides tués par des hommes armés
il y a 1 heure 19 min
pépite vidéo > Environnement
Cassandre
Canicule : le bulletin météo de 2050 basé sur des prévisions climatiques est déjà devenu réalité
il y a 2 heures 49 min
pépite vidéo > Europe
Les "jeunes" à la plage
Belgique : émeutes sur des plages pour cause de "distanciation" non respectée
il y a 3 heures 42 min
pépites > International
Dernière dictature d'Europe
Belarus : journée d'élection présidentielle, sur fonds de fraudes et d'arrestations arbitraires
il y a 5 heures 59 min
pépites > Santé
Sortez couverts
Ile-de-France : les zones où le masque devient obligatoire à partir de ce lundi
il y a 6 heures 55 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Dérèglement climatique : les émissions de carbone ont chuté en 2020... sans effet notable pour la planète. Les solutions sont ailleurs
il y a 8 heures 18 min
décryptage > Société
SOS liberté d’opinion en danger

Cancel culture : pourquoi les pires dérives du XXe siècle nous menacent à nouveau

il y a 9 heures 6 min
décryptage > International
Zone de tension

L'annexion du Cachemire déclenchera t-elle une nouvelle guerre indo-pakistanaise ?

il y a 9 heures 19 min
décryptage > France
Immortel Astérix

Voulez-vous savoir pourquoi le mot "Gaulois" a émigré en banlieue ?

il y a 9 heures 20 min
décryptage > Santé
Différences

Le Covid-19 allemand est-il quatre fois moins meurtrier que le français ?

il y a 9 heures 20 min
© ERIC PIERMONT / AFP
© ERIC PIERMONT / AFP
Economie mondiale

Harold James : "Les démocraties occidentales ont plus besoin de refonder le système de Bretton Woods que de se lamenter sur l’impasse dans laquelle se trouverait le capitalisme"

Publié le 29 juillet 2019
Harold James, professeur en études européennes, professeur d'histoire et d'affaires internationales à l'Université de Princeton, revient en exclusivité pour Atlantico sur les récentes déclarations du ministre de l'Economie Bruno Le Maire, auprès de la rédaction du Point, qui considère que "le capitalisme que nous avons connu au XXe siècle est dans une impasse".
Harold James
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Harold James est professeur en études européennes, professeur d'histoire et d'affaires internationales à l'Université de Princeton. Harold James est un historien de l'économie spécialisé dans l' histoire de l'Allemagne et l'histoire économique...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Harold James, professeur en études européennes, professeur d'histoire et d'affaires internationales à l'Université de Princeton, revient en exclusivité pour Atlantico sur les récentes déclarations du ministre de l'Economie Bruno Le Maire, auprès de la rédaction du Point, qui considère que "le capitalisme que nous avons connu au XXe siècle est dans une impasse".

Atlantico.fr : Interrogé par Le Point il y a quelques jours, le ministre français de l'économie, Bruno Le Maire, a critiqué le capitalisme qui serait, d’après lui, dans une impasse. Il a en effet accusé le capitalisme d'être responsable de trois problèmes mondiaux : l'accroissement des inégalités, les problèmes environnementaux et les régimes autoritaires. Comment expliquer de telles déclarations venant d'un défenseur du libéralisme et du progressisme ?

Harold James : Il y a en effet aujourd’hui un désenchantement généralisé autour du capitalisme. Je pense que c’est à ce désenchantement que le ministre veut répondre d’une manière consensuelle, c’est-à-dire sans risquer de perdre des voix ou des soutiens politiques.

Il veut être rassurant et fait la critique du libéralisme, critique qui fait partie de la rhétorique habituelle de la politique française, à droite comme à gauche. Cela explique que souvent les libéraux n’assument pas cette expression pour se définir. La critique systématique du capitalisme ne coûte pas bien cher, et l’on ne devrait par conséquent pas s’attendre à ce qu’un ministre puisse faire un bilan nuancé des avantages et des coûts comme on pourrait l’entendre dans un congrès universitaire.

Je ne crois vraiment pas que le capitalisme puisse à lui tout seul favoriser l’apparition de régimes autoritaires, pas plus que je ne le tiens pour responsable de la destruction de l’environnement. Il convient de rappeler que la plus grande partie des catastrophes qui ont eu lieu au cours des cent dernières années a découlé de la planification, c’est-à-dire d’approches réglementaires non démocratiques et anti-marché.

Ce qu’il y a eu de génie dans le capitalisme dans le passé, c’est d’avoir résolu des problèmes en offrant un moyen de combiner des idées et des initiatives émanant d'un très grand nombre de personnes et de récompenser les innovations utiles (tout en pénalisant les comportements dysfonctionnels).  Ces possibilités existent toujours aujourd’hui : il y a par exemple une large panoplie de solutions pour fixer le dioxyde de carbone présent dans l’air, ou pour développer des sources d'énergie non carbonées. Nous devrions arrêter de penser que nous pouvons compter sur les technocrates, que ce soit pour diriger ou pour réguler le capitalisme : nous devons tous nous engager en tant que citoyens dans la prise de décisions collectives.

Le capitalisme peut d’abord produire toutes sortes de conséquences involontaires, y compris avoir un impact néfaste sur l'environnement, mais le mécanisme du marché est également le moyen le plus efficace de résoudre ces problèmes (pensons par exemple aux taxes carbone). Evidemment les États peuvent et doivent décider comment allouer les coûts de la manière la plus juste et la plus équitable possible. Ils peuvent se servir des marchés et les orienter. Mais un réformateur efficace doit aussi vendre sa politique politiquement, et certains des réformateurs les plus efficaces du capitalisme ont ainsi insisté sur le fait qu'ils offraient une alternative au vieux capitalisme. C'est ainsi que le grand réformateur allemand Ludwig Erhard, dans les années 1940, a vendu ses politiques très pro-marché comme une alternative à la fois à l'économie planifiée et à ce qu'il appelait au XIXe siècle le "libéralisme de Manchester", c’est-à-dire le libéralisme britannique, selon lui brutal et non-régulé. Il a appelé cette nouvelle politique « économie sociale de marché » (soziale Markwirtschaft). La Révolution française ressemblait aussi à une protestation de masse contre les privilèges et le pouvoir économique, mais a produit en fin de compte le cadre législatif nécessaire à l’émergence d’un ordre marchand, autrement dit capitaliste.

Nous nous tournons régulièrement vers le passé - vers la rhétorique de l'anticapitalisme - lorsque nous nous inquiétons de l'avenir. Plus nous sommes incertains de ce qui nous attend, plus nous nous accrochons à ce qui a été. Moins nous en savons sur l'avenir, plus nous sommes convaincus que nous comprenons et croyons vraiment ce que nous avons été. Le monde d'aujourd'hui est particulièrement déboussolant et exigeant, mais cela ne veut pas dire que nous devons abandonner face à ce défi de taille.

Pouvez-vous évaluer brièvement le capitalisme mondialisé ? Quels sont, à votre avis, les principaux avantages et inconvénients de notre système actuel de production et d'échange ?

Le capitalisme mondialisé a sorti un grand nombre de personnes de la pauvreté. Il a rendu la vie plus confortable et potentiellement plus riche et plus intense - pensez aux vastes quantités d'informations et de divertissements qui sont maintenant à la portée de la plupart des gens. Comparez cela à la fin du XIXe siècle, où il fallait faire un long voyage pour écouter un orchestre ou assister à un concert, ou même au milieu du XXe siècle, où les disques vinyle étaient rares et chers. Ou pensez à l'impact des progrès de la médecine. Les inconvénients résident dans les incertitudes quant à l'avenir - sur la sécurité de l'emploi, mais aussi sur l'environnement et l'état de la société. Il est facile de vouloir se réfugier dans ce qui apparaît rétrospectivement comme un monde plus sûr et plus prévisible, et dans lequel les contacts humains étaient peut-être moins nombreux mais plus intenses.

La vulnérabilité du capitalisme au cours des deux derniers siècles a été marquée par le désordre financier. Les crises de 1873, 1907, 1929-1931, 1971-1973, 2007-2010 ont toutes eu des conséquences sociales et politiques majeures, et ont notamment mené à la formulation de nouvelles doctrines nationalistes souvent violentes et destructrices. Cela s'explique en partie par le fait que les grandes crises financières changent aussi les relations entre États et modifient l'équilibre géographique de l'économie. Nous vivons actuellement une période de transition géopolitique qui présente des parallèles fascinants avec le monde d'il y a un siècle.  Alors l'économie la plus mature était la Grande-Bretagne, mais sa croissance était plus lente que celle des grands challengers : les Etats-Unis et, en Europe, l'Empire allemand, fortement orienté vers l'exportation. Aujourd'hui, il y a une analogie nette avec les États-Unis jouant le rôle de la Grande-Bretagne un siècle plus tôt, et la Chine ressemblant à la société autoritaire mais en croissance rapide de l'Allemagne impériale. Dans ces circonstances, nous devons penser à la meilleure et à la plus juste forme d'organisation sociale.

La vieille défense libérale du capitalisme, mais aussi la défense néolibérale, plus récente, (telle qu'elle a évolué dans les années 1930 en critique du fascisme et du communisme) reposaient sur la liberté, et non sur la production de prospérité. Les libertés les plus fondamentales sont des questions de pensée et d’expression. La question de la prospérité était un sous-produit, et non l'essence, de la liberté.

L'impuissance des Etats est-elle responsable des problèmes évoqués par Bruno le Maire ? Pouvons-nous aujourd'hui traiter ces questions à l'échelon national ?

En effet, les questions de sécurité au sens large (sécurité contre les agressions extérieures, contre la manipulation des médias, mais aussi en termes de santé ou de conditions climatiques) ne peuvent évidemment pas vraiment être traitées au niveau national. C'est en grande partie ce que contient réellement le message de Bruno Le Maire, à savoir que les accords commerciaux internationaux peuvent, par exemple, jouer un rôle vital dans la lutte contre les menaces posées par le changement climatique. L'Europe a beaucoup d'expérience sur la manière de bien faire fonctionner le multilatéralisme, en raison bien sûr de son histoire difficile, mais aussi en matière d'"intégration", c'est-à-dire de compromis et d'arbitrages entre pays dans un but collectif.

Et il y a aussi beaucoup d'autres questions - comment rendre les villes plus vivables et plus humaines par exemple - qu'il est préférable d'aborder à un niveau administratif local. Le problème des inégalités est une question assez pratique dans les faits – il se pose souvent dans des villes dynamiques comme Paris, New York, Shanghai ou Londres, qui sont devenues inabordables pour les gens ordinaires ou même moyennement aisés. La démocratie locale jouera un rôle important dans l'élaboration de meilleures solutions à ce niveau. Ce genre de problème ne peut pas non plus être réglé par de simples mesures fiscales au niveau national.

Comme Dani Rodrik a tenté de le démontrer avec le triangle d’incompatibilité à propos de l'économie mondiale, un choix entre intégration économique, État-nation et démocratie semble toujours nécessaire. Si nous voulons conserver les bénéfices de l'intégration économique, pensez-vous qu'il soit possible de conserver démocratie et Etat-nation avec leurs exigences propres ? Une gouvernance démocratique internationale de l'économie pourra-t-elle un jour être mise en place ?

Le trilemme ainsi formulé est trop simple. La formulation de Rodrik est fondée sur une analogie avec le trilemme macroéconomique classique ou trinité impossible des taux de change fixes, de la mobilité des capitaux et de la politique monétaire autonome. Mais il n'y a jamais de mouvements de capitaux totalement libres, il y a toujours un biais domestique dans l'allocation des capitaux, les taux de change ne sont jamais complètement fixes et la politique monétaire nationale est toujours influencée par les politiques monétaires étrangères. Je pense qu'il y a exactement les mêmes compromis dans le modèle d'économie politique de Rodrik. Un État-nation ne vit pas complètement seul, et la démocratie ne signifie pas que les gens sont libres de choisir absolument tout ce qu'ils peuvent imaginer. Les mécanismes internationaux de coordination - l'infrastructure du multilatéralisme - sont précisément le meilleur moyen de gérer ce type d'arbitrage, en déterminant comment faire rationnellement des choix nationaux qui n'exercent pas une influence ou un effet néfaste sur les autres Etats.

Y a-t-il des leçons à tirer de l'histoire du capitalisme pour formuler des réponses aux critiques qui lui sont adressées ?

Parfois, l'histoire des catastrophes passées de la démondialisation aide à comprendre la nature du problème qui doit être résolu.

Le système de Bretton Woods a été conçu comme un système multilatéral et multipolaire, l'expression de la coalition issue de la guerre (les Nations Unies), dans lequel sécurité et stabilisation économique ont été réunies. Aujourd'hui, il est urgent de mettre en place une structure de gouvernance au niveau mondial, offrant une coordination entre les différents ensembles régionaux.  En 1944-1945, les cinq principaux actionnaires des institutions de Bretton Woods (le FMI et la Banque mondiale) qui devaient avoir leurs représentants au Conseil d'administration, étaient également les pays qui devaient siéger de manière permanente au Conseil de sécurité des Nations Unies, c’est-à-dire les États-Unis, l'URSS, le Royaume-Uni, la Chine et la France. Mais en raison de l'échec de l'URSS à ratifier les accords de Bretton Woods et de la révolution communiste en Chine, le FMI et la Banque mondiale se sont développés dans une direction différente, excluant l'URSS et (dans un premier temps) la RPC.  Et dans la pratique, le système financier international a donc évolué comme un ordre unipolaire, construit explicitement (comme le reconnaissent les statuts du FMI) autour du dollar américain.  Certaines des crises financières contemporaines les plus complexes - l'Ukraine ou le Venezuela - sont également éclipsées par un traitement uniquement sécuritaire ; or sécurité et dimension financière ne peuvent pas être traitées séparément.

Propos recueillis par Augustin Doutreluingne.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (26)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
evgueniesokolof
- 31/07/2019 - 12:58
Dis donc Ganesha
Vu ton assiduité ici , tu dois être le benjamin de la maison de retraite... ou alors t'es au RSA ou bien tu bulles au ministère de la culture....
Non, ce qui me préoccupe n'est pas ton souci indéniable autant que courageux de pédagogie, mais c'est ton irrépressible habitude de faire le grand écart! Bon, c'est vrai que Doriot a commencé au parti communiste et que Toubon va la finir en remplaçant Poutou qui a du perdre son job à Blanquefort! mais quand même! Tu vois MLP faire une turlutte à Karl Marx ou Orban partouzer avec Rosa Luxembourg? A faire le grand écart c'est pas seulement tes adducteurs qui doivent être nazes, c'est ton sphincter qui va ressembler à un vélodrome !
evgueniesokolof
- 31/07/2019 - 12:49
ouais
"Même cette somme donné par l'impôt ne fait que prouver, à celui qui la reçoit, qu'il n'est rien, & ainsi il préfère être dans la rue pour Être.

Donc peut importe le travail il faut travailler pour Être. Ainsi le fait de recevoir chaque mois sa dose d'impôt ( une drogue ) des autres, créant une totale insatisfaction ne fait que détruire l'humain."
Las ! on sent effectivement que l'Ecole n'a a servi à rien, tant, entre l'orthographe estropiée et la syntaxe estramaquée , on se dit que l'Être rejoint le néant !
evgueniesokolof
- 31/07/2019 - 12:44
ah ah ah
"Plus les cons volent , plus ils convolent et se reproduisent" Marcel Petiot
" Plus bas on descend, plus on se dit, ben voyons, il doit bien encore y avoir un cave" Jean Saul Partre
"A force d'être tolérant, on finit par attrapper des morpions et la petite vérole" Arthur Boudur-grand chambellan de Philippe d'Orléans