En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

02.

Popularité : Emmanuel Macron et quasiment tout le gouvernement en hausse

03.

Black Friday et soldes en ligne : voilà pourquoi des Bots rafleront vraisemblablement les meilleures affaires sans vous laisser le temps de réagir

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Les premiers indices d'un baby krach sont-ils là ?

06.

Donald Trump a déclaré hier qu'il partirait de la Maison Blanche après l'intronisation de son rival mais il aura du mal car il y a eu une "fraude massive"

07.

Le Covid-19 est-il un laboratoire d’expérimentation pour accélérer la transformation des métiers ?

01.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

02.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

03.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
pépites > France
Manifestations
Loi "sécurité globale" : très forte mobilisation à Paris et dans toute la France
il y a 14 heures 7 min
pépites > Economie
Covid-19
Le plafond d'indemnisation pour les entreprises fermées sera doublé, à 200.000 euros par mois
il y a 15 heures 2 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Histoires du Vendée Globe 2" : L’Everest de la voile vu de l’intérieur !

il y a 17 heures 44 min
light > Insolite
Ah
Lille : la Grande roue sera installée, mais restera fermée au public
il y a 17 heures 56 min
pépites > Politique
Le confinement leur réussit
Popularité : Emmanuel Macron et quasiment tout le gouvernement en hausse
il y a 18 heures 56 min
pépites > France
Libérés, délivrés
Déconfinement : retrouvez la nouvelle attestation et le résumé des changements du jour
il y a 20 heures 2 min
décryptage > Santé
Ils en ont vu d'autres

Ultra Covid Solitude : à la cuisine ou pas, papi et mamie semblent mieux résister à la dépression que les jeunes générations

il y a 21 heures 23 min
décryptage > Société
Visitez avec nous le XVIIIème arrondissement de Paris

A cause de l’insécurité la bibliothèque de la Goutte d’Or a fermé ses portes. Tiens, il y avait une bibliothèque à la Goutte d’Or ?

il y a 21 heures 45 min
décryptage > Culture
Bonnes feuilles

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

il y a 21 heures 48 min
décryptage > High-tech
Bonnes feuilles

Monde de demain : la vague de l'intelligence artificielle en action

il y a 21 heures 48 min
light > Media
C'est d'actualité
France Télévisions prépare une adaptation en série TV de "La peste" d'Albert Camus
il y a 14 heures 39 min
pépites > Justice
Justice
Nice : un homme écope de 18 mois de prison ferme pour avoir menacé de mort un professeur
il y a 15 heures 34 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"La voyageuse de nuit" : une enquête magistrale où se côtoient révolte et tendresse

il y a 17 heures 48 min
pépites > France
Juste une mise au point
Violences : le préfet de police de Paris Didier Lallement rappelle à l'ordre les policiers
il y a 18 heures 25 min
pépite vidéo > Sport
Rugby
Avant d'affronter l'Argentine, les All Blacks rendent hommage à Maradona
il y a 19 heures 38 min
pépite vidéo > Politique
Déplorable
Manon Aubry (LFI) choque en déclarant que l'insulte "sale macaroni" n'est pas raciste envers les immigrés italiens
il y a 20 heures 52 min
décryptage > International
Chasse ouverte

Iran : assassinat d’un haut scientifique iranien spécialiste du nucléaire

il y a 21 heures 30 min
décryptage > Environnement
Bas-carbone

Énergie nucléaire : l’Union européenne au risque de l’incohérence ?

il y a 21 heures 46 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

Le Covid-19 est-il un laboratoire d’expérimentation pour accélérer la transformation des métiers ?

il y a 21 heures 48 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)
il y a 21 heures 48 min
© NIKLAS HALLE'N / AFP
© NIKLAS HALLE'N / AFP
De Charybde en Scylla

L’UE mesure-t-elle le risque politique qu’elle prend en se montrant intraitable face à Boris Johnson ?

Publié le 27 juillet 2019
Michel Barnier, négociateur de l'UE pour la sortie du Royaume-Uni de l'Union, a déclaré que la vision du Brexit portée par Boris Johnson était "inacceptable" et que l'Union européenne ne changerait rien à l'accord négocié avec Theresa May.
Edouard Husson
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Barnier, négociateur de l'UE pour la sortie du Royaume-Uni de l'Union, a déclaré que la vision du Brexit portée par Boris Johnson était "inacceptable" et que l'Union européenne ne changerait rien à l'accord négocié avec Theresa May.

Atlantico : Jeudi, Michel Barnier, négociateur de l'UE pour la sortie du Royaume-Uni de l'Union a déclaré que la vision du Brexit portée par Boris Johnson était "inacceptable" et que l'Union européenne ne changerait rien à l'accord négocié avec Theresa May. De son côté Johnson a une nouvelle fois confirmé qu'il mènerait le Brexit à bout coûte que coûte. Que peut-il sortir du jusqu'au-boutisme des deux parties ?

Edouard Husson : La symétrie n’est qu’apparente. D’un côté, vous avez le leader légitimement élu par son parti et devenu Premier ministre selon la tradition de son pays; de l’autre, vous avez le personnel sans légitimité démocratique d’une équipe technocratique sortante. Le combat est inégal, mais pas dans le sens où le disent beaucoup: dans le combat de David contre Goliath, c’est David qui gagne. Le Royaume-Uni de Boris Johnson a la légitimité nationale, le droit international et le bon sens pour lui. Soyons précis, d’ailleurs: Michel Barnier n’a pas dit que l’ensemble de la position de Boris Johnson était inacceptable: il ne veut pas entendre parler de la demande-clé du nouveau Premier ministre, à savoir la remise en cause du backstop. Or c’est précisément là-dessus que le vote de l’accord de Theresa May a échoué au Parlement ! Du point de vue britannique, il est inacceptable que la Commission européenne joue de la sorte avec une histoire tragique et sanglante, celle de la question irlandaise. Les Britanniques ont la prudence historique pour eux et la Commission européenne a fait preuve, en l’occurrence d’un profond aveuglement. On ne joue pas avec l’histoire. L’UE vit d’ailleurs en dehors de l’histoire. Elle flatte le vieux rêve allemand de sortie de l’histoire; elle sert le rêve des élites françaises de se décharger de ce qu’ils perçoivent comme un fardeau, leur propre peuple. Mais le réveil de la Chine, le redressement de la puissance russe, l’élection de Donald Trump, le vote du Brexit le montrent, entre autres exemples: l’histoire ne s’arrête jamais. Celui qui cherche à arrêter l’histoire est toujours un ennemi de la liberté. Gorbatchev l’avait dit à Honecker à quelques semaines de l’ouverture du Mur de Berlin: « L’histoire punit celui qui vient trop tard ». 

Boris Johnson a beaucoup insisté sur son assise populaire lors de sa dernière intervention au Parlement. A quel point est-il capable de mobiliser ce peuple derrière lui contre ses adversaires dans ce duel qui s'annonce ?

L’histoire de la Grande-Bretagne est le plus souvent une question de majorités relatives. Le système de scrutin uninominal à un tour permet à un parti de gouverner avec 30 à 35% des voix. Mais ce qui est extraordinaire, dans le cas du Brexit, c’est qu’on a eu affaire à une majorité absolue de suffrages. Certains, en Grande-Bretagne ou en Europe, rêvent d’un second référendum. Mais sont-ils aveugles? Les députés travaillistes et conservateurs élus en juin 2017 ont tous promis d’appliquer le Brexit ! Forcés d’organiser des élections européennes en mai 2019, les Britanniques ont placé en tête le Brexit Party, à 34%, sans compter le fait qu’il y a des Brexiteers qui sont restés fidèles aux Tories et au Labour. Boris Johnson sait depuis le départ qu’il est possible qu’il doive emmener le parti conservateur vers de nouvelles élections générales: il a tout intérêt à être intransigeant puisque c’est ce qui lui gagnera une majorité, en lui permettant de reprendre des voix, massivement, au Brexit Party. C’est une question de survie pour le parti conservateur. Jamais le parti n’a été plus proche de tomber dans l’insignifiance - un peu comme les Libéraux à la fin du XIXè siècle. Il y a quelques semaines, les Tories n’ont guère fait mieux que LR en France ! Johnson n’a donc pas d’autre choix que d’être sur une ligne de négociation avec l’UE qui soit très dure. Même si le parti conservateur n’y jouait pas sa survie, ce serait de toute façon une bonne stratégie de négociation. 

Si l'UE réussissait à contrecarrer les plans de Johnson et le poussait à céder sa place comme elle semble vouloir le faire, ne risque-t-elle pas de se trouver face à un interlocuteur encore moins facile à gérer ?

L’Union Européenne est peuplée de dirigeants qui, pour reprendre le mot de Chateaubriand sur les émigrés, n’ont « rien appris ni rien oublié ». Les représentants de l’Union Européenne sont convaincus que Boris Johnson n’y arrivera pas; qu’il bluffe. Ils ont vu comment Theresa May est passée du discours de Lancaster en janvier 2017 au plan de Chequers de juin 2018, d’une position dure à une position molle. Ils espèrent faire parcourir le même chemin à Johnson en quelques semaines ! Là où ils se trompent, c’est sur leur propre position: ils se sont imposés à Theresa May dans la mesure où cette dernière, après avoir suscité bien des espoirs, s’est effondrée politiquement; à ,partir du moment où Johnson tient bon - et il n’a pas le choix s’il ne veut pas être le fossoyeur de son parti - la position de l’UE va devenir impossible  à tenir. Evidemment, on voit bien le calcul de l’UE: acculer Boris Johnson au No Deal, dans l’espoir qu’il soit mis en minorité sur ce point. Mais, répétons-le, Johnson a la carte maîtresse dans son propre jeu: une élection générale le confortera - pourvu qu’il reste sur sa ligne de négociation dure. Le nouveau premier ministre sait, en outre, qu’il peut utiliser intelligemment le facteur temps: la population britannique n’en peut plus d’attendre une issue au Brexit; le monde industriel et financier est de plus en plus disposé à tolérer un No Deal pourvu que cela fasse sortir de l’incertitude. Et Boris Johnson sait bien que l’économie britannique, qui a remarquablement tenu jusque-là, pourrait être handicapée par une prolongation à l’infini de la négociation sur le Brexit. Voilà pourquoi Johnson n’a pas d’autre choix que de tenir la date du 31 octobre. Evidemment, plus on va avancer et les enchères monter, plus on peut s’attendre à des épisodes tragicomiques: des trahisons surmédiatisées dans le camp de Boris ,ou bien des révélations sensationnelles sur sa vie privée ou d’autres boules puantes. Je crois volontiers que l’UE et ses alliés en Grande-Bretagne sont prêts à tout pour éviter que la bulle confortable dans laquelle ils sont installés. Ce qui se passe en Grande-Bretagne aura une valeur pour l’ensemble de l’Europe: les européistes, mondialistes et progressistes ont parfaitement conscience qu’ils sont en train de voir surgir une négation concrète de tout ce qu’ils prônent depuis des années: si une nation reprend sa souveraineté, développe sa prospérité mieux hors de l’Europe de Bruxelles et montre qu’elle peut se passer de l’Union Européenne, c’est tout un discours qui va s’effondrer, celui de « soyons unis pour peser! ». L’UE serait prête à susciter en Grande-Bretagne une situation où le Brexit Party supplanterait le parti conservateur et se retrouverait, éternellement minoritaire, face à un macronisme britannique (une alliance entre les Libéraux-Démocrates et ce qui resterait du Labour); mais le conservatisme et le souverainisme de Boris Johnson vont être difficiles à ébranler car le nouveau Premier ministre incarne, dans la grande tradition fondée par Benjamin Disraëli, une droite pour qui la souveraineté s’exerce au sein du Parlement. Johnson renoue avec un discours très favorable aux entreprises, à l’économie et à la croissance. Et il retrouve le fil, aussi, de l’engagement social des Tories. Voilà pourquoi il faut parier sur lui ! 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (23)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Liberte5
- 28/07/2019 - 22:54
Passionnant! Enfin cela commence à devenir passionnant!!
Brexit il va avoir. Mais qui peut dire la suite, passées les 2 premières années? Personne. En attendant moi je trouve cela passionnant.
Benvoyons
- 28/07/2019 - 13:14
L'UE signant le CETA & prochainement Mercosur & autres
verrouille en fait toute négociation de ces pays avec l'UK qui a un marché de 65millions.
En effet si le Canada & autres signent avec l'UK des accords plus accommodants avec l'UK, ils se verront immédiatement en renégociation avec l'UE pour être en dessous de UK, car l'UK n'a qu'un marché de 65 millions.
Trump qui a le sens des affaires plus que de sens politique ne va pas donner + à l'UK avec ses 65 contre l'UE avec 550 :)::)
Le gorille
- 28/07/2019 - 11:36
Fazende
Vous avez travaillé l'Histoire. Alors vous avez tout le recul pour comprendre la folie du XXe siècle : faire d'un claquement de doigt ce que les différents rois d'Europe ont mis des siècles à construire. Ceux qui ont utilisé les armes, à part les César (et encore : l'empire s'est finalement écroulé), s'y sont cassé les reins. La France est exactement la construction de l'Europe : combien de siècles pour la faire ? Et on y mélange des nations encore peu assises ! On est en plein folie ! J'ai résidé dans beaucoup d'endroits en France : les traces y sont encore vives chaque fois : né chez l'anglois, puis au gré des déménagements me heurtant à l'ibère, à l'italien (qui prenait tous les noms que vous voulez), à la résistance à l'envahisseur voisin (nous en fait), aux incursions du nord, aux hordes de l'Est, aux razzias méditerranéennes, et quant à Lutèce, laminée par les nouveaux ghettos, dont le jaune, et le vert-olive, on ne sait plus trop quoi penser.