En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© PATRICK HERTZOG / AFP
Perdants économiques

Ce que les opposants au CETA ne comprennent pas au libre-échange

Publié le 23 juillet 2019
Le projet de loi sur la ratification du traité de libre-échange entre le Canada et l'Union européenne, le CETA doit être voté ce mardi 23 juillet. Si les droits de douanes devraient être supprimés sur 98% des biens échangés, il se pourrait qu'il y ait davantage de perdants économiques.
Mathieu Mucherie est économiste de marché à Paris, et s'exprime ici à titre personnel.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Mathieu Mucherie
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Mathieu Mucherie est économiste de marché à Paris, et s'exprime ici à titre personnel.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le projet de loi sur la ratification du traité de libre-échange entre le Canada et l'Union européenne, le CETA doit être voté ce mardi 23 juillet. Si les droits de douanes devraient être supprimés sur 98% des biens échangés, il se pourrait qu'il y ait davantage de perdants économiques.

Atlantico : En quoi la théorie économique a-t-elle disparu des débats autour du libre-échange ? Que risque-t-on à discuter de la politique économique (en particulier commerciale) sans le moindre argument rationnel ?

Mathieu Mucherie : C'est un phénomène qu'on retrouve dans de nombreuses questions qui devraient faire l'objet d'une analyse économique. Je le vois au quotidien sur la politique monétaire. C'est quelque chose qu'on retrouve aussi sur les questions de politique commerciale, parce qu'on a affaire à une matière plutôt retorse, très contre-intuitive, avec des mécanismes comme les avantages comparatifs qui ne sont pas assez enseignés (donc les économistes ont sans doute une part de responsabilité). 

La théorie est en réalité très libre-échangiste : elle n'est pas mitigée. La théorie sur le libre-échange est solide. Ce n'est pas une position doctrinaire comme le disent certains médias. C'est une théorie qui réunit 92 % des économistes si j'en crois certains travaux. Et puis un certain nombre d'éléments empiriques sur plusieurs continents et plusieurs époques montrent la même chose : c'est à dire qu'il ne faut aucun frein au libre-échange, qui doit être inconditionnel et unilatéral. C'est cela la théorie.

Là où néanmoins, on peut ajouter de la subtilité, c'est qu'il y a des perdants. Et la question se pose donc ainsi : comment les indemniser ? Cette question, qui fait partie de l'attirail des économistes, relève non plus de la théorie économique mais de l'économie politique. La théorie dit que cela doit être fait plus ou moins finement, à l'échelon national. Il faut des budgets, des capacités à agir pour cerner qui sont les perdants potentiels et comment les indemniser. 

En somme ce que dit la théorie, c'est qu'il ne faut pas tuer la poule aux œufs d'or : il faut dans un premier temps désarmer l'échange (désarmement réglementaire, fiscal, etc.), et avec les flux créés pour la collectivité par ce désarmement, on obtient la possibilité d'indemniser certains, de mieux aménager les choses ou de trouver des accommodements sur le plan écologique. 

Tout cela, c'est sur le plan de la théorie. Mais malheureusement, dans la pratique, aujourd'hui, vous avez des médias qui se lancent dans des campagnes hystériques anti-libre-échange, à la moindre suspicion de bœuf aux hormones. C'est un sujet soumis à la vindicte médiatique. Cela ne date pas d'hier : je me souviens des émeutes à Seattle en 1999. Même si la région tirait sa richesse de Microsoft par exemple, c'est à dire d'entreprises très mondialisées, cela n'empêchait pas toute la jeunesse locale de manifester contre l'OMC. C'est déjà en son temps ce qu'avait montré Jean-François Revel. Voilà un phénomène surréaliste : c'est comme si l'on avait trouvé des gens contre le commerce avec des zones éloignées dans la Venise du XIVème siècle... 

En fait les autorités compétentes sont plus ou moins compétentes sur le plan budgétaire et fiscal pour faire en sorte que les perdants nets soient indemnisés. 

Ensuite, l'hystérisation des débats par l'argument écologique ou sanitaire est aussi quelque chose de nouveau. S'est greffée à cette question une préoccupation environnementale plus forte qui croit pouvoir trouver dans l'opposition au libre-échange une terre de combats. Jusqu'ici, on mettait plutôt en avant des arguments sociaux, l'argumentation typique du protectionnisme, mais cela ne prétend plus. Christian Jacob, ancien du syndicalisme agricole, se heurte au CETA sur un point particulier : la viande de bœuf. Il était donc prêt à tout remettre en question pour ce point-là. Il mettait en avant la question de la vache folle, qu'on pourrait selon lui récupérer. Je ne suis pas un expert en bœuf, mais il me semble qu'il n'y en a pas eu au Canada. Si certains arguments écologiques ou sanitaires sont valables, il faut trouver le moyen d'indemniser et ne pas tout bloquer parce qu'on a un opposant sur tel ou tel détail. 

Il y a une responsabilité en amont : réunir les gens autour de la table et désamorcer les fausses informations. Ensuite, si cela n'a pas été fait, il faut trouver le moyen de donner des soutiens en fonction des secteurs concernés par des pertes. 

En termes d'économie politique, comment faire signer un accord commercial alors même que certains participants s'estiment perdants ? Que révèle cette résistance à la ratification du traité par certains (et notamment LR) et comment la surmonter ? 

Il n'y a pas beaucoup d'autres solutions : la persuasion et l'argent. Après, il y a peut-être un problème de gouvernance à revoir. Confier tout le pouvoir à la Commission européenne, c'est une méthode qui arrive à sa fin. Pour les gens de bonne foi, il faut essayer de trouver des éléments de compromis après ratification par les Assemblées. La Commission devrait être ouverte à la discussion en amont. 

En aval, le gouvernement doit prendre en compte les secteurs qui vont souffrir pour que ces secteurs soient moins touchés. 

Enfin, si on avait une politique plus volontariste et rationnelle sur l'écologie, les écologistes auraient peut-être moins de choses à dire sur ce genre d'accord. 

Le libre-échange, pour conclure, est tellement efficace qu'il peut aller trop loin. Et il faut trouver les mécaniques un peu intelligentes pour que les pertes nettes soient lissées budgétairement et dans le temps. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

02.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

03.

Hong Kong : ces nouvelles formes de censure très efficaces pour empêcher les mouvements sociaux

04.

Miley Cyrus s’éclate avec une ex Kardashian, Claire Chazal se souvient de quand elle s’éclatait avec (un de) ses ex; Énième réconciliation pour Jamel & Melissa, 1ère grossesse pour Louane; Anouchka Delon pacifie sa famille, Brigitte Macron choie la sienne

05.

Après l’annonce de la mort d’Hamza Ben Laden, de hauts responsables d’Al-Qaida réapparaissent

06.

Classement Bloomberg des familles les plus fortunées : pourquoi les dynasties règnent plus que jamais sur le capitalisme mondial

07.

Balance ton port : les Marseillais veulent-ils couler leurs gros bateaux ?

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

Pour comprendre l’après Carlos Ghosn, l’affaire qui a terrassé l’année 2019 dans le monde des entreprises

03.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

04.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

05.

Comment se fait-il qu'un pays aussi beau que la Pologne ait un gouvernement de m... ?

06.

Affaire Jeffrey Epstein : cette épidémie de suicides dans les prisons françaises qu'il serait également bon d'interroger

01.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

02.

M. Blanquer, pourquoi cachez-vous à nos enfants que les philosophes des Lumières étaient de sombres racistes ?

03.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

04.

Réorganisation de la droite : cette impasse idéologique et politique qui consiste à s'appuyer uniquement sur les élus locaux

05.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

06.

Pourquoi cette étude confirme l'absence de lien entre vaccination et sclérose en plaques (mais ne suffira probablement pas à recréer la confiance)

Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Ganesha
- 24/07/2019 - 17:15
Nourrir les Pauvres
D'après le JT d'Arte d'hier soir, il est prévu d'importer 67.000 tonnes de viande bovine ''douteuse''.

Plus que jamais, il sera essentiel de n'acheter que des produits arborant le logo ''viande française''.
Mais la viande toxique sera destinée aux lasagnes et aux burgers bas de gamme, qui nourrissent les pauvres : eux, n'ont pas le choix !
GP13
- 24/07/2019 - 11:36
Qui sont les perdants du libre échange ?
Mathieu Mucherie nous dit que le libre échange produit des perdants que les politiques doivent indemniser.
Mais il ne précise pas qui sont les perdants. Il y a, par exemple, les agriculteurs, les éleveurs bovins, ovins ou seulement une partie d'entre eux. Et puis, il y a les perdants industriels, avec des pans entiers qui périclitent ou disparaissent, alors que ces activités se poursuivent ailleurs. De proche en proche,on peut arriver à comprendre que c'est toute une nation qui peut être perdante..... et les politiques vont l'indemniser avec quoi ? Le libre échange trouve donc sa limite dans le droit des nations à l'activité, la prospérité, la dignité.
Anouman
- 23/07/2019 - 12:05
Libre échange
Il serait bien difficile de montrer la supériorité du libre échange total puisque cela n'existe pas. Les traités prévoient des clauses sur ceci ou cela (je laisse rentrer ton bœuf mais tu prends mes autos). Le problème avec un traité signé au niveau d'une entité aussi hétérogène que l'UE c'est que ce qui va avantager les uns désavantagera d'autres. Les traités doivent donc être négociés par pays. Ce qui est en contradiction avec le "grand marché" (plutôt un bazar) européen. Supprimons l'UE et on ne se posera plus de mauvaises questions.