En direct
Best of
Best of du 12 au 18 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Californie : une importante faille tectonique se réveille après 500 ans d'inactivité

02.

Une France, deux sentiments nationaux concurrents ?

03.

L’État décide de porter plainte après les accusations d'un homme qui prétendait que la France était "raciste"

04.

Matignon : Sandro Gozi, le conseiller d'Edouard Philippe, annonce sa démission

05.

Ce que François Hollande semble ne (toujours) pas comprendre à la nature de la crise de défiance qui déstabilise les démocraties occidentales

06.

Chine : des tueurs à gages condamnés pour avoir essayé de sous-traiter leur projet criminel

07.

La haine des bien-pensants : ils voient tous ceux qui ne pensent pas comme eux comme des invalides !

01.

Agression sexuelle : ça s'aggrave pour Patrick Bruel ; 25 ans et toutes ses dents, Madonna a un nouveau toyboy ; Céline Dion rate son 1er concert et ne sait plus où elle en est ; Les secrets du revirement de Laeticia Hallyday

02.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

03.

Des slips sur des statues de nus à l'UNESCO ! Pour ne pas heurter "certaines sensibilités"…

04.

Les Mormons : l'influence du cercle des conseillers d'Emmanuel Macron

05.

Petit coup de projecteur sur le classement très discret des vrais salaires des hauts-fonctionnaires

06.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Une France, deux sentiments nationaux concurrents ?

03.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

04.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

05.

Pression islamiste : quelles leçons de la guerre froide et du "containment" de la menace intérieure communiste ?

06.

Plus urgent que le vote de l'interdiction du voile en sorties scolaires, le combat contre un anti-racisme dévoyé

ça vient d'être publié
pépites > France
Impact à Montpellier, Toulouse et Perpignan
Intempéries : le trafic SNCF fortement impacté dans le sud de la France jusqu'au 4 novembre
il y a 4 heures 55 min
pépite vidéo > International
Tentative d'apaisement
Chili : le président Sebastian Piñera demande pardon et propose des mesures sociales
il y a 6 heures 37 min
light > Science
Big One ?
Californie : une importante faille tectonique se réveille après 500 ans d'inactivité
il y a 9 heures 35 min
pépites > High-tech
Révolution ?
Google dévoile des progrès majeurs dans le calcul quantique
il y a 10 heures 37 min
pépites > Justice
"Diffamation publique"
L’État décide de porter plainte après les accusations d'un homme qui prétendait que la France était "raciste"
il y a 12 heures 12 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Unbelievable" : ... mais vrai !

il y a 13 heures 46 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Hors normes" d'Eric Tolédano et Olivier Nakache : les réalisateurs d'Intouchables nous embarquent dans un film irrésistible

il y a 14 heures 21 min
décryptage > Science
Espace

Les effets du voyage spatial sur le corps humain

il y a 15 heures 21 min
décryptage > France
Repli ?

Une France, deux sentiments nationaux concurrents ?

il y a 16 heures 19 min
décryptage > Société
Tout nouveau, tout beau

L'amour sur Instagram ? C'est de l'art !

il y a 16 heures 58 min
Jamais mieux servi que par soi-même
Chine : des tueurs à gages condamnés pour avoir essayé de sous-traiter leur projet criminel
il y a 5 heures 54 min
pépites > Politique
Polémique maltaise
Matignon : Sandro Gozi, le conseiller d'Edouard Philippe, annonce sa démission
il y a 7 heures 56 min
pépites > Faits divers
Enquête
L'homme arrêté au musée de Saint-Raphaël a été hospitalisé d'office
il y a 10 heures 7 min
pépites > Politique
Avenir de la droite
Christian Jacob dévoile le nouvel organigramme des Républicains
il y a 11 heures 13 min
pépite vidéo > Défense
Promesses tenues ?
Syrie : la Turquie et la Russie évoquent un "accord historique"
il y a 13 heures 23 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Oublier Klara" d'Isabelle Autissier : une saga familiale qui s’étire des goulags staliniens à la décomposition de l’URSS

il y a 14 heures 6 min
décryptage > Société
Conséquences bénéfiques ?

L'impact social de la flexibilité des horaires de travail

il y a 14 heures 52 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 22 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 15 heures 38 min
décryptage > Sport
Ligue des Champions

Bruges - PSG : 0-5, Avec un Mbappé fulgurant, le PSG caracole en tête de son groupe

il y a 16 heures 45 min
décryptage > Société
Il n'y a rien à voir...

La haine des bien-pensants : ils voient tous ceux qui ne pensent pas comme eux comme des invalides !

il y a 17 heures 11 min
© LIONEL BONAVENTURE / AFP
© LIONEL BONAVENTURE / AFP
La France est fragile, ne la brusquons pas

Dépenses publiques : Emmanuel Macron s’est-il définitivement converti au chiraquo-hollandisme ?

Publié le 22 juillet 2019
Si la France avait adopté le programme Macron, on serait quasiment en récession. Si on peine à se souvenir des grandes mesures de Chirac pendant son deuxième mandat, on se souvient par contre de l'explosion des dépenses sous Hollande qui n'a pas eu une politique de « bon père de famille », ce qu'Emmanuel Macron ne semble pas vouloir faire non plus.
Mathieu Mucherie est économiste de marché à Paris, et s'exprime ici à titre personnel.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Mathieu Mucherie
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Mathieu Mucherie est économiste de marché à Paris, et s'exprime ici à titre personnel.
Voir la bio
Marc de Basquiat
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Si la France avait adopté le programme Macron, on serait quasiment en récession. Si on peine à se souvenir des grandes mesures de Chirac pendant son deuxième mandat, on se souvient par contre de l'explosion des dépenses sous Hollande qui n'a pas eu une politique de « bon père de famille », ce qu'Emmanuel Macron ne semble pas vouloir faire non plus.

Atlantico : L'Elysée a été épinglé par la Cour des comptes pour avoir dépassé son budget de 5,6 millions d'euros en 2018. Si cette dépense supplémentaire semble anecdotique, elle permet de s'interroger plus globalement sur l'action du gouvernement sur les dépenses publiques. Dans les derniers jours, des annonces faites en vue du projet de loi de finances pour 2020 tendent à montrer que l'exécutif a reculé sur les économies prévues. La frilosité affichée sur cette question après l'épisode Gilets jaunes fait elle de ce gouvernement, à son insu, un héritier du hollando-chiraquisme ?

Mathieu Mucherie : D'abord il convient de rappeler les ordres de grandeur. Les cinq millions de dépassement de la présidence sont embêtants mais anecdotique par rapport à la dépense publique française qui est de 1100 milliards d'euros de dépense chaque année. C'est plus que partout ailleurs. Nous ne sommes battus que par des petits pays scandinaves qui ont des systèmes très particuliers.
 
Il faut aussi rappeler les marges de manœuvres dont nous disposons. La BCE pourrait par exemple faire bien plus, Si nous avions un euro plus faible ou une monnaie hélicoptère (qui permettrait de redonner du pouvoir d'achat), nous aurions certainement plus de marges de manœuvre.
 
Comme annoncé dans les colonnes d'Atlantico dès 2017, il n'y a aucune réduction des dépenses publiques globales. C'est un problème dans le sens où la parole publique n'est pas respectée mais ce n'est pas très grave. Évidemment vu que nous sommes les champions mondiaux de la dépense publique il faudrait réfléchir à faire des gains de productivité dans le service public. Ce n'est pas grave car la conjoncture est mauvaise. Il y a peu de croissance et peu de perspectives de croissances (et pas seulement pour des questions de ralentissement de l'économie mondiale mais parce qu'il y a un problème interne de ralentissement dans la zone euro et en France). D'autant plus que quand il y a de la croissance en France c'est de la mauvaise croissance car c'est de la croissance avec beaucoup d'investissement des entreprises. La FBCF des entreprises françaises est très dynamique sans que cela se traduise dans les résultats de ces dernières. Rajoutez à cela que la baisse des taux d'intérêt ne profite pas à des secteurs d'intérêt vu que les Français sont attirés par des secteurs improductifs. Étant donné qu'on a peu de croissance et que celle qu'on a est une sorte de croissance potenkine qui sert essentiellement à acheter de l'immobilier surcoté, il ne faudrait pas qu'en plus on ait une réduction drastique de la dépense publique.
 
Si l'on pense que la politique monétaire n'est pas si accommodante qu'on le dit et que l'on n'a pas des perspectives très heureuses, il ne faudrait pas non plus que l'on ait une baisse massive de la dépense publique.
 
Si l'on avait adopté le programme Fillon ou même le programme Macron aujourd'hui on serait quasiment en récession. La situation serait moins caricaturale que l'Allemagne qui, si elle n'avait pas eu un adjuvant de 6 ou 7/10eme d'impulsion fiscale aurait été techniquement là depuis neuf mois en récession. Si l'on prévoit 0,5% de croissance pour l'Allemagne en 2019, il faut savoir que sur ces 0,5%, la contribution fiscalo-budgétaire est supérieure à 7/10. En réalité l'Allemagne cette année est en récession dans son secteur privé. La France serait peut-être un peu au-dessus. Elle serait peut-être à zéro si Emmanuel Macron ne dépensait pas à tout va.
 
Si l'on avait pas un gouvernement irresponsable, hypocrite et qui dépense ce qu'il n'a pas en étant aidé par la baisse des taux d'intérêts qui lui procure la moitié de sa marge de manœuvre, actuellement on serait en quasi-récession.
 
Au final la situation aujourd'hui est embêtante, elle témoigne de l'hypocrisie générale du macronisme mais en même temps ce n'est pas grave. Le problème n'est donc pas dans les chiffres, il est dans le qualitatif. On aurait au moins pu faire mieux, non pas en réduisant les dépenses mais en les améliorant.
 
Marc de Basquiat : Ce gouvernement, s'il fait passer en priorité des réformes structurelles réelles qu'il met vraiment en œuvre tout en étant un peu plus laxiste pour les équilibres financiers, On pourra se dire que l'on n'a pas trop perdu notre temps. Si la réforme des retraites par exemple se fait, ce sera évidemment une bonne chose. Ceci dit, on n'en a absolument pas les certitudes. La crainte que l'on peut avoir et qui semble se confirmer au vu des récents reculs est que les réformes annoncées n'aboutissent jamais ou, en tout cas, qu'elles soient revues à la baisse et les économies promises dans le même temps.
 
Honnêtement le budget de l’Élysée qui dépasse de cinq millions dans un contexte de dépense publique française qui sont de l'ordre de 1100 milliards d'euros annuel est vraiment plus qu'anecdotique.
 
Si ce scénario se confirme il faut encore faire la distinction entre Chirac et Hollande même s'il y a cette idée d'une politique des petits pas. Si on peine à se souvenir des grandes mesures de Chirac pendant son deuxième mandat, on se souvient par contre de l'explosion des dépenses sous Hollande notamment avec des réformes comme la création du CICE que l'on n'a pas finit de payer sans que l'on aboutisse à de nombreux résultats. Hollande n'a pas eu une politique de « bon père de famille », ce qu'Emmanuel Macron ne semble pas vouloir faire non plus.

Le gouvernement bénéficie, pour l'équilibre budgétaire du quinquennat, des taux faibles de la BCE. Dans quelle mesure pourrait-il en profiter pour réaliser une vraie restructuration du service public (et donc des dépenses associées) ?

Mathieu Mucherie : C'est là qu'il y a une subtilité qu'il convient de clarifier. Ce ne sont pas des taux bas, ce sont des taux nominaux historiquement bas. Économiquement il n'est pas sûr que ces taux soient bas. Si nous étions dans des taux si avantageux il y aurait de l'inflation sur une dizaine d'années. Or, il se trouve que nous n'en avons pas ou en tout cas de moins en moins.
 
Ceci dit, effectivement, en nominal, nous avons des taux bas et par conséquent des marges de manœuvre budgétaire, une cagnotte qui nous est attribuée tous les ans. C'est quelque chose qui est utilisé pour respecter les 3% de Maastricht mais pas pour créer des éléments d'impulsion dans les services publics qui permettraient de gagner en productivité.
 
Prenez le cas des transports en Île-de-France, il y a des gains de productivité en négatif chaque année depuis 60 ans. Et, je le suspecte, nous enregistrons des gains de productivité négatifs dans bon nombre de services publics. Nous n'avons pas l'impulsion nécessaire pour améliorer la productivité et il n'y en aura certainement pas non plus sous Macron. On peut appeler cela du chiraco-hollandisme si on le souhaite.
 
Certains économistes expliquent alors que les taux qui baissent empêchent de réformer. S'il n'y a pas de réforme et si on ne fait pas d'efforts, c'est parce qu'une cagnotte tombe dans la poche de l’État chaque année. Les structures étaient en place avant la baisse des taux. C'est donc plutôt une configuration politique mentale idéologique où l'on n'a pas l'intention de faire des gains de production importants dans les services publics car cela supposerait de changer la structure des incitations dans les mêmes services publics.
 
On remarque que depuis le début du quinquennat d'Emmanuel Macron, ce dernier s'est beaucoup attaché à essayer de réformer le secteur privé au lieu du secteur public. Mais le vrai problème n'est pas le privé mais le secteur public. D'abord parce que là le gouvernement y a une prise directe (et au contraire une prise indirecte sur le privé) mais aussi parce que c'est sa responsabilité. C'est d'autant plus incompréhensible que le secteur privé a toujours su s'adapter en France et est à peu près au point.
 
Marc de Basquiat : On rêve d'arriver à restructurer l'Etat et à réformer pour que les services publics soient plus efficaces. Peut-on pour autant entamer ces grandes réformes d'une refonte de la dépense dans les politiques publiques alors que d'autres réformes d'importance comme celle des retraites sont en cours ? Ce serait bien difficile. Au final on risque de ne rien voir arriver aussi bien dans les grandes mesures sociales que dans les réformes qui permettraient de refonder les services publics.

La charge fiscale dont se sont plaints les Gilets Jaunes s'est allégée en 2019 selon un rapport de l'Institut Molinari. A plus longue échéance, cette tendance peut-elle continuer sans restructuration de la dépense plus conséquente ? La situation sociale peut-elle s'aggraver en conséquence ? 

Mathieu Mucherie :  Pour pouvoir effectuer une restructuration de la dépense, il faudrait parvenir à dépasser les blocages actuels. L'exemple typique en France sont les restrictions foncières. En France il y a un gros problème d'immobilier, les prix décollent alors qu'il n'y a pas une grande demande. Ce qui signifie forcément qu'il y a une restriction sur l'offre.
 
Ces restrictions foncières sont très puissantes, organisées. Ce sont des corps puissants qui ont toujours résisté à toutes les tentatives d'intrusion et qui savent se faire entendre. Démanteler ces réseaux demanderait beaucoup de travail et de volonté. Malheureusement on en est au stade où les politiques n'ont toujours pas identifié le problème. Griveaux, un proche de Macron, veut briguer la mairie de Paris alors qu'il n'a que le contrôle des loyers à proposer sur l'immobilier. Le constat n'a même pas été fait qu'il faut construire plus pour au moins contenir les prix des loyers.
 
Si la tendance amorcée se confirme et qu'il n'y a pas de restructuration de la dépense en accord avec aussi l'idée de renouer avec le principe d'intéressement des gens qui travaillent dans une entreprise, cela ne peut aller que dans le mur. Ces réformes vont coûter cher à mettre en place, c'est le principe de la courbe en « J » mais elles sont nécessaires. On ne peut fonctionner qu'au « bâton » en oubliant la « carotte ». Surtout que dans les services publics.
 
Comment on le finance ? Soit on sort des 3% de Maastricht qui ne veulent rien dire et qui n'ont aucun sens, ou même secouer le cocotier de la BCE. Mais l'idée que l'on pourrait avoir une augmentation des gains de productivité sans mieux rémunérer les gens efficaces que l'on aura garder, ce n'est pas sérieux. Le gouvernement face à cette question adopte une attitude schizophrène dans laquelle il appelle cette idée de ses vœux mais ne met pas les politiques nécessaires en face. Il ne pratique que le coup de rabot, le gel de la dépense en fin d'année. Il n'a pas de politique ambitieuse et se contente d'une politique des petits pas que l'on peut, encore une fois, qualifier de chiraco-hollandisme qui ne permet pas de casser le moule de l'inefficacité.
 
Enfin, pour répondre à la soutenabilité générale de la situation, cela dépendra des Français. Pour le moment ils assistent à la chute de la productivité des services publics français avec une formidable passivité. Cela changera, il faudra beaucoup de temps, de pédagogie avec des comparaisons internationales et l'on s'apercevra qu'on peut faire au moins aussi bien pour moins cher ou mieux pour à peu près la même quantité d'argent.
 
La pression sociale permettra de faire changer les choses une fois la conscientisation opérée.
 
Marc de Basquiat : Sachant que les taux sont très bas, peut-être y-a-t-il une attention un peu moindre sur la dette mais ce n'est pas pour autant que cette dernière n'augmente pas. Dans ce contexte on a un peu tendance à faire des largesses fiscales comme on l'a vu avec la revalorisation de la prime d'activité. Le réveil risque d'être douloureux le jour où il faudra vraiment payer ces gestes. Aujourd'hui cela sert à passer de la pommade sur le dos des Français mais malheureusement cela ne résoudra rien des problèmes structurels de la France.
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Californie : une importante faille tectonique se réveille après 500 ans d'inactivité

02.

Une France, deux sentiments nationaux concurrents ?

03.

L’État décide de porter plainte après les accusations d'un homme qui prétendait que la France était "raciste"

04.

Matignon : Sandro Gozi, le conseiller d'Edouard Philippe, annonce sa démission

05.

Ce que François Hollande semble ne (toujours) pas comprendre à la nature de la crise de défiance qui déstabilise les démocraties occidentales

06.

Chine : des tueurs à gages condamnés pour avoir essayé de sous-traiter leur projet criminel

07.

La haine des bien-pensants : ils voient tous ceux qui ne pensent pas comme eux comme des invalides !

01.

Agression sexuelle : ça s'aggrave pour Patrick Bruel ; 25 ans et toutes ses dents, Madonna a un nouveau toyboy ; Céline Dion rate son 1er concert et ne sait plus où elle en est ; Les secrets du revirement de Laeticia Hallyday

02.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

03.

Des slips sur des statues de nus à l'UNESCO ! Pour ne pas heurter "certaines sensibilités"…

04.

Les Mormons : l'influence du cercle des conseillers d'Emmanuel Macron

05.

Petit coup de projecteur sur le classement très discret des vrais salaires des hauts-fonctionnaires

06.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Une France, deux sentiments nationaux concurrents ?

03.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

04.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

05.

Pression islamiste : quelles leçons de la guerre froide et du "containment" de la menace intérieure communiste ?

06.

Plus urgent que le vote de l'interdiction du voile en sorties scolaires, le combat contre un anti-racisme dévoyé

Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vieux croco
- 23/07/2019 - 19:03
contradictions
Les auteurs souhaitent une meilleure productivité du public mais critiquent les programmes Fillon ou Macron par crainte de récession donc il faut faire et ne rien faire en attendant des jours meilleurs qui n'arrivent jamais sans contrainte . Finalement ils donnent quitus à ce comportement schizophrénique qui rappelle celui de notre brillant Gamelin . Surtout pas de vagues et glissons tranquillement si l'on peut dire vers l'inaction , on verra plus tard . Pendant ce temps les riches s'enrichissent et les autres , jeunes en particulier , doivent se débrouiller avec des salaires rétrécis . Il y a vraiment une peur constante du secteur public pour s'interdire de la réformer car mécaniquement une productivité meilleure s'accompagne d'une baisse d'effectif . Le secteur public doit donc faire le maximum pour ne pas améliorer sa productivité ce qu'il fait puisque les auteurs notent une baisse de celle ci . La boucle est bouclée est notre fille reste muette !
zen-gzr-28
- 23/07/2019 - 12:41
Notre exécutif et le P.de le R.
sont très doués dans la communication, la représentation, étalent leur suffisance arrogante mais sont bloqués pour les actions nécessaires à la nation. Sauront-ils desserrer le frein à mains à bon escient...un jour ?
salamander
- 23/07/2019 - 11:30
peut-être...
mais qu'on m'explique pourquoi l' Allemagne voit sa dette passer sous les 60% du pib, et la Suède 35% ?
dans un contexte d'excédent budgétaire évidemment.

pourquoi ce qu'ont fait ces pays et ils ne sont pas les seuls (à peu près tte l'Europe du nord) est-il inaccessible à la France?