En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© SAUL LOEB / AFP
Guerre 2.0

Amazon ou Microsoft : qui fournira à l’armée américaine son premier “cloud de guerre” (et qui en gagnera quoi ?)

Publié le 22 juillet 2019
Depuis que le Pentagone a exprimé le souhait de construire un système informatique nommé "cloud de guerre" pour son armée, Amazon et Microsoft se disputent le projet à hauteur d'une dizaine de milliards de dollars.
André Loesekrug-Pietri est un ancien conseiller spécial de la ministre des Armées, Speaker de la Joint European Disruptive Initiative (JEDI), initiative européenne majeure en faveur de l’innovation de rupture, sur le modèle de la Darpa, et regroupant l...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
André Loesekrug-Pietri
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
André Loesekrug-Pietri est un ancien conseiller spécial de la ministre des Armées, Speaker de la Joint European Disruptive Initiative (JEDI), initiative européenne majeure en faveur de l’innovation de rupture, sur le modèle de la Darpa, et regroupant l...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Depuis que le Pentagone a exprimé le souhait de construire un système informatique nommé "cloud de guerre" pour son armée, Amazon et Microsoft se disputent le projet à hauteur d'une dizaine de milliards de dollars.

Atlantico : Quels sont les enjeux géopolitiques et technologiques que soulève le projet informatique de l'armée américaine, formellement appelé "plan d'infrastructure de défense d'entreprise commune" ?

André Loesekrug-Pietri : Le Joint Enterprise Defence Infrastructure (JEDI) peut potentiellement représenter un saut immense, car il va tout d’abord permettre d’harmoniser les centaines de systèmes informatiques propriétaires au sein du Département de la Défense (DoD). Il pourrait surtout mutualiser les données disponibles dans tout le ministère et au sein de toutes les forces armées américaines, faisant ainsi entrer le DoD dans l’ère de l’intelligence artificielle – gourmande en données : clé pour la compréhension de systèmes et d’un monde toujours plus complexe, où la réactivité et l’anticipation sont décisives, ou les nouvelles technologies changent les rapports de force.

Quels dangers internationaux représente l'obtention d'un "cloud de guerre" par les États-Unis ?

Le Cloud de Guerre pourrait avoir la même importance que les trois « Offset strategies » passées - stratégies des États-Unis pour compenser la montée en puissance de nouvelles menaces : le nucléaire dans les années 60, la furtivité fin des années 70 et plus récemment le déni d’accès, le combat collaboratif et les drones depuis 2014. Il pourrait en effet redonner une immense agilité et une capacité d’anticipation exceptionnelle à l’Armée américaine, en capitalisant sur les données qu’elle possède dans d’innombrables systèmes différents.

Ce sera évidemment à la fois une vulnérabilité supplémentaire – mais déjà existante au vu de la dépendance aux systèmes informatiques – mais aussi une extraordinaire force de frappe pour avoir un coup d’avance – décisif dans un monde ultra connecté où une seconde peut faire la différence à l’ère des armes hypersoniques – et ou les combats sont de plus en plus hybrides – notamment dans la sphère cyber comme on a pu le voir notamment dans les confrontations (ancienne déjà) en Israël et l’Iran ou beaucoup plus récemment dans le Golfe.

Pour les alliés des États-Unis qui ne sont actuellement qu’en phase d’ajustement avec la Third Offset strategy – stratégie spatiale, drone MALE, chasseur de 5eme génération, combat collaboratif, cela va accroire la pression pour accélérer encore leur capacité d’innovation – sachant qu’ils sont déjà, technologiquement et pour la plupart d’entre eux, largement en retard ou dépendants.

Nous voyons peut-être sous nos yeux démarrer la 4eme Offset strategy – celle ou l’Intelligence Artificielle et la connectivité généralisée (au travers des réseaux 5G et de l’internet des objets) va permettre au Pentagone de reprendre un coup d’avance sur les nouvelles menaces (entités non étatiques, Etats voyoux) ou les puissances montantes comme la Chine.

Considéré comme le favori du Pentagone, Amazon a vu sa candidature entachée par les plaintes d'Oracle et IBM, candidats à la construction du cloud, dénonçant la proximité entre le gouvernement et Jeff Bezos. Quelles conséquences aura cette compétition entre les géants technologiques sur la relation qu'ils entretiennent avec le gouvernement et l'opinion ?

Le problème, soulevé notamment par Oracle, vient pour eux essentiellement d’un transfuge du département de la défense qui a rejoint Amazon, plus que de Jeff Bezos qui a lui une relation plutôt fraiche avec l’Administration américaine et notamment le Président Donald Trump, notamment depuis qu’il a racheté le Washington Post.

Une conséquence surprenante s’est manifestée ces derniers mois sur des contrats militaires, ou un nombre croissant d’équipes des BigTechs ont refusé de collaborer du fait d’applications potentiellement létales. Ainsi un groupe d’ingénieurs de Google connu comme le Group of Nine a refusé de travailler sur une application a usage potentiellement militaire – dans le cloud justement. En parallèle Google a été obligé d’arrêter un juteux contrat avec le DoD appelé Project Maven du fait d’oppositions interne. On peut donc s’attendre à ce que les contrats militaires, souvent prestigieux mais pas forcément très lucratifs, deviennent plus difficiles à vendre auprès de talents internes de plus en plus sensibles aux questions sociétales, environnementales, éthiques.

Une autre conséquence est évidemment l’apparition des BigTechs comme des fournisseurs majeurs du Pentagone, aux cotes des Primes classiques (grands prestataires) que sont Boeing, Raytheon, Honeywell ou Lockheed Martin. Phénomène similaire à celui que l’on voit dans l’automobile ou dans la santé – soulignant l’entrée de plein pied du militaire dans l’ère de la Data. Cela ne fera que renforcer la concurrence mais aussi la pression sur le recrutement des meilleurs talents, à la fois aux États-Unis mais aussi en Europe et dans le monde.

Les responsables militaires espèrent pouvoir entamer bientôt un partenariat commercial d’une durée de dix ans, qu’ils qualifient de vital pour la sécurité nationale. A qui profite le plus ce partenariat entre le Pentagone et un géant technologique ? Que gagnerait un "big tech" à faire affaire avec le Pentagone ?

Ce contrat est unique à la fois dans son montant (10 milliards de Dollars sur 10 ans) et surtout par la crédibilité qu’il apporte, notamment en termes de sécurité des données qui est aujourd’hui un critère essentiel dans le choix du cloud. Une référence du DoD est unique et sera porteuse pour le gagnant du contrat de beaucoup d’autre opportunités à la fois pour les contrats gouvernementaux futurs et ceux d’entreprises soucieuses de l’intégrité et de la sécurité de leurs données. C’est-à-dire de plus en plus d’entreprises…

Bien exécuté, ce partenariat pourrait faire entrer le département de la défense et les forces armées américaines dans une autre ère, et renforcer, en plus de leur force de frappe numérique, technologique et financière, leur agilité et leur capacité à anticiper.

Du côté des BigTech, la complexité du contrat et de la mission associée va permettre de tester à une échelle rarement vue auparavant, une mutualisation de données exceptionnelle – et potentiellement un « terrain de jeu » exceptionnel en termes d’expérimentation de nouveaux produits, d’algorithmes, de solutions. Et cela représentera certainement un puissant levier collaboratif au sein d’armées ou les enjeux, les engagements et les risques sont de plus en plus mutualisées, et où la nécessité de réduire les silos devient chaque jour plus ardente.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

02.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

03.

Après l’annonce de la mort d’Hamza Ben Laden, de hauts responsables d’Al-Qaida réapparaissent

04.

Hong Kong : ces nouvelles formes de censure très efficaces pour empêcher les mouvements sociaux

05.

L'arrivée du Pape François et la fin d'une Eglise dogmatique

06.

Miley Cyrus s’éclate avec une ex Kardashian, Claire Chazal se souvient de quand elle s’éclatait avec (un de) ses ex; Énième réconciliation pour Jamel & Melissa, 1ère grossesse pour Louane; Anouchka Delon pacifie sa famille, Brigitte Macron choie la sienne

07.

Classement Bloomberg des familles les plus fortunées : pourquoi les dynasties règnent plus que jamais sur le capitalisme mondial

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

Pour comprendre l’après Carlos Ghosn, l’affaire qui a terrassé l’année 2019 dans le monde des entreprises

03.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

04.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

05.

Comment se fait-il qu'un pays aussi beau que la Pologne ait un gouvernement de m... ?

06.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

01.

M. Blanquer, pourquoi cachez-vous à nos enfants que les philosophes des Lumières étaient de sombres racistes ?

02.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

03.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

04.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

05.

Réorganisation de la droite : cette impasse idéologique et politique qui consiste à s'appuyer uniquement sur les élus locaux

06.

Italie : quelles leçons pour la droite française ?

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires