En direct
Best of
Best of du 5 au 11 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

06.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

01.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

02.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

03.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

04.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

05.

Tensions communautaristes et laïcité : cette spirale de ressentis victimaires dans laquelle sombrent les débats publics français

06.

Esther Duflo : petites questions critiques sur un prix nobel très (trop ?) consensuel

ça vient d'être publié
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 15 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 7 heures 16 min
pépites > Religion
Off
En privé, Macron trouve "irresponsable de faire des amalgames et de stigmatiser" sur l'islam
il y a 8 heures 38 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Livre Audio : "La cage dorée" de Camilla Lackberg, Les livres s'écoutent aussi

il y a 9 heures 41 min
pépites > Environnement
Usine à gaz
Pourquoi le "Green Deal" d'Ursula von der Leyen pourrait bien être un projet mort-né
il y a 11 heures 28 min
décryptage > Religion
Touche pas à mon Islam !

Non, il ne faut pas parler de Mohamed Merah, ni des souffrances des chrétiens d'orient : la croisade de France Culture contre l'islamophobie des médias

il y a 13 heures 28 min
décryptage > International
Cynisme

La Syrie, dernier tombeau des idéalismes

il y a 14 heures 15 min
décryptage > Europe
Drôle de guerre

Conseil des ministres franco-allemand : Angela Merkel et Emmanuel Macron ne peuvent plus cacher la crise du couple moteur de la construction européenne

il y a 14 heures 36 min
décryptage > Société
Habile

Inquiétudes sur la bioéthique : ces autres dispositions votées par l’Assemblée que le débat sur la PMA a masquées

il y a 14 heures 50 min
décryptage > Société
Méritocratie en panne

Ce plancher de verre qui protège de plus en plus les enfants des riches des conséquences de leur manque de talents ou d’efforts

il y a 15 heures 20 min
décryptage > Religion
Victimisation

Tensions communautaristes et laïcité : cette spirale de ressentis victimaires dans laquelle sombrent les débats publics français

il y a 15 heures 33 min
light > Insolite
L'homme qui murmurait à l'oreille des chevaux
Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument
il y a 8 heures 14 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"L'aube des idoles" de Pierre Bentata : Voici décortiquées quelques croyances d’aujourd’hui, souvent prêtes à l’emploi, parfois radicales…

il y a 9 heures 35 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Cinéma : Fahim : Avec cette histoire vraie, Pef quitte la comédie pour le drame sociétal

il y a 9 heures 45 min
pépite vidéo > Société
Polémique
Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"
il y a 12 heures 18 min
décryptage > Société
Blog

Ce qu’être libéral signifie vraiment

il y a 13 heures 56 min
décryptage > Religion
Tribune

L'hydre islamiste ne sera pas combattue efficacement sans combattre aussi l'auto-censure des débats publics

il y a 14 heures 21 min
décryptage > Nouveau monde
Nouvelles menaces

Infox, astroturfing, bad buzz : ces nouvelles menaces qui peuvent coûter des milliards aux entreprises

il y a 14 heures 41 min
décryptage > Religion
Essentialisation

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

il y a 15 heures 7 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico Business

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

il y a 15 heures 27 min
pépite vidéo > Religion
Polémique
Polémique sur le port du voile : doit-on l'interdire en sortie scolaire ?
il y a 1 jour 5 heures
© John MACDOUGALL / AFP
© John MACDOUGALL / AFP
Anticipation

Un tiers des salariés français a peur d’être remplacé par des robots dans les 15 prochaines années

Publié le 20 juillet 2019
La peur du robot est bien réelle dans le monde du travail, chez les jeunes de moins de 35 ans d’abord, puisque près de la moitié sont convaincus qu’ils risquent d’être supplantés par des robots.
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La peur du robot est bien réelle dans le monde du travail, chez les jeunes de moins de 35 ans d’abord, puisque près de la moitié sont convaincus qu’ils risquent d’être supplantés par des robots.

Selon une étude réalisée auprès de 10.500 salariés à travers l’Europe, plus de 35% de salariés français pensent que leur emploi sera automatisé et qu’on aura plus besoin d’eux dans les 15 prochaines années.

Les plus jeunes sont les plus inquiets (49%), ceux qui travaillent dans les services financiers sont encore plus nombreux à être inquiets. A noter que la comparaison de la situation dans les différents pays de l’Union Européenne est lourde d’enseignement puisque c’est en Grande Bretagne où les salariés sont massivement les plus inquiets d’être condamnés par l’invasion des robots.

Cette étude a été commandée et publiée par Workforce View in Europe 2019 qui s’est spécialisée dans les comportements et l’état d’esprit des salariés face au monde du travail et leur attente vis à vis de leur environnement de travail. Les recherche terrain se sont déroulées en octobre 2018 dans huit pays de l’Union européenne : France, Allemagne, Italie, Pays-Bas, Pologne, Espagne, Suisse et Royaume-Uni.

Sur la France, l’inquiétude est partagée par 35 % des salariés, c’est énorme, d’autant que ceux qui ont perdu leurs emplois ne sont pas interrogés. Cela dit, la plupart de ceux qui ont répondu à l’enquête prennent les choses avec philosophie : à peine 6 % d’entre eux pensent que l’automatisation de leur emploi interviendra d’ici deux ans, et 14 % dans les 6 à 10 prochaines années. 

Les inquiétudes sont les plus fortes parmi les plus jeunes, avec 50 % des 16 à 34 ans redoutant de voir leur emploi automatisé au cours de la prochaine décennie, et 35 % des 35 et 44 ans qui partagent le même sentiment. Forcément moins concernés en raison de l’avancement dans leur carrière, seulement 21 % des personnes de plus de 55 ans appréhendent une automatisation au cours des dix prochaines années.

Alors l’état d’esprit est très diffèrent selon le secteur d’activité : les plus pessimistes sont les salariés des services financiers. 51 % des employés de banques ou d’assurances craignent de voir leur emploi remplacé au cours de la décennie à venir, tout comme 45 % des salariés de l’informatique et des télécommunications, ainsi que 45% de ceux évoluant dans les secteurs du marketing et des médias. Le contraste par rapport à d’autres secteurs est saisissant. Dans l’éducation par exemple ou la santé, on ne craint pas la révolution digitale ni même les robots. Les personnels de ces secteurs ne s’attendent pas à une automatisation de leurs métiers.

De tous les Etats européens qui ont été analysés, c’est en Angleterre où le niveau d’inquiétude de méfiance à l’égard des robots est le plus grand.

Le pourcentage de salariés qui pensent que leur travail sera automatisé et remplacé par un robot dans le futur est le suivant :

Royaume-Uni : 40%
France : 35%
Italie : 34%
Espagne : 28%
Pologne : 26%
Allemagne : 25%
Suisse : 24%

Si la Grande Bretagne arrive en tête te de ce triste hit parade, c’est sans doute parce que c’est le pays en Europe où la part des services financiers pèsent le plus lourd dans l’activité. Mais ça n’est pas la seule explication, la Grande Bretagne est aussi un des pays le plus fragile socialement et un des pays où l’industrie a été la plus touchée par la mondialisation et par les délocalisations. D’où sans doutele succès des courants populistes et protectionnistes. D’où aussi la pression pour le Brexit.

Le cabinet ADP, (Automatic Data Processing) qui a réalisé l’étude terrain pour Workforce view, et qui conçoit des meilleurs modes de travail grâce à des solutions fondées sur des services haut de gamme et des expériences propres à explorer au mieux le potentiel des collaborateurs de l’entreprise, considère selon son président en France Carlos Fontelas de Carvalho, que « la perspective de l’automatisation permet de réduire les tâches chronophages. Que « Les salariés sont certes conscients des nombreuses innovations qui transforment le monde du travail et de la multiplication aujourd’hui de métiers qui n’existaient pas il y a 10 ans... »

Mais, mais « en dépit de cette prise de conscience et du fait que de nouvelles tâches sont appelées à être automatisées, on ne peut pas ignorer que les niveaux d’optimisme et surtout la confiance des salariés en leurs compétences augmentent partout sur le continent. »

Si le pessimisme sur l’avenir du travail commande évidemment un énorme effort de la part des entreprises. Beaucoup consentent cet effort en terme d’organisation du travail, de mise en place de la RSE, la responsabilité sociale et environnementale, mais au-delà, étant donné que le problème touche l'ensemble des pays européens ; l’Union européenne n'échappera pas à une analyse globale de l'impact de l'automatisation progressive.

Si on répond au problème de la délocalisation des industries par une automatisation du travail, on n’aura fait que déplacer les difficultés. On aura toujours une partie des salariés qui se sentiront déclassés et abandonnés. L’envahissement des robots les exclura du monde du travail.

L’enjeu est considérable. Il touche à l’emploi, à la qualité de l’emploi. Par conséquent à la formation et à l’organisation du travail. Mais ce n’est pas tout, la robotisation impactera très vite la fiscalité et le financement du modèle social (santé, retraite, chômage ). Actuellement, le modèle social en Europe est financé par le travail (les cotisations), c’est sa grandeur et sa fragilité. Si demain le travail des hommes est remplacé par celui des robots, il faudra que les robots cotisent aux régimes sociaux. Quels changements !

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
spiritucorsu
- 21/07/2019 - 00:29
Prototype pas encore au point.
Il en existe déjà un à l'Elysée,compte tenu des défauts de fabrication:pensée unique,écarts de langage,troubles de la personnalité...sans parler des résultats en termes d'efficacité et de rentabilité,le prototype est loin d'être au point,et ne devrait pas tarder à finir au rebut.Aussi les salariés ne devraient pas être inquiétés avant un bon moment.
Loupdessteppes
- 20/07/2019 - 16:23
Les robots sont déjà aux postes...
... de fonctionnaires... Et ils sont les plus nombreux d'Europe... Le problème : ils se reproduisent...
zelectron
- 20/07/2019 - 12:42
les corolaires du travail
*la fatigue, l'épuisement, les muscles endoloris (y compris cervicaux) ou même abîmés gravement, voire frappés d'infirmités irrémédiables.