En direct
Best of
Best of du 25 au 31 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

Une arme de destruction massive contre l’écriture inclusive : le boycott

03.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

04.

Les idées cocktails originales de l’été : le Framboise Fizz, dégustez de l’armagnac frais, sans vous ruiner

05.

Une femme considérée comme très malheureuse pourra avorter jusqu’au dernier jour de sa grossesse

06.

Les conseillères de l’Elysée avaient alerté et dénoncé des comportements misogynes au plus haut sommet de l’Etat en 2018

07.

Darmanin défend la police (et lui-même); Marianne étrille EELV; Le Havre, port tué par la CGT; Guerre culturelle : Zemmour dénonce la bêtise de la droite qui croit avoir gagné alors que la gauche domine; Les secrets du nouveau modèle CNews

01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

Marc Lavoine se marie; La fille de Mick Jagger s'éprend du fils de Marc Levy, Blanche Gardin d'une star américaine; Jean Dujardin se saisit des fesses de Nathalie, Baptiste Giabiconi expose les siennes; Charlene de Monaco traverse la Méditerranée à vélo

03.

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled

04.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

05.

Vers une 3ème guerre mondiale ? Pourquoi Xi Jinping pourrait bien commettre la même erreur que le Kaiser en 1914

06.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

01.

Les dangereux arguments employés par les soutiens de la PMA pour toutes

02.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

03.

Marine Le Pen est bien partie pour devenir présidente des Républicains

04.

Edwy Plenel est en très, très grande forme : il assimile la police d'aujourd'hui à celle de Vichy en 1942 !

05.

La morphologie des dingos, des chiens sauvages d’Australie, a fortement évolué au cours des 80 dernières années, les pesticides seraient en cause notamment

06.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "La clé USB" de Jean-Philippe Toussaint, l’art de rendre romanesque l’univers de l’informatique

il y a 5 heures 23 min
pépites > International
Voix de la France
Liban : Emmanuel Macron lance un appel à un "profond changement" auprès de la classe politique
il y a 6 heures 6 min
pépites > Faits divers
Centre-ville du Havre
Fin de la prise d'otages dans une agence bancaire du Havre
il y a 7 heures 33 min
pépites > Politique
#MeToo
Les conseillères de l’Elysée avaient alerté et dénoncé des comportements misogynes au plus haut sommet de l’Etat en 2018
il y a 9 heures 14 min
light > People
Contexte pesant
Michelle Obama confie souffrir d'une "légère dépression"
il y a 10 heures 33 min
pépite vidéo > International
"Le Liban n’est pas seul"
Emmanuel Macron est arrivé au Liban pour coordonner et participer à l’aide internationale
il y a 13 heures 2 min
décryptage > France
A la guerre comme à la guerre

Une arme de destruction massive contre l’écriture inclusive : le boycott

il y a 15 heures 47 min
décryptage > Terrorisme
Nouvelle attaque

Afghanistan : Daech à l’offensive

il y a 16 heures 18 min
décryptage > Consommation
COCKTAIL & TERROIR

Les idées cocktails originales de l’été : le Framboise Fizz, dégustez de l’armagnac frais, sans vous ruiner

il y a 17 heures 6 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Europe, relance, dettes... L'Allemagne change de politique, plus pour renforcer son rôle de locomotive que pour plaire aux Européens

il y a 18 heures 1 min
pépite vidéo > Politique
Solidarité avec le peuple libanais
Liban : retrouvez l’intégralité de la conférence de presse d’Emmanuel Macron à Beyrouth
il y a 5 heures 48 min
pépites > Histoire
Mémoire
Japon : commémorations à Hiroshima, 75 ans après la première bombe atomique de l’histoire
il y a 6 heures 57 min
light > Science
Peau robotique
Inspirés par Star Wars, des scientifiques ont créé une peau artificielle révolutionnaire
il y a 8 heures 15 min
pépite vidéo > Politique
Bain de foule
Dans les rues de Beyrouth, Emmanuel Macron a entendu la colère du peuple libanais
il y a 9 heures 58 min
pépites > France
Nouveau drame
Le Mans : un policier a été tué par un chauffard lors d’une intervention
il y a 12 heures 24 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Darmanin défend la police (et lui-même); Marianne étrille EELV; Le Havre, port tué par la CGT; Guerre culturelle : Zemmour dénonce la bêtise de la droite qui croit avoir gagné alors que la gauche domine; Les secrets du nouveau modèle CNews
il y a 14 heures 34 min
décryptage > Société
Ils ont osé ça

Une femme considérée comme très malheureuse pourra avorter jusqu’au dernier jour de sa grossesse

il y a 15 heures 59 min
décryptage > Santé
Pandémie

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

il y a 16 heures 40 min
décryptage > Société
Réorganisation des entreprises

Open space : la Covid m’a tué

il y a 17 heures 37 min
décryptage > France
Risques à domicile

De Lubrizol à Beyrouth en passant par le pont de Gênes, les leçons des catastrophes sont-elles bien tirées en France ?

il y a 18 heures 17 min
© FREDERICK FLORIN / AFP
© FREDERICK FLORIN / AFP
Groupe de Visegrad

Ces pièges et ces défis qui attendent Ursula von der Leyen une fois sa nomination acquise

Publié le 19 juillet 2019
Ursula von der Leyen a été élue présidente de la Commission européenne. Lors de son élection, elle s'est appuyée sur la droite du Parlement. Son élection est-elle un signe de la victoire de la vieille Europe ?
Cyrille Bret
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Cyrille Bret, ancien élève de l'Ecole Normale Supérieure, de Sciences-Po Paris et de l'ENA, et anciennement auditeur à l'institut des hautes études de défense nationale (IHEDN) est haut fonctionnaire et universitaire. Après avoir enseigné...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ursula von der Leyen a été élue présidente de la Commission européenne. Lors de son élection, elle s'est appuyée sur la droite du Parlement. Son élection est-elle un signe de la victoire de la vieille Europe ?

Atlantico : Ursula von der Leyen est la nouvelle présidente de la Commission européenne. Son élection semble ne pas avoir été chose aisée, et elle s'est notamment appuyée sur la droite du nouveau Parlement avec l'appui d'Angela Merkel pour obtenir l'approbation nécessaire à sa nomination. Est-ce à dire que son élection montre la victoire de la vieille Europe, comme l'ont déclaré les adversaires de l'Allemande ?

Cyrille BRET : La victoire a été courte. Mais elle a été à l’image de l’Europe actuelle. C’est la victoire d’une figure qui incarne « l’Europe-canal historique » mais qui est contestée. L’ancienne ministre de la défense CDU du gouvernement Merkel a en effet rassemblé seulement 383 voix sur son nom contre 327 votes défavorables et 22 abstentions au Parlement européen. Elle a seulement obtenu 9 voix de plus que la majorité. A titre de comparaison, le président sortant, Jean-Claude Juncker avait attiré sur son nom 422 voix. On le voit : l’Europe des fondateurs ne s’impose plus comme une évidence. Et la candidate de compromis entre la France et l’Allemagne ne rallie plus à elle des majorités larges et consensuelles.

Mais une victoire courte n’est pas nécessairement une victoire faible. La nomination d’Ursula von der Leyen est disputée parce que la scène politique européenne est très active. La candidate Von der Leyen a d’abord été la cible des eurodéputés allemands issus des Verts. En effet, ceux-ci constitue un contingent de parlementaires très puissants à Bruxelles et ils sont engagés, à Berlin, dans une lutte nationale contre la CDU-CSU. La candidate allemande a réussi à préserver son socle parlementaire dans trois principaux groupes du Parlement européen : le Parti Populaire Européen (malgré des défections), des Sociaux-Démocrates (malgré des oppositions) et des Libéraux de Renew Europe (anciennement ALDE). Sa candidature et sa victoire sont celles des partis fondateurs de l’Europe, des Etats fondateurs de l’Europe et des idéaux fondateurs de l’Union. Ursula Von der Leyen a en effet défendu une position très ferme sur le respect des droits fondamentaux et des libertés publiques en Europe. Cela ne l’a pas empêché de rallier des votes polonais et hongrois.

La lutte autour de la nomination de la présidente de la Commission européenne a été âpre. Toutefois, les clivages vont nécessairement s’estomper durant le lent processus de nomination des commissaires européens qui s’annonce. En effet, la candidate va désormais devoir rallier à elle les « périphéries » et les « minorités » politiques de l’Europe. Face à une liste de « top jobs » où Français, Allemands, Italiens sont bien représentés (à la BCE, à la présidence du Parlement), il va falloir constituer un collège de commissaires où les Etats membres plus récents (issus des élargissements des années 2000) sont bien représentés. Il serait inconcevable qu’aucun Polonais ne soit représenté par exemple. Et les régions les plus éloignées du centre bruxellois doivent elles aussi se voir incarner dans le collège, qu’il s’agisse de la région de la Mer Noire ou des Balkans. L’Europe « canal historique » s’est imposée. Elle doit maintenant s’ouvrir pour être acceptée.

Le groupe de Visegrad s'est clairement divisé sur ce vote. Le groupe de Visegrad peut-il encore exister ?

Dans ce scrutin à bulletin secret, il semble que les votes polonais et hongrois se sont divisés. Là encore, le vote est à l’image de l’Europe d’aujourd’hui. Sur l’échiquier politique polonais, le PiS est dominant. Il est à la fois soucieux de soutenir un candidat conservateur comme Ursula von der Leyen et rebuté par les messages de fermeté sur l’Etat de droit. Mais entre un président de la Commission socialiste et une présidente CDU, leur choix est fait. 

Il n’y a rien d’étonnant à ce que le groupe de Visegrad n’ait pas réussi à imposer une discipline de vote. Les parlementaires de ces Etats ont une liberté de positionnement que leurs gouvernements ne peuvent pas avoir. L’objectif du groupe de Visegrad n’est pas seulement d’imposer un agenda souverainiste dans les travaux de l’Europe. C’est aussi de faire entendre la voix des Etats intégrés depuis 2004 et qui ont le sentiment de n’être pas assez écoutés. Au Parlement européen, l’affiliation nationale joue un grand rôle. Mais les affiliations politiques et les affinités idéologiques en jouent un également. C’est ce qui s’est exprimé lors du vote sur la candidature Von der Leyen.

Les thèmes politiques du groupe de Visegrad demeurent : l’immigration obsède toute l’Europe. Et les leaders du groupe sont eux aussi en bonne posture sur leurs scènes nationales. Il n’a donc pas dit son dernier mot.

Autre problème, la scission encore plus apparente des Italiens entre M5S et de la Lega, le premier ayant soutenu Von der Leyen contre les recommandations de son allié ? Cela va-t-il impacter le poids de l'Italie dans l'UE ?

La fracture entre les deux alliés gouvernementaux M5S et Ligue est consacrée une fois encore par ce désaccord sur la candidature Von der Leyen. Mais, plus largement, la place de l’Italie est précaire en Europe. Plusieurs facteurs l’affaiblissent : la désunion de la coalition gouvernementale, les perspectives économiques et budgétaires défavorables pour une économie très importante pour l’Union européenne, une position ambiguë sur l’échiquier géopolitique avec une proximité forte à l’égard de la Russie. Aujourd’hui, les Italiens ont reçu la présidence du Parlement comme un lot de consolation qui ne compense pas leur affaiblissement.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Ganesha
- 19/07/2019 - 12:49
L'Italie sera la Chance de l'Europe !
Ce sera l'Italie, ou la Deutsche Bank, qui vont provoquer l'effondrement du système économique sur lequel repose l'Euro, et ce sera l'opportunité pour un changement politique radical.

Stop à l'Immigration !

Et abandon du slogan crapuleux de la ''Concurrence Libre et Non-Faussée'' !