En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© JEAN-PAUL BARBIER / AFP
ACRO

Contamination au tritium des rivières françaises : anatomie d’une opération destinée à générer une peur infondée sur le nucléaire

Publié le 19 juillet 2019
Plus de 6 millions de Français seraient alimentés par de l’eau contaminée au tritium selon l’association pour le contrôle de la radioactivité de l’Ouest qui parle de "contamination radioactive". Ces éléments contribuent à alimenter une peur infondée sur le nucléaire.
Tristan Kamin est ingénieur en sûreté nucléaire. Son compte twitter : @Tristankamin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Tristan Kamin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Tristan Kamin est ingénieur en sûreté nucléaire. Son compte twitter : @Tristankamin
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Plus de 6 millions de Français seraient alimentés par de l’eau contaminée au tritium selon l’association pour le contrôle de la radioactivité de l’Ouest qui parle de "contamination radioactive". Ces éléments contribuent à alimenter une peur infondée sur le nucléaire.

Atlantico.fr : L'Association pour le Contrôle de la Radioactivité dans l'Ouest a récemment communiqué une étude dans laquelle il est déclaré que 6 millions et demi de Français boivent une eau contaminée au tritium. Pourquoi faut-il se méfier grandement d'une telle déclaration ?

Tristan Kamin : Il faut se méfier de cette déclaration parce qu'elle ne prend tout simplement pas en compte les risques, sans aucune considération sur sa toxicité. On parle d'activité d'ensemble qui sont relativement faibles et c'est très analogue à ce qu'on peut observer dans d'autres thématiques où on déclare retrouver des "traces de" avec des formules très alarmistes, sans la moindre nuance sur le risque que cela représente sur les populations – s'il y a un risque. Parce que finalement on dit spécifiquement dans ces articles qu'il y a un seuil sanitaire qui est bien défini, un seuil d'alerte qui est également bien défini : on est en-dessous mais il faudrait quand même s'inquiéter. On ne se contente donc pas uniquement d'ignorer la fonction de risque mais de remettre en cause les risques tels que définis par les autorités sanitaires.

Dans ce genre de cas, on peut parler de désinformation parce que concrètement, lorsque l'on entend parler de contamination au tritium et qu'on est en-dessous des seuils, il s'agit clairement d'une désinformation. Peut-on aussi parler d'un management de la peur de la part des mouvements anti-nucléaires ?

Il y a un effort qui va spécifiquement dans ce sens-là. Il y a exactement un mois était révélé le pic de contamination réalisé dans la centrale d'Avoine-Chinon. A ce moment-là, la réaction que l'on a eu était de dire : "il s'est peut-être passé quelque chose, on ferait bien de savoir quoi." Une enquête a été réalisée par l'Autorité de Sureté Nucléaire : ce procédé était plus ou moins normal. Dans la suite, il y a eu des comités avec le CRIIRAD (Commission de recherche et d'information indépendantes sur la radioactivité) qui incitaient les gens à faire leur propre mesure ou aller relever dans leur propre secteur, d'adresser des lettres à leurs élus pour leur demander à ce que soit rabaissés les seuils d'alerte à des niveaux qui sont ceux du bruit de fond constant, qui est d'ailleurs résiduel des essais nucléaires atmosphériques. Cela n'a pas eu beaucoup d'échos et a surgi hier ou aujourd'hui une grande révélation qui n'en est pas réellement une, parce qu'elle est basée sur une opinion publique et qui nous révèle que la contamination est normale pour six millions de personnes et négligeable pour le reste. Le propos est entièrement retourné, pour essayer de pousser un cri d'alerte complètement infondé.

Le fait que ces études aient été relayées par la presse sans réfléchir et regarder de quoi il s'agissait révèle un vrai manque de connaissance scientifique. Concrètement, quand on parle de contamination au tritium, quel est le rapport direct avec le nucléaire ?

Le tritium est un radionucléide qui est rejeté en permanence par les installations nucléaires. Celle qui en rejette le plus en France est très peu connue, n'est même pas une centrale, est le centre de Valduc, dédié à l'armement nucléaire : c'est celui qui en rejette le plus, donc ce n'est pas exactement propre à l'industrie. En numéro deux, il y a l'usine de retraitement de la Hague et d'autres installations suivent, notamment EDF.

Le tritium a deux particularités c'est qu'il est à la fois très peu radioactif et peu radio-toxique, c'est-à-dire que les radiations qu'il émet on très peu d'énergie et ne pénètre pas, c'est aussi pour cela qu'on s'autorise à le rejeter : parce que son impact est très faible. D'autre part, il est très mobile et très dur à filtrer, séparer, retenir artificiellement ou naturellement. Par conséquent, dans le cas d'un rejet involontaire ou excessif de déchets nucléaires, la première chose que l'on verrait serait du tritium. Par conséquent, dès qu'il y a un peu plus de tritium repéré à un endroit, c'est normal de se demander s'il n'y a pas quelque chose de caché et de chercher. Cela ne veut pas dire qu'il y a des rejets importants derrière, mais c'est un bon moyen d'arrêter de se poser des questions.

De plus, ce que l'ACRO dénonce c'est une radioactivité en becquerel par litre qui est de l'ordre de 100 becquerels par litre de tritium. Dans les aliments qu'on trouve au quotidien on trouve des radioactivités comparables, dans une centaine de becquerels par kilogramme, de potassium quarante qui est un radioélément naturel notamment présent dans les légumes. Par contre, pour une même radioactivité le potassium est à peu près cent fois plus radio-toxique. L'ACRO nous alerte donc sur le tritium d'un risque qui est environ cent fois inférieur à ce qui est naturellement présent dans les aliments et qui ne présente aucun risque. En somme, le discours caché derrière est de dire "naturel = bon", "artificiel = dangereux", que l'on retrouve dans beaucoup de discours aujourd'hui.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Laeticia Hallyday boit dans la mer (mais pas la tasse) ; Voici trouve Macron très beau en maillot, Point de Vue trouve Brigitte mirifique ; Tout sur le mariage de Jenifer sauf des photos ; Crise de libido royale pour William et Kate

02.

Seniors : cette méthode qui vous permet de profiter pleinement de votre retraite

03.

Tempête dans les bénitiers : qui de Salvini ou du pape est le plus catholique ?

04.

Arrêt de l’enquête dans les maternités de Fukushima : un non-lieu sanitaire pour le nucléaire ?

05.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

06.

Le G7 du blabla politico-diplomatique qui ne sert à rien, sauf à permettre aux dirigeants de se parler et ça, c’est primordial

07.

G7 à Biarritz : ces inégalités croissantes dans les pays occidentaux dont les progressistes ne veulent pas entendre parler

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

03.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

04.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

05.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

06.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

03.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

04.

Rencontres diplomatiques : Boris Johnson pourrait-il profiter du désaccord entre Paris et Berlin sur le Brexit ?

05.

G7 à Biarritz : ces inégalités croissantes dans les pays occidentaux dont les progressistes ne veulent pas entendre parler

06.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
JG
- 20/07/2019 - 12:08
Quand on veut tuer son chien, on l'accuse d'avoir la rage
Même chose pour les écolos, ils ont une dent contre le nucléaire donc il faut tout faire pour l'arrêter, quitte , comme en Allemagne, à ouvrir des dizaines de centrales à charbon infiniment plus polluantes...Mais quand on est idéologue, on n'est pas à une contradiction près et la réalité importe peu.
"La réalité va à l'encontre de l'idéologie ? changeons la réalité...."
Anouman
- 20/07/2019 - 10:41
Tritium
Ces associations sont comme ces moines du moyen-âge qui voyaient la présence du malin partout. Quand on défend une croyance qui n'est basée sur rien il est courant de trouver de fausses preuves pour consolider cette croyance. Et comme il y a beaucoup de gens qui croient tout ce qu'on dit dans les médias cela participe à l'abrutissement de la population.
Benvoyons
- 19/07/2019 - 18:55
Il n'y a pas de centrale nucléaire en Bretagne
Faut intervenir sur le Concepteur de l'Univers pour qu'il arrête ses conneries :)::)
Wikipédia : Le tritium naturel est dit « cosmogénique » car provenant de l'interaction du rayonnement cosmique avec divers constituants de l'atmosphère. La réaction dominante est l'interaction entre un neutron rapide (de plus de 4 MeV) et un atome d'azote8, par réaction (n,T) :

14
7N + 1
0n → 12
6C + 3
1T.

Environ 70 000 TBq soit (0,2 kg) de tritium seraient ainsi annuellement produits3 (moyenne qui peut cycliquement varier avec l'activité solaire ; quand elle est intense, le vent solaire qu'elle produit atténue le rayonnement cosmique qui frappe la Terre). L'inventaire global du tritium naturel terrestre serait d'environ 1 300 PBq soit 3,5 kg 3 et la dose annuelle de radioactivité absorbée par un humain ayant le tritium d’origine naturelle est d’environ 0,01 μSv.