En direct
Best of
Best of du 25 au 31 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Comment le rover Perseverance va-t-il chercher la vie sur Mars ? ; L'avion électrique à décollage vertical conçu par la Suisse prend son envol

02.

Elon Musk affole la twittosphère en affirmant que les pyramides d’Egypte ont été construites par… des aliens

03.

Marc Lavoine se marie; La fille de Mick Jagger s'éprend du fils de Marc Levy, Blanche Gardin d'une star américaine; Jean Dujardin se saisit des fesses de Nathalie, Baptiste Giabiconi expose les siennes; Charlene de Monaco traverse la Méditerranée à vélo

04.

Marine Le Pen est bien partie pour devenir présidente des Républicains

05.

Vers une 3ème guerre mondiale ? Pourquoi Xi Jinping pourrait bien commettre la même erreur que le Kaiser en 1914

06.

La Turquie d’Erdogan ne cache plus ses ambitions de dominer le monde musulman en fondant le califat rêvé par les Frères musulmans

07.

Coronavirus : le cauchemar des restaurants américains condamnés à la faillite

01.

Ce que son opposition au projet ITER révèle de la véritable nature de Greenpeace

02.

Marc Lavoine se marie; La fille de Mick Jagger s'éprend du fils de Marc Levy, Blanche Gardin d'une star américaine; Jean Dujardin se saisit des fesses de Nathalie, Baptiste Giabiconi expose les siennes; Charlene de Monaco traverse la Méditerranée à vélo

03.

Chaudières à fioul et à charbon : une interdiction moins vertueuse qu’il n’y paraît

04.

Vers une 3ème guerre mondiale ? Pourquoi Xi Jinping pourrait bien commettre la même erreur que le Kaiser en 1914

05.

Jerusalema : ça fait longtemps que ça n’était pas arrivé mais 2020 s’est trouvée un tube de l’été planétaire

06.

Pères et maris dangereux ? Quand Alice Coffin oublie opportunément les guerres judiciaires sans fondements menées par des mères sans scrupules

01.

Alerte à l’aliénation idéologique : pire que les nouveaux extrémistes progressistes, les idiots utiles qui leur ouvrent les portes

02.

PMA pour toutes : le conservatisme sociétal est-il une cause définitivement perdue ?

03.

Chaudières à fioul et à charbon : une interdiction moins vertueuse qu’il n’y paraît

04.

Les dangereux arguments employés par les soutiens de la PMA pour toutes

05.

Statues déboulonnées : la Martinique est-elle encore en France ?

06.

Pères et maris dangereux ? Quand Alice Coffin oublie opportunément les guerres judiciaires sans fondements menées par des mères sans scrupules

ça vient d'être publié
décryptage > Santé
Avertissement

Covid-19 : si le bon élève Hong Kong est désormais confronté à une 3e vague, saurons-nous en éviter une 2e alors que nous sommes beaucoup moins rigoureux ?

il y a 1 min 53 sec
décryptage > Consommation
Cocktail & Terroir

Les idées cocktails originales de l’été : avec de l’Absinthe, essayez le Green Beast

il y a 55 min 25 sec
décryptage > Politique
No non-sense

Séduire les "vrais gens" : le match des résultats Boris Johnson / Emmanuel Macron. Avantage...

il y a 1 heure 50 min
décryptage > Europe
Milliards à l'eau

Ces malencontreux facteurs économiques qui annulent d’ores et déjà l’impact du grand plan de relance européen

il y a 2 heures 21 min
pépites > Politique
Renouvellement
Important mouvement préfectoral
il y a 17 heures 1 min
pépites > International
A la mode
Coronavirus : des New Yorkais adoptent le scooter
il y a 19 heures 9 min
décryptage > International
Ennemi depuis toujours

Entre hyper-ouverture et « pression maximale », quelle sera la stratégie iranienne de Joe Biden ?

il y a 22 heures 32 min
décryptage > Politique
La famille Le Pen saison 3

Marine Le Pen est bien partie pour devenir présidente des Républicains

il y a 22 heures 51 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Bug dans la politique environnementale : les leçons de la crise de la betterave
il y a 1 jour 23 min
décryptage > France
Litté-confiné

Joseph Macé-Scaron : « Avec le Coronavirus, la mort nous a rendu une part de nous-mêmes que nous avions perdue de vue »

il y a 1 jour 47 min
décryptage > Economie
Incertitudes sur les marchés

Le COVID-19 s’attaque surtout au dollar

il y a 21 min 50 sec
décryptage > International
Centre d'attraction

La Turquie d’Erdogan ne cache plus ses ambitions de dominer le monde musulman en fondant le califat rêvé par les Frères musulmans

il y a 1 heure 25 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

TikTok première victime du bras de fer entre la Chine et les États-Unis. Donald Trump va décider de fermer la star montante des réseaux sociaux

il y a 2 heures 7 min
pépites > Economie
Vroum
Hausse des ventes de voitures neuves
il y a 16 heures 46 min
pépites > Economie
Crise aux Etats-Unis
Coronavirus : le cauchemar des restaurants américains condamnés à la faillite
il y a 17 heures 57 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Comment le rover Perseverance va-t-il chercher la vie sur Mars ? ; L'avion électrique à décollage vertical conçu par la Suisse prend son envol
il y a 22 heures 16 min
décryptage > Economie
Billet vert

Le Dollar est-il en crise?

il y a 22 heures 45 min
pépite vidéo > Santé
Chemin de traverse
La Suède toujours réticente à imposer le port du masque
il y a 23 heures 49 min
décryptage > France
Loi bioéthique

Les dangereux arguments employés par les soutiens de la PMA pour toutes

il y a 1 jour 41 min
décryptage > France
Récalcitrants au port du masque

Quelles mesures rapides pour stopper la multiplications des violences au quotidien ?

il y a 1 jour 1 heure
© LOIC VENANCE / AFP
© LOIC VENANCE / AFP
Atlantico-Business

Les trois (fausses) excuses de Macron pour ne pas mettre en œuvre son programme de réduction de dépenses publiques

Publié le 17 juillet 2019
Les grandes lignes du budget de 2020 dévoilées en début de semaine ne laissent plus de place au doute : ce n’est pas pendant le quinquennat Macron que la France fera des économies dans ses comptes publics et dans sa gestion des effectifs.
Aude Kersulec
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Diplômée de l'Essec, Aude Kersulec est specialiste de la banque et des questions monétaires. Elle est chroniqueuse économique et blogueuse. 
Voir la bio
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les grandes lignes du budget de 2020 dévoilées en début de semaine ne laissent plus de place au doute : ce n’est pas pendant le quinquennat Macron que la France fera des économies dans ses comptes publics et dans sa gestion des effectifs.

C’est officiel, le gouvernement abandonne cette année son projet d’alléger les effectifs de fonctionnaires. En sortant cette nouvelle au lendemain des festivités très mouvementées du 14 juillet, l’exécutif pensait peut-être que la nouvelle passerait inaperçue.  Il avait presque raison. Les dépenses publiques ne baisseront donc pas cette année ni même l’année prochaine. Les gilets jaunes ne s’en plaindront pas. La gauche ou ce qu‘il en reste non plus. La droite ? Oui mais quelle droite ? Le budget 2020 que préparent les hommes de Bercy comme chaque année à la même époque renoue avec nos vieux démons. Jacques Chirac avait appliqué le concept. François Hollande en a abusé. Nicolas Sarkozy avait été obligé de le reprendre pour éteindre la crise de 2008. 

Emmanuel Macron, en dépit de ses ambitions de construire un monde nouveau fondé sur la compétitivité, en revient aux vieilles recettes. 

Les dépenses publiques augmenteront de 0,5% pour les deux années à venir, soit 8 milliards d’euros en tout. 2020 devrait donc connaitre un déficit de 2,1%, loin du quasi équilibre que l’on nous promettait en début de quinquennat. Loin aussi, les promesses de suppression de postes et de coupes (- 15 000 fonctionnaires au lieu de – 50 000) dans la fonction publique ou l’allongement de la durée de cotisations pour les fonctionnaires. 

Emmanuel Macron, qui avait calqué son programme économique sur celui de François Fillon mais avec une application plus séquencée et moins autoritaire, consent donc à abandonner la plupart de ses promesses de campagne, celles-là mêmes qui le faisaient passer pour un libéral pragmatique de la situation française principalement préoccupé par la restauration de la compétitivité française.

Il sera donc fidèle à ses prédécesseurs et comme pour ses prédécesseurs, ses amis politiques vont lui trouver toutes les excuses ou les raisons de ne pas déranger les habitudes. En gros, le pouvoir actuel en a déjà trois séries.
La 1ère série d’excuses revient répondre à la situation sociale et notamment à la crise des Gilets jaunes, une crise de réalisme économique et sociale où les classes populaires se sont senties oubliées des réformes en cours, qu’elles ont subi sans en percevoir les bienfaits. C’est vrai que les mesures de début de quinquennat ont bénéficié en priorité aux entreprises et aux investisseurs. Donc aux personnes qui ont du capital. Et le fameux « ruissellement » de richesses n’a pas fait de miracle. Du coup sont arrivés les Gilets jaunes, qui eux voulaient du pouvoir d’achat et qui se sont révoltés contre les taxes, en l’occurrence celles sur le carburant. Pour que le niveau de prélèvements soit moins élevé, il aurait fallu couper dans les dépenses.
Répondre à la crise des Gilets jaunes par une subvention de la consommation ou de l’épargne peut dans un premier temps contenter le consommateur et doper temporairement la croissance. Mais à long terme, ça ne résout rien puisque ça reporte le problème. Plus grave, il semble bien qu’une grande partie de ce pouvoir d’achat distribué aux salariés, notamment via la prime de fin d’année, ait été stockée en épargne de précaution.

La deuxième raison évoquée, ce sont les taux bas que les banques centrales continuent de pratiquer à des niveaux proches de 0, voire même négatifs. Résultat, l’Etat ou les organismes sociaux peuvent continuer de s’endetter. Le stock de dettes publiques s’accroit encore mais le coût de cette dette n’a jamais été aussi peu cher. Alors pourquoi se priver ? Nombre d’économistes soutiennent que la période est même opportune pour réaliser de grands investissements financés par de la dette. Mais ces mêmes experts, Olivier Blanchard, l’ancien économiste du FMI en tête, soutiennent que cela ne marche que pour les pays déjà lancés dans une opération d’épuration des dépenses publiques. C’est-à-dire que les économies réalisées par des intérêts moins élevés à rembourser ne doivent pas être utilisés pour augmenter les dépenses courantes de l’État, mais pour investir dans des projets de grande envergure, comme la transition écologique. 

 

Enfin, la dernière excuse pour ne pas baisser les dépenses publiques, c’est de dire qu’on va réduire le déficit budgétaire, non pas par le poste des dépenses, mais par celui de recettes. Et pour cela on crée de nouvelles taxes pour conserver un niveau élevé de recettes fiscales et équilibrer la balance. La taxe écologique sur les billets d’avion en est un énième exemple, sans compter la taxe GAFA votée la semaine dernière au Parlement ou la taxe additionnelle sur les cartes grises et la taxe soda, qui ont moins fait parler. La création d’une nouvelle taxe ne fera jamais baisser les dépenses publiques, puisqu’elle nécessite de toute façon une administration pour mettre en place les avis d’impôt et reverser les contributions. Et créer de nouveaux impôts ne simplifie pas le système et complique le rapport à l’impôt des contribuables, qui ont l’impression de payer des taxes sur tout et tout le temps.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (14)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
salamander
- 19/07/2019 - 10:54
que dans 10 à 15 ans.
;
salamander
- 19/07/2019 - 10:54
dette de l'Allemagne 60 pc du pib, Suède 35 pc .
Macron va utiliser la baisse de la charge de la dette (réelle) pour dépenser plus au lieu de remettre le budget à l'équilibre , ce que nous attendons depuis 45 ans.
Ce faisant , il va alourdir le stock de la dette laquelle, à 100 pc du PIB , est effectivement érable tant que les taux seront à 0 ou presque.

Le seul problème , c qu'une obligation d'Etat a une échéance et qu'un jour il faudra renouveler le stock à des taux inconnus. Peut-être 3% ,5% ou plus qui sait?

et à ce moment là nous n'aurons plus le contrôle de notre destin car la charge de la dette explosera de 30 à 60, 100 Milliards par an ? ce n'est pas sûr évidemment mais c un risque très important que nous ne verrons que 10 à 15 ans.
Sympa pour nos enfants...
Ganesha
- 19/07/2019 - 09:26
Pharamond
Je ne suis absolument pas obnubilé par la question de la vieillesse, qui n'est certainement pas la période la plus passionnante de la vie.

Je constate simplement que lorsqu'un lecteur d'Atlantico révèle son âge, cela tourne en général autour de 70 ans.

Vous aurez remarqué que la plupart des abonnés de ce site observent un ''devoir de réserve''. Et, ils ont raison : il m'est arrivé de livrer ici des anecdotes de ma vie personnelle et de m'attirer ensuite des remarques d'un humour assez maladroit.

Régulièrement, je demande aux quelques fervents promoteurs du Capitalisme Néo-libéral quelle est la part des dividendes dans leurs revenus, et s'ils les perçoivent dans un Paradis fiscal.
Mais, je ne suis pas surpris par leur absence de réponse.