En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© SEYLLOU / AFP
Article grotesque et inventé de toutes pièces

Le Sénégal triompha de la Tunisie par 1-0 : les supporters sénégalais se livrèrent alors en France à une orgie de violences

Publié le 16 juillet 2019
Le Sénégal est un grand et beau pays. La langue française y est pratiquée à égalité avec le wolof. Normal : nous l'avons colonisé pendant près d'un siècle. Une mainmise qui n'a pas toujours été tendre.
Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Benoît Rayski
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le Sénégal est un grand et beau pays. La langue française y est pratiquée à égalité avec le wolof. Normal : nous l'avons colonisé pendant près d'un siècle. Une mainmise qui n'a pas toujours été tendre.

Note de la rédaction : suite aux nombreuses remarques qui nous sont parvenues, nous tenons à préciser que les propos du contributeur qui suivent relèvent de l'ironie et veulent mettre l'accent sur les différences de réactions suivant un même évènement entre populations d'origines diverses.

Pour expier ce péché, nous avons, après leur indépendance acquise dans les années 1960, fait venir chez nous des centaines de milliers de Sénégalais. Ils ont durement travaillé en usine et pour les loger nous avons construit des HLM, de véritables palais comparés aux taudis de leur pays natal.

Ils ont eu des enfants dont le droit du sol a fait des Français. Ces derniers ont eu à leur tour des enfants, Français comme eux. Tous aiment le foot. Quand le "onze" de France gagne, ils sont donc contents. Mais quand c'est le "onze" du Sénégal qui remporte la victoire, leur joie se transforme en délire accompagné de saccades d'une grande violence.

C'est ce qui s'est passé un peu partout en France ce dimanche. C'était le 14 juillet. Un jour maudit pour les Sénégalais de France car ce n'est pas celui de la fête nationale de leur pays dont la capitale est Dakar.

Des magasins ont été pillés et dévastés. Des policiers caillassés, attaqués avec des fumigènes, des voitures roulant à grande vitesse sur les trottoirs pour faire fuir les indigènes gaulois. Pendant ces heures de violence, il valait mieux porter sur les épaules un drapeau sénégalais si on ne voulait pas se faire démolir.

Il y avait bien-sûr l'excitation de la victoire de l'équipe sénégalaise assortie de la haine d'un pays qui (jusqu'à maintenant mais pour combien de temps encore ?) a refusé de troquer le drapeau tricolore contre les couleurs du Sénégal. Mais au-delà de ça s'est manifestée une volonté farouche de marquage de territoires : une envie irrésistible de prolonger Saint-Denis jusqu'aux Champs-Elysées.

Par conscience journalistique, j'ai appelé Le Soleil, le plus grand journal de Dakar. Un confrère local m'a appris que là-bas tout s'était bien passé. Beaucoup de joie, mais ni pillages ni voitures brûlées. Ils sont bizarres ces Sénégalais du Sénégal.

J'ai conscience en écrivant cela que j'encours l'accusation de "sénégalophobie". Mais contrairement à une autre phobie, celle-ci n'est nullement considérée comme répréhensible.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

02.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

03.

Hong Kong : ces nouvelles formes de censure très efficaces pour empêcher les mouvements sociaux

04.

Miley Cyrus s’éclate avec une ex Kardashian, Claire Chazal se souvient de quand elle s’éclatait avec (un de) ses ex; Énième réconciliation pour Jamel & Melissa, 1ère grossesse pour Louane; Anouchka Delon pacifie sa famille, Brigitte Macron choie la sienne

05.

Après l’annonce de la mort d’Hamza Ben Laden, de hauts responsables d’Al-Qaida réapparaissent

06.

Classement Bloomberg des familles les plus fortunées : pourquoi les dynasties règnent plus que jamais sur le capitalisme mondial

07.

Balance ton port : les Marseillais veulent-ils couler leurs gros bateaux ?

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

Pour comprendre l’après Carlos Ghosn, l’affaire qui a terrassé l’année 2019 dans le monde des entreprises

03.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

04.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

05.

Comment se fait-il qu'un pays aussi beau que la Pologne ait un gouvernement de m... ?

06.

Affaire Jeffrey Epstein : cette épidémie de suicides dans les prisons françaises qu'il serait également bon d'interroger

01.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

02.

M. Blanquer, pourquoi cachez-vous à nos enfants que les philosophes des Lumières étaient de sombres racistes ?

03.

Réorganisation de la droite : cette impasse idéologique et politique qui consiste à s'appuyer uniquement sur les élus locaux

04.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

05.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

06.

Italie : quelles leçons pour la droite française ?

Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Sidewinder
- 18/07/2019 - 04:20
Triste mais vrai
Ben oui. Certains sont plus égaux que les autres et ce ne sont pas les "souchiens". Tout est fait pour protéger cette noble communauté qui maitrise si bien l'Art de la Casse et du Reste. Encore un effort et nous aurons des nettoyeurs au pouvoir...et ce ne sera pas beau à voir.
Nous avons regardé la Serbie de haut, on pourrait bien la voir en « Live ».
jurgio
- 17/07/2019 - 14:58
Les Gauchards ont bien travaillé !
Les Maghrébins et voisins ont été élevés dans la haine du Blanc colonisateur. Tout est permis en France, pays qui est considéré comme un pays expiateur et on pourrait s'y servir comme semble nous s'il n'y restait un répugnant réflexe de répression et pourquoi pas ? d'asservissement.
assougoudrel
- 16/07/2019 - 22:10
Je connais beaucoup de pays africains
Deux ou trois individus rassemblés et ils reçoivent une pluie tropicale de coups de bâtons par la police ou l'armée. Comme chez nous, ils sont chouchoutés, ils s'en donnent à cœur joie.