© Paul J. RICHARDS / AFP
Inoxydable

Or, et pourtant il monte !

Publié le 15 juillet 2019
Les raisons abondent pour expliquer que l’or ne monte pas. La Terre non plus ne tournait pas autour du soleil, comme l’(ab)jurait Galilée en 1633. Et pourtant, elle tourne ! Et pourtant, il monte !
Jean-Paul Betbeze est président de Betbeze Conseil SAS. Il a également  été Chef économiste et directeur des études économiques de Crédit Agricole SA jusqu'en 2012.Il a notamment publié Crise une chance pour la France ; Crise : par ici la sortie ;...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Betbeze
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Betbeze est président de Betbeze Conseil SAS. Il a également  été Chef économiste et directeur des études économiques de Crédit Agricole SA jusqu'en 2012.Il a notamment publié Crise une chance pour la France ; Crise : par ici la sortie ;...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les raisons abondent pour expliquer que l’or ne monte pas. La Terre non plus ne tournait pas autour du soleil, comme l’(ab)jurait Galilée en 1633. Et pourtant, elle tourne ! Et pourtant, il monte !

Une once d’or (31 grammes) vaut actuellement entre 1300 et 1400 dollars. Moins que  1800 en 2012 certes, mais plus que 1050 en 2015, et surtout nettement plus que pendant la longue période, jusqu’en 2000, où elle valait entre 250 et 300 dollars. Cet « or qui ne monte pas », vient quand même de quintupler en 15 ans !

L’or ne protège pas des crises, vous dit-on : allez donc faire vos courses avec un lingot ! Mais il s’agit avec lui d’une épargne de (forte) précaution, pas d’une monnaie de transaction. En période de crise, vous pourrez toujours vendre votre or contre des billets, même s’ils ne valent plus grand-chose : vous en aurez beaucoup, mais à consommer vite Quand les tensions montent fortement en effet, c’est bien vers l’or que se porte toujours une part des épargnes inquiètes, à côté du dollar, du Franc suisse, ou des diamants, pour les plus fortunés (et inquiets). Certes, ce type de réaction peut paraître datée… mais en cas de crise, à côté de liquidités jugées plus sûres à garder, il y aura toujours quelqu’un, plus inquiet et plus liquide que vous, pour acheter votre or ! Allez donc voir ce que vaudront alors les actions et les obligations, si montent encore les tensions mondiales, en attendant que viennent le Bitcoin ou le Libra de Facebook, ou bientôt le yuan ! Allez donc voir ce que seront devenus, à ce moment, les produits sophistiqués que l’on vous a vendus quand le temps commençait à se couvrir, « pour résister à l’orage » ! 

L’or n’est pas la protection contre les crises graves, mais une des protections, simples et connues, quand il s’agit d’aller vers plus sûr et plus liquide. De ce point de vue, la montée de son prix, depuis une dizaine d’années traduit, au moins en partie, la dangerosité accrue de ce monde. Les bruits de guerre commerciale avec la Chine, ou de guerre tout court avec la Corée du Nord ou avec l’Iran, le font brusquement monter. Et quand ces bruits s’atténuent, l’once baisse, mais toujours dans son nouveau range 1100-1400. Et quand Trump ravive une guerre douanière, contre l’Europe cette fois, il remonte. Et sa baisse en deçà semble exclue, dans ce monde où le conflit sino-américain est central.

L’or ne protège pas de l’inflation, ajoutera-t-on. Cela tombe bien : il n’y en a plus ! La hausse des prix dans les grandes économies n’a jamais été aussi faible : 1,8% aux États-Unis (avec un taux de chômage de 3,6%), 1,2% en zone euro (pour 7,5% de chômage) et 0,7% au Japon (pour 0,7%). Si faible, qu’elle résiste aux politiques monétaires quantitatives qui veulent la faire monter. Elles font baisser les taux dans l’espoir d’endetter les entreprises pour qu’elles investissent et embauchent, ce qui fera monter les salaires et les prix, et dans celui d’endetter les ménages pour qu’ils achètent une maison et consomment, ce  qui fera indirectement monter les salaires et les prix. Mais la baisse des taux d’intérêt fait aujourd’hui l’inverse ! Elle pousse les entreprises en difficulté à s’endetter pour durer (on verra plus tard). Elle mène celles qui sont en bonne santé à s’endetter (cher) pour en acheter d’autres et/ou racheter leurs propres titres. Tout cela fait monter les risques, mais les taux n’en disent rien, au contraire puisqu’ils baissent. Et tout cela fait monter la bourse et les prix des logements, autrement dit polarise davantage les richesses. Les riches devenant plus riches n’ont aucune raison de consommer plus, donc d’alimenter l’inflation : ils ont tout ! 

Mais pour combien de temps, si les risques montent, devant la montée de la dette ? Les banques centrales veulent faire repartir l’inflation en abaissant encore leurs taux et en indiquant en même temps qu’elles sont prêtes à accepter une inflation à 2,5% (Fed, BCE) ! Les états en profitent pour creuser leurs déficits (États-Unis, Italie par exemple) ou en ralentir les réductions (France, par exemple). Les taux qui baissent font monter la dette et les prix des actifs, donc les risques. Ils permettent de s’endetter pour acheter de l’or, si l’on veut : le taux d’intérêt est quasi nul, comme le risque d’inflation. Surtout, ils permettent d’attendre, au moins pour bénéficier d’un coup de sang de Trump, qui récompensera en quelques heures leur position d’attente !

Derrière l’or qui monte par saccades, il y a Trump. Derrière l’or qui monte et montera, il y a encore Trump ! Les saccades de Trump, quand il attaque la Chine ou ses alliés, font baisser la bourse et monter l’or, puis l’inverse quand il se ravise, comme aujourd’hui avec la Chine ou la Corée du nord. Mais, plus profondément, il veut la baisse du dollar contre yuan et euro, ce qui fera monter l’or. Quand Donald Trump veut un dollar plus faible contre les autres devises, il veut sans le dire un  dollar plus faible contre or – ce qui implique des achats de protection. Surtout, quand il met en cause la valeur des réserves des banques centrales qui garantissent l’euro et le yuan, il les fait réagir. Les ventes d’or ont cessé dans les pays industrialisés. La Russie a vendu ses obligations américaines, et acheté 500 tonnes d’or. La Chine les diminue graduellement et achète de l’ordre de 15 tonnes d’or par mois, pour ne pas trop exciter le marché. Elle en a officiellement 1900, contre 8000 américaines, 3400 allemandes et 2500 françaises. Pas beaucoup, pas assez surtout, si le yuan veut s’étendre : il lui faudra plus de réserves en contrepartie, de l’euro bien sûr, mais surtout de l’or. Et l’exemple chinois va faire des émules : si Trump vaut la baisse du dollar, il faut trouver où s’en protéger le plus. Le yuan ? Les amis et alliés de la Chine vont donc suivre. Trump sera content.

L’or, c’est l’anti Trump. Il monte et baisse en exacte compensation de ses tweets et rodomontades tarifaires, mais pour ne plus trop descendre après, car on ne sait jamais avec lui. Et comme Trump veut que le dollar baisse plus pour vendre plus, la Chine comprend qu’il faut que le yuan monte, pour acheter plus (des brevets, des entreprises ?). Donc, pour que le yuan monte régulièrement, il lui faut plus d’or pour se garantir. Merci Trump ? 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Laeticia Hallyday boit dans la mer (mais pas la tasse) ; Voici trouve Macron très beau en maillot, Point de Vue trouve Brigitte mirifique ; Tout sur le mariage de Jenifer sauf des photos ; Crise de libido royale pour William et Kate

02.

Seniors : cette méthode qui vous permet de profiter pleinement de votre retraite

03.

Tempête dans les bénitiers : qui de Salvini ou du pape est le plus catholique ?

04.

Arrêt de l’enquête dans les maternités de Fukushima : un non-lieu sanitaire pour le nucléaire ?

05.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

06.

Le G7 du blabla politico-diplomatique qui ne sert à rien, sauf à permettre aux dirigeants de se parler et ça, c’est primordial

07.

Incendie en Amazonie : on vient d’inventer la politique magique !

01.

Abidal opéré "sans complication"

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

03.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

04.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

05.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

06.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

03.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

04.

Rencontres diplomatiques : Boris Johnson pourrait-il profiter du désaccord entre Paris et Berlin sur le Brexit ?

05.

G7 à Biarritz : ces inégalités croissantes dans les pays occidentaux dont les progressistes ne veulent pas entendre parler

06.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires