En direct
Best of
Best of du 24 au 30 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

02.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

03.

Stratégie de la tension ? Ce piège dans lequel Erdogan tente d’entraîner la France pour s’imposer comme le nouveau sultan au yeux du monde musulman

04.

Lutte anti-terroriste : un problème nommé DGSI

05.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

06.

Sept Français interrogés sur dix (sondage Odoxa pour Figaro et France Info) se disent favorables au nouveau confinement qui vient de débuter

07.

Pénuries de (re)confinement : voilà ce que vous devriez acheter pour affronter novembre (et non, on ne vous parle pas de papier toilette)

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

04.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

05.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

06.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

01.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

02.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Hourra l'Oural encore" de Bernard Chambaz : en route pour l'Oural avec un amoureux de la Russie, de son peuple et de sa littérature. Un voyage intéressant et émouvant

il y a 2 heures 20 min
pépites > Education
Education nationale
Hommage à Samuel Paty : la rentrée scolaire n'est plus décalée à 10h lundi prochain
il y a 4 heures 51 min
light > Science
Ancêtre
Le chien est le plus vieil ami de l'homme, sa domestication est survenue il y a plus de 10.000 ans
il y a 6 heures 42 min
pépites > Politique
Décision
Antisémitisme : Jeremy Corbyn a été suspendu du Parti travailliste britannique
il y a 7 heures 17 min
pépites > France
Mobilisation des forces de l'ordre
Attentat à Nice : le gouvernement annonce le rappel de 3.500 gendarmes réservistes et la mobilisation de 3.500 policiers
il y a 8 heures 3 min
rendez-vous > Terrorisme
Géopolitico-scanner
La guerre indiscriminée des jihadistes contre la France : du "blasphémateur" Samuel Paty aux chrétiens respectueux de la Basilique niçoise
il y a 9 heures 11 min
pépites > Terrorisme
Religion
Des milliers de manifestants anti-Macron au Bangladesh, au Pakistan, en Afghanistan signale le Daily Mail
il y a 11 heures 12 min
light > Science
Singes
Les gorilles de montagne n'oublient pas leurs amis et sont amicaux avec eux quand ils se retrouvent même après une décennie de séparation
il y a 11 heures 47 min
décryptage > International
Paris - Ankara

Stratégie de la tension ? Ce piège dans lequel Erdogan tente d’entraîner la France pour s’imposer comme le nouveau sultan au yeux du monde musulman

il y a 12 heures 17 min
décryptage > Santé
Barrière contre le virus

Zorro contre le Covid-19 : le masque comme solution efficace et peu coûteuse

il y a 12 heures 26 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Effacer les dettes publiques - c’est possible et c’est nécessaire" de Hubert Rodarie : la thèse "contre-intuitive" d’un expert sur un sujet qui interroge les économistes, un appel à une révolution de la pensée

il y a 2 heures 39 min
pépites > Faits divers
Forces de l'ordre
Tentative d’agression au couteau sur un policier dans le XVe arrondissement de Paris
il y a 6 heures 14 min
pépites > Politique
Moyens d'action face au virus
Covid-19 : le Sénat a voté la prolongation de l'état d'urgence sanitaire jusqu'au 31 janvier
il y a 6 heures 55 min
pépites > International
Mini tsunami
Turquie : au moins quatre morts et 120 blessés après un séisme de magnitude 7 en mer Egée
il y a 7 heures 47 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand l’émail est semé de fleurs de sel et quand il neige sur la toundra : c’est l’actualité reconfinée des montres
il y a 8 heures 42 min
pépites > Consommation
Confiné
La France reconfinée pour au moins 4 semaines : ce qui est ouvert ou fermé
il y a 10 heures 36 min
pépite vidéo > Terrorisme
Face à l'info
Attaques terroristes : l'échec du renseignement français ?
il y a 11 heures 19 min
décryptage > France
Lutte contre le séparatisme

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

il y a 12 heures 23 sec
pépites > Politique
Reconfinement
Sept Français interrogés sur dix (sondage Odoxa pour Figaro et France Info) se disent favorables au nouveau confinement qui vient de débuter
il y a 12 heures 23 min
décryptage > Politique
Maison Blanche

Le chemin de la victoire de Donald Trump est étroit mais il existe encore

il y a 13 heures 1 min
© ERIC PIERMONT / AFP
© ERIC PIERMONT / AFP
Gâchis politico-financier

La BPI s’expose-t-elle à devenir un nouveau Crédit Lyonnais ?

Publié le 15 juillet 2019
En 2013, la Banque Publique d'Investissement (BPI) a investi 7 millions d'euros dans Lucibel (éclairage "innovant"). Introduite en bourse en 2014, l'action a depuis perdu 91% de sa valeur. La BPI, Crédit Lyonnais en devenir ?
Sébastien Laye
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sébastien Laye est Président du Parti Quatre Piliers.  Sébastien Laye est entrepreneur immobilier, chercheur associé en économie à l'Institut Thomas More.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En 2013, la Banque Publique d'Investissement (BPI) a investi 7 millions d'euros dans Lucibel (éclairage "innovant"). Introduite en bourse en 2014, l'action a depuis perdu 91% de sa valeur. La BPI, Crédit Lyonnais en devenir ?

Atlantico : En quoi la situation de la BPI est-elle problématique et rappelle-t-elle, à certains égards, des cas similaires dans l'histoire des crises bancaires et financières, et notamment la crise du Crédit Lyonnais dans les années 1990 ?

Sébastien Laye : En 2014, dans un rapport à l'époque pour le think tank Generation Libre, qui donna lieu à une audition à l'Assemblée Nationale en 2015, nous mettions en exergue certains problèmes de structure qui faisaient que dès sa création en 2013 faisant suite à celle du FSI, la BPI était inéluctablement vouée à un échec similaire à celle d'autres grandes banques publiques historiques. Le premier problème était celui du personnel: imaginer que des hauts fonctionnaires, des énarques dans leurs bureaux avec peu d'expérience industrielle ou du monde de l'investissement, puissent approcher le talent des meilleurs gestionnaires de fonds, était illusoire; l'institution se défendit en arguant que tel n'était pas le but de cette banque publique: mais si la rentabilité n'est pas le souci cardinal, on est en droit de se demander si on ne dilapide pas l'argent du contribuable. On retrouvait la même rhétorique que celle d'Haberer, le patron ayant présidé à l'expansion débridée du Credit Lyonnais. Le deuxième problème avait trait aux missions de la BPI: à partir d'une mission initiale claire sous Sarkozy, celle d'un fonds souverain de défense de nos joyaux nationaux (mais sans manne pétrolière à investir comme pour les autres pays....on compensa cela par apports d'actifs de la CDC...), Hollande rajouta une institution de crédit (assez compréhensible après la crise car il y avait peut être des inefficiences de marché à combler, mais douteux six ans plus tard avec toutes les liquidités dont disposent les banques commerciales), mais la BPI est aussi devenu un fonds de fonds (choisissant certains fonds et pas d'autres), un fonds de capital risque (multipliant les positions dans des start ups), un investisseur direct au capital des entreprises, un conseil des entreprises, un assureur crédit....Vous connaissez le dicton "qui embrasse trop mal étreint": il n'y pas d'équivalent d'institution étrangère similaire, et la BPI a multiplié les situations de conflits d'intérêt: au final, à part un relatif succès dans le financement des startups, elle a plutôt échoué dans ses autres missions.
 

Les difficultés de la BPI révèlent une fois encore combien la relation entre l'Etat, les banques et les entreprises est source de tensions et de troubles.  Comment expliquer historiquement et théoriquement ce mariage difficile entre public et privé qui rend bancal le principe d'une banque publique d'investissement ?

A titre personnel je crois dans l'investissement public: mais précisons de quoi il s'agit. L'Etat est un donneur d'ordres dans le domaine des infrastructures, de l'immobilier notamment social, de l'énergie et de certains secteurs technologiques: c'est son rôle (ce que certains économistes appellent le multiplicateur d'investissement) de lancer des chantiers et d'investir dans des actifs. Mais il n'est pas une institution efficace pour investir dans, et encore moins gérer, des entreprises. L'Etat est un piètre actionnaire. Il peut relancer la promotion de logement social en simplifiant les permis et lançant des projets (gérés par des promoteurs), mais lui même n'a rien à faire au capital d'un promoteur....dans le domaine technologique où les changements de paradigme sont brutaux, le Leviathan étatique est vite obsolète....L'Etat a tout son rêle à jouer en investissant massivement dans la R&D et les brevets en intelligence artificielle, en créant l'infrastructure et l'écosystème pour cette industrie naissante, mais il ne doit pas être actionnaire de startups dans ce domaine. In fine, une banque publique d'investissement ne peut etre qu'une banque d'infrastructures, comme la BERD ou la BEI, ou les banques publiques allemandes comme KfW.

 Si un scénario semblable à celui de la crise du Crédit Lyonnais se présente pour le BPI, comment devrait idéalement réagir le gouvernement de façon à éviter les erreurs de 1990 ? Une crise de la BPI aurait-elle pour effet, comme ce fût le cas après la quasi-faillite du Crédit Lyonnais, un retrait de l'intervention publique dans les années à venir ?  

Le système de financement francais est si perfusé et conflicté de toutes parts par le rôle tentaculaire de la BPI qu'on ne saurait imaginer son retrait brutal, qui aurait des conséquences désastreuses. Je préconiserais plutôt le démantèlement de l'institution en plus petites unités: les participations publiques devraient revenir à l'APE; l'ancien FSI et ses différents fonds devrait recouvrer son indépendance et etre séparé de l'institution bancaire, qui reviendrait directement dans le giron de la CDC (pourquoi deux banques ?).

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
lexxis
- 16/07/2019 - 10:11
LA CASTE
On mesure sans peine à toute cette série d'échecs la valeur intrinsèque de notre glorieuse Inspection des Finances, qui a un sens très sûr pour engager les finances de l'État dans les coups les plus foireux. On ne compte plus les dizaines de milliards de pertes qu'on doit à ce cénacle de fonctionnaires arrogants, qui ont toujours des tas d'idées pour réglementer les autres professions, mais qui sont eux-mêmes incapables de la moindre remise en cause.
Paulquiroulenamassepasmousse
- 15/07/2019 - 22:59
Si vous pensez qu'un
Si vous pensez qu'un fonctionnaire est capable de gérer dans l'irresponsabilité totale une entreprise, vous regardez ce que sont devenus, le Crédit Lyonnais, mais aussi Areva, Alcatel, Alstom, Technip, et Lafarge pour les plus récentes. Vous réaliserez enfin tout ce que nous devons à la "ponction publique" et à nos "crânes d'oeufs"
ajm
- 15/07/2019 - 20:18
Contexte heureusement différent.
Cet établissement sera soumis aux contrôles de la BCE , il devra respecter tous les ratios financiers réglementaires , niveau de fonds propres, division des risques, liquidité, les règles en matière de conformité, disposer de systèmes de notation de contrepartie robustes et testés etc, le tout beaucoup plus sévère qu'à l'époque du CL. Cela n'élimine pas complètement les risques soulevés par l'auteur mais , sans doute, limiterait la probabilité de leur progression silencieuse jusqu'à l'explosion.