En direct
Best of
Best of du 21 au 27 mars
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

03.

Coronavirus : ces cadavres dans le placard qui gênent la Chine dans son offensive de charme

04.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

05.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

06.

Coronavirus : 26% des Français pensent qu’il s’agit d’un complot !

07.

LR : quand la droite ne comprend plus le libéralisme, ni l’économie, ni la nature de la crise que nous traversons...

01.

Quand la télé ricane

01.

Saint-Denis, ville ouverte : ouverte au coronavirus !

02.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

03.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

04.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

05.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

06.

Procédures contre les responsables publics : ce qui sera juridiquement possible (ou pas)

01.

Aussi inquiétante que le Covid-19, la crise de la raison ? Gourous et boucs émissaires font leur retour

02.

Chloroquine : les doutes qui pèsent sur la rigueur de l’étude du professeur Raoult expliqués par un biostatisticien

03.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

04.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

05.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

06.

Et maintenant voici Emmanuel la - menace - : « on se souviendra de ceux qui n’auront pas été à la hauteur » !

ça vient d'être publié
pépites > France
Alimentation
25% des marchés alimentaires vont pouvoir rouvrir en France
il y a 10 min 1 sec
pépites > Politique
"Souveraineté nationale et européenne"
Coronavirus : Emmanuel Macron annonce la production de millions de masques et promet une "indépendance pleine et entière" de la France
il y a 1 heure 49 min
pépite vidéo > Politique
Combattre le virus
Hongrie : Viktor Orbán obtient les pleins pouvoirs pour lutter plus efficacement contre le Covid-19
il y a 3 heures 5 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Pour une nouvelle gouvernance mondiale

il y a 5 heures 10 min
décryptage > Politique
Schtroumpfs paresseux

Et si les accusateurs du libéralisme essayaient d’abord de comprendre ce dont ils parlent

il y a 5 heures 38 min
décryptage > Politique
Rupture douloureuse

Petit historique des catastrophes politiques vécues par la droite à chaque fois qu’elle a divorcé du libéralisme

il y a 6 heures 11 min
décryptage > Politique
Certitudes

LR : quand la droite ne comprend plus le libéralisme, ni l’économie, ni la nature de la crise que nous traversons...

il y a 7 heures 4 min
décryptage > Santé
Gestion de crise

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

il y a 7 heures 38 min
pépites > France
Un boost pas comme les autres
Le confinement dynamise les révisions du Code de la route
il y a 1 jour 23 min
Les marques sont elles aussi solidaires
Coca-Cola et d'autres marques créent des logos de «distance sociale»
il y a 1 jour 1 heure
light > Media
Disparition
Mort du journaliste Pierre Bénichou à l'âge de 82 ans
il y a 1 heure 16 min
décryptage > Santé
Résultats prometteurs

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

il y a 2 heures 48 min
décryptage > Politique
Cohésion

Covid-19 : unité nationale où es-tu ?

il y a 4 heures 41 min
décryptage > France
Ils sont nombreux à être malades

Coronavirus : 26% des Français pensent qu’il s’agit d’un complot !

il y a 5 heures 23 min
décryptage > Economie
Bulletin

Coronavirus : petit bilan des mesures d’aides aux entreprises et aux salariés

il y a 5 heures 54 min
décryptage > Santé
Plan d'action

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

il y a 6 heures 40 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Les dividendes 2020 seront aussi confinés : les dirigeants politiques veillent au grain, par démagogie ou par nécessité

il y a 7 heures 26 min
décryptage > International
Résolution ?

Fin de crise en Israël

il y a 19 heures 20 min
pépites > International
Israel
Coronavirus: Benjamin Netanyahu placé en quarantaine
il y a 1 jour 1 heure
décryptage > International
LES ENTREPRENEURS PARLENT AUX FRANÇAIS

Les Virus, l’économie, les politiques et la mort. Premières leçons de la gestion de la pandémie

il y a 1 jour 1 heure
© ERIC FEFERBERG / AFP
© ERIC FEFERBERG / AFP
Ex-Allié historique

20 après le Kosovo, l’Occident et l’UE devraient-ils éprouver une pointe de regret vis-à-vis de la Serbie ?

Publié le 15 juillet 2019
Emmanuel Macron se rend en Serbie pour "renouer des liens distendus", première visite à Belgrade depuis celle de Jacques Chirac en 2001. Au coeur de la visite, les négociations placées sous l'égide de l'Union européenne entre la Serbie et le Kosovo.
Florent Parmentier est enseignant à Sciences Po et chercheur associé au Centre de géopolitique de HEC. Il a récemment publié La Moldavie à la croisée des mondes (avec Josette Durrieu) ainsi que Les chemins de l’Etat de droit, la voie étroite des pays...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Florent Parmentier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Florent Parmentier est enseignant à Sciences Po et chercheur associé au Centre de géopolitique de HEC. Il a récemment publié La Moldavie à la croisée des mondes (avec Josette Durrieu) ainsi que Les chemins de l’Etat de droit, la voie étroite des pays...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Emmanuel Macron se rend en Serbie pour "renouer des liens distendus", première visite à Belgrade depuis celle de Jacques Chirac en 2001. Au coeur de la visite, les négociations placées sous l'égide de l'Union européenne entre la Serbie et le Kosovo.

Atlantico : 20 ans après la fin de la guerre, peut-on considérer que l'Occident et l'Union européenne ont échoué dans leur mission visant à gérer l'après-guerre ?

Florent Parmentier : La visite d’Emmanuel Macron en Serbie fait suite à une série de déceptions, dont le Président n’est pas le seul responsable mais qu’il convient de prendre en compte. Ainsi, la France a été un allié historique de la Serbie au cours de la Première Guerre mondiale, ce qui rend d’autant moins acceptable l’erreur diplomatique qu’a constitué le fait d’avoir placé la Serbie sur la tribune secondaire lors des cérémonies de novembre dernier, au contraire du Kosovo, étant placé en tribune d’honneur mais qui n’avait aucune existence en 1918 ! La France a également accueilli de nombreux étudiants serbes depuis le XIXe siècle, et l’on estime que de 70 000 à 100 000 Français ont des origines serbes. 

Néanmoins, les relations sont nettement plus froides aujourd’hui, en raison tant de la tiédeur de la diplomatie française au sujet de tout nouvel élargissement de l’Union européenne que de la position française sur le Kosovo. C’est tout l’enjeu de cette visite, qui intervient 20 ans après l’intervention de la coalition internationale au Kosovo, mais aussi 30 ans après que Milosevic ne souffle sur les braises du nationalisme, lors de son discours du 28 juin 1989 au Kosovo. Si la France a reconnu l’indépendance du Kosovo, à Belgrade, on lui reproche volontiers la faible attention qu’elle a porté aux minorités serbes et roms, qui ont dû quitter la région pour survivre. 

 

L'antagonisation (du fait des procès nombreux qui ont suivi la guerre) des Serbes n'a-t-elle pas limité la reconstruction des relations dans les Balkans ? N'est-il pas nécessaire de s'appuyer sur cette puissance régionale historique si on souhaite pacifier ?

Les Européens doivent en effet prendre garde au dilemme suivant : ils ne peuvent oublier les conflits des années 1990 sans se renier, mais ils ne peuvent pas non plus se comporter comme s’ils étaient les seuls à décider ce que devrait être la politique locale. 

La reconnaissance de la Macédoine du Nord par la Grèce constitue le plus récent succès européen, et il faut s’en réjouir. Il convient toutefois de ne pas oublier que la situation du Kosovo est encore loin d’être stabilisée : l’ensemble des Etats-membres ne reconnaît pas l’indépendance du Kosovo, connaissant eux-mêmes des problèmes de séparatisme. Quel intérêt aurait en effet l’Espagne de reconnaître l’indépendance du Kosovo à l’heure où la question catalane polarise son attention ?

Les Européens ont pensé que la promesse de l’élargissement, offerte au Sommet de Thessalonique (2003), suffirait à stabiliser la région. 

Ils ne sont pourtant pas les seuls à avoir de l’influence : le Kosovo soutient très largement l’OTAN plus que l’UE, la Russie bénéficie d’un capital de prestige fort à Belgrade. Il suffit de se souvenir de la visite triomphale de Vladimir Poutine dans la capitale serbe en janvier 2019 (plus de 100 000 personnes pour l’accueillir), où il a plaidé pour la stabilisation des Balkans, mise à mal selon lui par l’action des Européens. Quant à la Chine, elle offre une place de choix à la Serbie dans le cadre des routes de la Soie : prêts à faibles taux d’intérêt et sans conditionnalité, achats d’actifs industriels (usine sidérurgique de Smederevo, la plus grande du pays, investissements dans la plus grande mine de cuivre du pays...). 

 

Quelles sont les options envisageables pour enfin avancer dans les Balkans ?

Dans ce nouveau contexte, il paraît difficile de marginaliser la Serbie en lui faisant porter l’ensemble des responsabilités dans la chute de la Yougoslavie et les conséquences qui s’ensuivirent. 

Un élargissement à brève échéance n’est pas possible, et doit donc être écarté ; pour autant, l’objectif visé doit bien être de rapprocher le système politique existant de l’Etat de droit. Une fois que le pays sera rentré au sein de l’UE, il sera beaucoup plus compliqué de transformer celui-ci. Si la solution ne vient pas de l’UE, elle peut venir d’une solution négociée, y compris sous forme territoriale. Un changement des frontières représente pour l'Allemagne l’ouverture de la boîte de Pandore, à même de déstabiliser la Bosnie voisine, où se trouve une république serbe. La France y est peut-être davantage favorable. Au-delà des chancelleries, il faudra également voir comment les sociétés pourraient accepter des compromis réciproques, forcément difficiles pour une partie de la population. Il conviendra par exemple, dans toute future solution, d’associer une diaspora serbe proportionnellement nombreuse comparée à la taille de la population.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

03.

Coronavirus : ces cadavres dans le placard qui gênent la Chine dans son offensive de charme

04.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

05.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

06.

Coronavirus : 26% des Français pensent qu’il s’agit d’un complot !

07.

LR : quand la droite ne comprend plus le libéralisme, ni l’économie, ni la nature de la crise que nous traversons...

01.

Quand la télé ricane

01.

Saint-Denis, ville ouverte : ouverte au coronavirus !

02.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

03.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

04.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

05.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

06.

Procédures contre les responsables publics : ce qui sera juridiquement possible (ou pas)

01.

Aussi inquiétante que le Covid-19, la crise de la raison ? Gourous et boucs émissaires font leur retour

02.

Chloroquine : les doutes qui pèsent sur la rigueur de l’étude du professeur Raoult expliqués par un biostatisticien

03.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

04.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

05.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

06.

Et maintenant voici Emmanuel la - menace - : « on se souviendra de ceux qui n’auront pas été à la hauteur » !

Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Marie-E
- 19/07/2019 - 03:42
Le Kosovo le cœur de la Serbie
Il est grand temps que l'Europe dont la France se rende compte du désastre de la reconnaissance du Kossovo. Je vis dans un pays qui ne reconnaît pas le Kossovo et j'apprécie car je sais trop comme c'est pénible de voir l'Europe et ses lubies vouloir partager une capitale, donner une terre à des colons arabes venant de pays limitrophes...)
L'ONU, l'Otan... Ont fait un beau gâchis de la fin de la Yougoslavie mais cela n'empêche pas de faire toujours les mêmes erreurs en voulant imposer des solutions droits de l'hommistes dangereuses pour les nationaux.
L'Europe n'avait pas besoin de prendre partie pour la tête de pont kossovare albanaise islamiste soutenue par le Qatar et dont il s'avère qu'un certain nombre s'est retrouvé en Syrie.
jurgio
- 16/07/2019 - 18:51
L'Histoire européenne aime l'islam
De tout temps, des pays occidentaux "avancés" se croyant humanistes, ont avantagé contre toute raison ces sectes invasives. Les Balkans sont un exemple d'école. L'Empire ottoman a été craint et en a profité pour grignoter sans cesse les territoires (Thrace, Chypre...) et l'Europe s'est fait obséquieuse devant le Croissant. Le Kosovo est le dernier avatar connu.
Paulquiroulenamassepasmousse
- 15/07/2019 - 22:48
Il suffit d'aller faire un
Il suffit d'aller faire un tour à Sarajevo, en Bosnie pour savoir que le Kosovo sera annexé par le Qatar. Quand le revenu d'un haut fonctionnaire ne dépasse pas 800€, il suffit de voiler sa femme et ses 3 filles pour obtenir l'équivalent mensuel, offert par nos amis Qatari....
Et tout ça grâce à qui ?
à nos "droitdelhommistes" européens, toujours prêts à se tirer une balle dans le pied...