En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

02.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'inspirer

03.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

04.

Ces nouvelles techniques de swing qui révolutionnent le golf

05.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

06.

70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine

07.

Et le navire de la gauche vint se briser sur l’écueil de l’Islam…

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

05.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

04.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

05.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

06.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

ça vient d'être publié
light > Insolite
Aux décibels
Si le comptoir vous manque, vous pouvez toujours écouter le brouhaha des cafés en streaming
il y a 6 heures 33 min
pépites > Justice
Bavure
Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus
il y a 7 heures 42 min
pépites > France
Justice
Quatre adolescents placés en garde à vue dans le cadre de l'enquête de l'assassinat de Samuel Paty
il y a 8 heures 40 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Macron : tout faire pour éviter une contamination de la grogne sociale et surtout une résurgence poujadiste.

il y a 11 heures 13 min
décryptage > France
Derrière les annonces

Ce qui se cache vraiment derrière "l'inégal sens des responsabilités" évoqué par Emmanuel Macron à propos des failles françaises face au Covid

il y a 11 heures 52 min
pépites > Style de vie
Cash
70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine
il y a 13 heures 2 min
décryptage > Religion
Enfin Allah devient sélectif

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

il y a 13 heures 22 min
pépites > Politique
Communication
Voici ce qu'il faut retenir du discours de Jean Castex sur l'allègement du confinement
il y a 13 heures 40 min
décryptage > Environnement
Coeur de l'atome

Haro sur le nucléaire et l'hydraulique: l’Europe frappée d’imbécillité énergétique ?

il y a 13 heures 47 min
décryptage > France
Première vague

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

il y a 14 heures 6 min
pépites > Politique
Bien installé
Selon un sondage, Laurent Wauquiez remporterait largement les régionales en Auvergne-Rhône-Alpes
il y a 7 heures 22 min
pépites > International
Problème Européen
À la veille du Black Friday, des employés d'Amazon Allemagne se mettent en grève
il y a 8 heures 21 min
rendez-vous > Politique
Revue de presse des hebdos
L’actualité grise Macron dans « sa vision romanesque de la vie »; Le PS clarifie sa ligne sur la laïcité, EELV s’embrouille sur la sienne; Hidalgo s’inquiète de l’impact du gauchisme des Verts (sur son image); Mélenchon peu présidentiable aux yeux des Fra
il y a 9 heures 1 min
décryptage > Environnement
Ecologie

Ecocide : entre impensés, mal-pensé et arrières pensées, un nouveau délit à l’application piégée

il y a 11 heures 24 min
pépite vidéo > Sport
R.I.P
Maradona s'en va, les Argentins célèbrent leur héros national
il y a 12 heures 39 min
décryptage > International
Les yeux ouverts

Le grand défi d’Aliyev

il y a 13 heures 13 min
décryptage > Politique
Fluctuat et mergitur

Et le navire de la gauche vint se briser sur l’écueil de l’Islam…

il y a 13 heures 30 min
décryptage > Sport
Dieu du football

Maradona, l’immortalité haut le pied

il y a 13 heures 41 min
décryptage > France
Aimons nous les uns les autres

Après la résilience, la bienveillance : peut-on gouverner efficacement un pays avec des objectifs de développement personnel ?

il y a 13 heures 57 min
décryptage > France
Génie

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'inspirer

il y a 14 heures 18 min
© PATRICK KOVARIK / AFP
© PATRICK KOVARIK / AFP
Bonnes feuilles

Sophiane Hambli et François Thierry : les deux hommes clés du plan Myrmidon pour gagner la guerre des stups

Publié le 13 juillet 2019
Richard Schittly publie "La guerre des stups" aux éditions Tallandier. En octobre 2015, les douanes découvrent un stock de sept tonnes de cannabis dans le XVIe arrondissement de Paris. Le principal suspect est en fait un informateur de l'Office central qui clame qu'il est " l'employé de la police ". C'est le début d'un scandale d'Etat. Extrait 1/2.
Richard Schittly
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Journaliste à la rubrique judiciaire du Progrès et correspondant du Monde à Lyon, Richard Schittly explore le monde de la police et de la justice depuis vingt ans. Il est l'auteur de L'Histoire vraie du gang des Lyonnais (2011) et de Commissaire Neyret,...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Richard Schittly publie "La guerre des stups" aux éditions Tallandier. En octobre 2015, les douanes découvrent un stock de sept tonnes de cannabis dans le XVIe arrondissement de Paris. Le principal suspect est en fait un informateur de l'Office central qui clame qu'il est " l'employé de la police ". C'est le début d'un scandale d'Etat. Extrait 1/2.

Sophiane Hambli est extradé d’Espagne le 3 janvier 2011. Quelques jours plus tard, François Thierry prend contact avec Maryvonne Caillibotte, magistrate en poste à la Direction des affaires criminelles et des grâces (DACG) pour évoquer les nouveaux objectifs de l’Office central. Il évoque la présence d’un informateur de choix dans une méthode inédite pour lutter contre le trafic de stupéfiants. Il cite le nom d’Hambli dans son mémo. La DACG constitue un rouage névralgique du ministère de la Justice : le service suit de près toutes les affaires sensibles et conseille en permanence le ministre. La démarche du commissaire témoigne de l’importance qu’il accorde à sa nouvelle recrue. Grâce au dispositif, centré autour d’un informateur principal, le commissaire pense avoir de bonnes chances de gagner la guerre des stups. 

François Thierry retrouve à plusieurs reprises Hambli en prison. Il obtient des permis de visites auprès de la cour d’appel de Colmar pour aller discuter avec le prisonnier en Alsace. La relation prospère. Les affaires se multiplient. Parallèlement, le commissaire expose le plan Myrmidon à quelques interlocuteurs privilégiés. Il rencontre des magistrats parisiens, un substitut général à Colmar et même des juges de l’Audience nationale de Madrid. En Espagne, justement, la sanction de l’affaire « Baleine blanche » tombe, le 31 mars 2011. Parmi dix-neuf prévenus, Sophiane Hambli est condamné à trois ans de prison et à 1,5 million d’euros d’amende. Quelques paragraphes sont consacrés au Français, sur les cinq cents pages de jugement du tribunal de Marbella. Les juges décrivent un blanchiment d’argent via des sociétés américaines. Le montant des détournements attribués à Hambli s’élève à 835 081 euros, selon les juges espagnols. Fermement sanctionné en Espagne, extradé, Hambli est désormais contraint de jouer son avenir en France.

Le 15 novembre 2011, un cap supplémentaire est franchi : François Thierry présente le plan Myrmidon auprès de l’ensemble des procureurs de la Juridiction interrégionale spécialisée (JIRS) de Paris. Il évoque le rôle de son informateur sans citer son identité. Éviter les cachotteries sans dévoiler ses secrets de fabrication : le commissaire doit informer ses partenaires judiciaires tout en préservant sa source d’information. Le cercle ne doit pas trop s’élargir sous peine de fuites dangereuses : Hambli joue bien évidemment sa peau, le commissaire, peut-être sa carrière en cas de dérapage incontrôlé. 

Au cours de cette réunion, policiers et magistrats discutent des modalités juridiques des livraisons surveillées. Selon le code de procédure pénale, les policiers ont obligation d’informer le parquet pour lancer une livraison surveillée. Si les services du procureur ne s’y opposent pas, l’avis est considéré comme favorable : il faut une opposition formelle pour interrompre le processus.

La formule, pour le moins souple, est d’une grande efficacité opérationnelle, puisque, concrètement, il suffit d’un fax ou d’un mail pour prévenir un magistrat. Le système repose sur la confiance réciproque. Lors de cette réunion, il est décidé que la JIRS de Paris centralisera les demandes de livraisons surveillées de l’OCRTIS, dans la mesure où l’Office central a une compétence nationale. Les parquets locaux ne sont pas forcément tenus au courant du passage d’une livraison dans leur ressort de compétence. En clair, fin 2011, quelques magistrats parisiens sont les seuls interlocuteurs de l’OCRTIS pour les livraisons surveillées, en particulier celles qui se jouent dans le plan Myrmidon. Contrôle renforcé, centralisation excessive ? 

Ces discussions se déroulent dans un contexte particulier. Le 30 septembre 2011, un mois et demi plus tôt, a eu lieu l’arrestation retentissante du commissaire Michel Neyret. Le directeur adjoint de la police judiciaire de Lyon est mis en cause pour corruption et violation du secret professionnel dans des relations mal maîtrisées avec des personnages douteux. Un de ses informateurs tombe dans l’enquête menée par l’Inspection générale de la police nationale (IGPN). Outre des avantages personnels, l’emblématique commissaire est accusé d’avoir détourné des stupéfiants pour rétribuer officieusement des indicateurs. Interrogé sur ses méthodes borderline en matière de lutte contre les stupéfiants, le commissaire Neyret confie à certains : « À côté de ce qu’on me reproche, il faudrait voir du côté de l’OCRTIS, moi c’est rien, c’est dingue ce qui est en train de se passer. » Neyret fait directement allusion au projet Myrmidon, dont il a entendu parler. Ses proches mettent sa remarque sur le coup du ressentiment.

Dix jours à peine après l’arrestation et l’incarcération du commissaire lyonnais, le 10 octobre 2011, François Thierry inscrit officiellement Sophiane Hambli au BCS sous le numéro 15740174. La relation entre le commissaire et son informateur est officialisée. Thierry connaît bien le BCS pour l’avoir dirigé durant quatre ans. Mais curieusement, François Thierry se désigne comme agent traitant. Ce qui ne rentre pas tout à fait dans les pratiques conseillées. En matière d’informateurs, l’agent traitant est généralement supervisé par son chef de service. Là, le chef gère directement l’informateur. Et le superviseur est officiellement Philippe Veroni, le chef de la sous-direction criminelle. Un des plus hauts postes de la PJ, laissant peu le temps pour rencontrer informateur ou agent traitant. Autant dire que la configuration est purement théorique. D’ailleurs Philippe Veroni n’exige aucune note de contact, contrairement aux règles en vigueur, et notamment aux préconisations inscrites dans une charte qui a fait suite à l’affaire Neyret. Les comptes rendus se font à l’oral. Le puissant sous-directeur se dit que le niveau de renseignement est « tellement hors norme », qu’il laisse le commissaire gérer sa source en parfaite autonomie, dans une relation à « l’intensité particulière ». Signe de l’importance du tonton ? Imprudence ? Après tout, Thierry a dirigé le SIAT, il s’y connaît en informateurs. La vie de la PJ continue, avec ses exceptions à la règle. 

Les semaines suivantes, la collaboration s’accélère. Le chef de l’Office central obtient du parquet de la JIRS de Paris l’ouverture d’une enquête préliminaire à propos d’une possible importation de cannabis depuis l’Espagne. L’Office central fait savoir qu’il s’agit d’une opération « d’envergure ».

Extrait du livre de Richard Schittly, "La guerre des stups, le flic et l'indic : enquête sur un scandale d'Etat", publié aux éditions Tallandier.

Lien vers la boutique Amazon : ICI

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires