En direct
Best of
Best of du 19 au 25 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Yannick Noah se fait plaquer; Julien Doré réfléchit à l'adoption d'un enfant avec Francis Cabrel, Jean Dujardin & Nathalie Péchalat en attendent un 2éme: Kanye West pense être le Moïse du peuple noir, Carla Bruni que Nicolas S. écrit comme Balzac

02.

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

03.

Emmanuel Macron s’est souvenu qu’il avait une mère et un père

04.

"Olivier véreux de mes c***lles" : Jean-Marie Bigard insulte le ministre de la Santé

05.

Darmanin sait tout sur la taqiya. Et il n'aime pas du tout

06.

Plongée dans les coulisses de l’organisation de la Convention de la droite : l'engagement de Marion Maréchal et Eric Zemmour en faveur de l’union des droites

07.

Moins de morts, moins d’impact économique : ces voisins européens dont la France devrait urgemment s’inspirer pour ne plus être la mauvaise élève du Covid

01.

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

02.

Yannick Noah se fait plaquer; Julien Doré réfléchit à l'adoption d'un enfant avec Francis Cabrel, Jean Dujardin & Nathalie Péchalat en attendent un 2éme: Kanye West pense être le Moïse du peuple noir, Carla Bruni que Nicolas S. écrit comme Balzac

03.

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

04.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

05.

Journée mondiale d’Alzheimer : comment nos rythmes de sommeil peuvent prédire le moment de l'apparition de la maladie

06.

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

01.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

02.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

03.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

04.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

05.

Eric Zemmour condamné pour injure et provocation à la haine

06.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Tel est sur toi le sceau de ma haine, ou les possédés

il y a 1 heure 14 min
décryptage > Economie
Business

Bourse : les nouveaux gagnants et perdants post-Covid

il y a 1 heure 32 min
décryptage > International
Géopolitique

La Turquie, un enjeu existentiel pour l'Europe et pour le monde arabo-musulman

il y a 1 heure 47 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Poser des plaques de verre sur la banquise pourrait-il sauver les glaces de l’Arctique ?
il y a 2 heures 8 min
décryptage > Société
La responsabilité du gouvernement… et la nôtre...

Covid-19 : à quelles libertés sommes-nous réellement prêts à renoncer pour enrayer l'épidémie ?

il y a 2 heures 37 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Les aidants, ces soutiens vitaux au quotidien pour les personnes âgées et dont la France aura cruellement besoin face au vieillissement de la population

il y a 4 heures 53 sec
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Emmanuel Macron où l'art de la mondialisation heureuse

il y a 4 heures 54 sec
pépites > International
Jeter l'éponge
Liban : le Premier ministre désigné renonce à former un gouvernement et démissionne
il y a 19 heures 10 min
pépite vidéo > Insolite
Les joies du télétravail
Argentine : un député embrasse le sein nu de sa femme en pleine visioconférence
il y a 19 heures 49 min
pépite vidéo > International
Tragédie
26 morts dans le crash d’un avion militaire en Ukraine
il y a 21 heures 15 min
décryptage > Politique
Biographie

Louis Hausalter : "L'histoire de Marion Maréchal éclaire l’état de décomposition et de recomposition du paysage politique"

il y a 1 heure 24 min
décryptage > International
Relever le nez du guidon

Nous aurons la Chine de nos mérites

il y a 1 heure 39 min
décryptage > Politique
Claque en vue

Sénatoriales : petit panorama des enjeux à surveiller

il y a 1 heure 54 min
décryptage > Science
Inventées ou découvertes ?

Mais au fait, c'est quoi les maths ? Et la petite question candide posée par une ado sur Tik Tok déclencha un grand débat entre scientifiques et philosophes

il y a 2 heures 17 min
décryptage > Economie
Pensée magique

Relance made in France : les impasses du techno-colbertisme

il y a 2 heures 44 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Plongée dans les coulisses de l’organisation de la Convention de la droite : l'engagement de Marion Maréchal et Eric Zemmour en faveur de l’union des droites

il y a 4 heures 53 sec
décryptage > Politique
Il a lu attentivement le Coran

Darmanin sait tout sur la taqiya. Et il n'aime pas du tout

il y a 4 heures 54 sec
pépites > France
Enquête
Attaque à Paris : le suspect "assume son acte" et pensait attaquer Charlie Hebdo
il y a 19 heures 38 min
pépite vidéo > Politique
Pathétique
"Olivier véreux de mes c***lles" : Jean-Marie Bigard insulte le ministre de la Santé
il y a 21 heures 1 min
light > Culture
Figure de la droite
L'écrivain et polémiste Denis Tillinac est décédé
il y a 21 heures 39 min
© REUTERS/Rick Wilking
© REUTERS/Rick Wilking
De A à Z

Amazon : ces 25 ans d’existence qui ont changé le monde

Publié le 08 juillet 2019
Amazon fête aujourd'hui ses 25 ans : 25 années de croissance et de transformations profondes du marché de la distribution.
Julien Pillot
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Julien Pillot est Enseignant-Chercheur en économie (Inseec Grande Ecole) / Chercheur associé CNRS.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Amazon fête aujourd'hui ses 25 ans : 25 années de croissance et de transformations profondes du marché de la distribution.

Atlantico : Amazon a fêté ce 5 juillet ses 25 ans d’existence. Si l'on devait refaire l'historique d'Amazon, quel serait-il et comment expliquer cette success-story ?

Julien Pillot : En seulement un quart de siècle, l’entreprise de Jeff Bezos est devenu un empire commercial mondial et l’une des plus importantes capitalisations boursières. Pas mal pour une entreprise qui s’est lancée en 1994 comme une simple librairie en ligne ! Rétrospectivement, il me semble que le succès d’Amazon tient essentiellement à trois choses : son ambition stratégique, la performance de son offre, et son agressivité tarifaire 

  • Sur le premier point, je crois que l’on pourrait résumer la pensée de Jeff Bezos ainsi : « Amazon doit sans cesse construire un avenir plus grand que son présent ». Cette volonté d’expansion perpétuelle a d’abord amené Amazon à couvrir progressivement un nombre toujours plus important de références sur sa plateforme commerciale, puis à s’internationaliser. Il cherche désormais à se diversifier dans de nombreux services plus ou moins éloignés de son cœur de métier : logistique, cloud, streaming audio et musical, e-sport (via Twitch), services financiers (Amazon Pay et Amazon Cash), et lorgne même désormais la pharmacie online (via l’acquisition de Pillpack, par exemple). Le rachat de réseaux de distribution classique (tels Whole Foods aux USA) lui permet d’achever la convergence entre le physique et le digital (communément nommée « phygital »). 

  • La transition vers le deuxième point est toute trouvée. Amazon a toujours visé l’excellence sur son cœur de métier (par exemple, en matière de qualité d’interface, de réactivité des services commerciaux et logistiques…). Il s’est assuré de disposer d’une offre commerciale aussi complète que possible en conjuguant sur une même plateforme des activités de distribution classiques (où Amazon vend en propre des produits sourcés chez les fabricants) et une marketplace (où Amazon prend une commission sur les ventes réalisées par des acteurs indépendants, tout en leur proposant des services payants supplémentaires, en matière de logistique ou de référencement par exemple). Cela lui a permis d’alimenter un effet longue traine des plus profitables. Au-delà, Amazon a aussi eu la bonne idée de créer une offre couplée dénommée « Prime » qui, pour le coût d’un abonnement, donne accès à la quasi-totalité des offres d’Amazon. Ce qui confère à Amazon une attractivité globale exceptionnelle, y compris pour des services pour lesquels Amazon ne disposerait guère d’avantage concurrentiel face à des acteurs spécialisés s’ils étaient proposés indépendamment les uns des autres Amazon. Pensez à Amazon Prime Video par rapport à Netflix pour vous en convaincre.

  • Pour illustrer le troisième point, nous pourrions de nouveau citer Jeff Bezos qui a souvent répété « Your profits are my opportunity ». Cette phrase illustre parfaitement la façon dont Amazon a pu rapidement s’imposer sur de nombreux marchés en appliquant des marges inférieures à celles pratiquées par les acteurs traditionnels qui, eux, doivent composer avec des structures de coûts héritées du passé (foncier, loyers, main d’œuvre…) parfois très lourdes, sans disposer des mêmes facilités d’accès aux marchés financiers qu’Amazon. En d’autres termes, Amazon a essentiellement cherché ces 25 dernières années à augmenter ses parts de marché plutôt que ses profits, en misant sur l’incapacité des distributeurs traditionnels à répliquer sur le terrain des prix, pas plus que sur celui du nombre de références. 

C’est en suivant ce sentier stratégique scrupuleusement qu’Amazon a bâti son succès. Les chiffres sont là pour nous rappeler l’ampleur du phénomène : 310M de comptes clients, dont 100M d’abonnés au programme Prime, près de 650 000 employés, 232,9 Md$ de chiffre d’affaires, et une capitalisation boursière qui flirte avec les 1000 Md$ au moment de cette interview. C’est vertigineux !

Au-delà de l'empire industriel que l'entreprise est devenue, on peut dire qu’Amazon a profondément bouleversé les usages des consommateurs et le monde de l'entreprise au sens large. En 25 ans, qu'a apporté Amazon de positif au monde ? Et de négatif ?

C’est une question particulièrement complexe, car elle induit en quelque sorte des jugements de valeur. Or, ce qui sera perçu comme un changement positif par les uns, pourra être interprété de façon diamétralement opposée par les autres. Il s’agit donc de prendre quelques précautions et de rester à un niveau d’analyse objectif.

Parmi les changements « positifs » les plus marquants que nous pourrions attribuer à l’émergence d’Amazon, comment ne pas débuter par l’influence que l’entreprise a eu pour (re)définir les best practices en matière de vente de détail ? En plaçant très haut la barre de l’exigence, comme nous le mentionnons plus tôt, Amazon a clairement donné le « La » et a poussé les autres distributeurs à l’imiter… quand cela était seulement possible ! Les recommandations d’achat, les commandes en un clic, la livraison ultra-rapide (et gratuite pour les abonnés Prime), le pick-up de colis via les casiers… sont autant de standards qui ont été démocratisés par Amazon. Et nul doute que l’entreprise de Jeff Bezos figurera parmi les pionniers de la livraison par drone ou de la commande prédictive via Intelligence Artificielle.

Outre d’avoir stimulé l’innovation dans le commerce digital comme physique, la concurrence, parfois agressive, qu’a pu exercer Amazon a également permis de contenir la hausse des prix de vente. Outre les économies d’échelle dont il bénéficie sur son activité de distribution classique, Amazon a également eu une influence sur les prix à trois autres niveaux. Sur la marketplace tout d’abord. Puisqu’elle met aux prises des milliers de vendeurs indépendants cherchant à écouler des produits peu différenciés, le prix de vente (et donc la marge) devient le principal argument de choix pour le consommateur. Dans le commerce traditionnel ensuite. Pour les raisons évoquées précédemment, les distributeurs traditionnels n’ont d’autres choix que de surveiller les pratiques tarifaires d’Amazon, et parfois de s’aligner (quand cela est possible). Enfin, l’offre « Prime » permet d’avoir accès via un abonnement unique à des services qui seraient facturés nettement plus chers s’ils étaient proposés de façon disjointe. Toutes choses égales par ailleurs, Amazon a donc eu une influence positive sur le pouvoir d’achat des consommateurs, qu’ils soient clients de la plateforme ou non d’ailleurs !

La profondeur de l’offre d’Amazon en un seul point de contact (effet longue traine) qui minimise les coûts de transaction (de recherche plus précisément), et les emplois directs comme induits dans l’ensemble de l’écosystème sont deux autres éléments à garder à l’esprit au moment de conclure ce tour d’horizon des impacts positifs attribuables à Amazon.

Mais l’Empire Amazon a également un « côté obscur » qui place régulièrement l’entreprise au centre de polémiques, parfois vives. Parmi les critiques les plus couramment formulées figure, tout d’abord, le coût écologique de son activité logistique, mais aussi d’emballage. L’abonnement Prime, qui offre la possibilité d’être livré gratuitement de façon illimité, n’arrange rien à l’affaire puisque, en pratique, elle est d’autant plus attractive que le client est éloigné des centres urbains. Au-delà, c’est aussi le manque de discernement des acheteurs soucieux d’être livrés dans des délais toujours plus courts, sans égards pour le coût environnemental et social que cela engendre, qui interroge.

Le coût social, puisque nous l’évoquons, est le deuxième point noir qui est souvent prêté à Amazon. Celui-ci se jouerait essentiellement à deux niveaux. D’une part, au niveau des conditions de travail des salariés. L’entreprise a la réputation d’exiger de ses collaborateurs des niveaux de productivité intenses et soutenus, ce qui se traduirait par des niveaux de turn-over élevés, de même que des arrêts de travail et des affections professionnelles. D’autre part, il n’est pas exclu que la vive concurrence qu’exerce Amazon sur les distributeurs tiers n’entraine quelques fermetures de magasins physiques. Aux États-Unis, l’année 2017 a affiché un niveau record de 6 985 cessations d’activité. Avec 6 000 fermetures de magasins rien que sur le premier trimestre, l’année 2019 s’annonce déjà comme mortifère pour le secteur. 

Enfin, Amazon est parfois critiqué pour ses pratiques d’optimisation fiscale. À titre d’exemple, la filiale « Amazon EU Sarl » qui gère l’activité de distribution en propre en France, n’aurait reversé au titre de l’IS que 1,7 M€ en 2015, 3,4 M€ en 2016 et 39,8 M€ en 2017, pour respectivement 1 Md€, 2,4 Md€ et 2,8 Md€ de chiffre d’affaires. Pour minimiser l’IS, Amazon réduirait artificiellement les bénéfices en facturant à ses filiales françaises des « services extérieurs » par d’autres filiales situées dans des pays à la fiscalité plus avantageuse. A l’heure où les États réfléchissent aux modalités de mise en œuvre d’une taxe GAFA (à laquelle pourrait échapper la partie distribution en propre de l’activité d’Amazon puisque seuls les domaines de la publicité digitale et intermédiation seraient a priori concernés), et que les populations européennes appellent à plus de « justice fiscale » et d’éthique, les pratiques d’optimisation fiscale pourraient ne plus être les leviers de compétitivité et d’attractivité des capitaux qu’elles sont encore, et devenir des pièges mortels pour l’image des entreprises qui y ont recours.

Pour aller plus loin : Amazon, et la spirale du low cost (podcast, « C’est dans la boîte », avec The Conversation)

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
J'accuse
- 08/07/2019 - 14:08
Moi je suis content d'Amazon
Coût écologique ? Les emballages sont recyclables, et les livraisons donnent du travail à beaucoup de monde.
Coût social ? Si Amazon respecte le code du travail, rien à lui reprocher; si on estime les lois insuffisantes, il appartient au législateur de s'en emparer (c'est à ça qu'il sert !).
Concurrence ? Mort aux dinosaures qui ne savent pas s'adapter au XXI e siècle ! Ils peuvent se reconvertir en livreurs...
Optimisation fiscale ? Ce n'est pas illégal, et possible grâce aux législations voulues par les dirigeants politiques des pays qui veulent attirer les riches.
Si les consommateurs n'aiment pas trouver rapidement le produit qu'ils souhaitent, de chez eux, presque toujours au meilleur prix avec un grand choix, se faire livrer en 24h gratuitement (même le dimanche), le retourner gratuitement et se faire rembourser sans justification s'il ne convient pas, ils peuvent toujours acheter ailleurs.