En direct
Best of
Best of du samedi 9 au vendredi 15 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ségolène Royal pourra-t-elle échapper à une saisine du Parquet national financier ?

02.

L’opération du siècle sur "Aramco" se présente mal : les milieux boursiers ne font pas confiance aux Saoudiens

03.

Michel Platero : "si on veut faire baisser les prix de l’immobilier, il faut décorréler la propriété du bâti de celle du foncier"

04.

Une jeune femme, fichée S, qui espionnait les policiers et qui avait été arrêtée samedi place d’Italie lors de la manifestation des Gilets jaunes aurait été relaxée

05.

LREM voudrait (a)battre Pécresse en Ile-de-France ; Macron, le décideur solitaire ; L'Express enquête sur le danger des militants armés de l'ultra-droite ; Rachida Dati s'exempte du logo LR ; Valeurs actuelles dézingue la "machine infernale" de Barthès

06.

La NASA développe la plus grande arme à feu au monde pour gérer un problème majeur de l’espace

07.

"Ok Boomer" : mais quel monde nous préparent les Millennials en mal de rupture avec les héritiers de mai 68 ?

01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

03.

Ségolène Royal pourra-t-elle échapper à une saisine du Parquet national financier ?

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

06.

Insécurité : les tricheries statistiques du ministère de l’intérieur

01.

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

02.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

03.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

04.

Je nique Conrad et... ceux qui l'écoutent

05.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

06.

Quel réel bilan énergétique et environnemental quand vos ados écolos imposent leurs exigences à la maison ?

ça vient d'être publié
pépites > International
Balles perdues
Selon une étude, les personnes blessées lors de fusillades ont un risque accru de troubles mentaux longtemps après leur guérison
il y a 5 heures 12 min
pépite vidéo > International
Victimes collatérales
Australie : vive émotion après le sauvetage d’un koala lors des terribles incendies qui ravagent une partie du pays
il y a 6 heures 38 min
pépites > Environnement
Polémique
Europe Ecologie Les Verts condamne fermement les propos de Roger Hallam, le cofondateur d'Extinction Rebellion, sur l'Holocauste
il y a 7 heures 38 min
light > Science
Phénomène assez rare
Une pluie d’étoiles filantes devrait être visible dans la nuit du jeudi 21 au vendredi 22 novembre 2019
il y a 9 heures 4 min
Méthode d'avenir
Coldplay arrête ses tournées pour des raisons environnementales
il y a 11 heures 22 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 20 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 13 heures 48 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Pechkoff, le manchot magnifique" de Guillemette de Sairigné : un héros de légende endormi réveillé par la plus noble des biographes

il y a 15 heures 3 min
décryptage > Santé
Plan palliatif

Cette liberté que la France ne se décide toujours pas à accorder à ses hôpitaux

il y a 15 heures 38 min
décryptage > Culture
Vive la liberté !

Je nique Conrad et... ceux qui l'écoutent

il y a 17 heures 35 min
décryptage > France
Culture

Repeignez-moi donc ces statues blanches que je ne saurais voir : l’antiracisme en pleine crise d’intolérance

il y a 18 heures 35 min
pépites > Social
Négociations sous tension
SNCF : la CFDT-Cheminots a annoncé son intention de déposer un préavis de grève reconductible à partir du 5 décembre
il y a 6 heures 6 min
light > People
Le poids des mots, le choc des photos
Paris Match met en vente certaines de ses plus belles photos à l’occasion de son 70e anniversaire
il y a 7 heures 5 min
pépites > International
Séisme politique et judiciaire
Israël : le Premier ministre Benjamin Netanyahu a été mis en examen pour "corruption", "fraude" et "abus de confiance"
il y a 8 heures 21 min
pépites > France
Climat
Pierre de Bousquet de Florian, le coordinateur national du renseignement, estime que le "degré de violence" est inédit en France
il y a 9 heures 42 min
pépites > Politique
Manifestations
Mouvement du 5 décembre : Emmanuel Macron va alléger son agenda international et n'ira pas à la COP25
il y a 12 heures 3 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Picasso, tableaux magiques" : la magie des signes

il y a 14 heures 55 min
décryptage > France
Immobilier

Michel Platero : "si on veut faire baisser les prix de l’immobilier, il faut décorréler la propriété du bâti de celle du foncier"

il y a 15 heures 19 min
pépite vidéo > Politique
Réformes
Retraites, hôpital : Edouard Philippe s'est confié sur France Inter sur les dossiers sensibles de cette fin d'année
il y a 16 heures 18 min
décryptage > Politique
Stratégie de défense

Ségolène Royal pourra-t-elle échapper à une saisine du Parquet national financier ?

il y a 18 heures 10 min
décryptage > Politique
Le Macron nouveau est arrivé

Le nouvel entre-deux stratégique d’Emmanuel Macron

il y a 19 heures 8 min
© ERIC PIERMONT / AFP
© ERIC PIERMONT / AFP
Atlantico Business

Cercle des économistes : à Aix en Provence, les chefs d’entreprise paraissent plus optimistes que les universitaires sur l’avenir de l’économie mondiale

Publié le 08 juillet 2019
Le gratin du monde des affaires et de l’université se penche sur les moyens de restaurer la confiance dans le système économique pour générer le progrès pour tous. Si les économistes universitaires sont d’un pessimisme noir, les chefs d’entreprises, eux, restent pragmatiques et ils ont leurs raisons.
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le gratin du monde des affaires et de l’université se penche sur les moyens de restaurer la confiance dans le système économique pour générer le progrès pour tous. Si les économistes universitaires sont d’un pessimisme noir, les chefs d’entreprises, eux, restent pragmatiques et ils ont leurs raisons.

Le Cercle des économistes a fait fort cette année. Il a obtenu les résultats de l’enquête annuelle de McKinsey sur le niveau de confiance à l’heure des grandes mutations économiques et technologiques. La confiance, c’est le thème des Rencontres économiques de cette année. Afin de mesurer et de comparer les niveaux de confiance dans diverses régions du monde et d’identifier les causes de leur recul, le cabinet a interrogé 100 000 personnes dans 29 pays.

Alors, tout commence par une très bonne nouvelle, le pessimisme n’est pas propre à la France. L’étude corrobore l’existence d’un ébranlement structurel de la confiance dans le monde entier. De nombreuses régions parmi les plus avancées affichent des niveaux de confiance dégradés, sans lien apparent avec les indicateurs de prospérité ou de bien-être. C’est la confiance dans l’avenir qui apparaît la plus fragilisée : même les citoyens qui portent un regard positif sur leur pays ou sur leur situation individuelle expriment de vives inquiétudes pour l’avenir de leurs enfants. S’agissant des citoyens des pays émergents, bien que plus optimistes, ils expriment eux-aussi des préoccupations fortes, par exemple, sur les perspectives de l’économie, l’accès aux infrastructures et aux services publics de base ou encore l’environnement.

Quatre facteurs d’explication de cette défiance généralisée. A l’échelle mondiale.

  1. L’instabilité économique. C’est le cancer du monde moderne. Si l’amélioration de leurs perspectives économiques constitue l’aspiration prioritaire d’environ 60 % des citoyens, dans toutes les régions du monde, quelle que soit leur trajectoire de croissance depuis deux décennies, c’est qu’ils ne voient pas les possibilités d’améliorations. L’insécurité de l’emploi et l’augmentation du coût de la vie constituent les principaux motifs d’inquiétude, en particulier dans les pays où la mondialisation est la plus contestée : ainsi, 54 % des Français estiment qu’elle les a appauvris ces dernières années, contre 42 % des autres Européens et 37 % des citoyens des pays émergents.
  2. L’accroissement des inégalités, c’est le ferment du désordre. Cette question des inégalités croissantes est sensible partout dans le monde –  en France, 54 % des citoyens considèrent qu’il devrait s’agir d’une priorité. Partout dans le monde, face à la présomption d’une société à deux vitesses, les services publics apparaissent comme les garants d’un minimum d’équité, notamment dans l’accès à l’éducation et à la santé, où les attentes sont les plus vives. 
  3. Un scepticisme sur la capacité d’action des pouvoirs publics. La grande déception. En France, comme dans les autres pays européens, de même que ceux de l’OCDE, plus des deux tiers des citoyens estiment que les pouvoirs publics n’obtiennent pas les résultats escomptés – c’est le cas aussi pour 59 % des citoyens des pays émergents.
  4. La perception de l’inutilité démocratique. Les citoyens expriment des doutes immenses sur la capacité des citoyens à peser sur les décisions publiques. Un phénomène commun à la plupart des Etats démocratiques du monde, mais qui culmine en France : 52 % des votants français pensent que leur suffrage n’a aucun effet contre seulement 40 % en Europe.

A partir de ce constat, bonjour les dégâts, parce que le chantier de rénovation est immense. A priori, il ne s’agit pas de reconstruire Notre Dame de Paris, il s’agit d’espérer qu’on sera capable d’inventer une nouvelle renaissance.

Les pistes existent mais sont quand même assez contradictoires.

  • les citoyens du monde entier attendent d’abord un traitement efficace de leurs sujets de préoccupation prioritaires, tels qu’ils ressortent de l’étude de McKinsey : en premier lieu celui de l’impact des mutations technologiques sur le marché du travail, avec le risque associé de chômage (redouté par environ 60 % des répondants) et de creusement des inégalités (redouté par 54 % des Français et 46 % des Européens).

 -Dans un deuxième temps, le retour de la confiance passerait par un investissement volontariste dans quelques catalyseurs de progrès économique et social. Les citoyens interrogés mentionnent le renforcement de l’égalité entre les hommes et les femmes dans tous les domaines, le développement des infrastructures ou encore le logement. Ces mesures auraient à la fois un effet direct et induit – via les gains de productivité qu’elles entraîneraient – sur le bien-être.

-Enfin, l’enquête le démontre : la préservation des grands équilibres environnementaux et sociaux constitue également une préoccupation cruciale pour les citoyens. Ainsi, l’urgence environnementale est considérée comme une priorité par 58 % des Français, 56 % des Européens et près d’un citoyen sur deux dans le reste du monde. Intervenir de manière déterminée, efficace et visible pour le développement durable et la croissance inclusive permettrait de rassurer sur les perspectives des générations futures.

Face à ce diagnostic partagé par tous les acteurs de la sphère économique, les réactions sont déroutantes et contradictoires.

Le Cercle des économistes, qui rassemble des intellectuels, fait dans l’intellectualisme et met l’accent sur la nécessité de s’accorder sur une définition de la confiance et de parcourir les manuels de la pensée économique pour essayer de s’en sortir et construire une formule acceptée par tous.

De John Locke, qui la définit comme le trust au fondement de la société civile, aux approches plus récentes de Fukuyama, Putnam, mais aussi Ronald Inglehart, James Coleman et Yann Algan, en passant par Adam Smith complété par Hardin et Gambetta, les membres du Cercle des économistes ont travaillé sur de très nombreuses sources et débattu afin de proposer la définition suivante :

 « La confiance, c’est le risque assumé de s’en remettre à l’autre ou aux autres en vue d’une coopération répétée dans le temps, quelle qu’elle soit, et fondée sur notre perception de l’intérêt commun. Elle ne se limite pas à la seule satisfaction des intérêts particuliers, elle s’appuie sur la légitimité́ absolue de l’état des connaissances et présente évidemment une dimension sociale et culturelle. Elle concerne aussi bien les individus que les institutions, les nations, l’Europe et toute autre forme de collectivité́. »

 Ouf ! Tout le monde sera d’accord, mais « so what ? », comment fait-on ? 

Les chefs d’entreprises apparaissent beaucoup plus pragmatiques. Ils savent très bien que les décisions leur appartiennent depuis deux siècles, depuis la révolution industrielle du 19e siècle. Ce pessimisme généralisé provient en partie de l’incertitude quant à la transition énergétique qui pèse sur nos sociétés, accentuée par le manque de transparence des acteurs publics quant aux coûts économiques et sociaux qu’elle va engendrer. Il paraît évident que l’Europe est à l’aube d’une nouvelle vague de désindustrialisation massive, qui va provoquer une déqualification et faire disparaître à nouveau des millions d’emplois. Le système éducatif ne pourra pas réagir assez rapidement à ces fulgurantes mutations du travail.

Face à tous ces défis, la responsabilité des chefs d’entreprises est de répondre à la demande et aux aspirations de leurs clients consommateurs, de leurs salariés et de leurs actionnaires. Toutes les demandes vont dans le même sens. Du progrès, la transparence, de la sécurité. etc.

Alors, « qu’on les laisse agir et répondre» disent les patrons. Mais pour cela, ils ont aussi besoin de politique et c’est là où le bât blesse.

L’Europe se fragmente au gré de stratégies agressives et nationalistes de concurrence économique. Dans d’autres régions du monde, la situation géopolitique est toute aussi critique. Il y a évidemment des chocs technologiques et démographiques, des fractures sociales et territoriales, des tensions militaires, autant de facteurs d’instabilité qui se renforcent les uns les autres. 

La majorité des chefs d’entreprise ne dénigrent pas la politique. Pas même, les hommes politiques. Un Etat libéral a besoin de règles, de lois, de limites qui protègent plus l’expression des libertés individuelles que des rentes de situation. Mais un Etat moderne a aussi besoin d’expertise et de technicité. Un Etat moderne ne se gouverne pas à l’émotion, mais à la gestion des réalités. Un Etat moderne ne se gouverne pas dans l’autarcie mais dans la confrontation et la collaboration avec d’autres.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ségolène Royal pourra-t-elle échapper à une saisine du Parquet national financier ?

02.

L’opération du siècle sur "Aramco" se présente mal : les milieux boursiers ne font pas confiance aux Saoudiens

03.

Michel Platero : "si on veut faire baisser les prix de l’immobilier, il faut décorréler la propriété du bâti de celle du foncier"

04.

Une jeune femme, fichée S, qui espionnait les policiers et qui avait été arrêtée samedi place d’Italie lors de la manifestation des Gilets jaunes aurait été relaxée

05.

LREM voudrait (a)battre Pécresse en Ile-de-France ; Macron, le décideur solitaire ; L'Express enquête sur le danger des militants armés de l'ultra-droite ; Rachida Dati s'exempte du logo LR ; Valeurs actuelles dézingue la "machine infernale" de Barthès

06.

La NASA développe la plus grande arme à feu au monde pour gérer un problème majeur de l’espace

07.

"Ok Boomer" : mais quel monde nous préparent les Millennials en mal de rupture avec les héritiers de mai 68 ?

01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

03.

Ségolène Royal pourra-t-elle échapper à une saisine du Parquet national financier ?

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

06.

Insécurité : les tricheries statistiques du ministère de l’intérieur

01.

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

02.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

03.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

04.

Je nique Conrad et... ceux qui l'écoutent

05.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

06.

Quel réel bilan énergétique et environnemental quand vos ados écolos imposent leurs exigences à la maison ?

Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Liberte5
- 09/07/2019 - 12:12
Suivant la position de chacun,la confiance
peut-être différente. A la question: peut-on avoir confiance dans l'avenir de la France? Je pense que là , en se basant sur des éléments objectifs la réponse serait largement négative.
Benvoyons
- 08/07/2019 - 18:16
Il y a des gens qui considèrent que les avancées économiques
doivent être statiques . L'économie est comme la Mer elle bouge tout le temps que vous le vouliez ou non. Surtout aujourd'hui alors que nous sommes passés de 2,5milliards en 1950 à 8,180 milliards en 2019.
Vous pouvez avoir le mal de Mer & vous pouvez en faire profiter votre voisin mais la solution est toujours en avançant sauf par gros temps ou parfois il faut mettre à la Cape :)::)
Bouddha a dit : "Il n'existe rien de constant si ce n'est le changement" L'économie c'est ça, n'en déplaise à ceux les Culs de plomb, pour qui tout doit être gratuit & que l'égalité parfaite doit être assurée. Une Mer d'huile, une économie comme celle du Venezuela ou tout va bien, tellement bien que plus de 3 millions ont quitté le pays pour pouvoir se soigner, se nourrir, s'éduquer....
En fait Ganesh ne veut marcher qu'avec une petite cadence égale & parfaitement uniforme & comme dit Einstein :
“Ceux qui aiment marcher en rangs sur une musique : ce ne peut être que par erreur qu’ils ont reçu un cerveau, une moelle épinière leur suffirait amplement.”
zelectron
- 08/07/2019 - 13:05
Les économissses "travaillent" sur des hypothèses abscons
Qui fait partie de ce cercle? lez gauchiards habituels ?