En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

02.

Et le vilain petit secret des athlètes des épreuves d'ultra-endurance n'est pas de savoir mieux supporter la douleur

03.

La dette européenne s’arrache comme des petits pains. Mais il y a une très mauvaise nouvelle derrière la bonne

04.

La Corée du nord craint que des nuages de sable venant de Chine ne soient porteurs du coronavirus

05.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

06.

COVID-19 : mais où en est la Chine ?

07.

Etrangers fichés S : vers un Guantanamo à la française ?

01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

05.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Islamisme : la République de la complaisance

03.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

04.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

05.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

06.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

ça vient d'être publié
décryptage > France
Faut que ça saigne

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

il y a 1 heure 23 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit
il y a 1 heure 38 min
décryptage > Education
Témoignages

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

il y a 1 heure 53 min
décryptage > International
A l’insu de son plein gré ou non

Donald Trump a un bilan majeur en matière de politique étrangère et voilà pourquoi

il y a 2 heures 7 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Oubliez astéroïdes et guerres nucléaires : au XXIe siècle, le principal danger pour l'humanité est les pandémies et maladies infectieuses

il y a 2 heures 45 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Comment l'idéologie du droit à la différence a fait basculer les banlieues dans le ressentiment identitaire et racial

il y a 2 heures 49 min
décryptage > Politique
On y pense à l’Elysée

Etrangers fichés S : vers un Guantanamo à la française ?

il y a 2 heures 53 min
décryptage > Economie
Phénoménale dette

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

il y a 2 heures 54 min
light > Politique
"Make America Great Again"
L'expert en sécurité Victor Gevers serait parvenu à se connecter au compte Twitter de Donald Trump en devinant son mot de passe
il y a 16 heures 43 min
pépites > Société
Extension
Congé paternité : l'Assemblée nationale vote le passage à 28 jours
il y a 17 heures 40 min
décryptage > Education
D'un autre temps

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

il y a 1 heure 30 min
décryptage > Santé
Danger

Notre cerveau préfère les histoires qui finissent bien, nous devrions pourtant nous en méfier

il y a 1 heure 41 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite
il y a 2 heures 3 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

L’influence de la fonction publique et des fonctionnaires sur la vie politique : aux racines d'un mal français

il y a 2 heures 41 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Conseil à l’usage des gens “normaux” en couple avec un surdoué

il y a 2 heures 48 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’Occident : un coupable idéal aux yeux de la pensée décoloniale

il y a 2 heures 52 min
décryptage > Economie
L'impossible Budget 2021

Récession Covid : le grand écart s'accentue entre ceux qui vont bien et ceux qui coulent

il y a 2 heures 53 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Sublime royaume" de Yaa Gyasi : de la relation mère-fille entre science et spiritualité, un roman qui ne peut laisser indifférent

il y a 15 heures 45 min
pépites > Santé
IHU Mediterranée
Covid-19 : l’Agence du médicament refuse d’autoriser massivement l’hydroxychloroquine
il y a 17 heures 18 min
pépites > Politique
Nouvelles mesures
Jean Castex intensifie la lutte contre la haine en ligne avec le renforcement de la plateforme Pharos et de nouvelles sanctions
il y a 19 heures 35 min
© ERIC PIERMONT / AFP
© ERIC PIERMONT / AFP
Atlantico Business

Cercle des économistes : à Aix en Provence, les chefs d’entreprise paraissent plus optimistes que les universitaires sur l’avenir de l’économie mondiale

Publié le 08 juillet 2019
Le gratin du monde des affaires et de l’université se penche sur les moyens de restaurer la confiance dans le système économique pour générer le progrès pour tous. Si les économistes universitaires sont d’un pessimisme noir, les chefs d’entreprises, eux, restent pragmatiques et ils ont leurs raisons.
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le gratin du monde des affaires et de l’université se penche sur les moyens de restaurer la confiance dans le système économique pour générer le progrès pour tous. Si les économistes universitaires sont d’un pessimisme noir, les chefs d’entreprises, eux, restent pragmatiques et ils ont leurs raisons.

Le Cercle des économistes a fait fort cette année. Il a obtenu les résultats de l’enquête annuelle de McKinsey sur le niveau de confiance à l’heure des grandes mutations économiques et technologiques. La confiance, c’est le thème des Rencontres économiques de cette année. Afin de mesurer et de comparer les niveaux de confiance dans diverses régions du monde et d’identifier les causes de leur recul, le cabinet a interrogé 100 000 personnes dans 29 pays.

Alors, tout commence par une très bonne nouvelle, le pessimisme n’est pas propre à la France. L’étude corrobore l’existence d’un ébranlement structurel de la confiance dans le monde entier. De nombreuses régions parmi les plus avancées affichent des niveaux de confiance dégradés, sans lien apparent avec les indicateurs de prospérité ou de bien-être. C’est la confiance dans l’avenir qui apparaît la plus fragilisée : même les citoyens qui portent un regard positif sur leur pays ou sur leur situation individuelle expriment de vives inquiétudes pour l’avenir de leurs enfants. S’agissant des citoyens des pays émergents, bien que plus optimistes, ils expriment eux-aussi des préoccupations fortes, par exemple, sur les perspectives de l’économie, l’accès aux infrastructures et aux services publics de base ou encore l’environnement.

Quatre facteurs d’explication de cette défiance généralisée. A l’échelle mondiale.

  1. L’instabilité économique. C’est le cancer du monde moderne. Si l’amélioration de leurs perspectives économiques constitue l’aspiration prioritaire d’environ 60 % des citoyens, dans toutes les régions du monde, quelle que soit leur trajectoire de croissance depuis deux décennies, c’est qu’ils ne voient pas les possibilités d’améliorations. L’insécurité de l’emploi et l’augmentation du coût de la vie constituent les principaux motifs d’inquiétude, en particulier dans les pays où la mondialisation est la plus contestée : ainsi, 54 % des Français estiment qu’elle les a appauvris ces dernières années, contre 42 % des autres Européens et 37 % des citoyens des pays émergents.
  2. L’accroissement des inégalités, c’est le ferment du désordre. Cette question des inégalités croissantes est sensible partout dans le monde –  en France, 54 % des citoyens considèrent qu’il devrait s’agir d’une priorité. Partout dans le monde, face à la présomption d’une société à deux vitesses, les services publics apparaissent comme les garants d’un minimum d’équité, notamment dans l’accès à l’éducation et à la santé, où les attentes sont les plus vives. 
  3. Un scepticisme sur la capacité d’action des pouvoirs publics. La grande déception. En France, comme dans les autres pays européens, de même que ceux de l’OCDE, plus des deux tiers des citoyens estiment que les pouvoirs publics n’obtiennent pas les résultats escomptés – c’est le cas aussi pour 59 % des citoyens des pays émergents.
  4. La perception de l’inutilité démocratique. Les citoyens expriment des doutes immenses sur la capacité des citoyens à peser sur les décisions publiques. Un phénomène commun à la plupart des Etats démocratiques du monde, mais qui culmine en France : 52 % des votants français pensent que leur suffrage n’a aucun effet contre seulement 40 % en Europe.

A partir de ce constat, bonjour les dégâts, parce que le chantier de rénovation est immense. A priori, il ne s’agit pas de reconstruire Notre Dame de Paris, il s’agit d’espérer qu’on sera capable d’inventer une nouvelle renaissance.

Les pistes existent mais sont quand même assez contradictoires.

  • les citoyens du monde entier attendent d’abord un traitement efficace de leurs sujets de préoccupation prioritaires, tels qu’ils ressortent de l’étude de McKinsey : en premier lieu celui de l’impact des mutations technologiques sur le marché du travail, avec le risque associé de chômage (redouté par environ 60 % des répondants) et de creusement des inégalités (redouté par 54 % des Français et 46 % des Européens).

 -Dans un deuxième temps, le retour de la confiance passerait par un investissement volontariste dans quelques catalyseurs de progrès économique et social. Les citoyens interrogés mentionnent le renforcement de l’égalité entre les hommes et les femmes dans tous les domaines, le développement des infrastructures ou encore le logement. Ces mesures auraient à la fois un effet direct et induit – via les gains de productivité qu’elles entraîneraient – sur le bien-être.

-Enfin, l’enquête le démontre : la préservation des grands équilibres environnementaux et sociaux constitue également une préoccupation cruciale pour les citoyens. Ainsi, l’urgence environnementale est considérée comme une priorité par 58 % des Français, 56 % des Européens et près d’un citoyen sur deux dans le reste du monde. Intervenir de manière déterminée, efficace et visible pour le développement durable et la croissance inclusive permettrait de rassurer sur les perspectives des générations futures.

Face à ce diagnostic partagé par tous les acteurs de la sphère économique, les réactions sont déroutantes et contradictoires.

Le Cercle des économistes, qui rassemble des intellectuels, fait dans l’intellectualisme et met l’accent sur la nécessité de s’accorder sur une définition de la confiance et de parcourir les manuels de la pensée économique pour essayer de s’en sortir et construire une formule acceptée par tous.

De John Locke, qui la définit comme le trust au fondement de la société civile, aux approches plus récentes de Fukuyama, Putnam, mais aussi Ronald Inglehart, James Coleman et Yann Algan, en passant par Adam Smith complété par Hardin et Gambetta, les membres du Cercle des économistes ont travaillé sur de très nombreuses sources et débattu afin de proposer la définition suivante :

 « La confiance, c’est le risque assumé de s’en remettre à l’autre ou aux autres en vue d’une coopération répétée dans le temps, quelle qu’elle soit, et fondée sur notre perception de l’intérêt commun. Elle ne se limite pas à la seule satisfaction des intérêts particuliers, elle s’appuie sur la légitimité́ absolue de l’état des connaissances et présente évidemment une dimension sociale et culturelle. Elle concerne aussi bien les individus que les institutions, les nations, l’Europe et toute autre forme de collectivité́. »

 Ouf ! Tout le monde sera d’accord, mais « so what ? », comment fait-on ? 

Les chefs d’entreprises apparaissent beaucoup plus pragmatiques. Ils savent très bien que les décisions leur appartiennent depuis deux siècles, depuis la révolution industrielle du 19e siècle. Ce pessimisme généralisé provient en partie de l’incertitude quant à la transition énergétique qui pèse sur nos sociétés, accentuée par le manque de transparence des acteurs publics quant aux coûts économiques et sociaux qu’elle va engendrer. Il paraît évident que l’Europe est à l’aube d’une nouvelle vague de désindustrialisation massive, qui va provoquer une déqualification et faire disparaître à nouveau des millions d’emplois. Le système éducatif ne pourra pas réagir assez rapidement à ces fulgurantes mutations du travail.

Face à tous ces défis, la responsabilité des chefs d’entreprises est de répondre à la demande et aux aspirations de leurs clients consommateurs, de leurs salariés et de leurs actionnaires. Toutes les demandes vont dans le même sens. Du progrès, la transparence, de la sécurité. etc.

Alors, « qu’on les laisse agir et répondre» disent les patrons. Mais pour cela, ils ont aussi besoin de politique et c’est là où le bât blesse.

L’Europe se fragmente au gré de stratégies agressives et nationalistes de concurrence économique. Dans d’autres régions du monde, la situation géopolitique est toute aussi critique. Il y a évidemment des chocs technologiques et démographiques, des fractures sociales et territoriales, des tensions militaires, autant de facteurs d’instabilité qui se renforcent les uns les autres. 

La majorité des chefs d’entreprise ne dénigrent pas la politique. Pas même, les hommes politiques. Un Etat libéral a besoin de règles, de lois, de limites qui protègent plus l’expression des libertés individuelles que des rentes de situation. Mais un Etat moderne a aussi besoin d’expertise et de technicité. Un Etat moderne ne se gouverne pas à l’émotion, mais à la gestion des réalités. Un Etat moderne ne se gouverne pas dans l’autarcie mais dans la confrontation et la collaboration avec d’autres.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Liberte5
- 09/07/2019 - 12:12
Suivant la position de chacun,la confiance
peut-être différente. A la question: peut-on avoir confiance dans l'avenir de la France? Je pense que là , en se basant sur des éléments objectifs la réponse serait largement négative.
Benvoyons
- 08/07/2019 - 18:16
Il y a des gens qui considèrent que les avancées économiques
doivent être statiques . L'économie est comme la Mer elle bouge tout le temps que vous le vouliez ou non. Surtout aujourd'hui alors que nous sommes passés de 2,5milliards en 1950 à 8,180 milliards en 2019.
Vous pouvez avoir le mal de Mer & vous pouvez en faire profiter votre voisin mais la solution est toujours en avançant sauf par gros temps ou parfois il faut mettre à la Cape :)::)
Bouddha a dit : "Il n'existe rien de constant si ce n'est le changement" L'économie c'est ça, n'en déplaise à ceux les Culs de plomb, pour qui tout doit être gratuit & que l'égalité parfaite doit être assurée. Une Mer d'huile, une économie comme celle du Venezuela ou tout va bien, tellement bien que plus de 3 millions ont quitté le pays pour pouvoir se soigner, se nourrir, s'éduquer....
En fait Ganesh ne veut marcher qu'avec une petite cadence égale & parfaitement uniforme & comme dit Einstein :
“Ceux qui aiment marcher en rangs sur une musique : ce ne peut être que par erreur qu’ils ont reçu un cerveau, une moelle épinière leur suffirait amplement.”
zelectron
- 08/07/2019 - 13:05
Les économissses "travaillent" sur des hypothèses abscons
Qui fait partie de ce cercle? lez gauchiards habituels ?