En direct
Best of
Best of du 11 au 17 janvier
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Michel Onfray : “Le bourrage de crâne est parvenu à un degré jamais atteint depuis qu’il y a des hommes”

02.

Quand les députés votent pour grignoter discrètement le droit de propriété en France

03.

Betelgeuse superstar : voilà pourquoi nous pourrions bientôt voir apparaître une supernova dans notre ciel

04.

Les taux d’intérêt vont rester durablement très bas ... mais au profit de qui ?

05.

Cette très chère Ségolène Royal

06.

Mystérieux virus venu de Chine : pourquoi les poumons sont le maillon faible des épidémies planétaires

07.

« Plus c’est jeune, moins cela veut travailler, plus c’est vieux plus cela veut toucher » !! Analyse d’une France non entrepreneuriale, celle de la rente

01.

Succès du lait d’amande : les abeilles ne disent pas merci aux bobos bio

02.

Michel Onfray : “Le bourrage de crâne est parvenu à un degré jamais atteint depuis qu’il y a des hommes”

03.

Quand les députés votent pour grignoter discrètement le droit de propriété en France

04.

Quand certains médicaments changent drastiquement nos personnalités dans l’indifférence totale de l’industrie pharmaceutique et des autorités sanitaires

05.

Mais pourquoi les pêcheurs chinois découvrent-ils autant de petits sous-marins espions dans leurs filets ?

06.

L’arme à 3 coups qui pourrait porter Ségolène Royal vers 2022

01.

Ce duel nationaux/mondialistes auquel s’accrochent Marine Le Pen et Emmanuel Macron alors qu’il n’intéresse pas vraiment les Français

02.

Jeanne Balibar (« Les Misérables ») veut qu'on enseigne les mathématiques en arabe !

03.

Quand certains médicaments changent drastiquement nos personnalités dans l’indifférence totale de l’industrie pharmaceutique et des autorités sanitaires

04.

L’arme à 3 coups qui pourrait porter Ségolène Royal vers 2022

05.

Derrière le cas Meghan & Harry, le conflit de générations généralisé qui fragilise les démocraties occidentales

06.

Valeurs Actuelles démolit Greta Thunberg, le Point la CGT; Le permis de conduire: truc de vieux; Les secrets de Netflix pour nous rendre addicts; François Baroin & Eric Besson gagnent très bien leur vie, Arnaud Lagardere ses finances virent au rouge vif

ça vient d'être publié
pépites > People
Retraite
Après 50 ans de carrière, le couturier Jean Paul Gaultier dit adieu aux défilés haute couture
il y a 8 heures 11 min
pépites > Politique
Luanda Leaks
La femme "la plus riche d'Afrique" rattrapée par la justice
il y a 9 heures 9 min
décryptage > Culture
Atlanti culture

"L’Abominable", de Dan Simmons: Sur les flancs glacés de l’Everest, une aventure à donner le vertige !

il y a 13 heures 5 min
décryptage > Société
Intrusions à tous les étages

Bestiaire révolutionnaire et autodafés de pacotille

il y a 13 heures 58 min
pépite vidéo > Politique
Voeux
Nicolas Sarkozy dénonce le climat de "violence" qui règne en France
il y a 14 heures 33 min
décryptage > Politique
Interview

Michel Onfray : “Le bourrage de crâne est parvenu à un degré jamais atteint depuis qu’il y a des hommes”

il y a 15 heures 20 min
décryptage > Economie
Point de vue

Petit cynisme entre amis: Davos attend plus de Greta Thunberg que de Donald Trump pour protéger le système libéral capitaliste

il y a 16 heures 31 min
décryptage > Economie
Trompe l’oeil

Pourquoi le classement Oxfam sur la concentration des richesses entre les mains de milliardaires ne nous dit quasiment rien de la réalité de celle des pauvres

il y a 17 heures 4 min
décryptage > Culture
Atlanti culture

Eva, une aventure de Lorenzo Falco d' Arturo Pérez-Reverte: un second chapitre des aventures de Falco, qui rachète le premier !

il y a 1 jour 7 heures
pépite vidéo > People
L'adieu du Prince
Harry l'affirme: il n'avait "pas le choix" que de partir
il y a 1 jour 8 heures
pépites > Politique
Présidentielle 2020
Marine Le Pen opposée d'accord pour travailler avec Nicolas Dupont-Aignan mais sans primaire
il y a 8 heures 47 min
décryptage > Culture
Atlanti-culture

"Ménopause", livret d'Alexandra Cismondi, Parodies de chansons et mise en scène d'Alex Goude : Pas de pause pour "Ménopause" qui est prolongé à la Gaité, par Anne-Marie Joire-Noulens

il y a 12 heures 47 min
décryptage > Politique
Coup de froid

Cette très chère Ségolène Royal

il y a 13 heures 30 min
décryptage > Politique
Critique

Pourquoi nous devons sérieusement parler de la Chine

il y a 14 heures 17 min
décryptage > Société
PMA ou GPA: c’est au choix

Un vol pour Kharkov ( Ukraine) et vous revenez avec un bébé d’appellation controlée

il y a 14 heures 56 min
décryptage > Economie
Faux-semblant

Choose France : voilà pourquoi l’attractivité de l’Hexagone n’a que très peu à voir avec la manière dont le pays est gouverné

il y a 15 heures 55 min
décryptage > Economie
Davos 2020

Ce que les grandes entreprises pourraient réellement faire pour enfin se mettre au vert... et sans gadget

il y a 16 heures 45 min
décryptage > Santé
Poumons en danger

Mystérieux virus venu de Chine : pourquoi les poumons sont le maillon faible des épidémies planétaires

il y a 17 heures 45 min
décryptage > Culture
Atlanti-culture

"Où bat le cœur du monde" de Philippe Hayat: Quand le jazz fait parler les muets, un roman intense, rythmé, syncopé...

il y a 1 jour 7 heures
pépites > Social
Enfants en danger
Les nouvelles failles de l'Aide sociale à l'enfance
il y a 1 jour 8 heures
© JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP
© JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP
Inquiétude paysanne

Ce que les craintes sur l'accord du Mercosur révèlent de la fragilité de notre agriculture

Publié le 07 juillet 2019
Il fut un temps, pas si lointain, où l'on pouvait qualifier le secteur agricole français de puissance économique, fleuron de notre balance commerciale, point d'appui solide de notre économie entière. Particulièrement aujourd'hui avec l'annonce de l'accord de libre-échange entre l'Europe et les pays du Mercosur, c'est un aveu de faiblesse qu'émettent nos agriculteurs face à cette nouvelle concurrence.
Antoine Jeandey est rédacteur en chef de WikiAgri, pôle multimédia agricole composé d’un magazine trimestriel et d’un site internet avec sa newsletter d’information. Lancé en début d’année 2012, WikiAgri a pour philosophie de partager, avec les...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
WikiAgri est un pôle multimédia agricole composé d’un magazine trimestriel et d’un site internet avec sa newsletter d’information. Il a pour philosophie de partager, avec les agriculteurs, les informations et les réflexions sur l’agriculture. Les...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Antoine Jeandey
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Antoine Jeandey est rédacteur en chef de WikiAgri, pôle multimédia agricole composé d’un magazine trimestriel et d’un site internet avec sa newsletter d’information. Lancé en début d’année 2012, WikiAgri a pour philosophie de partager, avec les...
Voir la bio
WikiAgri
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
WikiAgri est un pôle multimédia agricole composé d’un magazine trimestriel et d’un site internet avec sa newsletter d’information. Il a pour philosophie de partager, avec les agriculteurs, les informations et les réflexions sur l’agriculture. Les...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Il fut un temps, pas si lointain, où l'on pouvait qualifier le secteur agricole français de puissance économique, fleuron de notre balance commerciale, point d'appui solide de notre économie entière. Particulièrement aujourd'hui avec l'annonce de l'accord de libre-échange entre l'Europe et les pays du Mercosur, c'est un aveu de faiblesse qu'émettent nos agriculteurs face à cette nouvelle concurrence.

La grande majorité des réactions à la signature de l'accord vont dans le même sens : l'agriculture française va en pâtir, en particulier le secteur de l'élevage à viande, pour lequel beaucoup voient là une sentence de mort programmée... Mais il est une réaction qui m'a interpelé, légèrement décalée, sans être pour autant "anti-agricole", puisque émise par le sénateur de la Manche, Jean Bizet, vétérinaire de formation et considéré comme un des spécialistes des questions agricoles au sein du groupe LR au Sénat.

Une perte de compétitivité qui n'autorise pas à accepter une nouvelle concurrence

Ainsi, selon Jean Bizet (lire ici son communiqué complet), c'est le manque de compétitivité de la filière viande française qui la rend si fragile face à cette nouvelle concurrence. Et dans un second temps, il suggère de lui rendre cette compétitivité et d'accepter l'accord, qu'il estime bon par ailleurs. Sur cette seconde partie, je ne partage pas son avis, car il me semble compliqué de rendre la filière suffisamment prête en si peu de temps. Mais il n'empêche, sa réflexion quant à un positionnement de l'agriculture française qui soit apte à encaisser les coups durs, c'est intéressant.

Et ce n'est d'ailleurs pas la première fois que l'inquiétude de voir l'agriculture française perdre, lentement mais sûrement, sa capacité à tirer toute l'économie française vers le haut est mise en avant. C'était déjà l'un des chevaux de bataille du précédent président de la Fnsea, Xavier Beulin. Entre autres, la Coordination rurale aussi est allée sur cette voie. On peut citer aussi la proposition de loi qui n'avait pas abouti d'un autre sénateur, Daniel Gremillet, il y a trois ans. Et tout récemment, encore un sénateur, Laurent Duplomb, a fait retentir une nouvelle fois dans le vide la sonnette d'alarme.

Quelle agriculture voulons-nous ? Trop longtemps que cette question n'a pas été posée !

Mais allons plus loin. Quelle agriculture voulons-nous ? Cette question n'a pas été posée par quelque ministre de l'Agriculture que ce soit, tous partis confondus, depuis très longtemps. A la base, nous avions une agriculture dont la richesse tenait dans la variété des productions, dans la faculté à produire tant dans la tradition et le terroir que pour des volumes et l'export. Il existait une forme d'équilibre entre tout cela sur notre territoire national, certains étaient plus riches, d'autres peut-être plus épanouis, en tout cas tout le monde vivait... Seulement de cela il n'est plus question aujourd'hui. Entre-temps, sans qu'aucune décision politique n'ait été prise pour cela, nous avons basculé dans une forme de vocation au modèle unique, lequel évolue selon les tendances du moment. L'agroindustrie, si décriée désormais, a eu ses beaux jours, la réaction sous forme de dogmatisme vert a aussi eu pour vocation de reléguer le paysan au rang de simple individu obéissant... Et comme il ne l'est pas, on n'a jamais été totalement au bout de l'une de ces deux logiques... Sans en trouver une autre non plus !

Pour autant, sous une forme ou sous une autre, le résultat est là : il est désormais presque tabou de vouloir rechercher des rendements, car ce mot est rattaché "de fait" à des méthodes de production montrées du doigt. Parallèlement, nombre d'agriculteurs aux méthodes traditionnelles de qualité ne tiennent pas, en raison d'une part de normes qui leur réclament de véritables laboratoires s'ils transforment leur lait en fromages ou leur viande en charcuterie, et même sans cela dans les dimensions de leurs bâtiments ou autres détails parfois invraisemblables qui font le bonheur de contrôleurs plus assidus (mais pas sans ordre non plus) chez les paysans qu'aux autres maillons de la chaine alimentaire... Et d'autre part car ils ne valorisent plus leur qualité dans la majeure partie des coopératives (à l'exception de celles des Alpes, et de quelques autres) : dans le Cantal par exemple, le lait issu des salers est payé le même prix que celui des "Hollandaises", les prim'Holstein, bien plus productives même si moins qualitatives... Produire de la valeur ajoutée ne suffit plus, il faut aussi la vendre en tant que telle. Et donc s'équiper, s'endetter, le modèle économique devient aléatoire...

Qui plus est, des bassins productifs agricoles entiers ne sont pas dans la logique de la valeur ajoutée. C'est l'exemple de la Bretagne. Beaucoup de belles productions... Qui dépendent des tarifs des marchés et autres proposés par les acheteurs. Quand le lait baisse, quand la viande de porc frôle le kilo à 1 euro, la Bretagne agricole est en crise... ce qui lui est arrivé souvent ces dernières années ! Sans parler des normes pour endiguer les algues vertes, les payeurs n'ont pas été les conseilleurs, seulement les producteurs. Globalement, la Bretagne est faite d'exploitations familiales sur un marché où, à l'étranger, les mêmes productions dépendent de grosses structures capables d'économies d'échelle, sans parler de distorsions de concurrence sur le coût du travail ou l'évolution des normes.

Derrière l'absence de politique agricole, des drames humains

L'absence de politique agricole claire, quelle que soit son ambition, conduit à des drames humains. Une réforme en profondeur de notre agriculture a commencé de s'opérer depuis bien des années déjà, sans qu'elle ne vienne d'aucune décision politique officielle... En vérité, ce sont les non-décisions qui l'ont favorisée !

Pour le lait, des années avant on connaissait la date de sortie des quotas, et rien (ou trop peu) n'a été fait pour préparer nos producteurs à cette échéance. Au contraire, j'ai souvenir du salon de l'agriculture qui a précédé de seulement quatre ou cinq semaines ce 1er avril 2015, où j'ai entendu nombre de personnalités politiques en visite dire qu'ils étaient contre. Comme si la décision n'avait pas été prise ! Comme si le fait d'être contre suffisait à s'en prévenir... Et s'il fallait "être contre", ce n'était certes pas au salon de le dire, mais davantage à Bruxelles ou à Strasbourg...

Pour la viande, la concentration des moyens s'est opérée au niveau des abattoirs, avec les dérives que l'on sait, qui font les choux gras de différentes associations douées pour sortir des vidéos choc. Mais qui a morflé ? Ceux qui ont perdu le contrôle de leurs outils, qu'historiquement ils avaient pourtant créés : les éleveurs. Là aussi, la qualité n'est plus rémunérée, à de rares exceptions près. Les tendances sociétales vont à l'encontre d'une alimentation fournie en viande... Alors que nous avons à la base en France la chance d'avoir un terroir varié et de qualité, son intérêt se dissipe, les éleveurs arrêtent d'une façon ou d'une autre... Et les savoir-faire ne se transmettent plus, il ne sera bientôt plus possible de revenir en arrière.

Déjà au bord du précipice, les paysans voient le Mercosur les y pousser

La chute en pente plus ou moins douce a commencé depuis des années. Les causes sont multiples, multifactorielles pour utiliser un mot à la mode, mais un sursaut citoyen n'interviendra que le jour où la société se rendra que, dans son assiette, elle ne peut plus avoir finalement que celle a dit n pas vouloir des années plus tôt. Alors oui, M. le sénateur Bizet, sur le fond, vous avez raison. Notre agriculture n'est pas suffisamment compétitive aujourd'hui pour appréhender sereinement de nouvelles concurrences. Oui, les accords de libre-échange sont faits pour s'ouvrir au monde, pour échanger, et donc éviter des conflits armés dont on ne veut plus. Je veux bien vous croire aussi, faute d'être suffisamment spécialiste moi-même sur la question, lorsque que vous affirmez que les autres pans de l'accord sont "bons" pour les Européens et donc pour les Français. Mais comment croire qu'en quelques mesures compensatrices, si tant est qu'elles soient prises, on puisse rendre aux éleveurs (entre autres, puisque les plus touchés par l'accord) la compétitivité perdue ? Je pose juste la question...

Et si, au lieu de répondre au plus presssé et tant bien que mal à l'actualité, on définissait posément les valeurs fondamentales sur lesquelles doit reposer l'agriculture française de demain ? Les états généraux de l'alimentation auraient pu donner cette direction si, derrière les mots, il y avait eu intention...

Article publié initialement sur Wikiagri

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Michel Onfray : “Le bourrage de crâne est parvenu à un degré jamais atteint depuis qu’il y a des hommes”

02.

Quand les députés votent pour grignoter discrètement le droit de propriété en France

03.

Betelgeuse superstar : voilà pourquoi nous pourrions bientôt voir apparaître une supernova dans notre ciel

04.

Les taux d’intérêt vont rester durablement très bas ... mais au profit de qui ?

05.

Cette très chère Ségolène Royal

06.

Mystérieux virus venu de Chine : pourquoi les poumons sont le maillon faible des épidémies planétaires

07.

« Plus c’est jeune, moins cela veut travailler, plus c’est vieux plus cela veut toucher » !! Analyse d’une France non entrepreneuriale, celle de la rente

01.

Succès du lait d’amande : les abeilles ne disent pas merci aux bobos bio

02.

Michel Onfray : “Le bourrage de crâne est parvenu à un degré jamais atteint depuis qu’il y a des hommes”

03.

Quand les députés votent pour grignoter discrètement le droit de propriété en France

04.

Quand certains médicaments changent drastiquement nos personnalités dans l’indifférence totale de l’industrie pharmaceutique et des autorités sanitaires

05.

Mais pourquoi les pêcheurs chinois découvrent-ils autant de petits sous-marins espions dans leurs filets ?

06.

L’arme à 3 coups qui pourrait porter Ségolène Royal vers 2022

01.

Ce duel nationaux/mondialistes auquel s’accrochent Marine Le Pen et Emmanuel Macron alors qu’il n’intéresse pas vraiment les Français

02.

Jeanne Balibar (« Les Misérables ») veut qu'on enseigne les mathématiques en arabe !

03.

Quand certains médicaments changent drastiquement nos personnalités dans l’indifférence totale de l’industrie pharmaceutique et des autorités sanitaires

04.

L’arme à 3 coups qui pourrait porter Ségolène Royal vers 2022

05.

Derrière le cas Meghan & Harry, le conflit de générations généralisé qui fragilise les démocraties occidentales

06.

Valeurs Actuelles démolit Greta Thunberg, le Point la CGT; Le permis de conduire: truc de vieux; Les secrets de Netflix pour nous rendre addicts; François Baroin & Eric Besson gagnent très bien leur vie, Arnaud Lagardere ses finances virent au rouge vif

Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Benvoyons
- 07/07/2019 - 15:54
Bien évidement il faut des marchés de Niche mais ils
ne peuvent pour la sécurité alimentaire être le seul fonctionnement agricole. Ainsi il faut impérativement des fermes puissantes avec 1000ha ou plus même pour ceux qui font de l'élevage. L'un & l'autre doivent exister ou alors la France Agricole avec les mauvais choix que veulent imposer les théoriciens Fonctionnaires & Ecolos d'aujourd'hui, sombrera définitivement.
Benvoyons
- 07/07/2019 - 15:47
L'Agriculture Française se décide par des théoriciens
ayant des idéologie (Fonctionnaire) & n'ayant jamais pratiqué l'Agriculture de leurs propres mains & avec la rudesse de l’incertitude pour chaque production.
Bien au contraire ils ont augmenté les coûts dans tous les domaines pour garder la main sur tout & ainsi tous les contrôles.
Faut dire le Ministère de l'Agriculture Allemand il y a 986 personnes & celui de la France plus de 35000 :)::)
Terre-net actualité : "L’effectif du ministère de l’agriculture n’a suivi ni la décroissance sensible du nombre des agriculteurs (la population active agricole est passée de 1,9 million en 1980 à 0,9 million en 2005), ni la diminution de la part du secteur agro-alimentaire dans l’économie (2 % du PIB en 2005 contre 4,2 % en 1980). Il s’est au contraire accru de 6,5 % si on prend en compte les emplois budgétaires du seul ministère et il a doublé si on intègre dans le calcul les agents des opérateurs du secteur agricole (18.480 en 1980 et 35.646 en 2010) :)::)
Nos écologistes veulent que tous les Agriculteurs fassent de la production que locale (avec ++ de main d’œuvre:)::) alors que plus un Français ne veut faire du travail agricole ( la Terre est Basse ).