En direct
Best of
Best of du 11 au 17 janvier
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et si l’univers n’avait pas de fin (ni de début)

02.

Des chercheurs parviennent à capter pour la première fois des images d’une liaison entre deux atomes

03.

69% des Français pensent qu’Emmanuel Macron ne sera pas réélu. Mais quel scénario pourrait empêcher son match retour avec Marine Le Pen ?

04.

Coronavirus chinois : ces 3 leçons apprises depuis le SRAS pourraient tout changer (mais saurons-nous les appliquer…?)

05.

Macron est content, Martinez ronge son frein et Berger engrange les adhésions. Mais la France va mieux ou pas ?

06.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

07.

#JeSuisMila : l’effarante incapacité contemporaine à distinguer la critique adressée au groupe de celle visant les individus

01.

Michel Onfray : “Le bourrage de crâne est parvenu à un degré jamais atteint depuis qu’il y a des hommes”

02.

Quand les députés votent pour grignoter discrètement le droit de propriété en France

03.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

04.

Retraites : le Trafalgar d’Emmanuel Macron

05.

Quand certains médicaments changent drastiquement nos personnalités dans l’indifférence totale de l’industrie pharmaceutique et des autorités sanitaires

06.

Mais pourquoi les pêcheurs chinois découvrent-ils autant de petits sous-marins espions dans leurs filets ?

01.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

02.

Vu dans un manuel d'histoire : "les attentats du 11 septembre ont été orchestrés par la CIA" !

03.

Greta Thunberg-Donald Trump, le match : avantage à...

04.

Ce duel nationaux/mondialistes auquel s’accrochent Marine Le Pen et Emmanuel Macron alors qu’il n’intéresse pas vraiment les Français

05.

69% des Français pensent qu’Emmanuel Macron ne sera pas réélu. Mais quel scénario pourrait empêcher son match retour avec Marine Le Pen ?

06.

Petit cynisme entre amis: Davos attend plus de Greta Thunberg que de Donald Trump pour protéger le système libéral capitaliste

ça vient d'être publié
pépites > Santé
Lutte planétaire
Coronavirus chinois : l’OMS indique qu’il est "trop tôt" pour déclarer une urgence internationale et qu’il n’y a aucune preuve de transmission entre humains en dehors de la Chine
il y a 6 heures 25 min
pépite vidéo > International
Mémoire
75 ans de la libération d'Auschwitz : de nombreux dirigeants de la planète se mobilisent contre l'antisémitisme
il y a 7 heures 46 min
pépites > Santé
Mesures pour lutter contre le virus
Coronavirus : la Chine confine 20 millions d’habitants autour de Wuhan, les festivités du Nouvel an chinois annulées à Pékin
il y a 9 heures 18 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Ritals", adaptation théâtrale de Bruno Putzulu : il était une fois les immigrés italiens de Nogent-sur-Marne

il y a 10 heures 1 min
Electrocutions et incendies
L'UFC-Que Choisir alerte sur les dangers des chargeurs de smartphones
il y a 10 heures 28 min
pépites > Santé
Origines du virus
Wuhan : des serpents pourraient être la source de l'épidémie du coronavirus chinois
il y a 12 heures 14 sec
pépites > Politique
Loi bioéthique
Le Sénat vote la PMA pour toutes, mais pas le remboursement pour toutes
il y a 15 heures 56 min
décryptage > France
ONDRP

Fermeture de l’Observatoire national de la délinquance : et hop, un thermomètre de moins !

il y a 17 heures 20 min
décryptage > International
Bonnes feuilles

L’affaire Yasser Arafat : polémique et émergence d’accusations "d’empoisonnement par les Juifs"

il y a 18 heures 20 min
décryptage > Société
Tribunal du net

#JeSuisMila : l’effarante incapacité contemporaine à distinguer la critique adressée au groupe de celle visant les individus

il y a 18 heures 30 min
light > Science
Images rares
Des chercheurs parviennent à capter pour la première fois des images d’une liaison entre deux atomes
il y a 7 heures 2 min
pépites > Politique
Nouveau calendrier
Réforme des retraites : Edouard Philippe révèle que la conférence de financement sera lancée le 30 janvier
il y a 8 heures 11 min
pépites > Justice
Soupçons de financement libyen
La justice britannique va remettre Alexandre Djouhri à la France
il y a 9 heures 39 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Messiah" de Michael Petroni : quand le doute s’insinue et ne vous lâche pas

il y a 10 heures 13 min
light > High-tech
"C'est toi dans cette vidéo ?"
Facebook : la gendarmerie de l'Indre alerte sur une arnaque avec une vidéo qui aurait déjà fait un grand nombre de victimes
il y a 11 heures 14 min
pépite vidéo > Mode
Une page se tourne
Les images de l'ultime défilé de Jean-Paul Gaultier
il y a 15 heures 26 min
décryptage > Histoire
Mémoire

75ème anniversaire de la libération d’Auschwitz : l’histoire de la Shoah prise au piège des réinterprétations politiques d’aujourd’hui

il y a 16 heures 34 min
décryptage > Santé
Menace de pandémie

Coronavirus chinois : ces 3 leçons apprises depuis le SRAS pourraient tout changer (mais saurons-nous les appliquer…?)

il y a 17 heures 24 min
décryptage > Terrorisme
Voilà comment on fabrique les crétins

Vu dans un manuel d'histoire : "les attentats du 11 septembre ont été orchestrés par la CIA" !

il y a 18 heures 24 min
décryptage > Politique
Loi Avia

Pourquoi le projet de loi de lutte contre la cyber haine représente une menace aussi grave que la réalité qu’il entend combattre

il y a 19 heures 5 sec
© YASUYOSHI CHIBA / AFP
© YASUYOSHI CHIBA / AFP
Efficacité à prouver

Les trois orientations de la la lutte contre les émissions de CO2 sont-elles justifiées ?

Publié le 07 juillet 2019
Après une campagne acharnée à l’échelle mondiale, une partie de l’humanité est désormais persuadée de l’urgence « climatique ». Mais les solutions mises en oeuvre en France sont au mieux imperceptibles, au pire plus émettrices que nos pratiques actuelles.
Loïk Le Floch-Prigent est ancien dirigeant de Elf Aquitaine et Gaz de France, et spécialiste des questions d'énergie.Ingénieur à l'Institut polytechnique de Grenoble, puis directeur de cabinet du ministre de l'Industrie Pierre Dreyfus (1981...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Loïk Le Floch-Prigent
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Loïk Le Floch-Prigent est ancien dirigeant de Elf Aquitaine et Gaz de France, et spécialiste des questions d'énergie.Ingénieur à l'Institut polytechnique de Grenoble, puis directeur de cabinet du ministre de l'Industrie Pierre Dreyfus (1981...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Après une campagne acharnée à l’échelle mondiale, une partie de l’humanité est désormais persuadée de l’urgence « climatique ». Mais les solutions mises en oeuvre en France sont au mieux imperceptibles, au pire plus émettrices que nos pratiques actuelles.

Après une campagne acharnée à l’échelle mondiale, une partie de l’humanité est désormais persuadée de l’urgence « climatique ». Je suis loin de partager les vues apocalyptiques que l’on nous assène à longueur de journée, mais je dois me ranger à notre réalité sociétale. Le monde urbain français a peur et a besoin que les politiques les rassurent en prenant des mesures de protection. Dans un petit pays comme le notre, qui contient moins d’un pourcent de l’humanité, il est clair que le gouvernement ne peut rien faire, sinon parler ou faire parler comme chez le psychanalyste. C’est ce qu’il fait… mais pas seulement. Cédant à l’émotion de foules clairsemées mais aux relais très éloquents, il a été amené à décider d’orientations au mieux inutiles et donc inefficaces, et au pire susceptibles d’aggraver notre situation économique en augmentant l’empreinte carbone du pays, ce qui est un comble, admettons-le.

On va commencer par le dogme à partir duquel tout se déroule : la terre se réchauffe, la faute aux hommes qui la traitent n’importe comment, et ce sont les gaz à effet de serre qui provoquent les déséquilibres. Parmi ces gaz, le plus répandu est le gaz carbonique, le CO2, dont les émissions progressent trop vite pour être captées par la planète avec ses étendues d’eau et ses forets. Il faut donc, nous dit-on, réduire nos émissions de CO2.

Les émetteurs de CO2 sont nombreux, mais il y a les hommes en particulier - et plus il y a d’hommes sur terre plus il y a de CO2 émis. Ce gaz est émis par l’homme lui-même, mais aussi par ses activités. On peut donc agir de trois façons : soit en plafonnant le nombre d’humains, soit en modifiant leurs activités, soit en captant et en utilisant le surplus de gaz.

Plutôt que de regarder la couleur de la vignette Crit’air  à la sortie du boulevard périphérique, on comprendrait mieux que l’on nous dise comment on compte s’y prendre sur ces trois points qui doivent être examinés "en même temps" car c’est la combinaison de ces trois orientations qui peut amener des progrès.

En ce qui concerne la production d’enfants, il apparait que seule l’éducation et l’essor économique permettent une limitation des naissances, progrès dans la connaissance, changement culturel, planning familial… On a connu au siècle dernier dans nos campagnes françaises des familles de huit enfants. Elles sont rares aujourd’hui et ce constat peut s’étendre à tous les pays dont les femmes sont éduquées et libérées de la tutelle des hommes. La France a choisi une politique « nataliste » qui favorise les familles de plus de deux enfants, mais, sauf préconisations religieuses régressives, les familles sont loin de connaitre les tailles des familles africaines, pas plus que la polygamie. Il n’y a guère d’actions efficaces du gouvernement français sur ce sujet, si ce n’est surveiller vraiment les relents de polygamie facilement repérables. Par contre, l’explosion démographique mondiale devrait faire réagir les experts de politique étrangère, prompts à demander le « droit d’ingérence », ce qui les conduirait à privilégier la politique de l’éducation dans tous les pays qui font montre d’augmentation non maitrisée. Cette politique d’éducation doit aller de pair avec celle d’un approvisionnement en énergie abondante et bon marché qui seule peut garantir la régularité du travail scolaire et donc des résultats.

C’est sur le deuxième sujet, celui de l’activité humaine, que les conseils abondent, avec des positions d’une virulence extrême à l’égard de ceux qui pensent mal. Il y a, néanmoins, deux positions à l’intérieur du camp du « bien » : ceux qui plaident pour la décroissance, et ceux qui considèrent simplement qu’il faut modifier les priorités. Je ne m’étendrai pas sur la décroissance car je doute de l’intérêt de réaliser la chute d’un petit pays, le notre, alors que le reste du monde, 99%, continuerait à consommer. C’est donc sur les modes de vie que nous voyons converger les diktats. Nous avons commencé curieusement par l’électricité nucléaire, ce qui a conduit à  l’annonce et au vote d’une diminution de 75 à 50 % de la production de cette énergie. Evidemment c’est une bêtise puisque toute autre forme d’énergie électrique est plus carbonée que le nucléaire. On a donc pris une première décision contre le « climat ». Ensuite, on est parti pourfendre l’énergie fossile (charbon, pétrole et gaz) et on a décidé d’éradiquer le charbon en 2020 puis de pénaliser sur notre sol tout ce qui ressemble à du pétrole et du gaz. Il eut fallu au préalable démontrer que les solutions alternatives étaient bonnes pour le climat. Or, le bilan carbone des composants des éoliennes et des panneaux solaires n’est pas si évident, et c’est encore pire pour les batteries d’aujourd’hui susceptibles d’équiper les futurs véhicules électriques. Les énergies intermittentes coutent cher aux réseaux, conduisent à des problèmes de sécurité d’approvisionnement et donc à leur « doublage » par du nucléaire ou du fossile… Tout à l’émotion de faire « bien » on a ainsi fait tout le contraire et le bilan carbone français qui était un des meilleurs va régresser, entrainant avec lui un renchérissement qui heurtera à la fois le consommateur et la compétitivité industrielle. A cet égard, la demande de ceux qui veulent changer les priorités d’augmenter la taxe carbone en disant en même temps que l’électricité est trop bon marché pour conduire à la vertu des économies n’est pas de nature à faire revenir notre pays dans une situation de sérénité. Mais en fait on traite de notre petit pour cent tandis que tous les pays conduisent des politiques de développement des réserves pétrolières et gazières et que la production de charbon (et de lignite) ne faiblit pas. Par conséquent notre augmentation nationale d’empreinte carbone ne sera même pas remarquée.

Reste la troisième voie qui fait l’objet de beaucoup de travaux dans les laboratoires publics et privés, et chez les industriels producteurs et consommateurs : si nous avons trop de CO2, peut-on le piéger ou l’utiliser ? Les meilleurs pièges, les moins chers, semblent être les gisements déplétés de pétrole et de gaz, certains travaux sont déjà engagés car il faut amener le CO2 sur les lieux et donc trouver des sources de financement à partir des rentrées de la taxe carbone. L’idée que les pétroliers et les gaziers, les affreux des fossiles, puissent être partie des solutions pour le climat heurte les militants, qui aiment mieux taire cette première voie. Il y en a une autre, plus biologique, qui voudrait trouver dans le CO2 une nourriture pour des algues et autres. Mais les chercheurs sont « sur le pont » et fourmillent d’autres innovations possibles. Un petit pays comme le notre, mais grand par sa recherche et ses techniciens, devrait dire haut et fort que cette orientation est prioritaire car elle peut servir le pays, mais également bien d’autres puisqu’il apparait clair que 99% de l’humanité (ou presque) continue à vouloir utiliser les énergies fossiles tant qu’elles sont les moins chères. Bien sur cela revient à donner la contrition aux pécheurs qui continuent à vouloirdu gaz et du pétrole, mais rien ne leur interdit de vouloir  réaliser des économies car tout cela coute cher.

J’ai traité ici uniquement le problème du climat à travers le prisme proposé par le gouvernement, celui du CO2, la pollution de l’air c’est une autre histoire, comme le dis à chaque occasion, et j’ose dire aussi que le problème du climat ne se résume pas au CO2.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et si l’univers n’avait pas de fin (ni de début)

02.

Des chercheurs parviennent à capter pour la première fois des images d’une liaison entre deux atomes

03.

69% des Français pensent qu’Emmanuel Macron ne sera pas réélu. Mais quel scénario pourrait empêcher son match retour avec Marine Le Pen ?

04.

Coronavirus chinois : ces 3 leçons apprises depuis le SRAS pourraient tout changer (mais saurons-nous les appliquer…?)

05.

Macron est content, Martinez ronge son frein et Berger engrange les adhésions. Mais la France va mieux ou pas ?

06.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

07.

#JeSuisMila : l’effarante incapacité contemporaine à distinguer la critique adressée au groupe de celle visant les individus

01.

Michel Onfray : “Le bourrage de crâne est parvenu à un degré jamais atteint depuis qu’il y a des hommes”

02.

Quand les députés votent pour grignoter discrètement le droit de propriété en France

03.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

04.

Retraites : le Trafalgar d’Emmanuel Macron

05.

Quand certains médicaments changent drastiquement nos personnalités dans l’indifférence totale de l’industrie pharmaceutique et des autorités sanitaires

06.

Mais pourquoi les pêcheurs chinois découvrent-ils autant de petits sous-marins espions dans leurs filets ?

01.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

02.

Vu dans un manuel d'histoire : "les attentats du 11 septembre ont été orchestrés par la CIA" !

03.

Greta Thunberg-Donald Trump, le match : avantage à...

04.

Ce duel nationaux/mondialistes auquel s’accrochent Marine Le Pen et Emmanuel Macron alors qu’il n’intéresse pas vraiment les Français

05.

69% des Français pensent qu’Emmanuel Macron ne sera pas réélu. Mais quel scénario pourrait empêcher son match retour avec Marine Le Pen ?

06.

Petit cynisme entre amis: Davos attend plus de Greta Thunberg que de Donald Trump pour protéger le système libéral capitaliste

Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Paulquiroulenamassepasmousse
- 07/07/2019 - 22:55
Réchauffement climatique...
Réchauffement climatique...
Reste à prouver ! Si ça finit par l'être , faudra encore prouver que l'homme y est pour quelque-chose..... Et là, on se rendra compte que la seule solution reste le contrôle des naissances en Afrique. Les Européens et les Asiatiques l'ont fait..... Les Africains devraient pouvoir y arriver, il n'y a aucune raison pour qu'ils soient plus cons que nous....!

brennec
- 07/07/2019 - 12:22
En france
Ce qui est intéressant c'est que dès que l'on parle de climat on juge la politique française a l'aune planétaire, c'est tout particulièrement vrai de nos gouvernants qui se sentent investis du destin de l'humanité., Or la "production" française de Co² tourne autour de 1% de la production mondiale. Que l'on soit climato-catastrophiste, climato-sceptique ou climato réaliste l'accord devrait se faire pour la conservation de cette place enviable, il n'y a aucune raison de brutaliser les français et de ruiner la france a ce sujet car il n'y a aucun avantage a en tirer au niveau planétaire.
Anouman
- 07/07/2019 - 11:27
CO2
La religion du CO2 a de plus en plus d'adeptes et comme toutes les religions elle se fonde sur des préceptes arbitraires et veut imposer ses rites à tous. Il ne faut donc pas chercher de logique chez les écologistes qui inspirent les gouvernants. C'est une question de croyance pour les masses naïves et une question de chiffre d'affaire pour le business écolo.