En direct
Best of
Best of du 19 au 25 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Yannick Noah se fait plaquer; Julien Doré réfléchit à l'adoption d'un enfant avec Francis Cabrel, Jean Dujardin & Nathalie Péchalat en attendent un 2éme: Kanye West pense être le Moïse du peuple noir, Carla Bruni que Nicolas S. écrit comme Balzac

02.

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

03.

"Olivier véreux de mes c***lles" : Jean-Marie Bigard insulte le ministre de la Santé

04.

Les Suisses ont dit "non" à la fin de la libre circulation avec l'Union européenne

05.

Nous aurons la Chine de nos mérites

06.

La Turquie, un enjeu existentiel pour l'Europe et pour le monde arabo-musulman

07.

Darmanin sait tout sur la taqiya. Et il n'aime pas du tout

01.

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

02.

Yannick Noah se fait plaquer; Julien Doré réfléchit à l'adoption d'un enfant avec Francis Cabrel, Jean Dujardin & Nathalie Péchalat en attendent un 2éme: Kanye West pense être le Moïse du peuple noir, Carla Bruni que Nicolas S. écrit comme Balzac

03.

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

04.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

05.

Santé mentale : ces millions de Français que la pandémie fait chanceler ou s’écrouler en silence

06.

Journée mondiale d’Alzheimer : comment nos rythmes de sommeil peuvent prédire le moment de l'apparition de la maladie

01.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

02.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

03.

Eric Zemmour condamné pour injure et provocation à la haine

04.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

05.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

06.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

ça vient d'être publié
pépites > International
Poudrière
Violents affrontements au Haut-Karabakh : l'Arménie et l’Azerbaïdjan au bord de la guerre
il y a 11 heures 2 min
pépites > International
Etats-Unis
Cour suprême : Donald Trump nomme Amy Coney Barrett
il y a 12 heures 22 min
décryptage > International
Suprêmement explosif

Trump a nommé à la Cour suprême une juge extrêmement conservatrice : normal, les États-Unis sont le pays des extrêmes

il y a 14 heures 33 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Tel est sur toi le sceau de ma haine, ou les possédés

il y a 15 heures 59 min
décryptage > Economie
Business

Bourse : les nouveaux gagnants et perdants post-Covid

il y a 16 heures 17 min
décryptage > International
Géopolitique

La Turquie, un enjeu existentiel pour l'Europe et pour le monde arabo-musulman

il y a 16 heures 33 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Poser des plaques de verre sur la banquise pourrait-il sauver les glaces de l’Arctique ?
il y a 16 heures 54 min
décryptage > Société
La responsabilité du gouvernement… et la nôtre...

Covid-19 : à quelles libertés sommes-nous réellement prêts à renoncer pour enrayer l'épidémie ?

il y a 17 heures 22 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Les aidants, ces soutiens vitaux au quotidien pour les personnes âgées et dont la France aura cruellement besoin face au vieillissement de la population

il y a 18 heures 46 min
décryptage > Politique
Il a lu attentivement le Coran

Darmanin sait tout sur la taqiya. Et il n'aime pas du tout

il y a 18 heures 46 min
pépites > Economie
Votation
Les Suisses ont dit "non" à la fin de la libre circulation avec l'Union européenne
il y a 11 heures 49 min
pépites > International
Crise
Bélarus : Loukachenko "doit partir", affirme Emmanuel Macron
il y a 13 heures 1 sec
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Débris spatiaux : la Station spatiale a évité la catastrophe pour la 3e fois cette année ; Un détecteur de vie extraterrestre qui tient dans une boîte à chaussures !
il y a 14 heures 33 min
décryptage > Politique
Biographie

Louis Hausalter : "L'histoire de Marion Maréchal éclaire l’état de décomposition et de recomposition du paysage politique"

il y a 16 heures 10 min
décryptage > International
Relever le nez du guidon

Nous aurons la Chine de nos mérites

il y a 16 heures 24 min
décryptage > Politique
Claque en vue

Sénatoriales : petit panorama des enjeux à surveiller

il y a 16 heures 39 min
décryptage > Science
Inventées ou découvertes ?

Mais au fait, c'est quoi les maths ? Et la petite question candide posée par une ado sur Tik Tok déclencha un grand débat entre scientifiques et philosophes

il y a 17 heures 3 min
décryptage > Economie
Pensée magique

Relance made in France : les impasses du techno-colbertisme

il y a 17 heures 29 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Plongée dans les coulisses de l’organisation de la Convention de la droite : l'engagement de Marion Maréchal et Eric Zemmour en faveur de l’union des droites

il y a 18 heures 46 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Emmanuel Macron où l'art de la mondialisation heureuse

il y a 18 heures 46 min
© JACQUES DEMARTHON / AFP
© JACQUES DEMARTHON / AFP
Pragmatisme

Pollution et climat : et si on essayait d’être efficace ?

Publié le 06 juillet 2019
Alors que la France a connu une fin du mois de juin chaude après avoir connu des semaines plus incertaines, les ténors de l’écologie nous abreuvent tous les jours de conclusions définitives et de mesures coercitives diverses dont ils ne mesurent même plus le caractère dictatorial.
Loïk Le Floch-Prigent
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Loïk Le Floch-Prigent est ancien dirigeant de Elf Aquitaine et Gaz de France, et spécialiste des questions d'énergie.Ingénieur à l'Institut polytechnique de Grenoble, puis directeur de cabinet du ministre de l'Industrie Pierre Dreyfus (1981...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que la France a connu une fin du mois de juin chaude après avoir connu des semaines plus incertaines, les ténors de l’écologie nous abreuvent tous les jours de conclusions définitives et de mesures coercitives diverses dont ils ne mesurent même plus le caractère dictatorial.

Je continue à estimer la liberté d’expression comme une grande conquête d’une partie de l’humanité et je ne suis pas prêt à baisser pavillon devant ceux qui créeraient volontiers de nouveaux camps de concentration pour neutraliser ceux qu’ils ont fini par traiter de négationnistes, mais puisqu’ils considèrent que le dogme de l’urgence climatique, celui de la probable fin de notre planète, leur paraissent ne pas devoir être remis en question, rentrons dans leur jeu et examinons les mesures qu’ils préconisent et finissent par faire appliquer partiellement par des gouvernements terrorisés à l’idée de l’évocation d’un drame dont ils n’auraient pas voulu écouter le risque.

Tout d’abord, essayons d’évacuer la tendance « urbaine » voire « parisienne » à vouloir confondre pollution de l’air et lutte pour sauvegarder le climat, à savoir décarbonation de nos rejets dans l’atmosphère. Ce sont deux notions différentes, on peut carboner sans polluer, on pollue souvent sans carbone. On peut surtout diminuer la pollution dans les villes et l’augmenter dans les campagnes comme on le fait en Chine en remplissant les voitures électriques urbaines avec du courant issu de centrales au charbon installées à la campagne. A cet égard la France actuelle dont les voitures électriques utilisent 75% d’électricité nucléaire donc décarbonée sont les plus vertueuses de la planète, mais, comme on le sait, cela ne durera pas puisque nous voulons réduire la part du nucléaire dans le mix électrique national.

On ne devrait pas avoir à dire à une population qui depuis Jules Ferry dispose de l’école obligatoire, que les mesures prises depuis des mois et confirmées ces derniers jours sont stupides puisqu’elles sont prises au nom du climat alors qu’elles n’ont qu’une efficacité locale au niveau de la pollution tout en étant avant tout des mesures discriminatoires séparant ceux qui peuvent acheter des voitures neuves de tous les autres.

Revenons donc au climat dont, si je comprends bien, l’humanité est coupable d’ignorer les mécontentements. Il y a un réchauffement de la planète dû à son utilisation malencontreuse par l’homme et les pics de chaleur actuels devraient nous alerter pour changer de modes de vie. Ces alertes vont être de plus en plus fréquentes et brutales, ce que nous vivons n’est qu’un prélude d’une apocalypse annoncée  par de plus en plus de trompettes.

Il y a deux manières de prendre en main ce problème de survie de l’humanité : soit une dictature mondiale conduisant à l’obligation d’une conduite vertueuse décidée par des experts reconnus par le dictateur, un classique des romans d’anticipation, soit une entente entre les peuples sur des objectifs et des règles. Tout en regrettant visiblement la première hypothèse, nos défenseurs de la planète ont milité pour la seconde solution. Bien sûr, les résultats ne sont pas satisfaisants et ils se retournent contre les gouvernements de leurs pays pour leur expliquer « qu’ils ne font pas assez » pour sauver la planète. On assiste donc à une révolte de petits pays qui représentent quelques petits pourcents de l’humanité et des émissions carbonées pour que des efforts considérables soient réalisés pour que les 95% restants les imitent : "la vertu de l’exemplarité" dont on pouvait espérer que des gens cultivés évitent l’utilisation abusive.

Mais, en supposant que l’on trouve un moyen pour généraliser une action, encore faudrait-il s’assurer de son efficacité chez nous, c’est-à-dire qu’avant d’aller porter la bonne parole dans les contrées lointaines et visiblement ignorées des pourfendeurs de négationnistes, il faudrait apporter la démonstration que "ça marche".

J’ai eu la surprise au cours d’un débat récent d’entendre une jeune députée me dire que grâce à la loi qu’elle venait de voter, les véhicules thermiques allaient disparaitre de notre sol dès 2040 et qu’il allait en être de même pour le reste de l’humanité ! En quoi les mesures prises en France contre l’exploration et la production des énergies fossiles et l’interdiction de produire des véhicules thermiques en 2040 font elles avancer d‘un iota la décarbonatation du monde ? La conséquence actuelle est de faire disparaitre des milliers d’emplois en France, de les remplacer par des emplois et des industries en Asie. L’industrie pétrolière et gazière mondiales ont connu un renouveau depuis deux ans et on n’a jamais produit autant de charbon. Si nos concitoyens veulent un jour à partir de 2040 acheter un véhicule thermique, il y aura suffisamment de vendeurs en Europe et dans le monde pour qu’ils puissent le faire, ce ne sont pas les lois françaises qui dirigent le monde avec moins d’un pour cent de la population mondiale !

Mais il y a plus grave que ces enfantillages. La sphère politique et médiatique fourmille d’idées saugrenues qui n’ont aucune chance d’avoir quelque effet sur le climat, ce n’est pas dans notre petit pays plutôt tempéré et qui supporterait bien des variations de température qu’il faut traiter les phénomènes, pas plus que dans d’autres petits pays européens, mais là où la population déjà dense s’accroit à grande vitesse alors que l’on sait que la courbe du carbone est directement liée à celle de la démographie. On peut continuer à voter des lois, prendre des décrets, des mesures, des normes et règlements chez nous, cela aura un effet négligeable pour la fameuse planète qu’il convient de sauver.

Il faut sans doute, dans cet ambiance survoltée, arriver à faire entendre la voix de la raison, et imaginer les mesures efficaces pour tempérer nos appétits humains individuels et collectifs. La démographie est l’élément majeur de déséquilibre, seule l’éducation peut faire baisser le taux de natalité, et qui dit éducation dit disponibilité d’une énergie abondante et bon marché. Tant que dans certaines régions du monde la population croit plus vite que l’économie, notre carbonatation augmentera.

Mais, par ailleurs, tandis que nos pays ont tendance, à juste titre, à rejeter les outrances de la société de consommation, il faut évaluer les dégâts que causerait un changement radical dans le monde entier. La bouteille plastique a sauvé la vie de millions d’humains, la bouteille de gaz également, les nouvelles technologies sont adoptées avec enthousiasme par des populations qui sont passées directement de la non communication au smartphone, la vaccination a assuré la survie de millions d’individus tandis que la faim dans le monde a reculé malgré l’augmentation de la population, des pays comme la France sont considérés comme des modèles à suivre et les contorsions vertueuses dans lesquelles nous baignons sont incompréhensibles à l’extérieur et surement pas des exemples à suivre.

Le problème climatique ne se pose pas à l’intérieur du périphérique parisien, il est mondial et c’est à notre capacité à imaginer de véritables solutions pour les autres d’abord que nous pourrons mesurer notre apport réel à l’humanité. Vous pouvez effectivement tuer l’industrie automobile française d’ici 2040, c’est d’ailleurs bien amorcé, mais c’est le seul résultat que la politique menée peut obtenir, vous aurez le climat que la planète devra bien vous donner. Vous pouvez généraliser les produits « bio » en France, mais si l’on vous suit, vous augmenterez la faim dans le monde ….

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
gerint
- 06/07/2019 - 18:54
A mon avis très humble
Ce que nous pouvons faire sur le climat est infime par rapport aux phénomènes naturels. Mais nous pouvons faire énormément diminuer la pollution, investir dans les Sciences et les nouvelles technologies notamment mais pas seulement en matière énergétique, en favorisant le développement du monde entier et le développement conduit à une limitation de la population comme nous la connaissons dans nos pays à fort niveau de vie. Les sociologues le savent bien.
tatouzou
- 06/07/2019 - 15:38
Excellent article. Mais probablement inaudible
Le succès des religions, y compris dans leurs chapelles les plus dogmatiques et totalitaires nous montre qu'on ne peut pas combattre une croyance par un raisonnement.

Il faut hélas attendre qu'elle se fracasse d'abord sur le mur de la réalité.

Puis quelques années de plus pour que les adeptes les plus acharnés décèdent de mort naturelle.

Le plus grave c'est que le catéchisme écolo est enseigné à nos enfants dès l'école, ce qui risque de retarder encore davantage la prise de conscience de l'imposture climatique.

Nous ne pouvons que temoigner inlassablement de l'absurdité de cette idéologie mortifère, et espérer que ses ravages ne soient pas irréversibles.
Forbane
- 06/07/2019 - 12:50
Excellente analyse
Néanmoins, français, soyons égoïstes et innovants, non pas pour le climat de la planète, mais chercher à diminuer la pollution dans notre pays aurait au moins les vertues de faire innover nos ingénieurs ( comme ils ont été les plus innovants pour le nucléaire et permis de diminuer la pollution au charbon), car nous sommes tellement à la traîne sur les nouvelles technologies il faut sauver notre industrie, et celle d’essayer d’améliorer la qualité de l’air chez nous pour prévenir la survenue de maladies qui coûtent chères humainement et économiquement !
Nous avons la chance d’être à l’extrême ouest d’un continent au bord d’un océan, ce qui nous protège, comme le dit l’auteur de variations climatiques majeures, mais aussi de la pollution des autres ( sauf du charbon allemand pour quelques régions ), profitons-en pendant que les autres s’asphyxient chacun ces problèmes!