En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

03.

La décennie qui s'ouvre pourrait être encore pire que la précédente et voilà pourquoi

04.

Pierre Manent : "Nous souffrirons longtemps de la passivité qu’a imposé le gouvernement aux Français avec le Covid"

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"

07.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

05.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

06.

Collaboration secrète avec la NSA : le scandale qui ébranle le Danemark (et devrait inquiéter l’Europe)

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

06.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

ça vient d'être publié
pépites > Justice
Justice
Affaire des "écoutes" : le procès de Nicolas Sarkozy, jugé pour corruption, est suspendu jusqu'à jeudi
il y a 1 heure 43 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’archipel des Solovki" de Zakhar Prilepine : plaisir de relire - Les camps des Solovki, antérieurs aux goulags. « J’ai voulu écrire moins sur les camps que sur les Russes » a dit l’auteur, l’un des plus grands romanciers russes contemporains

il y a 2 heures 44 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement
il y a 3 heures 51 min
pépites > Santé
Ecrans
L'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) s'inquiète du temps passé par les jeunes devant leurs écrans, sans activité physique, aggravé par le confinement
il y a 4 heures 55 min
décryptage > High-tech
Réseaux sociaux

Et si la Chine était en train de doubler la créativité d'une Silicon Valley en panne d'idées ?

il y a 5 heures 48 min
pépite vidéo > Economie
Engagements face à la crise
Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"
il y a 6 heures 12 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

A la fin, est-ce le capitalo-marxisme qui l’emportera?

il y a 6 heures 52 min
pépites > Santé
Coronavirus
Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"
il y a 7 heures 16 min
décryptage > Environnement
On tremble

Un nouveau délit va être créé : celui "d'écocide"

il y a 7 heures 24 min
décryptage > Politique
Education nationale

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

il y a 7 heures 46 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un coupable presque parfait La construction du bouc émissaire blanc" de Pascal Bruckner : un plaidoyer solide, un essai brillant, au secours d’une civilisation crépusculaire ébranlée par les diktats des minorités

il y a 2 heures 23 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Ma lettre au père Noël. Chômage. Récession. Dépression. Un peu de champagne ?

il y a 3 heures 30 min
pépites > International
Diplomatie
Le Premier ministre israélien aurait rencontré secrètement le prince héritier d'Arabie Saoudite
il y a 4 heures 6 min
pépites > High-tech
Gaffe
Un journaliste débarque dans une réunion Zoom secrète des 27 ministres européens de la Défense qui a du être annulée
il y a 5 heures 35 min
pépites > International
Environnement
Un ancien bureaucrate a inspiré le discours du président chinois Xi Jinping changeant l'histoire du réchauffement climatique
il y a 6 heures 2 min
pépites > Finance
Economie
Danone annonce 1.500 à 2.000 suppressions de postes dont près de 400 en France
il y a 6 heures 46 min
décryptage > Media
Sur le divan

"L’élection de Joe Biden est bonne pour l’équilibre mental des Français". Et c’est la psy attitrée de France Info qui vous le dit

il y a 7 heures 9 min
décryptage > Société
La germination des mots

Existerait-il des complotistes sans comploteurs ?

il y a 7 heures 17 min
décryptage > Economie
Espoir dans la lutte contre le virus

Vaccins contre Covid-19

il y a 7 heures 29 min
pépites > Politique
Justice
Nicolas Sarkozy accusé de « corruption » et « trafic d’influence » jugé à partir d'aujourd'hui
il y a 7 heures 59 min
© GERARD JULIEN / AFP
© GERARD JULIEN / AFP
Bonnes feuilles

Le difficile quotidien des seniors qui vivent avec moins de 1.000 euros par mois

Publié le 07 juillet 2019
Claire Lajeunie publie "Pauvres de nous" aux éditions Michalon. En France, 9 millions de personnes vivent sous le seuil de pauvreté. Derrière ces chiffres, il y a des visages. Lorsqu'elle se lance dans le tournage du documentaire éponyme, Claire Lajeunie ne se doute pas qu'elle va prendre de plein fouet une réalité sociale insidieuse. Extrait 2/2.
Claire Lajeunie
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Claire Lajeunie est réalisatrice et productrice. Elle a signé plusieurs documentaires autour de la question des marginaux et des laissés pour compte, parmi lesquels "Pauvres de nous", pour France 5. Son livre "Sur la route des invisibles" (Michalon,...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Claire Lajeunie publie "Pauvres de nous" aux éditions Michalon. En France, 9 millions de personnes vivent sous le seuil de pauvreté. Derrière ces chiffres, il y a des visages. Lorsqu'elle se lance dans le tournage du documentaire éponyme, Claire Lajeunie ne se doute pas qu'elle va prendre de plein fouet une réalité sociale insidieuse. Extrait 2/2.

En France, un million de seniors vivent avec moins de 1 000 euros par mois.

Marianne, 62 ans, cheveux raides et courts, visage jovial et regard rieur caché derrière sa paire de lunettes, connaît bien cette réalité. Malgré sa santé fragile, Marianne a passé sa vie à enchaîner des petits boulots pour nourrir ses enfants. 

Originaire de Roubaix, Marianne vit à Tourcoing depuis une vingtaine d’années avec Garcia, son mari depuis 42 ans. Elle a deux enfants et cinq petits-enfants. Marianne, pour moi, c’est la mamie que tout le monde rêve d’avoir. Elle est généreuse, bienveillante, coquette, drôle et attendrissante. En intégrant son portrait au film, je cherche à savoir si à 70 ans, on s’apaise un peu.

Marianne touche 672  euros de retraite pour 34 ans et demi de travail. Cela me terrifie de penser qu’on peut avoir travaillé toute son existence et continuer à vivre en mode survie quand sonne l’heure de la retraite. Cette période ne devrait pourtant pas être une souffrance, mais devrait être synonyme de repos, de voyages et de quiétude. J’ai donc ma réponse d’emblée. Malheureusement, ça ne va pas mieux. 

Avoir si peu, cela signifie qu’il faut compter chaque jour. C’est le principe du début du mois. Le premier jour, tout va bien, Marianne est contente de recevoir cette somme. Le deuxième jour, elle l’est un peu moins, et puis le troisième jour, elle se dit : « Putain, qu’est-ce que je vais bouffer ce soir ? » Cette remarque me renvoie évidemment à Isabelle qui reprenait la phrase de Coluche sur les débuts de mois difficiles qui durent 30 jours. 

Pour se faire couper et colorer les cheveux, elle n’a pas d’autre choix que de faire appel aux apprentis d’une école de coiffure belge : 20 euros le tout. Elle assume et n’a pas honte.

Je décide de la suivre en Belgique. Nous filmons ce moment de complicité avec la jeune coiffeuse.

Marianne m’explique qu’elle fait ce trajet parce qu’elle n’a pas les moyens de payer ce service dans un salon qui le lui facturerait entre 70 ou 75 euros. Elle ne pourrait pas se le permettre. Jamais. Je comprends que, comme Isabelle, Marianne a besoin de prendre soin d’elle et d’avoir ce rituel. Elle me dit qu’elle sera bien après sa coupe. Elle est chouchoutée et dorlotée, elle ne pense qu’à elle l’espace de cet instant. Elle entre dans l’école sans avoir le moral, déconfite, elle en ressort toute pimpante. « Qu’est-ce que tu veux de plus ? » me lance-t-elle. 

Quand on évoque les finances, Marianne estime qu’en reste-à-vivre, elle dispose de 200 euros par mois pour deux. Heureusement, les enfants sont là pour elle. Ils l’aident énormément financièrement. Et dès qu’elle le peut, forcément, elle le rend, mais jamais à la hauteur de ce qui a été distribué. Elle espère un jour ne plus rien avoir à demander.

Pourtant, Marianne a travaillé toute sa vie, même plus que sa vie. Elle a ainsi vécu à Paris plusieurs années. Elle y a gagné beaucoup d’argent. « Pas forcément des millions, mais énormément d’argent », me confie-t-elle. À l’époque, elle était vendeuse en chaussures de luxe. En même temps, elle était gardienne de plusieurs immeubles, ce qui fait qu’avec les étrennes et tout le reste, elle n’était pas à plaindre. Mais elle avait 20 ans… Un passé d’enfant battu, maltraité, qui a eu son premier morceau de beurre à 18 ans. Alors l’argent, « fallait que ça bouge », comme elle dit.

Extrait du livre de Claire Lajeunie, "Pauvres de nous", publié aux éditions Michalon.

Lien vers la boutique Amazon : ICI

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Benvoyons
- 07/07/2019 - 23:02
Pourquoi ne parler que de la dame qui est née en 1957
qui n'a pas en effet avec 34,5 une retraite à taux plein. Elle est mariée mais aucune indication sur le mari ????
Alors qu'elle est mariée depuis 42ans??? sur lui rien de rien ....
Elle dit qu'elle a gagné beaucoup d'argent....

???


Forbane
- 07/07/2019 - 13:28
Oui, honte à ce pays qui
Oui, honte à ce pays qui accueille la Terre entière et tolère que des retraités ayant travaillés 40 ans ou presque touchent des retraites misérables, que le nombre de personnels soignants par résident dans les Ehpad soient l’un des plus faible d’Europe : tout cela avec les cotisations sociales les plus élevées du monde: cherchez l’erreur....
Hiris
- 07/07/2019 - 11:14
Merci à claire Lajeunie
Merci à vous de parler de cette honte française. Elles sont au nombre de deux : nos anciens abandonnés par l état, leur famille ,les politiques,les médias ,dans l indifférence générale .
Les femmes battues et tuées tous les jours sur notre sol ,par leur conjoint dans l indifférence tout aussi meurtrière.
Alors les démagos de tout poil c est tellement plus facile et gratifiant de s occuper des aveugles de Cotonou où des cul de jatte à borneo, de trimballer et relâcher les migrants chez nous cautionnés par une justice folle !!! Et nos vieux ,les vôtres, vos voisins,ceux que vous voyez en fin de marché fouiller dans les poubelles ,on n a pas d obligations envers eux ,ceux qui ne demandent jamais rien ,ont peur de déranger ,demander , on doit les laisser crever comme des chiens ? Quand on n est plus capable de s occuper de nos plus faibles c est que notre civilisation meure...Et ça s accélère, sauf que demain ce sera vous ,nous qui serons vieux.