En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© LUDOVIC MARIN / AFP
Nominations à hue et à dia

LREM aux municipales : gare au dangers de la dépolitisation des enjeux !

Publié le 03 juillet 2019
LREM a dévoilé 20 nouveaux candidats pour les élections municipales de 2020 : les choix du parti interrogent sur les réelles convictions du macronisme.
Maxime Tandonnet est un haut fonctionnaire français, qui a été conseiller de Nicolas Sarkozy sur les questions relatives à l’immigration, l’intégration des populations d’origine étrangère, ainsi que les sujets relatifs au ministère de l’Intérieur. ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Maxime Tandonnet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Maxime Tandonnet est un haut fonctionnaire français, qui a été conseiller de Nicolas Sarkozy sur les questions relatives à l’immigration, l’intégration des populations d’origine étrangère, ainsi que les sujets relatifs au ministère de l’Intérieur. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
LREM a dévoilé 20 nouveaux candidats pour les élections municipales de 2020 : les choix du parti interrogent sur les réelles convictions du macronisme.

Atlantico : Les désignations de candidat de LREM pour les municipales 2020 sont en effet surprenantes. En désignant par exemple Thomas Cazenave, délégué ministériel en charge de la réforme de l'Etat, dans la ville de Bordeaux, face à Nicolas Florian, soutenu par le Modem et ancien juppéiste, ne peut-on pas voir, loin des justifications, une simple habileté politique du parti d'Emmanuel Macron qui a en vue la majorité au Sénat ?

Maxime Tandonnet : La logique de cette liste de 20 candidats semble assez claire : LREM ne veut pas être simplement une formation de passage qui apporte son soutien à d’autres formations politiques dans une logique d’alliance. Elle veut s’affirmer dans la durée.  Dans de nombreux cas, LREM a choisi de présenter ses propres candidats contre des candidats soutenus par le MODEM et surtout par les Républicains, y compris un Républicains ayant apporté son soutien au président Macron. C’est la double allégeance qui est refusée. En revanche, dans cette liste plusieurs anciens socialistes se présentent sous l’étiquette LREM : ceux-là ayant renoncé à leur formation initiale, le PS, sont mûrs pour intégrer le parti présidentiel. Oui il est clair que l’on est dans une logique d’implantation locale. Le but de LREM, parti champignon né de la victoire de M. Macron à la présidentielle est de disposer de son propre ancrage local, de ses propres maires et élus municipaux. Bien sûr qu’en arrière-plan, il y a la volonté de gagner le Sénat. La tentation d’un grand parti central est de s’assurer le monopole d’un maximum de sources de pouvoir renvoyant les oppositions aux extrêmes. Mais surtout, il y a en perspective l’élection présidentielle de 2022.  Pour un président sortant qui se représente, le relais des maires vers l’opinion est indispensable.

D'une certaine manière, le fait de désigner des "Macron-compatibles", n'est-ce pas risquer de dépolitiser les enjeux des municipales en présentant les candidats comme des gestionnaires, ce qui peut conduire à des surprises en termes politiques après élection ?

Oui, on est sans doute dans une logique de maires qui se diront ni de droite ni de gauche, mais dont la vocation sera de porter sur le terrain la voix du chef de l’Etat. En effet, ces élections municipales risquent fort d’être le reflet d’une étrange et paradoxale dépolitisation de la politique française. Comme sur le plan national, le débat d’idées et de projet n’aura plus lieu d’être ou tout à fait secondaire. Les grands sujets politiques du moment, le chômage, la pauvreté, la violence, la désindustrialisation, la dépense publique le poids de la fiscalité qui concernent directement le niveau municipal ont toutes les chances de passer au second plan. Le thème de ces élections sera pour ou contre le président de la République et les maires seront élus essentiellement sur cette base. Alors, bien entendu, il peut y avoir de grandes surprises par la suite. Il ne suffit pas de renier son ancien parti pour changer réellement de sensibilité. Quitter le parti socialiste et basculer en LREM par opportunisme ne change en rien la personnalité politique d’un homme, le goût pour les impôts et la dépense publique par exemple. Le risque est en effet d’élire des gestionnaires ralliés à la présidence Macron et de se retrouver avec des socialistes pratiquant une politique d’inspiration socialiste.

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

02.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

03.

Hong Kong : ces nouvelles formes de censure très efficaces pour empêcher les mouvements sociaux

04.

Miley Cyrus s’éclate avec une ex Kardashian, Claire Chazal se souvient de quand elle s’éclatait avec (un de) ses ex; Énième réconciliation pour Jamel & Melissa, 1ère grossesse pour Louane; Anouchka Delon pacifie sa famille, Brigitte Macron choie la sienne

05.

Après l’annonce de la mort d’Hamza Ben Laden, de hauts responsables d’Al-Qaida réapparaissent

06.

Classement Bloomberg des familles les plus fortunées : pourquoi les dynasties règnent plus que jamais sur le capitalisme mondial

07.

Balance ton port : les Marseillais veulent-ils couler leurs gros bateaux ?

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

Pour comprendre l’après Carlos Ghosn, l’affaire qui a terrassé l’année 2019 dans le monde des entreprises

03.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

04.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

05.

Comment se fait-il qu'un pays aussi beau que la Pologne ait un gouvernement de m... ?

06.

Affaire Jeffrey Epstein : cette épidémie de suicides dans les prisons françaises qu'il serait également bon d'interroger

01.

M. Blanquer, pourquoi cachez-vous à nos enfants que les philosophes des Lumières étaient de sombres racistes ?

02.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

03.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

04.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

05.

Réorganisation de la droite : cette impasse idéologique et politique qui consiste à s'appuyer uniquement sur les élus locaux

06.

Italie : quelles leçons pour la droite française ?

Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
De Clem
- 04/07/2019 - 20:08
Danger ...
oui, danger d'accroître un peu plus la méfiance des citoyens à l'égard de la vie politique ! Danger que les vrais problèmes passent , à nouveau, à la trappe et que l'on noie à nouveau le poisson . Les LREM sont passés maîtres dans cet art de noyer le poisson !
J'accuse
- 03/07/2019 - 08:57
Etiquette différente, même produit
Le macronisme est une institutionnalisation du retournement de veste (et de pantalon), pour accéder au pouvoir ou le garder.
Le credo de l'élu ne changera pas d'un iota: "tout pour ma gueule, et le peuple continuera à payer après avoir cru à mes promesses électorales, comme toujours oubliées le lendemain de mon élection."
clo-ette
- 03/07/2019 - 08:17
Il faut espérer
une déculottée.