En direct
Best of
Best of du samedi 9 au vendredi 15 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

03.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

04.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

05.

Nintendo Switch : l'UFC-Que choisir dénonce "l'obsolescence programmée" des manettes

06.

Capucine Anav & Alain-Fabien victimes de la santé d'Alain Delon, les hebdos people très inquiets pour celle de Catherine Deneuve. Et pour la sécurité du bébé de Nabilla (aux mains d'UN baby sitter sorti de prison); Kate & Meghan s'ignorent ouvertement

07.

Les super bactéries font encore plus de morts qu’on le croyait

01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

05.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

06.

Cette nouvelle ère politique que vient s’ouvrir avec la marche contre l’islamophobie

ça vient d'être publié
pépites > International
Dictature
Ouïghours : Xi Jinping a donné l'ordre d'être "sans pitié"
il y a 7 heures 21 min
light > Culture
Discrimination
L'actrice Mo'Nique accuse Netflix de la sous-payer car elle est une femme noire
il y a 8 heures 9 min
pépite vidéo > Culture
Pour les fans de la famille royale
The Crown : la saison 3 est disponible sur Netflix
il y a 8 heures 55 min
pépites > France
Noyau dur
Acte 53 des Gilets jaunes : 28.000 manifestants selon la police, 40.000 selon les organisateurs
il y a 10 heures 22 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
L'Inde veut aller explorer Vénus en 2023 ; Mars : les fluctuations de l’oxygène décontenancent la Nasa
il y a 10 heures 41 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Dérèglement climatique : ce que la technologie pourrait apporter pour contenir les incendies géants
il y a 14 heures 5 min
décryptage > France
Un an déjà

Acte 53 des Gilets jaunes : statu quo en attendant décembre

il y a 14 heures 44 min
décryptage > International
Moderne... mais féroce

En Arabie Saoudite, « réforme » rime avec « répression »

il y a 15 heures 7 min
décryptage > France
Agriculture

Revenus désastreux des agriculteurs : et si les banques étaient juridiquement en partie responsables ?

il y a 15 heures 8 min
décryptage > Histoire
Bonnes feuilles

Comment la momie de Ramsès II a bénéficié d'une "seconde jeunesse" grâce à une exposition organisée à Paris en 1976

il y a 15 heures 9 min
pépites > Europe
Désastre
Venise : un milliard d'euros de dégâts ; une troisième montée des eaux attendue
il y a 7 heures 44 min
pépites > Santé
Drame
Deux tiers des Français ont déjà renoncé à se faire soigner
il y a 8 heures 32 min
pépite vidéo > France
Casseurs
Acte 53 des Gilets jaunes : d'importants dégâts sur la place d'Italie à Paris
il y a 9 heures 47 min
pépites > Politique
Baisse
Popularité : Emmanuel Macron perd un point en novembre
il y a 10 heures 34 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

SOS Europe en détresse ?

il y a 13 heures 47 min
décryptage > Santé
Danger

Les super bactéries font encore plus de morts qu’on le croyait

il y a 14 heures 33 min
décryptage > Politique
Sectarisme à tous les étages

Ce discret courant souterrain qui fragilise puissamment nos démocraties

il y a 14 heures 50 min
décryptage > Economie
Un but bien défini

La politique économique de Trump, une politique parfaitement prévisible

il y a 15 heures 7 min
décryptage > International
Automne chinois

Hong Kong ou l’illustration que la Révolution de velours tchèque ne serait plus possible 30 ans après ?

il y a 15 heures 8 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

il y a 15 heures 9 min
© MICHAL CIZEK / AFP
© MICHAL CIZEK / AFP
Accords

Accord avec le Mercosur : l’autonomie alimentaire de l’Europe fragilisée

Publié le 02 juillet 2019
Avec WikiAgri
L'accord de libre-échange signé entre l'Union européenne et les pays du Mercosur (Brésil, Argentine, Uruguay et Paraguay) est significatif d'une Europe en totale perte de ses repères, prête à vendre son secteur productif agricole pour sauver des emplois dans le secteur automobile, calculatrice dans son fonctionnement interne qui n'a plus de démocratique que le nom, intéressée par le court terme sans souci des générations futures.
WikiAgri est un pôle multimédia agricole composé d’un magazine trimestriel et d’un site internet avec sa newsletter d’information. Il a pour philosophie de partager, avec les agriculteurs, les informations et les réflexions sur l’agriculture. Les...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
WikiAgri
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
WikiAgri est un pôle multimédia agricole composé d’un magazine trimestriel et d’un site internet avec sa newsletter d’information. Il a pour philosophie de partager, avec les agriculteurs, les informations et les réflexions sur l’agriculture. Les...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'accord de libre-échange signé entre l'Union européenne et les pays du Mercosur (Brésil, Argentine, Uruguay et Paraguay) est significatif d'une Europe en totale perte de ses repères, prête à vendre son secteur productif agricole pour sauver des emplois dans le secteur automobile, calculatrice dans son fonctionnement interne qui n'a plus de démocratique que le nom, intéressée par le court terme sans souci des générations futures.
Avec WikiAgri

"L'argent est un outil, l'outil est fait pour servir l'homme, et non l'inverse..." Je me souviens de cette phrase, prononcée par un illustre inconnu, à côté de qui je me trouvais en octobre dernier lors de la messe prononcée à Sainte-Anne d'Auray en hommage aux familles d'agriculteurs s'étant suicidé... Elle me semble tellement à propos aujourd'hui. Pour un profit immédiat, l'Europe, notre Europe démocratique, pour laquelle nous nous sommes déplacés plus nombreux que prévu récemment en exprimant chacun nos préférences dans les urnes, cette Europe donc, bouscule son processus de fonctionnement interne pour un profit immédiat, à courte vue.

Comment s'est opérée la signature de l'accord ?

Les décisions européennes se prennent selon un consensus entre trois entités : la Commission européenne (partie administrative), le conseil de l'Europe (le chefs d'Etat ou ministres les représentant), et le Parlement européen (les députés directement élus par leurs peuples). Cette signature de l'accord de libre-échange intervient à un moment exceptionnel, et ce n'est évidemment pas dû au hasard : celui où nous sommes entre deux sessions du Parlement européen, les sortants sont partis, les nouveaux élus pas encore installés. En d'autres termes, la Commission européenne a pu faire fi des avis de vigilance lancé par les parlementaires, les anciens comme les nouveaux d'ailleurs, pour négocier à sa guise, avec la bénédiction des chefs d'Etat (dont Emmanuel Macron qui s'est réjoui de l'accord). L'équilibre démocratique trouvé pour la gouvernance de l'Europe est ainsi bafoué par la signature de cet accord à ce moment très précis du calendrier. Cette signature est légale, pour autant elle sort du cadre de l'esprit démocratique insufflé au sein même de l'Europe.

Rien qu'à ce niveau, des questions d'ordre politique se posent : faut-il réformer en profondeur l'Europe ? Pourquoi continuer d'accorder une importance décisionnelle aussi importante à sa part administrative, en particulier si elle l'utilise pour aller à l'encontre des intérêts de ses citoyens ? La démocratie, ce sont les élus qui la font respecter...

Les gagnants à court terme, les perdants à long terme

Que contient l'accord ? D'un côté, l'Europe est gagnante sur les voitures, les pièces détachées, les équipements industriels, la chimie (au passage, ceux qui ne veulent plus de chimie dans leur assiette la retrouveront qu'ils le veuillent ou non...), l'habillement ou les produits pharmaceutiques. Au niveau agricole, le commissaire européen a annoncé de larges quotas à l'export de fromages et autres produits laitiers vers les pays du Mercosur. De l'autre, et c'est là que ça fait mal, 99 000 tonnes de viande de boeuf par an, 100 000 tonnes de volailles, tandis que le sucre, déjà importé, se voit accordé un contingent supplémentaire de 180 000 tonnes.

En d'autres termes, alors que l'élevage à viande est déjà en crise en Europe et plus particulièrement en France, on va importer des stocks de viande supplémentaires, qui vont venir concurrencer les productions internes. Ou comment l'autonomie alimentaire de l'Europe est menacée par la vente de quelques Volkswagen au Brésil ou en Argentine...

Car les voitures qui vont partir d'Europe pour le continent sud-américain seront essentiellement allemandes. Aujourd'hui encore, elles sont construites en Allemagne (c'est l'intérêt de l'accord, maintenir le tissu socio-économique industriel allemand). L'Allemagne est d'autant plus intéressée que pour la contrepartie, ses éleveurs sont certainement les plus costauds économiquement d'Europe, en grande partie grâce à la méthanisation, installée quasiment partout désormais sur son territoire : ils ont une chance de supporter la concurrence nouvelle.

Mais la France ? Où est son intérêt ? En ce qui concerne les produits laitiers et fromages, on sait où va le profit : les éleveurs laitiers français sont parmi les moins rémunérés d'Europe, alors que dans le même temps le patron de Lactalis, pour ne citer que lui, figure régulièrement dans les classements des plus grosses fortunes françaises.

Pourquoi personne ne croit une seconde aux "garanties" mises en avant par les négociateurs européens

Pour faire passer la pilule, il existe une sorte de clause de sauvegarde de l'agriculture européenne, s'il devait y avoir danger pour elle. Seulement cette clause ne comprend que l'industrie agroalimentaire, pas l'ensemble des hommes et des femmes qui la fournissent. Ainsi, les échanges de marchandises pourraient être "réglementés" si, je cite, le flux des importations était susceptible de "causer un préjudice grave à l'industrie" alimentaire. A l'industrie, et non aux éleveurs donc, la nuance n'est pas neutre : une industrie peut ne pas être dans le rouge mais perdre ses fournisseurs locaux...

Un autre volet concerne la santé et l'environnement, là aussi possibilité d'interrompre les échanges en cas de problème... Seulement WikiAgri vous a déjà prévenu : problème il y a dès à présent puisque, avant la mise en place de cet accord, les contrôles sont déjà insuffisants pour se rendre compte des alertes à donner !

Qui plus est, pour l'environnement, il s'agit uniquement de vérifier que la forêt amazonienne n'est pas empiétée davantage. Pas question d'environnement social, avec des salariés parmi les moins payés au monde. Il y aurait pourtant à dire, sur le plan humain, avant d'accepter cette concurrence...

Les problèmes sanitaires dans des pays où la traçabilité n'est pas assurée

L'article de WikiAgri date précisément du 13 avril 2018, les choses n'ont pas changé depuis : il est aujourd'hui impossible d'assurer la traçabilité de la viande brésilienne en cas de problème sanitaire avéré. Les "lots" contrôlés à la sortie des abattoirs voient des bêtes de trop de fermes différentes pour que l'on sache de laquelle vient ce problème. Et comme, nous venons de le voir, les contrôles français sont insuffisants ensuite... Ce n'est pas être alarmiste que d'affirmer que les probabilités d'avoir un problème sanitaire majeur dans nos assiettes vont se multiplier avec l'arrivée des contingents de viande sud-américaine.

Au-delà, avec cet accord, on pousse les Sud-Américains à produire plus, donc à intensifier leur agriculture (plus de rendements, plus de phytosanitaires...) : ce dont on ne veut pas chez nous, on l'impose aux autres.

En conclusion, nos éleveurs, déjà en mauvaise posture pour nombre d'entre eux, vont se trouver face à une concurrence de produits façonnés sans les mêmes normes d'exigence, moins chers grâce à une main-d'oeuvre très peu rémunérée (notamment pour la chaine d'abattage), et sans recours. De fait, ils vont, pour beaucoup, arrêter. En espérant que ça n'aille pas au-delà.

Et voilà comment on perd l'autonomie alimentaire dans un pays qui savait tout faire : on laisse passer d'abord les fruits et légumes espagnols au nom du marché commun, puis les viandes brésiliennes et argentines au nom du mondialisme, et tous les savoirs nationaux s'envolent en même temps que les productions...

Pour conclure, à voir cette vidéo trouvée sur Facebook, d'un éleveur de Mayenne désabusé, qui résume plutôt bien l'état d'esprit ambiant dans nos campagnes après la signature de cet accord :

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

03.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

04.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

05.

Nintendo Switch : l'UFC-Que choisir dénonce "l'obsolescence programmée" des manettes

06.

Capucine Anav & Alain-Fabien victimes de la santé d'Alain Delon, les hebdos people très inquiets pour celle de Catherine Deneuve. Et pour la sécurité du bébé de Nabilla (aux mains d'UN baby sitter sorti de prison); Kate & Meghan s'ignorent ouvertement

07.

Les super bactéries font encore plus de morts qu’on le croyait

01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

05.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

06.

Cette nouvelle ère politique que vient s’ouvrir avec la marche contre l’islamophobie

Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Jean-Yves Carfantan
- 18/08/2019 - 13:23
L'ignorance est la chose la plus répandue
Voilà le genre d'article qui montre que la rédaction de Atlantico fait travailler des rédacteurs qui ignorent tout de leur sujet. L'essentiel des viandes bovines brésiliennes qui rentrent déjà sur le marché de l'UE (ce sont des volumes très faibles et cela restera ainsi) est importé dans le cadre de filières organisées par les importateurs européens (distributeurs, chaines de restauration). Travaillant dans ce domaine depuis vingt ans, je puis assurer que les normes de traçabilité, les cahiers des charges sanitaires sont aussi rigoureux, voire plus, que ceux imposés aux filières européennes. Ce discours selon lequel les éleveurs européens seraient menacés est de l'ordre de l'hystérie. J'attendais de ce médias des choses plus sérieuses mais apparemment il a décidé de rejoindre ce monde où l'opinion de n'importe quel farfelu vaut la connaissance....Triste....
lal
- 02/07/2019 - 20:33
Nous sommes gouvernés par des
Nous sommes gouvernés par des incompétents qui après avoir ruiner notre industrie vont continuer avec l’agriculture.Vous ajoutez ça à l’islamisation en marche dans notre pays,et vous verrez la France de demain,hélas.