En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Professeur décapité : des élèves et des parents d'élèves ont été complices de l'assassin

02.

La taxe foncière payée par tous les propriétaires a augmenté de plus de 30% en dix ans

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

Selon des chercheurs des Pays-Bas, il y aurait une quatrième paire de glandes salivaires, dans votre tête

05.

La nage en eau froide pourrait-elle fournir une piste pour les traitements contre la démence sénile ?

06.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

07.

Contorsionnisme : à trop trianguler, Mélenchon perd (littéralement) la Baraka

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

06.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
pépites > Politique
"Les actions s'intensifieront"
Lutte contre l'islamisme : Emmanuel Macron annonce la dissolution du collectif "Cheikh Yassine" et s'engage à "intensifier" les actions
il y a 3 heures 1 min
décryptage > France
Frivolités de banlieue

Et cette pancarte vous la trouvez grotesque, inappropriée ou simplement abjecte ?

il y a 5 heures 25 min
pépites > Education
Fléau de la haine en ligne
Les collègues de Samuel Paty expriment leur "vive inquiétude face à l'impact des réseaux sociaux"
il y a 6 heures 39 min
pépites > France
Ampleur de la catastrophe
Alpes-Maritimes : les dégâts des crues ont été évalués à 210 millions d'euros par les assurances
il y a 8 heures 26 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Yoga" d'Emmanuel Carrère : une leçon de vie, la liberté a un prix

il y a 9 heures 16 min
light > Science
Anatomie
Selon des chercheurs des Pays-Bas, il y aurait une quatrième paire de glandes salivaires, dans votre tête
il y a 10 heures 14 min
light > High-tech
Espionnage
Des diplomates et des agents secrets américains critiquent l'administration Trump qui ne réagit pas aux attaques qu'ils subissent dans des postes diplomatiques à l'étranger
il y a 10 heures 59 min
pépites > Terrorisme
Enquête
Le père d'une élève du collège de Conflans-Sainte-Honorine et un militant islamiste auraient été en contact avec le jeune tchétchène qui avait annoncé sa volonté d'agir
il y a 11 heures 30 min
light > Science
Paquebot
Un projet de récupération de la radio du Titanic pour l'exposer provoque une bataille juridique
il y a 11 heures 54 min
light > Economie
Taxes
La taxe foncière payée par tous les propriétaires a augmenté de plus de 30% en dix ans
il y a 12 heures 29 min
light > Culture
Mea Culpa
Covid-19 : Nicolas Bedos reconnaît avoir écrit un texte "excessif et maladroit"
il y a 5 heures 3 min
décryptage > Justice
Justice

Abliazov, un délinquant financier dissimulé derrière le statut de réfugié politique ?

il y a 5 heures 50 min
pépites > France
Emotion
L'hommage national à Samuel Paty se déroulera dans la cour de la Sorbonne ce mercredi
il y a 7 heures 51 min
pépites > France
Seine-Saint-Denis
Emmanuel Macron en déplacement à Bobigny ce mardi pour faire le bilan de la lutte contre l'islamisme
il y a 8 heures 50 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Amérique n'existe pas" d’après "Histoires enfantines", de Peter Bichsel : la candeur du regard, le vertige du langage

il y a 9 heures 31 min
décryptage > Culture
Polémique à Hollywood

L'actrice Gal Gadot peut-elle interpréter Cléopâtre ?

il y a 10 heures 54 min
pépite vidéo > Santé
"Célébrer Noël correctement"
Coronavirus : l'Irlande et le Pays de Galles décident de reconfiner
il y a 11 heures 15 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Contorsionnisme : à trop trianguler, Mélenchon perd (littéralement) la Baraka
il y a 11 heures 47 min
décryptage > Environnement
Objectifs

Emissions de carbone : la Chine se décide enfin à faire payer ses pollueurs

il y a 12 heures 40 sec
décryptage > Santé
Bienfaits

La nage en eau froide pourrait-elle fournir une piste pour les traitements contre la démence sénile ?

il y a 12 heures 29 min
© LIONEL BONAVENTURE / AFP
© LIONEL BONAVENTURE / AFP
Requiem ou pas encore ?

Voulez-vous savoir quand la droite est entrée en agonie ? En 2010, quand Nicolas Sarkozy supprima le ministère de l'Identité nationale, qu'il avait lui-même créé !

Publié le 27 juin 2019
Depuis, la pauvre est en soins palliatifs. Et pour ce qui est de son avenir, il faut se référer au cas de Vincent Lambert.
Benoît Rayski
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Depuis, la pauvre est en soins palliatifs. Et pour ce qui est de son avenir, il faut se référer au cas de Vincent Lambert.

Sarkozy avait parfaitement compris la réalité du pays dans lequel il vivait. Il n'ignorait rien des ravages de la délinquance et de l'islamisation dans nos banlieues. Il voyait monter la haine anti-française de certains, de plus en plus nombreux. Et il prit conscience du désespoir d'une population tentée par le Front National car écœurée de constater que son identité était bafouée ou niée.

Dès son arrivée à l'Elysée, il créa un ministère de l'Identité nationale. Sachant que ces deux mots étaient sulfureux, car affublés de l'étiquette "racistes" et "xénophobes", il les enveloppa douillettement dans un papier ouaté. Et le ministère s'appela ministère de l'Intégration, de l'Immigration et de l'Identité nationale.
 
Ces précautions langagières furent balayées par une bourrasque de protestations. Des pétitions fleurirent, avec des centaines de signatures, prestigieuses pour certaines, pour dire que l'Identité nationale, c'était Vichy avec un zeste d'Hitler. Des dizaines de sociologues organisèrent des conférences pour crier leur colère contre ce ministère fasciste. Et pour couronner le tout, le conseil des droits de l'homme des nations unies (dont il est utile de rappeler que la majorité de ses membres sont arabes ou africains) décida que l'appellation "Identité nationale" était raciste.
 
Sarkozy résista un peu mais moins longtemps que la chèvre de Monsieur Seguin. Et en 2010, il capitula, supprima son sulfureux ministère. De la même façon, il renonça à sa promesse de nettoyer les banlieues au karcher. La crainte d'émeutes le fit reculer. Ainsi lui et la droite avec lui ont adopté l'idéologie compassionnelle de la gauche.
 
La droite laissa choir le drapeau tricolore. Et Marine Le Pen le ramassa. Quant à la gauche, elle l'avait abandonné depuis longtemps, lui préférant le drapeau arc-en-ciel, et le défilé de la Gay Pride à celui du 14 juillet.
 
Qu'on nous entende bien : nous ne sommes pas obsédés par les trois couleurs. Il n'y a aucune nécessité à les brandir à tout bout de champ. En temps normal, la place de ce drapeau est dans une malle où il sommeille saupoudré de naphtaline.
 
Mais nous ne sommes pas dans des temps normaux. Dans nos rues, lors de mariages bruyants, d'autres drapeaux s'agitent : ils sont algériens, marocains, tunisiens. Pourquoi dès lors ne pourrait-on pas sortir ou ressortir le drapeau tricolore ? La droite agonisante devrait y penser si elle a encore un souffle de vie, car, que l'on sache, Marine Le Pen n'a pas déposé en mairie un acte notarial attestant qu'elle est la seule et unique propriétaire du drapeau tricolore.
 
Un jour, j'étais en voiture dans la rue de Paris qui mène vers le centre de Montreuil. Une rue bardée de kebabs et de cafés arabes. Ce jour-là, il y avait un match de foot historique : l'Algérie contre l'Egypte. Les télés hurlaient. Barrant la chaussée, des jeunes avaient étendu une banderole aux couleurs algériennes. Il fallait ralentir et passer en dessous en signe de soumission. J'ai fait demi-tour pour prendre une autre rue ce qui m'a valu quelques coups de pied dans la portière. Puis j'ai appelé le commissariat de Montreuil pour leur demander de faire respecter la liberté de la circulation. On m'a répondu qu'on était au courant et on m'a demandé : "est-ce que vous voulez une émeute ?" J'ai répondu : "Une émeute, cela se mate." Nous en sommes restés là. C'était le prix à payer pour avoir la paix.  Ce prix est lourd, très très lourd…
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Commentaires (13)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
A M A
- 30/06/2019 - 11:49
La droite est mourante depuis
La droite est mourante depuis la fin de la guerre d'Algérie. Elle a survécu, tant bien que mal, grâce aux euphorisants qu'elle a su distribué à ses électeurs naturels. Le véritable homme de droite, c'est quand même "Balkany", de quoi vous dégoûter d'être de droite.
pale rider
- 28/06/2019 - 08:46
Merci Mr Rayski ,mais pour moi c'est plié depuis bien longtemps
Une nuit de 31 décembre à paris nous attendions en une longue file résignée le bus sous une pluie glaciale . Des "jeunes"TM goguenards nous tournaient autour en riant comme des hyènes faisant les poches des imprudents. Un homme s'en rendant subitement compte se met en colère et appelle les policiers en faction à 200 m . Aux dires de l'homme détroussé ils n'ont répondu que par le doute et le voyant excédé lui ont dit de se calmer sinon ils l'emmèneraient au poste. Puis ils sont partis . Nous laissant en file sous la pluie sous l'oeil des jeunes rigolards confortablement installés sous l'abri bus . Si une guerre civile se déclare , contre qui croyez vous que notre police tirera pour "rétablir l'ordre" ? Moi depuis ce funeste jour (dec 99) je le sais . Comme je sais aussi pourquoi nombreux policiers quittent la police ou se suicident.
Fazende
- 27/06/2019 - 14:50
re @assougoudrel/JG
"Plus j'avance dans cette vie militaire, plus je vois comme toi que la guerre ne résout rien et que ses conséquences sont terribles.
La grandeur de notre métier est surtout dans l'obéissance, dans l'acceptation des séparations, dans la soumission à une règle, dans l'acceptation aussi de la mort brutale et sanglante. Emue d'écrire un passage de lettre d'un Officier d'Indochine, mon Père, à son épouse, ma mère. Paix à leurs belles âmes !