En direct
Best of
Best of du 2 au 8 janvier
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

02.

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

03.

Communication politique : Jean Castex et Olivier Veran, perdus pour la France

04.

La Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) confirme l’illégalité de la publication d’enregistrements de Mme Bettencourt par Mediapart

05.

Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres

06.

Emmanuel Macron, victime d’impuissance ?

07.

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

01.

Affaire Duhamel : les inavouables secrets des bourgeois de la gauche caviar

02.

Trump banni de Twitter : « Nous, Français, ne pouvons accepter ce qui se joue en ce moment pour la liberté du monde »

03.

Trump, le plus détesté des présidents mais celui qui a fait une des politiques les plus profitables à tous les Américains

04.

Ces impensés de l’affaire Duhamel que masque son intense médiatisation

05.

Diam's bientôt de retour, Alain Chabat bientôt papy; Grand froid entre Charlène & Albert de Monaco, grand frais entre Emmanuel Macron & sa famille; Divorce imminent chez les Kardashian West; Ben Affleck se gave de doughnuts, Laura Smet prend un coach

06.

Comment basculer vos groupes de conversations WhatsApp sur Signal

01.

Ces impensés de l’affaire Duhamel que masque son intense médiatisation

02.

Trump banni de Twitter : « Nous, Français, ne pouvons accepter ce qui se joue en ce moment pour la liberté du monde »

03.

Affaire Olivier Duhamel : Alain Finkielkraut, ne sera plus chroniqueur de l’émission 24h Pujadas, diffusée sur LCI

04.

Affaire Duhamel : les inavouables secrets des bourgeois de la gauche caviar

05.

La grande épuration : mais pourquoi la Silicon Valley se comporte-t-elle comme si elle voulait donner raison aux complotistes à la QAnon ?

06.

Les complotistes et autres trumpistes ou Gilets jaunes radicalisés, enfants monstrueux de la déconstruction, de la cancel culture et des guérilleros de la justice sociale

ça vient d'être publié
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les billes précisent le moment et quand les disques détournent les heures : c’est l’actualité hivernale des montres
il y a 25 min 39 sec
pépites > Santé
Pénurie
Le maire de Neuilly-sur-Seine déplore que les quantités de vaccins annoncées ne soient pas au rendez-vous
il y a 2 heures 18 min
pépites > Santé
Coronavirus
La présence du virus dans les eaux usées de l'Ile-de-France en forte augmentation
il y a 3 heures 15 min
pépites > Santé
Bug
Après avoir été volontairement fermé hier le site Santé.fr de rendez-vous pour les vaccinations est ouvert en version simplifiée aujourd'hui
il y a 3 heures 47 min
décryptage > France
Couvre-feu à 18h

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

il y a 4 heures 23 min
décryptage > International
Guerre de l'information

A propos d’infox : la tentation de Joe Biden de suivre la politique des néoconservateurs

il y a 5 heures 4 min
décryptage > Santé
Mesures efficaces contre le virus

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

il y a 5 heures 18 min
décryptage > Economie
Impact économique de la pandémie

Records à l’export : la Chine est-elle en train de gagner une bataille... ou la guerre des puissances commerciales ?

il y a 6 heures 13 min
décryptage > France
"Je ne livre pas les Juifs"

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

il y a 6 heures 22 min
pépites > Politique
Voile
Aurore Bergé dépose un amendement interdisant le port du voile aux petites filles
il y a 6 heures 43 min
pépites > Justice
Révélations de Mediapart
Justice : enquête ouverte contre Nicolas Sarkozy pour « trafic d’influence » dans le cadre d’activités de conseil pour le groupe russe Reso-Garantia
il y a 2 heures 5 min
pépites > Politique
Jupiter
Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres
il y a 2 heures 54 min
décryptage > International
Démocratie américaine en danger

Assaut sur le Capitole : autopsie de trois jours de folies américaines

il y a 3 heures 31 min
pépite vidéo > Santé
Eviter la pénurie
Le PDG de Moderna, Stéphane Bancel, alerte sur la question de l'approvisionnement des vaccins pour l'hiver prochain
il y a 4 heures 9 min
décryptage > International
Université de Bogazici

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

il y a 4 heures 46 min
pépites > Santé
Coronavirus
Bruno Le Maire et Gabriel Attal indiquent qu'un confinement est toujours possible
il y a 5 heures 15 min
décryptage > Santé
Espoir

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

il y a 5 heures 55 min
décryptage > Environnement
instrumentalisation judiciaire

Procès contre l’inaction de l’Etat : l’affaire du siècle est aussi la pire imaginable pour... le climat lui-même

il y a 6 heures 16 min
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Face à la Covid-19, finissons-en avec l’amateurisme public ! Le diagnostic implacable de fonctionnaires de la santé

il y a 6 heures 42 min
décryptage > Politique
Stratégie du gouvernement

Communication politique : Jean Castex et Olivier Veran, perdus pour la France

il y a 6 heures 59 min
© KAZUHIRO NOGI / AFP
© KAZUHIRO NOGI / AFP
Obsolescence programmée

Le G20 sert-il encore à quelque chose ?

Publié le 27 juin 2019
Alors que le G20 s'ouvre bientôt à Osaka, le sommet, voué à défendre le multilatéralisme, semble bien impuissant à maintenir un ordre mondial stable.
Philippe Fabry
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Fabry est historien et tient le blog Historionomie, principalement dédié à l'étude des schémas historiques et leur emploi à des fins d'analyse géopolitique et de prospective. Il a publié Rome du libéralisme au socialisme, Leçon antique...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que le G20 s'ouvre bientôt à Osaka, le sommet, voué à défendre le multilatéralisme, semble bien impuissant à maintenir un ordre mondial stable.

Atlantico : Le G20, dont le but premier était de favoriser le multilatéralisme en s'ouvrant aux pays émergents peut sembler peu en phase avec l'époque actuelle, terrain de lutte d'influence et de séparations en plusieurs blocs. Le G20 est-il devenu obsolète ?

Philippe Fabry : Il faut d’abord se rappeler comment et pourquoi le G20 a été créé : ses deux grandes étapes de formation ont été des réponses à des crises économico-financières mondiales, avec le souci de préserver l’ordre économique global au temps de l’hyperpuissance américaine, après la chute de l’URSS. D’abord en 1999, avec la création du groupe-même, puis en 2008, année qui a vu pour la première fois l’ensemble des chefs d’Etats des pays membres se réunir, sur le modèle du G8. Le rassemblement dans cette instance des vingt plus grosses économies mondiales permettait d’obtenir une sorte de quorum, une masse représentant l’essentiel de la puissance économique.

A chaque fois, il s’agissait de répondre aux crises par la concertation, le dialogue et l’action coordonnée, pour éviter que ne se reproduisent les réactions ayant suivi la crise de 1929 : le repli, le protectionnisme qui avaient aggravé la contraction économique. Une démarche effectivement multilatérale, donc, qui a pris toute son importance après le séisme de 2008.

Pour autant, on doit constater aujourd’hui les limites du système : quelle est l’actualité la plus importante depuis quelques mois ? Une guerre commerciale qui fait rage précisément entre les deux plus gros acteurs de ces rencontres, la Chine et les Etats-Unis, qui s’affrontent à coups de mesures protectionnistes, exactement ce que le G20 était censé éviter. Il est difficile de voir comment le G20 peut survivre dans ces conditions.

Alors que l'ordre libéral mondial actuel a été défini sous la domination américaine et que les autres puissances semblent peu soucieuses de jouer selon les règles, cette volonté de maintenir un statu quo n'est-elle pas un simple fantasme européen ?

Les Etats-Unis, et plus encore l’Europe, ont en effet pour priorité la stabilité économique et le maintien des échanges. En Occident, et surtout dans l’Europe vieillissante et hédoniste des Etats-providence, le maintien et l’accroissement du niveau de richesse est devenu le seul projet de civilisation, et le G20 répond d’une certaine manière à ce souci.

Le problème, c’est que tous les pays ne pensent pas comme cela. La Chine, l’Inde ou même la Russie ou la Turquie, ont d’autres préoccupations, qu’ils sont capables de placer devant la stabilité économique : devenir ou redevenir une grande puissance, avoir des vassaux, dominer pour être plus souverain que les Etats lambda sont des préoccupations supérieures de ces pays, qui voient souvent l’enrichissement, le dynamisme économique comme un instrument de puissance ordonné à cette fin supérieure, et pas une fin en elle-même, comme dans nos contrées européennes ou chez nous en France, où le projet de civilisation est de sauvegarder un système de retraites.

Les Etats-Unis, contrairement à l’Europe, ont encore un projet de civilisation : celui d’un monde bien ordonné sous leur hégémonie, acquise après trois guerres mondiales et qu’ils entendent maintenir. C’est d’ailleurs pour cela qu’ils sont prêts à encaisser quelques coups économiques pour mater les velléités chinoises de s’imposer comme rival, alors que l’Europe reste pusillanime face à la Chine.

Emmanuel Macron, en rencontrant Shinzo Abe, a cherché l'appui japonais dans ce contexte de rejet des instances internationales. Dans une logique de "blocs" acceptant un recul du multilatéralisme, la position défendue par la France et l'Union Européenne pourrait-elle séduire les pays peu désireux de s'aligner sur les positions américaines ou chinoises ?

Je pense qu’il faut être assez clair sur cette question : il n’y a pas aujourd’hui de troisième acteur à la hauteur des Etats-Unis ou de la Chine pour prétendre à la domination globale. Dans ce contexte, et alors que ces deux pays se dirigent progressivement vers une confrontation de plus en plus forte, choisir de ne pas prendre parti c’est attendre de voir qui sera le maître de demain. Ce qui est parfaitement cohérent avec le fait de n’avoir pas de vision stratégique supérieure, dont je parlais précédemment.

Il est fort possible que se coagule autour de l’Europe, de son attachement à l’ordre multilatéral et de son refus de la confrontation, un front rassemblant des pays refusant de prendre parti. Mais il semble évident que plus la confrontation prendra de l’ampleur, plus ils seront nombreux à choisir un camp.

La position européenne pourrait être défendable si celle-ci avait une véritable volonté de puissance, celle d’être un troisième pôle entre Chine et Etats-Unis, mais ce genre d’ambition ne fonctionne véritablement que dans un cadre national. L’Europe n’étant toujours pas une nation, et état incapable de le devenir avant au moins quelques décennies, il n’y a aucune chance que cela aboutisse.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
hoche38
- 28/06/2019 - 10:30
Un échec de plus!
Décidément, il faudra encore ajouter à tous les autres échecs économiques et sociaux de l'Union de Bruxelles, l'incapacité depuis trente ans à exister au plan international.
tatouzou
- 27/06/2019 - 13:34
Bravo
Excellente analyse.
Gpo
- 27/06/2019 - 09:38
La réponse est dans la question
couteux et inutile