En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

02.

Les premiers indices d'un baby krach sont-ils là ?

03.

Donald Trump a déclaré hier qu'il partirait de la Maison Blanche après l'intronisation de son rival mais il aura du mal car il y a eu une "fraude massive"

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Popularité : Emmanuel Macron et quasiment tout le gouvernement en hausse

06.

Black Friday et soldes en ligne : voilà pourquoi des Bots rafleront vraisemblablement les meilleures affaires sans vous laisser le temps de réagir

07.

Ultra Covid Solitude : à la cuisine ou pas, papi et mamie semblent mieux résister à la dépression que les jeunes générations

01.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

02.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

03.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

ça vient d'être publié
pépites > Justice
Justice
Nice : un homme écope de 18 mois de prison ferme pour avoir menacé de mort un professeur
il y a 25 min 42 sec
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"La voyageuse de nuit" : une enquête magistrale où se côtoient révolte et tendresse

il y a 2 heures 39 min
pépites > France
Juste une mise au point
Violences : le préfet de police de Paris Didier Lallement rappelle à l'ordre les policiers
il y a 3 heures 16 min
pépite vidéo > Sport
Rugby
Avant d'affronter l'Argentine, les All Blacks rendent hommage à Maradona
il y a 4 heures 29 min
pépite vidéo > Politique
Déplorable
Manon Aubry (LFI) choque en déclarant que l'insulte "sale macaroni" n'est pas raciste envers les immigrés italiens
il y a 5 heures 44 min
décryptage > International
Chasse ouverte

Iran : assassinat d’un haut scientifique iranien spécialiste du nucléaire

il y a 6 heures 22 min
décryptage > Environnement
Bas-carbone

Énergie nucléaire : l’Union européenne au risque de l’incohérence ?

il y a 6 heures 37 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

Le Covid-19 est-il un laboratoire d’expérimentation pour accélérer la transformation des métiers ?

il y a 6 heures 40 min
décryptage > Société
Pas de bébés confinement

Les premiers indices d'un baby krach sont-ils là ?

il y a 6 heures 40 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)
il y a 6 heures 40 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Histoires du Vendée Globe 2" : L’Everest de la voile vu de l’intérieur !

il y a 2 heures 36 min
light > Insolite
Ah
Lille : la Grande roue sera installée, mais restera fermée au public
il y a 2 heures 48 min
pépites > Politique
Le confinement leur réussit
Popularité : Emmanuel Macron et quasiment tout le gouvernement en hausse
il y a 3 heures 48 min
pépites > France
Libérés, délivrés
Déconfinement : retrouvez la nouvelle attestation et le résumé des changements du jour
il y a 4 heures 54 min
décryptage > Santé
Ils en ont vu d'autres

Ultra Covid Solitude : à la cuisine ou pas, papi et mamie semblent mieux résister à la dépression que les jeunes générations

il y a 6 heures 15 min
décryptage > Société
Visitez avec nous le XVIIIème arrondissement de Paris

A cause de l’insécurité la bibliothèque de la Goutte d’Or a fermé ses portes. Tiens, il y avait une bibliothèque à la Goutte d’Or ?

il y a 6 heures 37 min
décryptage > Culture
Bonnes feuilles

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

il y a 6 heures 40 min
décryptage > High-tech
Bonnes feuilles

Monde de demain : la vague de l'intelligence artificielle en action

il y a 6 heures 40 min
décryptage > Atlantico business
Mauvais arguments

La 5G se déploie mais beaucoup d’édiles locaux la refusent au prix de l’isolement qu’ils reprocheront ensuite à l’Etat

il y a 6 heures 40 min
décryptage > Nouveau monde
Concurrence déloyale

Black Friday et soldes en ligne : voilà pourquoi des Bots rafleront vraisemblablement les meilleures affaires sans vous laisser le temps de réagir

il y a 6 heures 40 min
© KAZUHIRO NOGI / AFP
© KAZUHIRO NOGI / AFP
Obsolescence programmée

Le G20 sert-il encore à quelque chose ?

Publié le 27 juin 2019
Alors que le G20 s'ouvre bientôt à Osaka, le sommet, voué à défendre le multilatéralisme, semble bien impuissant à maintenir un ordre mondial stable.
Philippe Fabry
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Fabry est historien et tient le blog Historionomie, principalement dédié à l'étude des schémas historiques et leur emploi à des fins d'analyse géopolitique et de prospective. Il a publié Rome du libéralisme au socialisme, Leçon antique...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que le G20 s'ouvre bientôt à Osaka, le sommet, voué à défendre le multilatéralisme, semble bien impuissant à maintenir un ordre mondial stable.

Atlantico : Le G20, dont le but premier était de favoriser le multilatéralisme en s'ouvrant aux pays émergents peut sembler peu en phase avec l'époque actuelle, terrain de lutte d'influence et de séparations en plusieurs blocs. Le G20 est-il devenu obsolète ?

Philippe Fabry : Il faut d’abord se rappeler comment et pourquoi le G20 a été créé : ses deux grandes étapes de formation ont été des réponses à des crises économico-financières mondiales, avec le souci de préserver l’ordre économique global au temps de l’hyperpuissance américaine, après la chute de l’URSS. D’abord en 1999, avec la création du groupe-même, puis en 2008, année qui a vu pour la première fois l’ensemble des chefs d’Etats des pays membres se réunir, sur le modèle du G8. Le rassemblement dans cette instance des vingt plus grosses économies mondiales permettait d’obtenir une sorte de quorum, une masse représentant l’essentiel de la puissance économique.

A chaque fois, il s’agissait de répondre aux crises par la concertation, le dialogue et l’action coordonnée, pour éviter que ne se reproduisent les réactions ayant suivi la crise de 1929 : le repli, le protectionnisme qui avaient aggravé la contraction économique. Une démarche effectivement multilatérale, donc, qui a pris toute son importance après le séisme de 2008.

Pour autant, on doit constater aujourd’hui les limites du système : quelle est l’actualité la plus importante depuis quelques mois ? Une guerre commerciale qui fait rage précisément entre les deux plus gros acteurs de ces rencontres, la Chine et les Etats-Unis, qui s’affrontent à coups de mesures protectionnistes, exactement ce que le G20 était censé éviter. Il est difficile de voir comment le G20 peut survivre dans ces conditions.

Alors que l'ordre libéral mondial actuel a été défini sous la domination américaine et que les autres puissances semblent peu soucieuses de jouer selon les règles, cette volonté de maintenir un statu quo n'est-elle pas un simple fantasme européen ?

Les Etats-Unis, et plus encore l’Europe, ont en effet pour priorité la stabilité économique et le maintien des échanges. En Occident, et surtout dans l’Europe vieillissante et hédoniste des Etats-providence, le maintien et l’accroissement du niveau de richesse est devenu le seul projet de civilisation, et le G20 répond d’une certaine manière à ce souci.

Le problème, c’est que tous les pays ne pensent pas comme cela. La Chine, l’Inde ou même la Russie ou la Turquie, ont d’autres préoccupations, qu’ils sont capables de placer devant la stabilité économique : devenir ou redevenir une grande puissance, avoir des vassaux, dominer pour être plus souverain que les Etats lambda sont des préoccupations supérieures de ces pays, qui voient souvent l’enrichissement, le dynamisme économique comme un instrument de puissance ordonné à cette fin supérieure, et pas une fin en elle-même, comme dans nos contrées européennes ou chez nous en France, où le projet de civilisation est de sauvegarder un système de retraites.

Les Etats-Unis, contrairement à l’Europe, ont encore un projet de civilisation : celui d’un monde bien ordonné sous leur hégémonie, acquise après trois guerres mondiales et qu’ils entendent maintenir. C’est d’ailleurs pour cela qu’ils sont prêts à encaisser quelques coups économiques pour mater les velléités chinoises de s’imposer comme rival, alors que l’Europe reste pusillanime face à la Chine.

Emmanuel Macron, en rencontrant Shinzo Abe, a cherché l'appui japonais dans ce contexte de rejet des instances internationales. Dans une logique de "blocs" acceptant un recul du multilatéralisme, la position défendue par la France et l'Union Européenne pourrait-elle séduire les pays peu désireux de s'aligner sur les positions américaines ou chinoises ?

Je pense qu’il faut être assez clair sur cette question : il n’y a pas aujourd’hui de troisième acteur à la hauteur des Etats-Unis ou de la Chine pour prétendre à la domination globale. Dans ce contexte, et alors que ces deux pays se dirigent progressivement vers une confrontation de plus en plus forte, choisir de ne pas prendre parti c’est attendre de voir qui sera le maître de demain. Ce qui est parfaitement cohérent avec le fait de n’avoir pas de vision stratégique supérieure, dont je parlais précédemment.

Il est fort possible que se coagule autour de l’Europe, de son attachement à l’ordre multilatéral et de son refus de la confrontation, un front rassemblant des pays refusant de prendre parti. Mais il semble évident que plus la confrontation prendra de l’ampleur, plus ils seront nombreux à choisir un camp.

La position européenne pourrait être défendable si celle-ci avait une véritable volonté de puissance, celle d’être un troisième pôle entre Chine et Etats-Unis, mais ce genre d’ambition ne fonctionne véritablement que dans un cadre national. L’Europe n’étant toujours pas une nation, et état incapable de le devenir avant au moins quelques décennies, il n’y a aucune chance que cela aboutisse.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
hoche38
- 28/06/2019 - 10:30
Un échec de plus!
Décidément, il faudra encore ajouter à tous les autres échecs économiques et sociaux de l'Union de Bruxelles, l'incapacité depuis trente ans à exister au plan international.
tatouzou
- 27/06/2019 - 13:34
Bravo
Excellente analyse.
Gpo
- 27/06/2019 - 09:38
La réponse est dans la question
couteux et inutile