En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Vers un reconfinement national : en quoi sera-t-il différent du précédent ?

03.

Et l'attaché parlementaire d'Aurélien Taché dénonça les "exhibisionistes"...

04.

Ramzan Kadyrov estime qu'Emmanuel Macron pousse les musulmans "vers le terrorisme"

05.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

06.

Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter

07.

Face aux rumeurs de reconfinement, les ventes de certains produits alimentaires ont déjà augmenté depuis quelques jours confirme Michel-Edouard Leclerc

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

06.

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

04.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

05.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Impossible" de Erri de Luca : huis-clos entre un accusé et son juge. Un roman puissant lu par deux comédiens talentueux

il y a 44 min 36 sec
pépites > France
Séparatisme
Gérald Darmanin annonce la dissolution de l'association BarakaCity
il y a 2 heures 7 min
décryptage > Politique
Menace contre notre modèle de vie

Islamisme : la France face au défi du siècle

il y a 3 heures 14 min
décryptage > Economie
Adaptation face à la pandémie

Economie Covid-19 : et le pays qui bénéficie le plus du télétravail est…

il y a 3 heures 40 min
pépite vidéo > Politique
"La vie doit continuer"
Renaud Muselier plaide pour un confinement aménagé et différent de la période de mars dernier
il y a 4 heures 20 min
décryptage > France
Combat contre le séparatisme

Islamisation de la France : déni, lâcheté ou compromission ?

il y a 4 heures 51 min
décryptage > France
Tout change

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

il y a 5 heures 28 min
pépites > Politique
Coronavirus
L'exécutif pris entre deux feux : médecins d'un côté, chefs d'entreprises de l'autre
il y a 5 heures 43 min
décryptage > Santé
Lutte contre la pandémie

Covid-19 hors de contrôle : les nouveaux tests feront-ils (enfin) la différence ?

il y a 6 heures 43 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Mais quand va-t-on s’apercevoir que le débat entre la santé et l’économie est un faux débat ?

il y a 7 heures 16 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"ADN" : Maïwenn en quête de ses racines algériennes dans une autofiction comique et volcanique...

il y a 1 heure 5 min
pépites > Consommation
Angoisse
Face aux rumeurs de reconfinement, les ventes de certains produits alimentaires ont déjà augmenté depuis quelques jours confirme Michel-Edouard Leclerc
il y a 3 heures 3 min
décryptage > International
Or noir

Israéliens et Arabes, unis même dans le pétrole

il y a 3 heures 28 min
light > Science
Gratte-ciel
Un récif plus haut que l'Empire State Building dans la Grande Barrière de corail en Australie
il y a 4 heures 2 sec
pépites > Media
Contrarié
Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter
il y a 4 heures 30 min
décryptage > France
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine

Liberté, j’écris ton nom

il y a 5 heures 8 min
décryptage > Santé
Lieux ciblés

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

il y a 5 heures 37 min
décryptage > International
Résistance face à la pandémie

Samfundssind : les Danois ont choisi leur mot de l’année 2020 et il est la clé de leur résilience face au Coronavirus

il y a 5 heures 45 min
décryptage > Politique
Chasse aux sorcières

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

il y a 6 heures 54 min
pépites > Politique
Coronavirus
Vers un reconfinement national : en quoi sera-t-il différent du précédent ?
il y a 7 heures 41 min
© LUCAS BARIOULET / AFP
© LUCAS BARIOULET / AFP
Politique

La commission d’investiture de LREM saura-t-elle relever le redoutable défi du renouvellement démocratique ? En l’état, pas sûr...

Publié le 26 juin 2019
La CNI va-t-elle devenir la COCOE de LREM ? Telle est la question que les macronistes feraient bien de se poser.
Alexandre Malafaye
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alexandre Malafaye a d’abord été chef d’entreprise avant de devenir cadre dirigeant au sein de grands groupes. En 2008, il décide de se lancer dans l’écriture, mettant ainsi à profit ses connaissances historiques et géopolitiques.
Il a publié plusieurs...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La CNI va-t-elle devenir la COCOE de LREM ? Telle est la question que les macronistes feraient bien de se poser.

Chacun se souvient de cette instance àl’acronymegrotesque (Commission d'organisation et de contrôle des opérations électorales) dont les travaux ont occupél’espace médiatique, au temps de la controverse Fillon/Coppé : pendant des jours, pour la plusgrande joie des réseaux sociaux, le parti gaulliste s’était ridiculisé.

Alors certes, comparaison n’est pas raison. Mais nous sommes pourtant fondés à nous demander si le fiasco procédural qui avait semé la zizanie au sein de l’UMP ne guette pas la République en Marche. En effet, pour désigner ses candidats aux municipales, le parti présidentiel amis en place une commission nationale d’investiture (la CNI, donc) dont la ressemblance avec la feue COCOE saute aux yeux (sauf peut-être à ceux des marcheurs les plus galvanisés).

La plupart des membresde la CNI sont inconnus du grand public. Ils pourraient ainsi traverser Paris à pied sans que personne ne les reconnaisse. Et cependant, ce sont eux qui vont, par exemple, décider du candidat de LREM pour Paris, un choix qui intéresse les Parisiens, mais aussi les Franciliens et enfin tous les Français. Car Paris est leur capitale.

Aux inconnus de cette instance s’ajoutent d’autres membres de LREM bien placésdans l’appareil du parti.

En soi, une telle constitution n’aurait choqué personne voilà vingt ans. Personne n’était dupe et tout le monde acceptait le fait du prince, les boites noires et l’illusion de démocratie interne. Est-ce encore le cas aujourd’hui ? Il ne serait pas déraisonnable d’en douter, d’autant que le process mis en place par la CNI ne peut qu’engendrer de la suspicion.

La COCOE était chargée d’interpréter les résultats d’un scrutin contesté par les compétiteurs.

La CNI ne s’embarrasse pas d’élections internes : elle les remplace, et est censée désigner depuis Paris les têtes de liste aux municipales – un scrutin pourtant local par excellence – dans plus de 1500 villes de plus de 9000 habitants.

Nous percevons aisément les occasions de contester des décisions venues d’en haut, qui pourraient être vécues comme des diktats.

Et ça n’a pas manqué : à Paris, cinq candidats ont récemment pris la parole, dans une tribune commune, pour en appeler à une « consultation citoyenne ». La démarche des pétitionnaires n’est sans doute pas dénuée d’arrière-pensées : ils entendent conjurer la désignation annoncée de Benjamin Griveaux dont il se murmure que ses amis seraient nombreux au sein de la CNI. Mais qui pourrait leur donner entièrement tort ? Car si la geste macroniste trouve son origine dans le refus des primaires, elle est aussi nourrie de la promesse de nouvelles manières de faire de la politique. Et aujourd’hui, il ne faut pas s’y tromper : la méthode (ou la façon de procéder) est devenue aussi importante que projet. Aussi bien pour réussir que pour recréer de la confiance vis-à-vis des citoyens.

Par ailleurs, il convient de noter qu’aucun des candidats déclarés n’a de légitimité naturelle, ni même d’expérience pour exercer un tel mandat : aucun n’est élu de Paris. Aucun n’a été maire. Cette lacune mérite attention. Elle devrait obliger la CNI à proposer un système de désignation qui fabrique de l’adhésion et installe le vainqueur dans une dynamique de succès, qui permette de valider ses compétences, qui donne envie aux Parisiens et qui, par ricochet, aide à tenir la promesse du renouveau démocratique. Pour mémoire, il s’agit du 5ème pilier du programme du candidat Emmanuel Macron. « Faire de la politique autrement », ce n’est donc pas de « la poudre de perlimpinpin ». Ce n’est pas non plus imposer des candidats au terme d’un processus opaque qui rappelle davantage le « centralisme démocratique » si cher au PCF post-stalinien et nous éloigne encore un peu plus de la promesse d’une démocratie plus participative.

Mais il n’est jamais trop tard pour bien faire et il existe des solutions originales et simples à mettre en œuvre, que l’actuel gouvernement expérimente d’ailleurs : un jury de citoyens tirés au sort est en cours d’installation au CESE (Conseil économique, social et environnemental) pour travailler pendant six mois le sujet de la transition énergétique.

Fort de cette jurisprudence, la CNI pourrait constituer un jury de marcheurs parisiens, dix par arrondissements. Réunis sur une journée, ils auraient pour mission de choisir le candidat de LREM. Le matin, les 200 marcheurs entendraient les candidats déclarés et débattraient avec eux. Un premier vote interviendrait à midi. Les deux prétendants les mieux placés se retrouveraient l’après-midi pour un nouveau débat avec le jury, et un deuxième vote viendrait les départager à l’issue.

A l’évidence, une telle procédure rassurerait les adversaires de Benjamin Griveaux, les observateurs, les réseaux sociaux et les électeurs. Elle aurait le mérite de la novation et serait mise au crédit de la CNI et de LREM (qui pourrait la déployer ailleurs qu’à Paris). Enfin, elle donnerait au vainqueur une vraie légitimité pour affronter la maire sortante (rien n’est gagné), et conduirait les vaincus à accepter le verdict du jury, sans qu’il ne puisse y avoir de contestation ni de naufrage façon COCOE. Au contraire, tout compétiteur qui se respecte accepte d’être battu par meilleur que lui. Sauf si le vainqueur à triché. Et qu’il le veuille ou non, Benjamin Griveaux, s’il est le candidat de la CNI, risque bien de se voir coller une telle étiquette sur le dos. Et il n’est pas certain que cela lui rapporte des voix le jour su scrutin venu.

Bienvenue dans le nouveau monde !

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires