En direct
Best of
Best of du 6 au 12 juillet
En direct
© PHILIPPE LOPEZ / AFP
Fait-divers

Quand la SNCF se laisse déborder par ses contrôleurs

Publié le 26 juin 2019
Lucien Converset, un ancien curé de 82 ans, s'est vu assigner une amende de 100€ par un contrôleur SNCF car il n'était pas parvenu à réserver son billet en raison d'un guichet fermé en gare de Dole (Jura). Annulée par la SNCF mardi soir, cette amende démontre néanmoins les failles et les points de progression du groupe.
Christian Broucaret est Président de la Fédération Nationale des Associations d’Usagers des Transports - Nouvelle Aquitaine
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christian Broucaret
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christian Broucaret est Président de la Fédération Nationale des Associations d’Usagers des Transports - Nouvelle Aquitaine
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lucien Converset, un ancien curé de 82 ans, s'est vu assigner une amende de 100€ par un contrôleur SNCF car il n'était pas parvenu à réserver son billet en raison d'un guichet fermé en gare de Dole (Jura). Annulée par la SNCF mardi soir, cette amende démontre néanmoins les failles et les points de progression du groupe.

Atlantico : Sans faire le procès de la SNCF, y a-t-il un durcissement des conditions et un manque de tolérance de la part des contrôleurs, en particulier sur les lignes régionales (TER etc.) ?

Christian Broucaret : Cela est parfois le cas. C'est néanmoins une question de management : si la SNCF donne les consignes à ses contrôleurs d'être durs, les contrôleurs le seront. La SNCF est une entreprise comme une autre. Il faut cependant qu'il y ait une certaine tolérance. La FNAUT ne défend pas les fraudeurs mais cette personne n'est pas dans ce cas-là, et huit fois et demi sur dix, les personnes sont de bonne foi et ne cherchent pas à frauder. C'est aussi le problème de la difficulté d'acheter des billets. Tout le monde n'a pas un smartphone et ne sait pas s'en servir. Dans un endroit où il n'y a pas de distributeurs, tout le monde ne peut donc pas réserver son billet.

Quelles sont les consignes données par la SNCF à ses contrôleurs de manière générale devant ce type de cas ? Permettent-elles aux contrôleurs de gérer au cas par cas des situations ?

Cela devrait être le cas. Mais ce qu'il ne faut pas oublier, c'est que la SNCF est un prestataire de services pour les régions. C'est aux régions de donner des consignes de modération à la SNCF pour que les contrôleurs sachent agir en conséquence.

Pourquoi le cas de Lucien Converset a-t-il été à ce point médiatisé ? Les cas comme celui-là sont-ils fréquents ?

La FNAUT, comme la SNCF, a été au courant de cette affaire par la presse. Si ce cas a été très médiatisé, c'est parce qu'il était assez exceptionnel : 100 euros pour 18 kilomètres, c'est assez fort de café. La SNCF a essayé d'impulser une politique il y a trois-quatre mois, et la FNAUT a systémiquement mis le holà dans les régions pour qu'il y ait de la modération. Il ne faut pas oublier que les usagers ne paient que 30% de leurs billets : le reste est payé par les régions.

Quels sont encore les problèmes de la réservation de billets, en termes de rapidité, facilité etc. ? Quels progrès ont été faits en ce sens (réservation par Messenger) et restent à faire ?

Dans certaines régions, il n'y a parfois aucun distributeur qui fonctionne. Si tout le monde n'a pas un smartphone ou ne sait pas s'en servir, il est difficile de réserver. La solution sera peut-être que les billets soient vendus par les buralistes ou l'épicerie du village. Ce n'est pas du domaine de l'impossible parce qu'il y a maintenant des billets que l'on peut acheter sur internet, l'épicier et le boulanger pourra être un tiers de confiance comme ils le sont aujourd'hui pour fournir de la monnaie liquide à partir d'une carte bleue.

Parmi les solutions : plutôt que de passer par un système assez compliqué sur informatique, il faudrait que l'on puisse acheter son billet à l'aide d'un seul SMS et que quand le contrôleur passe on ait le retour du SMS avec un tag que le contrôleur scanne. La technique permet beaucoup de choses, il faut juste avoir la volonté de les mettre en place. La SNCF a tendance à faire compliqué quand elle peut faire simple.

Il faut rappeler aux usagers de ne pas hésiter à se tourner vers la FNAUT lorsqu'il y a des litiges comme ceux-là, puisque nous les traitons localement.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Auriez vous le brevet des collèges ou... signé une pétition car les épreuves étaient trop difficiles ?

02.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

03.

BCE : pourquoi l’équipe de Christine Lagarde pourrait cruellement manquer d’économistes

04.

Céline Dion envoie DEUX stylistes à l’hosto; Nabilla veut de grandes études pour son bébé; Elizabeth II recueille une milliardaire en fuite; Laeticia Hallyday humiliée à Saint-Tropez; Cyril Hanouna achète à Miami, François H. & Julie Gayet à Montsouris

05.

L’humanité a-t-elle atteint son pic d’intelligence ?

06.

20 après le Kosovo, l’Occident et l’UE devraient-ils éprouver une pointe de regret vis-à-vis de la Serbie ?

07.

Alerte à la pollution des pneus et des freins des voitures

01.

Céline Dion envoie DEUX stylistes à l’hosto; Nabilla veut de grandes études pour son bébé; Elizabeth II recueille une milliardaire en fuite; Laeticia Hallyday humiliée à Saint-Tropez; Cyril Hanouna achète à Miami, François H. & Julie Gayet à Montsouris

02.

Immigration : quand la vérité des chiffres émerge peu à peu

03.

Ces cinq erreurs de politiques publiques qui coûtent incomparablement plus cher à la France que quelques dîners au luxe malvenu

04.

Quand Jeff Bezos affirme à ses employés qu’"Amazon fera faillite, car Amazon n’est pas immortelle"

05.

Ces 6 questions que soulèvent les révélations sur François de Rugy et qui en disent long sur le niveau de dysfonctionnement politique et économique de notre pays

06.

Safari des gérants du Super U : pourquoi leur cas est bien plus défendable qu’il n’y paraît d’un point de vue environnemental

01.

Immigration : quand la vérité des chiffres émerge peu à peu

02.

Ces cinq erreurs de politiques publiques qui coûtent incomparablement plus cher à la France que quelques dîners au luxe malvenu

03.

Chasse aux comportements indécents : ce que la France a à gagner … et à perdre dans sa quête grandissante de vertu

04.

Cet autre mal Français qui se cache derrière le recul de la liberté d’expression en France

05.

Et toute honte bue, François de Rugy limogea sa chef de cabinet…

06.

L’humanité a-t-elle atteint son pic d’intelligence ?

Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
cloberval
- 27/06/2019 - 11:56
Le contrôleur est une brute et ce curé n'est pas un fraudeur
Le contrôleur devrait savoir que parfois les lignes locales comportent des arrêts sans gare parfois facultatifs (et une gare fermée revient à cela) ou le passager fait arrêter le train pour descendre ou monter et dans ce dernier cas va se faire délivrer un billet par le contrôleur dont la dernière idée à avoir serait de lui coller une amende .
Loupdessteppes
- 26/06/2019 - 13:32
Par contre ils font moins les fiers à bras dans les TER nocturne
Ils sont souvent planqués dans le wagon de tête et n'en bougent pas ! Quand ils ne se réfugient pas dans la cabine du conducteur...
Poussard Gérard
- 26/06/2019 - 10:13
Fin de règne..pour Pepy pour les
cheminots du secteur public et aberrations...diverses...Les citoyens préferent une industrie florissante qui donne des emplois à des entreprises subventionnées, endettées et qui privilégient de façon éhontée ses agents...Que la Sncf disparaisse pour laisser la place à la vraie concurrence comme pour les opérateurs téléphoniques, et personne ne s'en plaindra...