En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

06.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

07.

Islamisme : Yannick Jadot demande la fin de "toutes les complaisances" dans les mairies et au gouvernement

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

03.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

03.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Grand nettoyage
Islamisme : Yannick Jadot demande la fin de "toutes les complaisances" dans les mairies et au gouvernement
il y a 4 heures 41 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Une galaxie naine est entrée en collision frontale avec la Voie lactée ; Osiris-Rex : la Nasa inquiète de perdre son précieux chargement prélevé sur l’astéroïde Bennu
il y a 7 heures 12 min
pépites > International
Tensions
Macron a rappelé à Paris l'ambassadeur de France en Turquie après l'insulte d'Erdogan
il y a 9 heures 14 min
décryptage > Economie
Les lignes bougent

Etats-Unis, Chine, Europe : quelle remondialisation ?

il y a 10 heures 50 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Hélène Cixous ou l’empire des nuances

il y a 10 heures 59 min
décryptage > Education
Signes de faiblesses et de lucidité

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

il y a 11 heures 20 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Intégration et inégalités : comment la pensée décoloniale s’est propagée au sein des banlieues

il y a 11 heures 37 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Survivre : la quête de l’espèce humaine face aux multiples menaces

il y a 11 heures 40 min
décryptage > Politique
LFI (La France Islamiste)

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

il y a 11 heures 41 min
décryptage > Société
Dangers du siècle

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

il y a 11 heures 45 min
pépites > Société
Les affaires ont repris
Paris : la délinquance a explosé depuis le déconfinement
il y a 5 heures 8 min
pépites > Politique
Menace qui pèse sur la France
Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"
il y a 8 heures 59 min
décryptage > Politique
Non-débat

Pourquoi l’usage abusif de la honte comme argument politique est en train d’asphyxier notre démocratie

il y a 10 heures 34 min
décryptage > International
Coup diplomatique

Du blé contre la reconnaissance d’Israël par le Soudan

il y a 10 heures 54 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Climatisation à moindre impact : de nouvelles peintures pour bâtiments pourraient permettre de rafraîchir les immeubles
il y a 11 heures 6 min
décryptage > Histoire
Latrines

Des archéologues fouillent les restes de toilettes médiévales afin de mieux comprendre l'impact de notre régime alimentaire sur notre santé

il y a 11 heures 26 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Les surdoués demandent-ils l’impossible en amour ?

il y a 11 heures 39 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’absence de débouché politique face à la colère du peuple

il y a 11 heures 41 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Emmanuel Macron : de la réforme à la transformation

il y a 11 heures 41 min
décryptage > Société
Etat profond

QAnon contre Antifas : pour de plus en plus de gens, la vérité est ailleurs. Et le problème est qu’ils ont partiellement raison…

il y a 11 heures 45 min
© PATRICK KOVARIK / AFP
© PATRICK KOVARIK / AFP
Bonnes feuilles

Jacques Chirac, l’homme qui ne comprenait plus les jeunes mais qui est devenu une de leurs références

Publié le 23 juin 2019
Simon Laplace publie "Jacques Chirac, une histoire française" (Editions Nouvelles Sources – Geste éditions), une biographie de l'homme politique français, depuis ses études jusqu'à sa retraite. Son parcours politique est mis en lumière avec son lot d'échecs, de succès, de trahisons et de scandales. Extrait 2/2.
Simon Laplace
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Simon Laplace est né en 1987 à Niort, ville où il va grandir et cultiver son intérêt pour le patrimoine. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Simon Laplace publie "Jacques Chirac, une histoire française" (Editions Nouvelles Sources – Geste éditions), une biographie de l'homme politique français, depuis ses études jusqu'à sa retraite. Son parcours politique est mis en lumière avec son lot d'échecs, de succès, de trahisons et de scandales. Extrait 2/2.

Alors que son histoire devient celle, universelle, de tout homme au soir de sa vie, Jacques Chirac fait l’objet d’un net regain de popularité. Au-delà de l’aspect simplement politique de son destin, sa personne même devient une icône hipster, barrant les t-shirts de la jeune génération. Un Tumblr, Fuck Yeah Jacques Chirac, lui est consacré à partir de 2011, alternant photos représentatives d’une esthétique 70’s-80’s soignée et interventions décalées. Jacques Chirac se fait malgré lui, avec son allure féline et décontractée, ses cheveux gominés et ses lunettes d’écailles, une incarnation du « swag ». On peut du reste noter que cette tendance se nourrit autant de la sympathie et de la stature bienveillante dégagées par le personnage que d’une indéniable nostalgie française pour une époque de liberté. Dernier avatar de la popularité de Jacques Chirac, un sondage paru en octobre 2018, pour les soixante ans de la Ve République, en faisait le deuxième président le plus apprécié de l’histoire du régime, derrière le général de Gaulle.

Comment expliquer la popularité retrouvée de celui qui fut un président en exercice si décrié ? D’aucuns avancent, à raison, la personnalité chaleureuse de Jacques Chirac et sa profonde proximité avec celle des Français – un mélange d’élégance et de gauloiserie, d’humanisme et de chauvinisme, d’ardeur et de réflexion, de filouterie et de générosité, alternant entre l’étoffe d’un héros et celle d’un loser magnifique. Par son parcours de Rastignac à mi-chemin entre Paris et la province, comme par ses valeurs, empruntant à la gauche comme à la droite, Chirac fait singulièrement écho à la formule employée jadis par Jean d’Ormesson pour qualifier Georges Pompidou : « le plus exceptionnel de tous les Français moyens ». 

Sans doute Chirac avait-il entendu en juin 1969 les mots du même Pompidou, son modèle en politique, celui auprès duquel il aura appris l’exercice du pouvoir : « Que mon nom soit mentionné [dans les manuels d’histoire] ou ne le soit pas n’est pas très important. Ce qui compte, c’est que mon mandat soit pour la France une période de sécurité et de rénovation, de labeur et de dignité ». 

Le bilan des années de pouvoir de Jacques Chirac est assurément ambivalent. La postérité retiendra probablement son action sur la scène internationale, où il a su porter haut la voix de la France et adapter la vision gaullienne aux enjeux du xxie siècle naissant – la modernisation de l’armée française, sa promotion du multilatéralisme ou sa position forte lors de la crise irakienne sont là pour en témoigner. À l’intérieur de nos frontières, l’inventaire est plus contrasté. Ses deux mandats auront connu d’indéniables avancées économiques, techniques et sociétales ; ils sont également marqués par la trace des affaires et par la timidité des réformes engagées pour rénover un modèle social français à bout de souffle ou assainir les finances publiques. Dans ce domaine, s’il serait excessif de parler de page blanche, les résultats apparaissent relativement modestes au regard des moyens d’action dont il a pu disposer à l’Élysée – notamment au lendemain de l’élection triomphale de 2002. Prudence ou immobilisme, ils traduisent, en définitive, l’obsession protectrice de Jacques Chirac vis-à-vis de la société française : garant soucieux de l’unité nationale, le Président se sera fixé pour règle d’or de ne pas fragiliser une cohésion sociale déjà mise à rude épreuve par la crise économique, la mondialisation et les mutations culturelles de la société française. D’où la coloration centriste que prendra la politique présidentielle, empruntant au gaullisme social ou au radical-socialisme pour poser des jalons réformateurs. Ce faisant, Jacques Chirac ne transformera certes pas l’État, pourtant malade, en profondeur ; il ne clivera jamais non plus le peuple français, à l’inverse de ses successeurs directs – une présidence pacifique qui est aussi, probablement, à mettre à son crédit. 

L’ancien président trouve également, a posteriori, sa place dans la chaîne des temps. Emmanuel Macron l’avait relevé, dans une publication de 2015 : la France est une nation qui, tout en ayant guillotiné son roi, en est restée nostalgique, cherchant inconsciemment dans ses chefs une figure monarchique autant que tribunicienne. Les vertus qu’elle attend d’eux sont ainsi celles des grands noms de son histoire : l’esprit de conquête de Bonaparte et l’esprit de justice de Saint-Louis, la grandeur louis-quatorzienne… Quid alors de Chirac, volontiers qualifié de « roi fainéant » par ses détracteurs ? Les premières années de sa carrière, entamée sabre au clair et menée tambour battant jusqu’à l’Élysée, de coups de gueule en remontées fantastiques, sont pleines de la fougue et de l’appétit que les Français aiment à retrouver dans les grands destins politiques. Quant aux années de sa présidence, mûri et assagi, Jacques Chirac s’y fera volontiers le gardien d’une certaine conception de la justice sociale et de l’équité entre les nations. Imperceptiblement le pont d’Arcole et le chêne de Saint-Louis, en quelque sorte. Plus fondamentalement, on retrouve chez Chirac la chaleureuse bonhomie associée à Henri IV, souverain aux manières simples mais dignes, inlassablement attaché à l’unité entre les Français et à la notion de juste équilibre. 

À chacun, en définitive, de se faire son opinion d’une présidence qui ne sera probablement ni parmi les plus héroïques ni parmi les plus médiocres de l’histoire de notre pays. Laissons le dernier mot à Jacques Chirac lui-même : « seuls comptent, finalement, ce que l’on est dans sa vérité et ce que l’on peut faire pour la France ».

Extrait du livre de Simon Laplace, "Jacques Chirac, une histoire française", publié aux éditions Nouvelles Sources – Geste éditions.

Lien direct vers la boutique Amazon : ICI

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires