En direct
Best of
Best of du samedi 9 au vendredi 15 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ségolène Royal pourra-t-elle échapper à une saisine du Parquet national financier ?

02.

Michel Platero : "si on veut faire baisser les prix de l’immobilier, il faut décorréler la propriété du bâti de celle du foncier"

03.

Une jeune femme, fichée S, qui espionnait les policiers et qui avait été arrêtée samedi place d’Italie lors de la manifestation des Gilets jaunes aurait été relaxée

04.

LREM voudrait (a)battre Pécresse en Ile-de-France ; Macron, le décideur solitaire ; L'Express enquête sur le danger des militants armés de l'ultra-droite ; Rachida Dati s'exempte du logo LR ; Valeurs actuelles dézingue la "machine infernale" de Barthès

05.

La NASA développe la plus grande arme à feu au monde pour gérer un problème majeur de l’espace

06.

Mouvement du 5 décembre : Emmanuel Macron va alléger son agenda international et n'ira pas à la COP25

07.

Je nique Conrad et... ceux qui l'écoutent

01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

03.

Ségolène Royal pourra-t-elle échapper à une saisine du Parquet national financier ?

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

06.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

01.

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

02.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

03.

Je nique Conrad et... ceux qui l'écoutent

04.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

05.

Les Misérables : et si Emmanuel Macron permettait enfin aux banlieues d’être libérales

06.

Quel réel bilan énergétique et environnemental quand vos ados écolos imposent leurs exigences à la maison ?

ça vient d'être publié
rendez-vous > International
Géopolitico-scanner
"Paranoïsation", "désassimilation" et communautarisme : l’antiracisme dévoyé au profit d'un projet de conquête islamiste
il y a 5 min 42 sec
décryptage > Environnement
Roger Hallam

Ce dérapage tellement prévisible du cofondateur d’Extinction Rebellion sur la Shoah

il y a 1 heure 2 min
décryptage > Europe
UE

Déficit : hypocrisies, contradictions et jeux de dupes à tous les étages européens

il y a 1 heure 40 min
pépites > Social
Négociations sous tension
SNCF : la CFDT-Cheminots a annoncé son intention de déposer un préavis de grève reconductible à partir du 5 décembre
il y a 11 heures 20 min
light > People
Le poids des mots, le choc des photos
Paris Match met en vente certaines de ses plus belles photos à l’occasion de son 70e anniversaire
il y a 12 heures 19 min
pépites > International
Séisme politique et judiciaire
Israël : le Premier ministre Benjamin Netanyahu a été mis en examen pour "corruption", "fraude" et "abus de confiance"
il y a 13 heures 35 min
pépites > France
Climat
Pierre de Bousquet de Florian, le coordinateur national du renseignement, estime que le "degré de violence" est inédit en France
il y a 14 heures 56 min
pépites > Politique
Manifestations
Mouvement du 5 décembre : Emmanuel Macron va alléger son agenda international et n'ira pas à la COP25
il y a 17 heures 17 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Picasso, tableaux magiques" : la magie des signes

il y a 20 heures 9 min
décryptage > France
Immobilier

Michel Platero : "si on veut faire baisser les prix de l’immobilier, il faut décorréler la propriété du bâti de celle du foncier"

il y a 20 heures 33 min
décryptage > Education
Réussite

Le fétichisme du diplôme, facteur trop souvent oublié du blocage de l’ascenseur social français

il y a 47 min 58 sec
décryptage > Politique
Promesse

Le révélateur Whirlpool : mais quelle est maintenant la vision économique d’Emmanuel Macron ?

il y a 1 heure 18 min
pépites > International
Balles perdues
Selon une étude, les personnes blessées lors de fusillades ont un risque accru de troubles mentaux longtemps après leur guérison
il y a 10 heures 26 min
pépite vidéo > International
Victimes collatérales
Australie : vive émotion après le sauvetage d’un koala lors des terribles incendies qui ravagent une partie du pays
il y a 11 heures 52 min
pépites > Environnement
Polémique
Europe Ecologie Les Verts condamne fermement les propos de Roger Hallam, le cofondateur d'Extinction Rebellion, sur l'Holocauste
il y a 12 heures 52 min
light > Science
Phénomène assez rare
Une pluie d’étoiles filantes devrait être visible dans la nuit du jeudi 21 au vendredi 22 novembre 2019
il y a 14 heures 18 min
Méthode d'avenir
Coldplay arrête ses tournées pour des raisons environnementales
il y a 16 heures 36 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 20 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 19 heures 2 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Pechkoff, le manchot magnifique" de Guillemette de Sairigné : un héros de légende endormi réveillé par la plus noble des biographes

il y a 20 heures 17 min
décryptage > Santé
Plan palliatif

Cette liberté que la France ne se décide toujours pas à accorder à ses hôpitaux

il y a 20 heures 52 min
© NIKLAS HALLE'N / AFP
© NIKLAS HALLE'N / AFP
International

Du Brexit au Royaume-(dés)Uni

Publié le 21 juin 2019
Ou comment les Brexiters sont en train d'asphyxier le royaume qu'ils prétendent sauver.
Harold Hyman est un journaliste américain spécialiste des affaires internationales et de géopolitique né à New York  et qui vit et travaille à Paris. Il présente sur CNews, L'Actu à la carte, les dimanches de 21h à 22h, .
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Harold Hyman
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Harold Hyman est un journaliste américain spécialiste des affaires internationales et de géopolitique né à New York  et qui vit et travaille à Paris. Il présente sur CNews, L'Actu à la carte, les dimanches de 21h à 22h, .
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ou comment les Brexiters sont en train d'asphyxier le royaume qu'ils prétendent sauver.

Les Britanniques, censés être ponctuels, réglos, sérieux, flegmatiques, fair-play, ont soumis les autres Européens de l'UE à une négociation stérile, et à des atermoiements typiques de l'Europe méditerranéenne et balkanique. Les Européens sont exaspérés, les Britanniques aussi semble-t-il. Les élections européennes de mai 2019 ont humilié les partis travailliste et conservateur, et si la panique n'a pas pleinement saisi leurs états-majors, c'est que l'enjeu d'un scrutin européen est considéré comme trop secondaire. Fondamentalement il y a  un vice de forme dans l'attitude britannique. Si aujourd'hui les Britanniques sont exaspérés par un parlement impuissant, ne devraient-ils pas s'en prendre à eux-mêmes?  Ils ont perdu leur légendaire savoir-faire parlementaire.

Admettons que les partisans du Brexit aient voté pour protéger leur Parlement de l'ingérence de la Commission  européenne, et pour briser les entraves étrangères -- "break the shackles of a foreign power". Ces paroles outrancières furent prononcées souvent à la Chambre des Communes. Telle était l'ambiance au début des années 2010. Le parti conservateur a donné libre cours à ce sentiment, en grande partie parce que David Cameron premier ministre craignait de voir son parti phagocyté par l'UKIP (United Kingdom Independence Party, fondé en 1993) de Nigel Farage, l'anti-européen le plus influent du Royaume-Uni aujourd'hui. Le pari, dangereux, se retourna contre Cameron. Aujourd'hui l'édifice institutionnel britannique se fissure, et les Britanniques se retournent contre leurs Parlementaires. Or le système constitutionnel britannique ne s'adapte pas bien aux référendums, alors que le royaume en a connu une dizaine depuis 1975 sur des questions d'intérêts régional: Écosse, Pays de Galles, Irlande du Nord, le Grand Londres, le Nord-est anglais. Le référendum de 1975 portant sur l'adhésion à l'Union européenne (CEE de l'époque) marqua un pic de participation populaire sur une question historique et stratégique. Quant au référendum sur l'indépendance de l'Écosse en 2014, même  s'il fut une émotion panbritannique, seuls les résidents d'Écosse ont eu droit au vote. 

Prenons ces deux scrutins référendaires-là: 1975 et 2014. Chaque scrutin recelait en lui une orientation préférée vers une seule réponse cohérente, constructive, stratégique. L'électorat choisit correctement les deux fois: le oui au projet européen, et le oui au maintien de l'Écosse dans une union avec l'Angleterre. Ainsi, l'entrée dans la Communauté économique européenne d'alors se fit sans anicroche, puis le maintien de l'Écosse dans l'Union de 1707 permit d'éviter la question d'une cassure. Le parlementarisme en sortit grandi: en 1975 les Conservateurs au pouvoir, à majorité europhile, eurent le résultat escompté, et le peuple convergeait avec ses députés. En Écosse, se fut l'inverse: les électeurs répudièrent la proposition du Scottish National Party, ce qui n'empêcha point l'électorat écossais de reconduire -- chichement il est vrai -- le SNP en 2016. Dans le cas écossais, le parlementarisme survécu car il se conforma immédiatement à la volonté populaire pourtant en contradiction avec l'unique but du SNP: l'indépendance! Les indépendantistes appliquaient le maintien dans le Royaume-Uni sans renoncer à leurs idéaux. Les électeurs votaient donc pour les indépendantistes sans vouloir l'indépendanc, ce qui rappelle le cas québécois. Or cette apparente contradiction réalise le destin historique des Québécois et des Écossais: le défi à l'union britannique, ou canadienne, mais le maintien du lien. Il eût fallu que le Brexit fut rejeté par l'électorat en 2016, et qu'un parti pro-Brexit soit ramené à Westminster. 

Les référendums, s'inscrivant dans la marche de l'histoire, s'imposent aux élus qui eux  doivent simplement parachever le travail législatif. Si le procédé référendaire fut choisi, ce fut justement pour obtenir une adhésion directe du peuple. Ainsi ce procédé  consacre la mystique nationale basée sur le principe de "vox populi, vox dei". La grande question qui se pose aux Britanniques: "Comment le Royaume-Uni peut-il survivre ?"  L'adhésion à la CEE en 1975 devait être une réponse. Ainsi le déclin économique serait enrayé, le commerce relancé, l'attachement à l'OTAN respecté. L'Empire britannique au-delà des mers a cessé d'exister, les Dominions compris. L'ouverture infructueuse sur le Commonwealth, entrepris Theresa May en fin 2016 et début 2017, en devient risible.

Que se passa-t-il en 2016? La question du "Comment sauver le Royaume-Uni" se transforma en névrose. Le Royaume-Uni étant déjà dans l'UE, pourquoi les députés europhiles, majoritaires autour de David Cameron, ont-ils risqué un référendum dans le but de le faire rejeté? . 

Surtout, comment sauver l'Écosse! Car le référendum écossais de 2014 a fait jouer un sentiment pragmatique très particulier: voter contre l' indépendance de l'Écosse signifiait voter pour le maintien de l'Écosse dans l'UE!  La doctrine européenne, et aussi française entre autres, refuse l'appartenance européenne aux entités sécessionnistes tels que l'Écosse et la Catalogne. Une région devient un État-nation, elle a quitté l'État signataire de l'adhésion à l'UE. L'effet vu de Bruxelles : adieu Écosse et Catalogne, faites la queue derrière l'Albanie et la Serbie et le Monténégro pour réadhérer à l'UE. Pour les Écossais une union entraînait l'autre.

Comment donc les Britanniques  ne l'ont-ils pas vu? David Cameron a-t-il tenté de sauver seulement le parti Conservateur face à UKIP en 2016, ne s'imaginant pas que le risque était supporté par le royaume comme entité? Apparemment. Est-ce comme cela que l'on sauve le royaume? Puis Theresa May tenta l'impossible synthèse en obtenant un accord formel de sortie avec la Commission européenne, longue de 500 pages, et elle cliva involontairement les députés en quatre: pour son Deal, contre son Deal et pour un autre Deal, contre tout Deal, et pour un 2e référendum. Pendant trois ans, ces 4 factions se battent sans relâche, et le parti conservateur se disloque. Même  les Travaillistes sont rongés par les factions, de manière moins ouverte toutefois.  Les députés britanniques n'ont rien prévu en cas de Brexit, aucune piste de sortie n'avait été ébauchée, à la différence des Québécois et des Écossais. Les Québécois, en 1980 et en 1995, ont posé une question mature que je résume ici: "Donnez-vous un mandat au gouvernement du Québec pour négocier la souveraineté en association avec le Canada"? En 2014 (cas écossais) et en 2016 (Brexit) la question était simpliste: "L'Écosse devrait-elle devenir un pays indépendant?" ou "Le Royaume-Uni devrait-il rester dans l'UE ou quitter l'UE?" D'une limpidité trompeuse, car il n'y avait pas de projet derrière dans le cas du Brexit. Absolument rien. Puis le parlement s'est grippé, car les 4 factions empêchaient mathématiquement toute solution. 

Il reste enfin deux conséquences désastreuses du Brexit. Il s'agit de la perte territoriale de l'Irlande du Nord et de l' Écosse, c'est-à-dire leur sortie physique du Royaume-Uni . Le cas de l'Irlande du Nord est le plus évident.  Depuis 1998, l'UE est co-garante avec le Royaume-Uni et la République d'Irlande de l'amélioration économique de la région. Le principe est simple: Londres reconnaît à Dublin des domaines de souveraineté partagée en contrepartie du maintien sui generis de l'Irlande du Nord dans le Royaume-Uni à condition qu'une majorité des habitants le souhaitent. Cela a bien fonctionné, et les tensions entre les deux communautés, catholiques rattachistes (appelés "nationalistes" irlandais) et protestants loyaux au Royaume-Uni (appelés d'ailleurs "unionistes"), quasi-égales en nombre , s'estompent. Or les nord-irlandais ont majoritairement voté pour le maintien dans l'UE en 2016. Certes une majorité de protestants unionistes ont approuvé le Brexit, mais voici qu'ils rejettent l'accord de Theresa May prévoyant le maintien post-Brexit de nombreuses règles de l'UE. May et son successeur ont besoin des députés unionistes pour gouverner, mais ces derniers préfèrent supprimer la souveraineté partagée plutôt que  d'accepter le deal de Theresa May. Paradoxalement, cette rupture permettrait à la cause opposée rattachiste de séduire une partie des protestants à ce que le territoire passe sous souveraineté irlandaise pure. L'attrait d'un tel ralliement: se rattacher  à la République d'Irlande et ainsi demeurer  dans l'UE! Cela signifierait purement et simplement la fin du Royaume-Uni en Irlande du Nord, et laccomplissment du vieux rêve nationaliste du United Ireland.

Dernier point, géostratégique celui-ci. Theresa May, Boris Johnson et d'autres grands conservateurs glorifient sans cesse le Royaume-Uni comme  un "First rate world power" (Puissance mondiale de premier rang). les Britanniques ont déployé leurs troupes et combattu en Irak, Afghanistan, Libye, pour le meilleur ou le pire. Aussi,  un nouveau porte-avion entre en service dans la Royal Navy incessamment. Mais alors, quid de la Royal Navy sans l'Écosse? Quid du statut de l'Écosse indépendante dans l'OTAN? Car le SNP n'est pas enthousiaste pour l'OTAN, ni pour les affaires de défense généralement. La Royal Navy devra-t-elle louer les bases sous-marines des Lochs qu'elle détient actuellement ? L'espace maritime britannique sera grosso modo réduit de moitié, et l'Écosse indépendante serait en pleine zone de convoitise de la marine russe. Et les finances publiques de l'Écosse pousserait les gouvernants à s'ouvir beaucoup plus à la Chine et la Russie. David Cameron et compagnie ont-ils vraiment compris l'enjeu du coup de poker du Brexit? Ils pourraient avoir perdu deux Unions au lieu d'un -- l'UE, et le Royaume-Uni. La gloire du parlement serait alors balayée à cause de l' incapacité,de Cameron et des conservateurs. Le peuple se sera débarrassé d'une UE honnie, sans se douter du démantèlement de son royaume jusqu'alors uni. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ségolène Royal pourra-t-elle échapper à une saisine du Parquet national financier ?

02.

Michel Platero : "si on veut faire baisser les prix de l’immobilier, il faut décorréler la propriété du bâti de celle du foncier"

03.

Une jeune femme, fichée S, qui espionnait les policiers et qui avait été arrêtée samedi place d’Italie lors de la manifestation des Gilets jaunes aurait été relaxée

04.

LREM voudrait (a)battre Pécresse en Ile-de-France ; Macron, le décideur solitaire ; L'Express enquête sur le danger des militants armés de l'ultra-droite ; Rachida Dati s'exempte du logo LR ; Valeurs actuelles dézingue la "machine infernale" de Barthès

05.

La NASA développe la plus grande arme à feu au monde pour gérer un problème majeur de l’espace

06.

Mouvement du 5 décembre : Emmanuel Macron va alléger son agenda international et n'ira pas à la COP25

07.

Je nique Conrad et... ceux qui l'écoutent

01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

03.

Ségolène Royal pourra-t-elle échapper à une saisine du Parquet national financier ?

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

06.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

01.

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

02.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

03.

Je nique Conrad et... ceux qui l'écoutent

04.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

05.

Les Misérables : et si Emmanuel Macron permettait enfin aux banlieues d’être libérales

06.

Quel réel bilan énergétique et environnemental quand vos ados écolos imposent leurs exigences à la maison ?

Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
AZKA
- 22/06/2019 - 08:32
Articke pas faux Mais!
EN 2019, Vu de Belfast ou Edinburgh, l'UE ça sent pas la victoire!
Carl Van Eduine
- 21/06/2019 - 20:30
Le Brexit ? So what ?
Je souhaite juste rappeler qu'avant même Crécy [1346], Azincourt [1415], le relation entre le "Royaume Uni" et l'Europe presque moderne date au moins de la victoire de Guillaume le Bâtard sur Harold [1066] , avec l'appui préalable d'Edouard le Confesseur [1004-1066]. Et si on doit reprocher à certains le Brexit, n'oublions pas que les frasques d'Aliénor d'Aquitaine n'ont empêché ni le Royaume de France, ni le Royaume Uni _ qui à l'époque ne l'était guère _ de se constituer. Alors merde quoi ! Ce n'est quand même pas le première fois que l'Europe s'enfante dans la douleur !!!
hoche38
- 21/06/2019 - 08:07
Enfin!
Enfin, Monsieur Harold Hyman, il semblerait que cette fois, le tsunami vengeur va enfin déferler et noyer dans le bassin du Mannekenpiss, cette Grande-Bretagne arrogante, coupable de Brexit.