En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

02.

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Le Covid-19 est en train de transformer profondément l'Asie et voilà comment

05.

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

06.

Popularité : Emmanuel Macron et quasiment tout le gouvernement en hausse

07.

Pourquoi Donald Trump a eu raison de gracier son ancien conseiller à la sécurité nationale

01.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

02.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

05.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

06.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Sport
Plus de peur que de mal
Formule 1 : Romain Grosjean miraculé après un accident très impressionnant
il y a 9 min 2 sec
pépites > Santé
Sceptiques
Covid-19 : une majorité des Français n'ont pas l'intention de se faire vacciner
il y a 2 heures 37 min
pépite vidéo > Société
Casseurs
Manifestations contre les violences policières : des dégâts à Paris
il y a 3 heures 21 min
light > Culture
Mort d'un géant
L'acteur David Prowse, qui avait incarné Dark Vador, est décédé
il y a 4 heures 13 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Oscar Wilde ou l’art avant tout

il y a 5 heures 28 min
décryptage > International
A qui profite le crime ?

Assassinat du scientifique iranien, piège de dernière heure tendue à Téhéran

il y a 5 heures 51 min
décryptage > International
Pardon présidentiel

Pourquoi Donald Trump a eu raison de gracier son ancien conseiller à la sécurité nationale

il y a 6 heures 3 min
décryptage > Santé
Vecteur

Pourquoi les virus frappent-ils plus certains continents que d'autres ? Une étude sur Zika donne des indices

il y a 6 heures 26 min
décryptage > France
Munich 1938 ? Non, Munich 2020 !

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

il y a 6 heures 44 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Les perdants magnifiques : Edouard Balladur, ou les caprices du destin

il y a 6 heures 52 min
pépites > France
Défense
Pour le directeur général de la Police nationale, "la police est un reflet de la société"
il y a 1 heure 19 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
L'origine de l'énergie des étoiles confirmée grâce aux neutrinos de Borexino ; Gravité quantique : l'écume de l'espace-temps, une clé du Big Bang au vivant ?
il y a 2 heures 52 min
light > Media
Disparition
Le journaliste Jean-Louis Servan-Schreiber est mort
il y a 3 heures 49 min
pépites > Religion
Distanciation
Messes : le Conseil d'Etat casse la règle des trente fidèles maximum
il y a 4 heures 47 min
décryptage > Politique
Partis des libertés

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

il y a 5 heures 44 min
décryptage > Economie
La crise qui vient

La bourse est-elle trop optimiste ?

il y a 5 heures 57 min
décryptage > International
Etatisme

Le Covid-19 est en train de transformer profondément l'Asie et voilà comment

il y a 6 heures 18 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Si vous voulez vraiment faire des achats respectueux de l'environnement, il ne faudra pas vous contenter de lire les étiquettes des produits en rayon. Petits conseils pour y voir plus vert
il y a 6 heures 36 min
décryptage > Société
Big tech

Pourquoi il devient urgent de sauver nos démocraties de la technologie

il y a 6 heures 48 min
décryptage > Media
Bonnes feuilles

Monstres sacrés : Michel Drucker, le pater familias du PAF

il y a 6 heures 52 min
Nouveau souffle ?

"La faute à Sarko !" ou comment faire durer l'antisarkozysme jusqu'aux législatives ?

Publié le 15 mai 2012
Après la défaite de son rival, François Hollande risque d'être dépossédé de son argument fatal : l'antisarkozysme. Comment poursuivre la critique de Sarkozy, sans Sarkozy ?
Christophe de Voogd
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe de Voogd est normalien et docteur en histoire, spécialiste des idées et de la rhétorique politiques qu’il enseigne à Sciences Po et à Bruxelles. Dernier ouvrage paru : « Réformer : quel discours pour convaincre ? » (Fondapol, 2017)...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Après la défaite de son rival, François Hollande risque d'être dépossédé de son argument fatal : l'antisarkozysme. Comment poursuivre la critique de Sarkozy, sans Sarkozy ?

D’un François, l’autre

On le sait depuis Machiavel : le sens de l’opportunité, la gestion de Dame Fortune, est la vertu (virtù) cardinale en politique. François Mitterrand, l’un de ses plus fidèles disciples – on connaît son surnom mérité de « Florentin » – en a donné d’innombrables preuves, lui permettant de rebondir du fin fond de l’impopularité jusqu’à la réélection triomphale et à la sanctification post-mortem.
 
Il ne serait pas très difficile de démontrer que c’est probablement un mauvais timing qui a coûté la dernière présidentielle à Nicolas Sarkozy, risque évoqué par ce blog, il y a de longs mois déjà [1].
 
Mais une chose est sûre, comme on l’avait également remarqué ici, on retrouve chez François Hollande, le remarquable sens de l’opportunité de son prédécesseur socialiste, avec lequel son mimétisme, tant cultivé et tant relevé, n’est pas que de façade… Son admirable gestion du temps, aussi bien lors des primaires que lors du débat de second tour, aura été le signe le plus éclatant de cette maîtrise qui lui aura donné la victoire [2].
 

Comment faire de « l’antisarko » sans « Sarko » ?

Oui mais voilà : comment faire maintenant ? La défaite de Nicolas Sarkozy ne retire-elle pas au nouveau président son arme fatale ? La crédibilité de François Hollande, à ce point fondée sur le rejet de son rival, ne va-t-elle pas être victime d’un formidable trou d’air ? Autrement dit, Sarkozy disparu –d’autant que son retrait de la vie politique sera pour le moins durable- que reste-t-il de l’antisarkozysme ? La médiocrité, peu relevée, des deux discours du frais élu, pourtant si bon orateur, tant à Tulle qu’à la Bastille, le soir de la victoire, ne s’explique pas autrement.
 
Comment donc rebondir, surtout quand les données têtues de l’élection et du contexte général ne laissent augurer d’aucun état de grâce ?
 
Eh bien, de la manière la plus simple et la plus logique : en prolongeant au maximum, au moins jusqu’aux législatives, le bénéfice de la ressource politique sans égale qu’est l’antisarkozysme. Un coup d’œil sur le calendrier montre clairement la stratégie qui s’amorce :
 
1 / L’audit de la Cour des comptes sur l’exécution budgétaire 2012 annoncée par François Hollande parmi ses toutes premières décisions. Dans la plus pure tradition mitterrandienne là encore  ("Commission du bilan en 1981"), le nouveau président va pouvoir continuer à blâmer la gestion de son prédécesseur en prenant l’opinion publique à témoin du "délabrement de la situation". Certes, le rapport ne sera remis que fin juin, c’est-à-dire après les législatives : mais justement la date présente un double avantage : pas de mesures impopulaires avant les élections mais –soyons en sûrs – des "révélations", plus désolantes les unes que les autres pendant la campagne…
 
2 / Le rebondissement de l’affaire Karachi : le déclassement immédiat de nombreux documents "secret défense" annoncé par François Hollande laisse présager une accélération de l’instruction confiée à un juge dont le zèle est connu. Nul doute que la polémique va repartir de plus belle et que l’amalgame aussi atterrant que constant entre l’assassinat des ingénieurs français, et le financement de la campagne d’Edouard Balladur -donc le nom de Nicolas Sarkozy- va revenir en boucle. Peu importe que sur le fond de l’affaire, il n’y ait aucun rapport logique possible entre versement éventuel de rétro-commissions et l’attentat…
 
3 / La multiplication des plans sociaux : d’Air France- KLM à Peugeot, de SFR à Carrefour, la liste est longue des plans sociaux attendus dans les prochaines semaines ou les prochains mois. Accompagnée d’éléments de langage très prévisibles : on aura "dissimulé la vérité aux Français" ; on aura "retardé les plans sociaux pour des raisons purement électorales",  etc…Qu’importe, là encore, si le vrai enjeu est dans ce que nous disent ces plans sociaux sur l’état structurel de l’économie française et de son insuffisante compétitivité !
 
C’est ainsi que l’antisarkozysme pourrait avoir encore de beaux jours devant lui, même si le principal intéressé aura tout fait, par l’annonce de son retrait, pour le retirer de la problématique des législatives.
 

Quid de l’international ?

Reste un dernier défi de taille lancé par Dame Fortune à la nouvelle équipe : les grands rendez-vous européens et internationaux dont beaucoup auront lieu avant les élections : rencontre avec Madame Merkel, G8, OTAN, etc. Les analyses qui dominent actuellement sur "l’isolement de madame Merkel" ou "la bienveillance de Barack Obama", pourraient bien relever du pur wishful thinking. Et l’antisarkozysme se révéler d’un pauvre secours en la matière, le président sortant ne nous ayant pas précisément fâchés avec l’Allemagne, l’Europe et les Etats-Unis…
 
Mais sait-on jamais ? L’imagination rhétorique est sans limite et l’on trouvera bien le moyen, en cas d’échec, de l’imputer à la "dégradation de la position de la France à cause de Nicolas Sarkozy"
 
Reste encore que le président van Rompuy vient de rajouter un nouveau "mur" à cette course d’obstacles et un nouveau défi à cet arsenal d’excuses rhétoriques : sommet européen informel fin mai donc, là encore, avant les législatives. Reste surtout que la crise grecque vient de rebondir violemment le jour même de l’élection française. Décidément, Dame Fortune a décidé d’éprouver d’entrée de jeu toute la virtù de François Hollande !
 

[1] Cf. http://www.trop-libre.fr/paradoxa/sarkozy-2012-la-tactique-dhannibal.

[2] Cf. http://www.trop-libre.fr/paradoxa/%C2%AB-sarkozyhollande-la-guerre-de-l%E2%80%99ethos-%C2%BB.

Cet article a été préalablement publié sur le blog "Trop Libre", fondé par David Valence et Christophe de Voogd.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (38)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
JO94
- 19/05/2012 - 12:34
600 mds de dettes 125 déficit 1 million de chômeurs
En tant que contribuable, l'augmentation de mes impôts proviennent des 600 mds de dettes, 125 mds de déficit et du million de chômeurs qui ont augmenté les cotisations sociales! UMP = 600 mds de dettes 125 de déficit et un million de chômeurs.
Anemone
- 16/05/2012 - 17:32
Cher Ricouti
"on voit bien qu'une certaine droite ne reconnait pas par définition la légitimité d'un élu de gauche."

Non cher monsieur, le problème voyez vous, c'est que ce monsieur n'a pas été élu avec la majorité.
Si on refait le calcul en prenant comme base le nombre d'inscrits, à 1% près, il obtient le même% que M Sarkosy, soit largement moins que la majorité.
(environ un bon tiers, puisque abstentions+vote blancs ou nuls = environ 26%, sachant que les votes blancs ou nuls sont calculés sur le nombre de votants et non d'inscrits)

Alors, oui, je considère qu'un homme élu avec moins de 50% des voix ne peut pas être considéré comme représentant des français.

A noter : c'est le premier qui, avec les calculs que je viens de vous indiquer, a été élu avec moins de 50% des voix.

Un bon début!

Nous ne sommes pas aussi idiots que vous voulez bien le dire!
Nous savons tous que M Sarkosy a perdu (entre autres, à cause d'une campagne digne des égouts les plus sales de Paris)

Nous voudrions seulement que vous reconnaissiez que la victoire de ce monsieur est une victoire par défaut.
Jupiter est de notre avis.

Merci
marcy
- 16/05/2012 - 13:54
Les journalistes sans sarkozy
Les journalistes sans sarkozy n'ont semble-t-il pas grand-chose à dire! ils ont pourtant un nouveau président qu'ils adulent, protègent de toute critique, alors qu'ils fichent la paix à sarkozy. On en a marre d'entendre ces mauvaises langues: Ils s'ennuient sans lui? Qu'ils parlent des vraies questions des français au lieu de nous pomper sans cesse avec le même sujet comme une litanie!