En direct
Best of
Best of du 5 au 11 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

06.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

01.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

02.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

03.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

04.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

05.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

06.

Tensions communautaristes et laïcité : cette spirale de ressentis victimaires dans laquelle sombrent les débats publics français

ça vient d'être publié
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 15 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 7 heures 46 min
pépites > Religion
Off
En privé, Macron trouve "irresponsable de faire des amalgames et de stigmatiser" sur l'islam
il y a 9 heures 8 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Livre Audio : "La cage dorée" de Camilla Lackberg, Les livres s'écoutent aussi

il y a 10 heures 11 min
pépites > Environnement
Usine à gaz
Pourquoi le "Green Deal" d'Ursula von der Leyen pourrait bien être un projet mort-né
il y a 11 heures 59 min
décryptage > Religion
Touche pas à mon Islam !

Non, il ne faut pas parler de Mohamed Merah, ni des souffrances des chrétiens d'orient : la croisade de France Culture contre l'islamophobie des médias

il y a 13 heures 58 min
décryptage > International
Cynisme

La Syrie, dernier tombeau des idéalismes

il y a 14 heures 46 min
décryptage > Europe
Drôle de guerre

Conseil des ministres franco-allemand : Angela Merkel et Emmanuel Macron ne peuvent plus cacher la crise du couple moteur de la construction européenne

il y a 15 heures 6 min
décryptage > Société
Habile

Inquiétudes sur la bioéthique : ces autres dispositions votées par l’Assemblée que le débat sur la PMA a masquées

il y a 15 heures 21 min
décryptage > Société
Méritocratie en panne

Ce plancher de verre qui protège de plus en plus les enfants des riches des conséquences de leur manque de talents ou d’efforts

il y a 15 heures 51 min
décryptage > Religion
Victimisation

Tensions communautaristes et laïcité : cette spirale de ressentis victimaires dans laquelle sombrent les débats publics français

il y a 16 heures 3 min
light > Insolite
L'homme qui murmurait à l'oreille des chevaux
Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument
il y a 8 heures 44 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"L'aube des idoles" de Pierre Bentata : Voici décortiquées quelques croyances d’aujourd’hui, souvent prêtes à l’emploi, parfois radicales…

il y a 10 heures 6 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Cinéma : Fahim : Avec cette histoire vraie, Pef quitte la comédie pour le drame sociétal

il y a 10 heures 16 min
pépite vidéo > Société
Polémique
Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"
il y a 12 heures 48 min
décryptage > Société
Blog

Ce qu’être libéral signifie vraiment

il y a 14 heures 26 min
décryptage > Religion
Tribune

L'hydre islamiste ne sera pas combattue efficacement sans combattre aussi l'auto-censure des débats publics

il y a 14 heures 52 min
décryptage > Nouveau monde
Nouvelles menaces

Infox, astroturfing, bad buzz : ces nouvelles menaces qui peuvent coûter des milliards aux entreprises

il y a 15 heures 12 min
décryptage > Religion
Essentialisation

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

il y a 15 heures 38 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico Business

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

il y a 15 heures 57 min
pépite vidéo > Religion
Polémique
Polémique sur le port du voile : doit-on l'interdire en sortie scolaire ?
il y a 1 jour 6 heures
© Brendan Smialowski / AFP
© Brendan Smialowski / AFP
Adaptation

Merci Trump ! Pourquoi Trump est utile en nous forçant à changer nos habitudes économiques

Publié le 17 juin 2019
« Du sel sur les plaies » avec Donald Trump, aujourd’hui et peut-être demain, ou « du miel » avec Barak Obama et peut-être son héritier(ère) ? Et si le traitement violent, grossier, imprévisible, dangereux de Donald Trump nous faisait réagir plus que les massages et les beaux discours ?
Jean-Paul Betbeze est président de Betbeze Conseil SAS. Il a également  été Chef économiste et directeur des études économiques de Crédit Agricole SA jusqu'en 2012.Il a notamment publié Crise une chance pour la France ; Crise : par ici la sortie ;...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Betbeze
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Betbeze est président de Betbeze Conseil SAS. Il a également  été Chef économiste et directeur des études économiques de Crédit Agricole SA jusqu'en 2012.Il a notamment publié Crise une chance pour la France ; Crise : par ici la sortie ;...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
« Du sel sur les plaies » avec Donald Trump, aujourd’hui et peut-être demain, ou « du miel » avec Barak Obama et peut-être son héritier(ère) ? Et si le traitement violent, grossier, imprévisible, dangereux de Donald Trump nous faisait réagir plus que les massages et les beaux discours ?

Taxer le vin français, faire monter l’euro, empêcher notre taxation des GAFA, nous demander d’arrêter la 5G avec Huawei, dire aux Anglais de partir sans payer… on ne compte plus les attaques de Trump contre nous et la zone euro. Mais est-ce mieux que nous écouter nous lamenter, en compatissant sur nos problèmes ? Car le « Président américain gentil » organisait quand même, sans trop le dire, un pivot to Asia. Il tentait de contenir la Chine et nous délaissait, Europe et Afrique. On peut toujours préférer la douceur d’Obama aux comportements de son successeur, mieux aimer sa lente négociation avec l’Iran et ses réseaux d’accords pour contenir la Chine que les ruptures et foucades de Donald, mais il n’est pas sûr que l’homéopathie et « l’écoute » suffisent à nous sortir de notre torpeur !

Un, la stratégie de Donald Trump est claire : empêcher la Chine de devenir le premier pays du monde en y suscitant une crise bancaire et financière. C’est mathématiquement impossible autrement. Calculons : le PIB américain est de 17 400 milliards de dollars, le chinois de 12 200. Le premier augmente de 400 milliards l’an, le deuxième de 780 (selon Trading Eco). Si les États-Unis continuent de croître à 3% l’an, sans ralentissement ni récession, hypothèse héroïque, ils sont rattrapés par une Chine qui fait du 6%, hypothèse forte, en 2037. Et si la croissance américaine passe à 2% et la chinoise à 4%, le « croisement » a lieu en 2043 ! Donc, il faut que la Chine « cale » avant. Pour cela, rien de tel que de jouer sur son point faible : le surendettement de ses entreprises publiques, autrement dit « opaques ». Faire ralentir la Chine pèsera immédiatement sur la bourse. Ceci poussera les autorités politiques à faire plus de crédit à leurs entreprises pour soutenir la croissance interne d’un côté, et à endiguer les sorties de capitaux d’un autre, pour ne pas être accusées de manipuler le yuan. Mais tout ceci ne suffira pas. Freiner la Chine, pour Trump, c’est pour la faire tomber.

Ce n’est pas si mal pour nous : face au risque de freinage de sa croissance par l’exportation, la Chine adoptera une politique économique qui reposera moins sur les crédits au secteur public et aux « routes de la soie », pour se renforcer par l’intérieur, quitte à ralentir. En même temps, cette Chine deviendra plus résiliente, avec un plus fort contenu en importations, plus européennes et françaises… si nous nous mobilisons.

Deux, faire baisser les exportations allemandes d’automobiles. Donald Trump appelle « vol » tout déficit commercial par rapport aux États-Unis. Après le « vol » de la Chine pour 420 milliards de dollars, viennent ceux du Mexique (80 milliards, Donald Trump s’en occupe) et de l’Allemagne, pour 68. Donc, Donald Trump veut taxer l’Allemagne si elle ne produit pas chez lui ces Mercedez, mais aussi regarder la manière dont les tests de pollution ont été trafiqués, scruter ses banques (Deutsche Bank ?), et ainsi de suite…

Ce n’est pas si mal pour nous : si Donald Trump freine les exportations allemandes, notamment d’automobiles, il faudra bien que l’Allemagne soutienne sa croissance, par la demande interne. Ceci réduira l’énorme excédent de sa balance courante (7,3% du PIB). En même temps, une Allemagne qui consomme plus augmentera ses salaires, notamment dans les services, importera plus, notamment de ses voisins et y investira davantage. Et comme l’excédent de la balance courante allemande explique celui de la zone euro (3% du PIB), sa baisse fera baisser l’euro ! Donald Trump n’y a pas pensé, tant pis !

Trois, faire monter l’euro de 17% par rapport au dollar. Trump veut faire baisser l’euro qu’il accuse de quasi-manipulation, même si son taux de change pondéré est actuellement à 98,1, base 100 début 1999, selon la BCE. Il a en tête les calculs de « l’indice Big Mac »… plus simples. Un Big Mac vaut 5,58 dollars aux États-Unis, mais 4,05 euros en zone euro pour The Economist, d’où un taux de change implicite de 0,728, d’où une sous-évaluation de l’euro de 17% en janvier 2019 ! Plus précisément, par pays, il faudrait que le taux de change de l’euro monte de 12% pour la France et de 19% pour l’Allemagne !

Ce n’est pas si mal pour nous : faire monter l’euro (comment ?) conduira à faire baisser le dollar, donc à importer moins cher le pétrole (et autres produits facturés en dollar) et à faire passer l’inflation à moins de 1%, ce qui fera baisser les taux et stabilisera les salaires ! La culture allemande de « la stabilité » devra s’installer ici, les salariés revendiquant plus de formation à salaire égal, pour exporter. Car les exportations françaises souffriront beaucoup, hors zone euro surtout, ce qui poussera ici à des gains de productivité et de qualité, donc de formation ! Les liens seront plus étroits avec les pays voisins, Europe et Afrique, et la facturation en euro se développera partout. L’application de l’indice Big Mac sera le début de la fin de l’hégémonie du dollar.

Quatre, faire dépenser plus l’Europe pour sa défense en inquiétant partout, avec la Russie, en mer de Chine et maintenant surtout avec l’Iran. Donald Trump enrage sur ce lui coûte l’Otan, alors que les pays qu’il protège ne cotisent pas assez. Pire selon lui, ils en profitent pour investir et exporter plus (l’Allemagne), ne pas payer assez et vendre leurs avions (France), ne pas payer assez et frayer avec la Chine (Italie). Donc leur demander de dépenser plus, 2% du PIB au moins, est obligatoire, dans ce monde où il accentue, par ailleurs, les tensions – sans savoir comment ceci s’arrête.

Ce n’est pas si mal pour nous : l’Europe est un « grand marché », qui veut se protéger par des normes et des règles, mais pas par des forces militaires et de cybersécurité ! Donc il lui faudra dépenser plus en défense, notamment en cyberdéfense, et développer une industrie franco-allemande (au moins).

Bien sûr, dire : « merci Trump ! », c’est faire des efforts considérables et risqués dans ce monde plus de plus en plus dur, où la protection américaine s’estompe, ce monde multipolaire, où il s’agit de renforcer, et chacun, et l’union, et d’avoir les moyens d’être plus intelligemment rugueux. Du sel, mais pas trop : on a compris !  

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Hiris
- 18/06/2019 - 09:15
Et oui !
Bien sûr que le sel est plus efficace dans le contexte actuel ,Obama n a fait qu' affaiblir son pays sur la scène internationale lui le showmen roi de la com' . Quand les médias français réaliseront que Trump nous force à "grandir" et à assumer nos hypocrisies destructrices ce sera une vraie révolution(Et pas le simulacre de 1789 qui n a été que de couper la tête à une catégorie pour s installer à sa place !)..D ailleurs à ce sujet la gauche française étant euthanasiée dans les urnes ,en quel honneur devons nous encore subir son idéologie complètement délirante ????? Idem pour la justice francaise et son mur des cons ! Allez la récréation est finie ,les français vous ont signifié leur ras le bol et vous parliez de démocratie donc acte ....C est peut être tout ça que dénonce Trump justement ,qu' en pensez vous les lecteurs ?
Sidewinder
- 18/06/2019 - 01:52
Sorry, toujours pareil.
Bon, JPB, je respecte vos propos même si je ne les approuve pas. Le sarcasme est une bonne arme...tant qu'on a les cuisses propres. Les taxes sur les vins Français (pas encore appliquées) ne sont pas du protectionnisme : les taxes Française sur le vin Américain sont le double des taxes Américaines sur le vin Français (appliquées actuellement). Qui est protectionniste ? Les Taxes Américaines sur l'importation des voitures Européennes sont actuellement de …2%. Les Taxes Allemandes sur les véhicules américains de 25% ! (Oui, vous avez bien lu) et de 30% pour la France. Qui est protectionniste ? Quand Trump veut les mettre à 25% il ne fait que mettre les taxes au niveau Allemand. So ?
Je vous respecterais un peu plus si votre discours n'était pas biaisé "à la Soviétique".