En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

02.

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

03.

Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"

04.

Covid 19 : Macron n’avait pas d’autre choix que de mettre les Français en liberté provisoire

05.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

06.

Trop polluant : le gouvernement veut faire disparaître le chauffage au gaz dans les constructions neuves

07.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

L’abandon des Arméniens du Haut-Karabagh par les puissances occidentales est-il la répétition générale du plan dont rêve Erdogan pour l’Europe ?

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

03.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

04.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

05.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

06.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

ça vient d'être publié
Farce
Le Premier ministre canadien piégé par l'appel téléphonique d'une fausse Greta Thunberg
il y a 7 min 13 sec
décryptage > Sport
Bryson DeChambeau

Ces nouvelles techniques de swing qui révolutionnent le golf

il y a 30 min 41 sec
light > People
Santé
Dans une contribution publiée dans le New York Times, Meghan Markle raconte qu'elle a fait une fausse couche cet été
il y a 54 min 9 sec
décryptage > Sport
Ligue des Champions

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

il y a 1 heure 10 min
pépites > International
Avion
Vers un passeport sanitaire électronique sur téléphone mobile pour les passagers aériens
il y a 1 heure 31 min
pépites > Consommation
Energie
Trop polluant : le gouvernement veut faire disparaître le chauffage au gaz dans les constructions neuves
il y a 2 heures 18 min
décryptage > France
Forces de l'ordre

Le gouvernement en plein dérapage incontrôlé sur la sécurité et les libertés publiques ?

il y a 2 heures 58 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"
il y a 3 heures 21 min
pépites > Economie
Tourisme
Emmanuel Macron l'a annoncé hier soir, il n'y aura, sans doute, pas de ski pendant les fêtes de fin d'année
il y a 3 heures 38 min
pépite vidéo > France
Déconfinement en trois étapes
Covid-19 : retrouvez l’intégralité de l’allocution d’Emmanuel Macron sur le déconfinement
il y a 14 heures 52 min
décryptage > France
Contradictions

Covid et terrorisme : deux poids, deux mesures. Pourquoi le Conseil constitutionnel s’est placé dans une contradiction qui risque de lui porter préjudice

il y a 11 min 28 sec
pépites > Politique
Désaveu
Loi sécurité globale : 30 abstentions, 10 votes contre chez LREM, la majorité envoie un avertissement à Gérald Darmanin
il y a 34 min 35 sec
décryptage > Consommation
Alimentation

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

il y a 55 min 55 sec
décryptage > International
Big Brother

Un QR code santé pour voyager : bienvenue dans le monde selon Xi Jinping

il y a 1 heure 28 min
pépite vidéo > Economie
"Quoi qu’il en coûte"
Bruno Le Maire : "Nous nous fixons 20 années pour rembourser cette dette Covid"
il y a 1 heure 52 min
décryptage > Economie
(R)évolution ?

Vers une ère d’efficacité turbo pour la politique monétaire ?

il y a 2 heures 21 min
pépites > Santé
Religion
Annoncée par le président, hier soir, la limite maximum de 30 fidèles par messe, va être augmentée selon les évêques de France
il y a 3 heures 15 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Covid 19 : Macron n’avait pas d’autre choix que de mettre les Français en liberté provisoire

il y a 3 heures 32 min
décryptage > Politique
Déconfinement en 3 étapes

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

il y a 4 heures 4 min
pépites > Politique
Calendrier du déconfinement
Covid-19 : Emmanuel Macron confirme que "le confinement pourra être levé" le 15 décembre "si les objectifs sanitaires sont atteints"
il y a 15 heures 17 min
© Tolga AKMEN / AFP
© Tolga AKMEN / AFP
Disraeli Scanner

Boris Johnson, pour le pire....et pour le meilleur ?

Publié le 17 juin 2019
Il y a toujours eu un côté comédien chez Boris. Mais que se passe-t-il quand réussir le Brexit fait partie du rôle que l’on s’apprête à jouer ?
Disraeli Scanner
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Benjamin Disraeli (1804-1881), fondateur du parti conservateur britannique moderne, a été Premier Ministre de Sa Majesté en 1868 puis entre 1874 et 1880.  Aussi avons-nous été quelque peu surpris de recevoir, depuis quelques semaines, des "lettres de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Il y a toujours eu un côté comédien chez Boris. Mais que se passe-t-il quand réussir le Brexit fait partie du rôle que l’on s’apprête à jouer ?

Londres, 

Le 16 juin 2019
 
 
Mon cher ami, 
 
Dans une semaine, cela fera trois ans que le peuple britannique a voté le Brexit. Vous rendez-vous compte de ce que signifie cet anniversaire? Bertold Brecht avait proposé au régime de RDA, après l’insurrection ouvrière du 17 juin 1953, de « dissoudre le peuple » pour en avoir un plus docile. Dans la Grande-Bretagne de 2019, c’est le peuple britannique qui hésite à « dissoudre » ses élites politiques, pour en changer. Le vote écrasant pour le Brexit Party aux élections européennes et l’éviction possible du Labour Party par les Libéraux-Démocrates sont deux épées de Damoclès pesant sur les grandes forces politiques du XXè siècle. Survivront-elles à l’épreuve actuelle? Laissons de côté les travaillistes: je risquerais d’être excessif à l’égard de Jeremy Corbyn, à qui je reproche d’avoir été encore plus lamentable que Theresa May depuis ces trois ans. Il est loin le temps où Enoch Powell pouvait, de désespoir devant la mollesse de son propre parti, se mettre à voter Labour ! Non, revenons-en au parti de Benjamin l’Ancien, aujourd’hui menacé d’être supplanté par le parti du Brexit. 
 
Depuis quelques jours, les médias et tous les filets possibles de la Toile (qu’avez-vous besoin, amis français, de parler franglais? C’est beaucoup plus pittoresque d’utiliser les mots français appropriés) ne cessent de’annoncer que Boris Johnson sera le prochain chef du parti conservateur et donc le prochain Premier ministre. Vous connaissez mon aversion pour le personnage. Non pas qu’il n’ai fait un héros possible d’un roman de Benjamin l’Ancien. Avoir un arrière-grand-père ministre du gouvernement turc, être le cousin de bien des altesses européennes, se rêver en Churchill parce qu’on est à moitié américain? Benjamin l’Ancien aurait en fait campé Boris comme un aventurier de salon. Car on trouve chez le sauveur du parti conservateur beaucoup de paroles et peu d’actes - sauf quand il fut maire de Londres. 
 
Ses ennemis accusent Boris d’être un Donald Trump britannique. Si seulement ! Averc toute sa vulgarité, Trump est quelqu’un qui fait ce qu’il a dit. Je continue à avoir des doutes sur la fiabilité de Boris, par contraste. Je ne pense pas au célèbre épisode du tract d’avant-campagne, en 2016, où Boris appelait à voter Remain, avant de devenir, quelques jours plus tard, le chef du camp du Leave. Je lui reproche surtout d’avoir contribué à l’échec de ces trois dernières années en acceptant d’entrer au Foreign Office en 2016 (avant de démissionner deux ans plus tard) sans avoir prise aucune sur les négociations bruxelloises et en sollicitant le pire de son côté hableur. Je sais comme les diplomates du Foreign Office sont compassés et, souvent, couards, mais était-ce bien utile d’alimenter le moulin de leur mépris de classe en jouant l’histrion populiste ? 
 
Mon cher ami, j’ai les plus fortes réserves concernant Boris. Et pourtant, je ne vois pas comment le parti ne voterait pas pour lui. Mon amis David Davis voudrait me convaincre de voter Dominic Raab. J’ai beaucoup d’estime pour l’ancioen secrétaire au Brexit, pour son sériueux et pour sa capacité à être l’une des personnalités clés du prochain gouvernement. Mais la démocratie est ainsi faite qu’il existe des personnalités charismatiques, vers lesquelles se tournent tous les regards, qui cristallisent les aspirations de l’électorat. Nous ne pouvons pas nous opposer au fait que Boris aujourd’hui voit aujourd’hui converger tous les espoirs vers lui. Max Weber a justement souligné comme le « pouvoir charismatique » tient autant aux projections des citoyens vers le chef qu’aux qualités intrinsèques du chef. Il y a Boris et toutes ses faiblesses, en même temps que sa faconde, sa drôlerie, son sens de la répartie sa capacité à être où on ne l’attend pas. Peut-être demain y aura-t-il Boris Johnson, Premier ministre de Sa Gracieuse Majesté, capable de mettre en oeuvre le Brexit, d’endosser le rôle que les conservateurs attendent de lui. Nous avons un espoir: Boris Johnson fut un bon maire de Londres, capable de faire gagner le parti conservateur dans une ville majoritairement «Remain ». Cette fois nous allons avoir besoin d’ un Boris Johnson sortant définitivement de la mise en scène un peu bouffonne qui l’a souvent caractérisé. 
 
Nous avons plusieurs raisons de penser que nous ne faisons pas un saut dans l’inconnu. Premièrement, le parti Tory joue sa survie. Comme le disait justement Dominic Raab lors du premier débat des prétendants à la présidence du parti, les électeurs ne pardonneront pas aux conservateurs un délai du Brexit au-delà du 31 octobre. Ensuite, toutes les énergies, frustrées, des Brexiteers bloqués par Theresa May, vont pouvoir se déployer. Enfin, je suis prêt à faire le pari, comme Benjamin l’Ancien, que Boris, tenant le rôle de sa vie, ne le laissera pas passer: être à la hauteur de l’Histoire. Jouer le rôle de celui qui réussit le Brexit? Donc mettre en oeuvre le Brexit. Tel est le piège vertueux dans lequel Boris est en train de sauter à pieds joints
 
Bien fidèlement
 
Benjamin Disraëli
 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Le gorille
- 17/06/2019 - 20:57
Atlantico !
Atlantico ! Oh ! Vous savez qu'il existe des correcteurs orthographiques? Je sais, ils ne sont pas la panacée, et il faut souvent choisir, voire même les corriger.... mais quand même... ils ôtent le plus souvent de belles aiguilles des doigts des dactylographes ! "de’annoncer ", "Non pas qu’il n’ai fait un héros possible", "averc" : des chiquenaudes que le correcteur numérique sait éliminer !
Le gorille
- 17/06/2019 - 20:51
merci pour la Toile
Il faudrait que ce mot supplante celui franglais, et même anglais tout court.... mais de la coupe aux lèvres, à en croire l'usage aujourd'hui, il y a si loin !
tubixray
- 17/06/2019 - 14:06
Tout de même
Un tel premier ministre serait une belle réplique à ceux qui ont élus un maire de Londres musulman.