En direct
Best of
Best of du 6 au 12 juillet
En direct
© GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP
Premier cercle ... de l'enfer ?

De Benalla à Loiseau en passant par Castaner : ces déceptions personnelles d'Emmanuel Macron qui montrent son incapacité à bien s'entourer

Publié le 14 juin 2019
La fin du "vieux monde" politique n'a pas débouché sur l'émergence d'une nouvelle génération, mais sur la suprématie d'un homme de plus en plus isolé.
Marc Endeweld est journaliste indépendant, ancien grand reporter à Marianne. Il a publié plusieurs ouvrages dont "Le grand Manipulateur" (Stock, 2019) et L'ambigu Monsieur Macron (Flammarion, 2015).
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Marc Endeweld
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Marc Endeweld est journaliste indépendant, ancien grand reporter à Marianne. Il a publié plusieurs ouvrages dont "Le grand Manipulateur" (Stock, 2019) et L'ambigu Monsieur Macron (Flammarion, 2015).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La fin du "vieux monde" politique n'a pas débouché sur l'émergence d'une nouvelle génération, mais sur la suprématie d'un homme de plus en plus isolé.

Atlantico : Entre Alexandre Benalla, certains de ses conseillers et plus récemment Nathalie Loiseau qui vexe ses alliés européens en parlant de "carnage politique", Emmanuel Macron cède-t-il trop à ses choix affectifs tant au moment de choisir les gens que de les lâcher?

Marc Endeweld : Contrairement à ce que l'on peut penser, Emmanuel Macron n'est pas du tout dans l'affectif. C'est un élément de la communication officielle de laisser penser cela, parfois relayé par ses propres conseillers pour expliquer la raison qui aurait fait qu'Alexandre Benalla n'aurait pas été lâché immédiatement voire même protégé par certains collaborateurs du président comme M. Ismaël Emelien qui a reconnu avoir diffusé sur les réseaux sociaux des vidéos trafiquées des événements du Premier mai au motif qu'il fallait protéger la présidence de la République.

Le discours d'un Macron affectif permet soit de justifier la protection de certains collaborateurs soit d'excuser la faiblesse politique et l'amateurisme de certaines personnalités de la macronie.

Au contraire, tout montre dans l'ascension au pouvoir d'Emmanuel Macron qu'il n'a pas beaucoup d'affectif pour les gens qui l'ont entouré comme je le démontre dans mon livre. Il a plusieurs fois rompu brutalement avec des personnes de son entourage qui ont pu l'aider à certains moments. Comme avec Jean-Pierre Jouyet ancien secrétaire général de l'Elysée sous François Hollande. On peut penser également à son comportement vis-à-vis de François Bayrou, de Gérard Collomb… Au final ce n'est pas quelqu'un qui remercie beaucoup les gens qui ont pu l'aider politiquement.

Au final, le problème n'est-il pas le choix qu'a fait le président de s'entourer de gens qui ne bénéficient ni d'une grande expérience politique, ni d'un grand charisme ? Quel danger cela pourrait-il représenter pour lui ?

D'abord il faut bien comprendre qu'à l'époque Emmanuel Macron n'avait pas de parti constitué. Il s'est fait d'une certaine manière ex-nihilo. Il a accepté des personnalités venant de toute part sans forcément faire le tri. Par ailleurs il a eu une tendance à choisir des gens qui n'allaient pas lui tenir tête.

On le voit bien par le biais de Nathalie Loiseau mais aussi avec une bonne partie des ministres du gouvernement Philippe. Il n'a pas choisi des gens débordant de charisme ou des personnages bénéficiant d'une grande expérience politique. En réalité, la macronie fonctionne aujourd'hui comme certaines grandes entreprises avec un management dysfonctionnant où l'on promeut à des postes à responsabilité des gens qui sont obéissants mais qui n'ont ni les compétences, ni l'habileté des dirigeants.

En conséquence, Emmanuel Macron se retrouve dans une situation dans laquelle, à chaque fois qu'il y a un "couac", il est directement exposé car entre lui et ses collaborateurs il n'y a pas de tampon de sécurité. Même si des talents ont émergé de la macronie, on ne peut pas parler d'un renouvellement général qui a mis en avant toute une génération politique. Au final, les individus talentueux restent isolés. Tout cela n'est pas ce que l'on peut appeler du "collectif" et renvoie à la question de ce qu'est vraiment le macronisme en dehors d'une réflexion et d'une ambition personnelle.

Est-ce que cela ne rejoint pas l'idée du fonctionnement "en commando" du président qui se reposerait uniquement sur quelques individus de confiance ?

Là aussi, la présentation d'un fonctionnement en commando est partielle. Au fil de mes enquêtes je me suis aperçu qu'en réalité il a utilisé beaucoup plus de personnes ou de réseaux anciens qu'on ne pourrait le croire. L'idée d'un commando est en fait réductrice par rapport à sa capacité à s'être mu dans tous les réseaux de la république française.

Il n'empêche que l'idée de commando qu'il soutiendrait jusqu'au bout a une pertinence. Après l'affaire Benalla on s'est aperçu que le président s'était recroquevillé sur le premier cercle de son équipe de campagne. On peut parler de Cédric O ou de Sibeth Ndiaye. Envers ces personnalités qui ont participé à la logistique de la campagne on voit qu'il n'a pas rompu les liens mais remerciés et promus. Avec des exceptions comme le président de l'association de financement Christian Dargnat qui n'est plus que simple membre d'"En Marche !".

C'est au final beaucoup de relations inter-individuelles. Quand Manuel Valls a proposé de soutenir Emmanuel Macron avant le premier tour, Emmanuel Macron ne lui a pas tendu la main. Vraisemblablement par vengeance alors que dans la politique traditionnelle il aurait eu tout intérêt à diversifier ses soutiens. Il ne l'a pas fait car il est aussi dans une conception très verticale du pouvoir, très bonapartiste, qui fait qu'il n'a pas eu l'impression qu'il y avait un enjeu à créer des coalitions.

Dans sa conception c'était à tous les acteurs du "vieux monde politique" de se déterminer par rapport à sa propre personne. On est dans une logique hyper-présidentialiste où le débat n'est pas affaire de nuances mais de soutien au président, ou pas.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Auriez vous le brevet des collèges ou... signé une pétition car les épreuves étaient trop difficiles ?

02.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

03.

BCE : pourquoi l’équipe de Christine Lagarde pourrait cruellement manquer d’économistes

04.

L’humanité a-t-elle atteint son pic d’intelligence ?

05.

Céline Dion envoie DEUX stylistes à l’hosto; Nabilla veut de grandes études pour son bébé; Elizabeth II recueille une milliardaire en fuite; Laeticia Hallyday humiliée à Saint-Tropez; Cyril Hanouna achète à Miami, François H. & Julie Gayet à Montsouris

06.

20 après le Kosovo, l’Occident et l’UE devraient-ils éprouver une pointe de regret vis-à-vis de la Serbie ?

07.

Alerte à la pollution des pneus et des freins des voitures

01.

Céline Dion envoie DEUX stylistes à l’hosto; Nabilla veut de grandes études pour son bébé; Elizabeth II recueille une milliardaire en fuite; Laeticia Hallyday humiliée à Saint-Tropez; Cyril Hanouna achète à Miami, François H. & Julie Gayet à Montsouris

02.

Immigration : quand la vérité des chiffres émerge peu à peu

03.

Ces cinq erreurs de politiques publiques qui coûtent incomparablement plus cher à la France que quelques dîners au luxe malvenu

04.

Quand Jeff Bezos affirme à ses employés qu’"Amazon fera faillite, car Amazon n’est pas immortelle"

05.

Ces 6 questions que soulèvent les révélations sur François de Rugy et qui en disent long sur le niveau de dysfonctionnement politique et économique de notre pays

06.

Safari des gérants du Super U : pourquoi leur cas est bien plus défendable qu’il n’y paraît d’un point de vue environnemental

01.

Immigration : quand la vérité des chiffres émerge peu à peu

02.

Ces cinq erreurs de politiques publiques qui coûtent incomparablement plus cher à la France que quelques dîners au luxe malvenu

03.

Chasse aux comportements indécents : ce que la France a à gagner … et à perdre dans sa quête grandissante de vertu

04.

Cet autre mal Français qui se cache derrière le recul de la liberté d’expression en France

05.

Et toute honte bue, François de Rugy limogea sa chef de cabinet…

06.

L’humanité a-t-elle atteint son pic d’intelligence ?

Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
A M A
- 30/06/2019 - 20:19
Loiseau Benalla
Conscient de sa supériorité sans limites, et qu(il est à même de dominer n'importe quel problème, Macron croit qu'il est en mesure de transformer la bêtise en vertu, et l'eau en vin comme d'autres l'ont fait jadis. La France a les moyens de supporter bien des situations loufoques.
pierre de robion
- 15/06/2019 - 22:36
Politique!
En politique il n'y a pas de reconnaissance, il n'y a que des ambitions et le prince ne doit avoir aucune reconnaissance, mais au contraire se séparer cyniquement de ceux dont il n'est plus sûr ou qu'il juge simplement inutiles!
Cela lui permet de rechercher les talents où qu'il se trouvent pour mener une politique audacieuse donnant des résultats! Mais il faut du flair , n'est pas Napoléon qui veut et Sarko nous en a donné une piètre image avec ses trophées du genre Jouyet, Kouchner ou autre Hirch!)
Alors quand le "macronisme" se réduit à "Macron", la partie n'est pas gagnée!
jurgio
- 15/06/2019 - 16:32
Macron s'est entouré des meilleurs bouffons
Là-dessus, son jugement a été très pertinent. Certes, il ne fera pas grand chose de bon avec, mais ils passeront tous ensemble leur temps à bien rigoler.