En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

04.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

05.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

06.

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

07.

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

05.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

06.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Islamisme : la République de la complaisance

03.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

ça vient d'être publié
light > Société
Une heure de couvre-feu en plus !
Tout ce qu'il faut savoir sur le changement d'heure (eh oui, c'est ce weekend !)
il y a 1 heure 10 min
pépites > Politique
Voix de gauche
François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"
il y a 1 heure 48 min
pépites > Religion
Réforme
Le CFCM veut améliorer la formation des imams et mettre sur pied un plan anti-radicalisation
il y a 4 heures 30 min
décryptage > Politique
Indirect

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

il y a 5 heures 26 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Les entrepreneurs de légende français" : les trajectoires d’une large palette d’entrepreneurs français retracées avec brio

il y a 6 heures 31 min
décryptage > Education
D'un autre temps

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

il y a 9 heures 16 min
décryptage > Santé
Danger

Notre cerveau préfère les histoires qui finissent bien, nous devrions pourtant nous en méfier

il y a 9 heures 27 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite
il y a 9 heures 49 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

L’influence de la fonction publique et des fonctionnaires sur la vie politique : aux racines d'un mal français

il y a 10 heures 27 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Conseils à l’usage des gens “normaux” en couple avec un surdoué

il y a 10 heures 34 min
pépite vidéo > Politique
Concours de punchlines
"Quelles sont vos propositions ?" Olivier Véran s'agace face aux députés
il y a 1 heure 30 min
pépites > Terrorisme
Glacant
Professeur décapité : le tueur a cherché d’autres cibles sur les réseaux sociaux
il y a 3 heures 32 min
pépites > Justice
Justice
Conflit d'intérêt : Eric Dupond-Moretti écarté de l'enquête visant le PNF
il y a 5 heures 5 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Inhumain" : De la bande dessinée à grand spectacle, mais...

il y a 6 heures 26 min
décryptage > France
Faut que ça saigne

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

il y a 9 heures 9 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit
il y a 9 heures 25 min
décryptage > Education
Témoignages

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

il y a 9 heures 39 min
décryptage > International
A l’insu de son plein gré ou non

Donald Trump a un bilan majeur en matière de politique étrangère et voilà pourquoi

il y a 9 heures 53 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Oubliez astéroïdes et guerres nucléaires : au XXIe siècle, le principal danger pour l'humanité est les pandémies et maladies infectieuses

il y a 10 heures 31 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Comment l'idéologie du droit à la différence a fait basculer les banlieues dans le ressentiment identitaire et racial

il y a 10 heures 35 min
© Anthony WALLACE / AFP
© Anthony WALLACE / AFP
Quand la Chine s’éveillera

Pourquoi 50 ans d’erreurs sur l’analyse de l’évolution de la Chine devraient nous inciter à revoir nos logiciels géopolitiques

Publié le 11 juin 2019
Il y a déjà trente ans après, le massacre de la place Tiananmen interloquait chercheurs et politologues. L'idée d'une pareille répression faisait soudainement resurgir les plus sombres années maoïste alors que tout le monde pensait la Chine en chemin vers un processus plus démocratique.
Emmanuel Dubois de Prisque
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Emmanuel Dubois de Prisque est chercheur associé à l'Institut Thomas More et co-rédacteur en chef de la revue Monde chinois nouvelle Asie. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Il y a déjà trente ans après, le massacre de la place Tiananmen interloquait chercheurs et politologues. L'idée d'une pareille répression faisait soudainement resurgir les plus sombres années maoïste alors que tout le monde pensait la Chine en chemin vers un processus plus démocratique.

Atlantico : Il y a déjà trente ans après, le massacre de la place Tiananmen interloquait chercheurs et politologues. L'idée d'une pareille répression faisait soudainement resurgir les plus sombres années maoïste alors que tout le monde pensait la Chine en chemin vers un processus plus démocratique. De la même manière, les experts s'accordaient pour prévoir l'émergence de nouvelles formes démocratiques à mesure que le pays s'enrichirait, à l'image des "Tigres asiatiques (Japon, Corée du Sud, Taiwan). Avez-vous d'autres exemples en tête où la Chine a défié les prédictions des chercheurs et politologues durant ces trente dernières années ? 

Emmanuel Dubois de Prisque : Je ne sais pas si les événements de Tiananmen ont vraiment surpris les observateurs. La République populaire de Chine ne s'était pas caractérisée, depuis son avènement en 1949, par sa retenue dans l'usage de la violence. Plus généralement, les répressions sanglantes de soulèvements ou de manifestations populaires sont fréquentes à l'époque moderne. Les régimes républicains ne font pas exception, en Asie ou ailleurs. Alors que Louis XVI s'était toujours refusé à faire tirer dans la foule de ses sujets, la République en 1848 ou au moment de la Commune de Paris n'aura pas cette délicatesse. En Asie même, la répression du soulèvement de Gwanju en mai 1980, par l'armée de la République de Corée (du Sud) fera des centaines, peut-être des milliers de morts, un bilan comparable au massacre commis par l'armée chinoise à Pékin, le 4 juin 1989. 
Non, la vraie différence, c'est ce que ces régimes feront de cette violence : aujourd'hui en France ou en Corée du Sud, il est possible de parler de ces événements. L'usage de la violence par le régime pour réprimer sa propre population  n'est pas impossible, mais il est contesté, il prend la forme d'un aveu d'échec, d'une impuissance du pouvoir à faire face correctement à une situation de crise. En Chine, le massacre du 4 juin 1989  a longtemps été passé sous silence. Il l'est encore largement aujourd'hui, même si le pouvoir, de plus en plus convaincu d'être installé dans le sens de l'Histoire, estime que cette violence fut non seulement nécessaire mais fondatrice. Le ministre chinois de la Défense a récemment affirmé qu'il s'agissait d'une bonne décision. Les médias officiels ont comparé l'usage de la violence sur la place Tiananmen à une "vaccination" : un peu de violence immunisera contre la violence et tandis que les pays communistes en Europe ont été incapables d'user virilement de la force, seule capable de restaurer l'ordre et de permettre à la société de reprendre sa marche vers le progrès, les dirigeants chinois n'ont pas fait preuve de cette coupable mollesse. Voilà ce que pense au fond le régime et  voilà où le régime chinois nous surprend : en assumant de plus en plus l'usage de la violence contre son propre peuple, au nom de la stabilité et l'harmonie. Dans l'esprit des dirigeants chinois, la violence d'Etat est bénéfique, elle porte des fruits. La violence politique en Chine reste fondatrice, ce qu'elle n'est plus en Occident. 
Un exemple de ce qui a pris les sinologues de court? Le "système de crédit social" par lequel le pouvoir prévoir dès 2020 d'évaluer, voire de noter, l'ensemble des citoyens chinois, projet que personne n'avait anticipé. Alors que ce projet date d'avant l'an 2000, le premier article en français sur le sujet est paru en avril 2015 sur le site Causeur.fr qui n'est pas exactement, il me semble, ce qu'on peut appeler un haut lieu de la sinologie française...

Comment expliquer cette capacité à surprendre ?

Le Parti communiste chinois nous surprend parce que l'Occident mésestime systématiquement la dimension culturelle et idiosyncratique de la politique en Chine (et ailleurs). Libéraux, socialistes et communistes ne laissent aucune place dans leurs idéologies respectives à la culture. L'économisme transforme l'homme chinois, européen ou autre en Homo Œconomicus, espèce parfaitement interchangeable d'un bout à l'autre de la Terre. 
En outre, le Parti surprend par sa détermination qui ouvre le champ des possibles. Tout ce que qui est susceptible de fonctionner est susceptible d'être expérimenté. Mais ce "pragmatisme" ne doit pas nous laisser penser que le Parti se contentera de gérer l'économie chinoise en bon père de famille. Alors que nous imaginons que l'ère des grands desseins historiques s'est refermée avec la fin de la Seconde Guerre mondiale puis avec la chute du Mur de Berlin, en Chine à l'inverse  le Parti communiste se pense depuis 1949 mandaté par l'Histoire (avec sa grande hache, comme disait Georges Perec) pour, par ordre de priorité décroissante 1) exercer sempiternellement le pouvoir et 2) pour faire de la Chine la puissance dominante du XXIe siècle. Tous les moyens sont bons pour réaliser ces deux priorités. 

Est-ce que cette capacité n'est pas due à l'ambivalence même du pays dont la nature et la persistance est unique, à savoir un Etat se déclarant idéologiquement attaché aux valeurs du Communisme tout en étant ouvert au capitalisme de grand marché ?

Ce n'est pas ainsi que je décrirais l'ambivalence de la Chine. La Chine est ambivalente parce qu'elle est à la fois une nation parmi les autres, et selon son idiosyncrasie impériale, une civilisation, et même LA seule et unique civilisation. S'il faut prendre au sérieux le grand projet séculaire du Parti, celui de restaurer la Chine dans sa puissance passée, alors il faut imaginer qu'avec le retour de la Chine  au premier plan, ce n'est pas un nouveau "leader" qui se profile à l'horizon, mais une civilisation qui s'imagine d'une autre essence que le reste du monde qui devra attendre d'elle d'être éclairée et civilisée. C'est le paradoxe de la Chine aujourd'hui d'être entrée dans une rivalité mimétique totale avec les Etats-Unis tout en se concevant comme étant d'une autre essence que les nations occidentales, fragmentées, belliqueuses et divisées, tandis que la Chine serait par essence unificatrice, pacifique et harmonieuse. 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires