En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

03.

Des chercheurs ont découvert des dizaines de milliers (!) de dessins vieux de 12.500 ans dans la forêt amazonienne

04.

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

05.

Et l’Italie fut le premier pays à demander l’annulation d’une partie des dettes européennes... voilà pourquoi il faut prendre sa demande au sérieux

06.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

07.

Le Covid-19 est en train de transformer profondément l'Asie et voilà comment

01.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

02.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

03.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

ça vient d'être publié
pépites > Société
Exode
Un Français sur dix a quitté sa résidence principale à l'occasion du deuxième confinement, un million de plus que lors du premier confinement
il y a 7 min 55 sec
pépites > Justice
Police
Un des policiers qui suspectent, à tort, 6 jeunes dans une voiture, tire, sans raison, deux coups de feu sur eux, il n'a pas fait l'objet de sanction
il y a 1 heure 15 min
décryptage > Economie
Perte de pouvoir d'achat

La crise du Covid pourrait faire perdre aux Britanniques 1350 euros sur leur rémunération annuelle d’ici 2025. Quid des Français ?

il y a 1 heure 56 min
décryptage > Santé
Protocole ultra-renforcé

Delta Airlines lance un programme pour réduire le risque de contamination Covid à 1 sur 1 million sur ses vols transatlantiques. Pourquoi ne pas s'en inspirer pour des Noëls en famille sans risque ?

il y a 2 heures 28 min
pépite vidéo > Justice
Jour J
Le procès de Nicolas Sarkozy pour corruption dans "l'affaire des écoutes" reprend aujourd'hui
il y a 2 heures 55 min
décryptage > Politique
Janus

Ce qui se cache vraiment derrière le paradoxe Macron

il y a 4 heures 10 min
pépites > Justice
Bavure
4 policiers mis en examen dont 2 ont été écroués dans l'affaire Michel Zecler
il y a 4 heures 18 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Huit jeux auxquels vous pouvez jouer en famille par écran interposés pendant le confinement
il y a 4 heures 43 min
décryptage > Economie
Début de renaissance italienne

Et l’Italie fut le premier pays à demander l’annulation d’une partie des dettes européennes... voilà pourquoi il faut prendre sa demande au sérieux

il y a 4 heures 45 min
pépite vidéo > France
Heurts
Manifestation : les images très violentes d'un policier tabassé par plusieurs manifestants
il y a 20 heures 35 min
décryptage > Economie
LES ENTREPRENEURS PARLENT AUX FRANÇAIS

La France et l’Allemagne tentent de rallier l’Europe à sa folie. Ils résistent pour protéger l’économie. Tant mieux 

il y a 12 min 27 sec
décryptage > Economie
Panorama

COVID-19, vaccins, politique et vérités

il y a 1 heure 33 min
pépites > Politique
Dilemme
Emmanuel Macron pris au piège de la loi sur la sécurité globale et de l'article 24, Darmanin sur le grill
il y a 2 heures 5 min
pépites > Santé
Covid-19
Coronavirus : la Haute Autorité de Santé recommande de vacciner en 5 phases avec priorité aux Ehpad
il y a 2 heures 47 min
décryptage > Politique
Surprise Surprise

Comment la gauche a subitement découvert les vertus de la vidéosurveillance

il y a 3 heures 54 min
décryptage > France
Union de la colère

La France n’est-elle plus qu’une somme de colères dirigée par un gouvernement incapable de les comprendre ?

il y a 4 heures 18 min
décryptage > France
Glottophobie

Il faut sauver l'accent de Jean Castex !

il y a 4 heures 42 min
décryptage > Economie
ATLANTICO BUSINESS

Le Covid touche les plus vieux mais les jeunes vont en payer les factures

il y a 4 heures 44 min
light > Histoire
Incroyable
Des chercheurs ont découvert des dizaines de milliers (!) de dessins vieux de 12.500 ans dans la forêt amazonienne
il y a 20 heures 11 min
pépite vidéo > Sport
Plus de peur que de mal
Formule 1 : Romain Grosjean miraculé après un accident très impressionnant
il y a 20 heures 54 min
© DANIEL LEAL-OLIVAS / AFP
© DANIEL LEAL-OLIVAS / AFP
Atlantico Business

Ce compromis que prépare discrètement Boris Johnson derrière ses menaces de Brexit dur

Publié le 10 juin 2019
Alors que la course à la succession de Theresa May s’est ouverte ce week-end, Boris Johnson, très favori parce que champion extravagant d’un Brexit dur et rapide, prépare en fait les conditions d’un compromis qui éviterait la rupture.
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que la course à la succession de Theresa May s’est ouverte ce week-end, Boris Johnson, très favori parce que champion extravagant d’un Brexit dur et rapide, prépare en fait les conditions d’un compromis qui éviterait la rupture.

Tout se passe comme si à l’approche du pouvoir, les candidats en position de succéder à Theresa May se rendaient compte que la gestion du Brexit sera très compliquée. Boris Johnson, le favori au poste de Premier ministre, a construit sa notoriétésur des convictions très populistes et très nationalistes, ce qui l’a amené à défendre un Brexit sans aucune concession. Brexit rapide et presque violent,à tel point qu‘il avait abandonné le gouvernement de Theresa May quand elle a négocié son projet d’accord et n’a eu de cesse de voter contre le compromis qui avait été négocié, revenant en permanence à un projet de Brexit dur et pur. Il a donc quitté la sphère du pouvoir afin d’avoir la parole plus libre, ce dont il ne s’est jamais privé. Exigeant même jusqu'au départ de la Première ministre, ce qui a fini par arriver.

Seulement voilà , aujourd’hui, il se retrouve aux portes du pouvoir, candidat favori des conservateurs, bien obligé de confirmer ses intentions, c’est à dire gérer le Brexit le plus vite possible mais bien obligé aussi d’imaginer les procédures et de prévoir un changement de régime sans drame, ni risque économique majeur pour la Grande Bretagne.

Or, Boris Johnson, qui pendant la campagne pour le référendum avait brandi des analyses prouvant que le Brexit n‘aurait que des avantages pour la Grande Bretagne, a bien du mal à confirmer ces preuves quand on les lui demande.  Boris Johnson a même abandonné le langage un peu vulgaire qui a marqué son identité pendant la période de négociations.

Quand, lui disant que les entreprise britanniques avaient besoin d’un grand marché comme l’Union européenne, il répondait « Fuck business ». Quand on lui disait que l’Europe pouvait être utile, il disait « We fuck Bruxelles ».

Boris Johnson n’a pas ressorti les mots de la colère qui ont fait sa popularité, ilest maintenant très prudent. Dans les discours,il reste un partisan du Brexit, mais dans les réunions de cabinet, il se dit aussi très lucide sur les difficultés qu’il aura en phase de responsabilités.  Donc, Brexit oui, mais il faudra tout faire pour ne pas bloquer le système économique britannique. Brexit oui, mais la clause de sauvegarde ( back stop ) n’est pas forcément nécessaire, on pourra renégocier.

Brexit oui, mais il reconnaît que l’édification d’une frontière entre l’Irlande du Nord et l’Irlande du Sud ne sera pas nécessaire, on trouvera une solution. 

Brexit oui,  mais il n’est pas souhaitable que la Grande Bretagne soit exclue ou s’exclut elle même du grand marché donc là encore, il faudra trouver une solution.

Brexit oui, mais Boris Johnson n’exclut pas de discuter beaucoup de détails,  il considère même que ça sera indispensable.

Par conséquent, Boris Johnson fait tout pour que les Anglais n’aient pas peur de ce qui va se passer.

D’abord, il promet la sortie mais il demande du temps.

Ensuite, il se refuse à organiser un nouveau referendum parce qu’il promet une renégociation avec des revendications qui portent principalement sur ce qui a déjà été négocié par Theresa May et Michel Barnier.

A voir s’il trouvera les solutions.

 

Aprés avoir affiché une opposition frontale à l'Europe, après avoir prôné un divorce sans compromis, Boris Johnson apparaît beaucoup plus conciliant et raisonnable à la veille de prendre la responsabilité du gouvernement.

Sur le fond, le projet de Boris Johnson a donc changé.

Sur la forme, il reste déterminé puisque, si l'Europe n'acceptait pas de renégocier l’accord de sortie du Brexit, Boris Johnson menacerait les Européens de ne pas payer la facture du Brexit.Les Anglais doivent encore pas mal d’argent à l’Europe.  Cette facture correspond à des engagements financiers pris par le Royaume-Uni avec les Etats membres, soit 50 milliards d’euros. « Dans un bon accord, l’argent reste un très bon lubrifiant » a-t-il ajouté, quand on s’étonnait que la Grande Bretagne décide ainsi de ne pas tenir sa parole.

A Bruxelles, on a parfaitement compris le message. Michel Barnier aussi. La Grande Bretagne va renégocier un accord sur lequel les modification demandées par la GB ont déjà été faites. Et sur lequel elle est d’accord.

Le blocage était donc essentiellement politique. Et actuellement les discours électoraux de Boris Johnson participent plutôt d’un dialogue de sourds, parce qu’en réalité, personne ne s’attend à de grosses difficultés. Le Parlement britannique ne pouvait pas signer le compromis parce qu’il était présenté par Theresa May. Maintenait qu‘elle est partie, tout est possible, parce que sur le fond, tout le monde reconnaît que le projet

Theresa May correspond à la réalité :
1. La Grande Bretagne a besoin du grand marché

2. L’Union européenne a besoin du marché britannique

3. La Grande Bretagne comme l’Union européenne ont besoin de normes en matières sanitaire, sociale et fiscale. Si les Etats n’acceptent pas de les mettre en place, les consommateurs se chargeront de les exiger.

A quelques mètres du pouvoir, Boris Johnson a compris tout cela. Pour le reste, comme il dirait, Fuck !

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ajm
- 10/06/2019 - 22:55
Agitation pour pas grand chose.
On exagère énormément à la fois les avantages et les inconvénients de cette Europe Bruxelloise. En fait, c'est un peu bidon et surfait. Beaucoup de bruits pour pas grand chose en définitive. Quand la GB sera partie, on s'apercevra que la réalité n'aura pas été significativement modifiée pour les British et pour nous.
gerint
- 10/06/2019 - 15:50
Un Brexit sans accord
Et sans paiement des 40 ou 50 milliards à l’UE c’est je crois la meilleure solution d’autant plus que la GB à sa monnaie gérée par sa banque centrale et que c’est l’Euro et non la Livre Sterling qui est état de démantèlement
castres81
- 10/06/2019 - 13:14
Johnson est un triste "cire"
C'est toujours du n'importe-quoi-fuckage quelle que soit la question .
Non il n'est pas brillant le sir Johnson !