En direct
Best of
Best of du 12 au 18 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Petit coup de projecteur sur le classement très discret des vrais salaires des hauts-fonctionnaires

02.

Ce que la médiation Blanquer-Taché dit vraiment de LREM

03.

Attention à vos smartphones, les cas de piratage sont de plus en plus fréquents

04.

Agression sexuelle : ça s'aggrave pour Patrick Bruel ; 25 ans et toutes ses dents, Madonna a un nouveau toyboy ; Céline Dion rate son 1er concert et ne sait plus où elle en est ; Les secrets du revirement de Laeticia Hallyday

05.

Des chercheurs identifient la mutation génétique qui explique que certaines personnes dorment très peu

06.

Corse : mobilisation pour la lutte contre une mafia... qui n’existe pas

07.

Partout dans l’OCDE, le problème spécifique du chômage des personnes originaires d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient

01.

Agression sexuelle : ça s'aggrave pour Patrick Bruel ; 25 ans et toutes ses dents, Madonna a un nouveau toyboy ; Céline Dion rate son 1er concert et ne sait plus où elle en est ; Les secrets du revirement de Laeticia Hallyday

02.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

03.

Les Mormons : l'influence du cercle des conseillers d'Emmanuel Macron

04.

Petit coup de projecteur sur le classement très discret des vrais salaires des hauts-fonctionnaires

05.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

06.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

03.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

04.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

05.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

06.

Pression islamiste : quelles leçons de la guerre froide et du "containment" de la menace intérieure communiste ?

ça vient d'être publié
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 21 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 1 heure 7 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Livre : "Jour de courage" de Brigitte Giraud - Le jour du coming out d’un adolescent

il y a 2 heures 32 min
pépites > Société
Imbroglio politique
Irlande du Nord : Légalisation de l'avortement et du mariage homosexuel
il y a 4 heures 55 min
décryptage > Politique
Tribune

Logement : il faut faire tout le contraire de la politique d’Anne Hidalgo !

il y a 6 heures 27 min
décryptage > Social
Disparité

Partout dans l’OCDE, le problème spécifique du chômage des personnes originaires d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient

il y a 6 heures 51 min
décryptage > Economie
Ecologisme

PLF 2020 : la fiscalité environnementale ne sauvera pas la planète

il y a 7 heures 20 min
décryptage > Science
Quand le ciel nous tombe sur la tête

L'Europe lance un programme de résilience aux tempêtes solaires

il y a 7 heures 50 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico Business

Santé, retraite, service public : Macron tenté de reprendre son programme de réformes à zéro

il y a 8 heures 10 min
décryptage > Social
Attention, danger politique du troisième type

Gouvernement, minorités activistes et reste de la société : le trio infernal que plus rien ne relie ?

il y a 8 heures 28 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Vania : Une même nuit nous attend tous" : "Oncle Vania" revisité

il y a 1 jour 2 heures
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le dernier des Yakuzas" de Jake Adelstein - Plongée dans le Japon des gangs, un héros inquiétant, un récit haletant !

il y a 2 heures 28 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Looking for Beethoven" de Pascal Amoyel : Une immersion totale vibrante, époustouflante dans le monde de Beethoven

il y a 2 heures 36 min
décryptage > Société
Imbroglio politique

Irlande du Nord : Légalisation de l'avortement et du mariage homosexuel

il y a 4 heures 57 min
décryptage > Social
Marronnier

La SNCF sur la voie de garage

il y a 6 heures 39 min
décryptage > Société
Cachez-moi ça

Des slips sur des statues de nus à l'UNESCO ! Pour ne pas heurter "certaines sensibilités"…

il y a 7 heures 10 min
décryptage > Santé
La vie est injuste

Des chercheurs identifient la mutation génétique qui explique que certaines personnes dorment très peu

il y a 7 heures 45 min
décryptage > Europe
Disraeli Scanner

Comment l’individualisme risque de détruire la démocratie

il y a 7 heures 55 min
décryptage > Société
Ultra moderne voilitude

Cette double crise de la modernité qui paralyse les réflexes démocratiques français

il y a 8 heures 15 min
pépite vidéo > Faits divers
Héroique
Etats-Unis : Il désarme un élève armé d'un fusil à pompe en lui faisant un câlin
il y a 1 jour 1 heure
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Théâtre : "Sept ans de réflexion" : Une farce (un peu trop lourde) sur l'adultère

il y a 1 jour 2 heures
© Reuters
© Reuters
Données personnelles

Les enfants et adolescents dont les parents font des stars de leurs réseaux sociaux ont un avis sur le sujet. Et ils ne sont souvent pas contents !

Publié le 09 juin 2019
Un nouveau "conflit" familial intergénérationnel émerge sur la gestion des images : il arrive que les enfants et les adolescents n'autorisent pas leurs parents à partager leur image sur les réseaux sociaux.
Nathalie Nadaud-Albertini est docteure en sociologie de l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales et correspondante au Centre de Recherche sur les Médiations de l’Université de Lorraine.  
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nathalie Nadaud-Albertini
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nathalie Nadaud-Albertini est docteure en sociologie de l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales et correspondante au Centre de Recherche sur les Médiations de l’Université de Lorraine.  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Un nouveau "conflit" familial intergénérationnel émerge sur la gestion des images : il arrive que les enfants et les adolescents n'autorisent pas leurs parents à partager leur image sur les réseaux sociaux.

Atlantico.fr : Comment et à quel âge se manifeste concrètement ce conflit ?

Nathalie Nadaud-Albertini : Ce conflit autour du partage sur les réseaux sociaux par les parents de certaines images de leurs enfants se manifeste par le fait que ces derniers ne sont pas d’accord ou pas à l’aise avec les images d’eux qui sont postés. Va alors s’engager une négociation entre les parents et les enfants pour savoir ce qui peut être ou non posté. Parfois, ils aboutissent à un compromis (par exemple, la photo est prise et publiée mais l’enfant cache son visage), parfois il est décidé que la photo ne sera pas partagée ou parfois les parents passent outre le consentement des enfants.

Ce conflit se manifeste au moment où l’enfant prend pleinement conscience d’être une personne indépendante de ses parents. Cela peut varier selon les enfants, mais disons environ 7 ans, ce que l’on a coutume d’appeler « l’âge de raison ».

En quoi ce conflit de droit à l'image révèle-t-il les évolutions autour de l'identité personnelle ? Ne peut-on pas voir dans ce phénomène un rejet individualiste de la construction de l'image publique via la famille ?

Ce conflit montre qu’à un moment donné les enfants se vivent et se revendiquent comme des êtres avec une identité indépendante de l’identité collectivisée qu’ils ont à travers l’image familiale publiée sur les réseaux. Cela existait déjà avant les réseaux mais se manifestait dans des proportions moindres, car la portée de diffusion des images était limitée au cercle de proches. Par exemple, les enfants refusaient de se mettre en scène dans telle ou telle image (en train de faire des gâteaux en se maculant le visage de chocolat par exemple), refusant ainsi d’être un vecteur permettant aux parents de donner une image idéale de leur quotidien familial en envoyant par courrier postal des doubles de la photo en question. Les enfants refusaient parce qu’ils ne voulaient pas être perçus uniquement comme les enfants de telle et telle personne. Ils voulaient qu’on les considère pour eux-mêmes. Avec les photos partagées sur les réseaux, seule l’échelle de diffusion change, mais l’enjeu est toujours le même pour les enfants : se présenter comme des personnes à part entière et pas uniquement comme des membres du collectif familial dans une version souvent idéalisée.

Adolescents et parents n'ont pas la même sensibilité à la publication de leur vie intime, par définition privée. En quoi la recherche de contrôle de leur image par les adolescents manifeste-t-elle une modification plus générale de la manière dont les nouvelles générations vont mettre en œuvre cette séparation public/privé ?

Les parents ont tendance à partager des photos de leur vie privée dans une version idéalisée, c’est-à-dire qu’ils se mettent en scène comme famille harmonieuse. Cela ne veut pas dire que c’est un mensonge, simplement une exagération de ce qu’est leur quotidien familial. Ils vont garder pour eux ou pour leur cercle très proche les moments moins idéaux ou les moments plus intimes qu’ils ne savent pas exprimer sur une image.

Pour les enfants, le partage public/privé n’existe pas de façon aussi nette, car leur vie privée s’élabore également en ligne. Pour eux, les interactions numériques ne sont pas nécessairement publiques, elles font partie de leurs relations quotidiennes. C’est pourquoi ils expriment sur les réseaux des éléments privés, comme l’expression de l’amitié, de conflit, de relations amoureuses. Je veux dire par là que le dire en ligne c’est le vivre pleinement, au même titre que dans la vie IRL. Il n’est pas question d’image figée mettant en scène ou fixant des souvenirs dans le temps comme pour les parents. On publie telle photo avec telle personne parce qu’on vit une histoire spécifique avec elle, et le publier est une façon intégrante du fait de vivre la relation. Autrement dit, les parents connaissent mal la grammaire de l’intime en ligne, les enfants si.

Le fait que les enfants et les adolescents soient très tôt présents sur les réseaux sociaux relègue-t-il plus généralement la famille à une fonction de socialisation secondaire ? 

La famille est une instance de socialisation tellement fondamentale qu’il me semble difficile d’envisager qu’elle perde un jour sa fonction de socialisation primaire. En effet, la présence précoce des enfants sur les réseaux ne change pas le fait que c’est dans le cadre du milieu familial que se constitue le système de dispositions à partir duquel toutes les autres expériences de la vie sociale seront filtrées. Cette action prépondérante s’explique :

1) par le fait qu’elle intervient dès le premier âge de la vie, au moment où la personnalité de l’enfant est encore malléable

2) par le fait qu’elle est particulièrement intense à cause des contacts quotidiens entre parents et enfants

3) par le fait qu’elle a lieu dans un climat affectif fort qui rend les enfants tout particulièrement réceptifs aux apprentissages nouveaux.

Par conséquent, exposition sur les réseaux ou non, la famille conserve toujours un rôle central dans la socialisation. En revanche, la socialisation par la famille comprend dorénavant un apprentissage de l’exposition de soi sur les réseaux. L’enfant apprend en effet au sein de sa famille le rapport à l’image publique via les réseaux, en acceptant la publication de certaines images et en en refusant d’autres. Les parents vont accepter les refus dans certains cas comme étant une marque de leur prise d’autonomie et ne pas en accepter d’autres, parce qu’il leur semble également important d’apprendre à leurs enfants à ne pas être prisonniers de leur image. C’est par exemple le cas de parents postant des images de leurs adolescents qui, comme beaucoup d’adolescents, trouvent que leur apparence ne convient jamais à l’exposition en images. C’est pour les parents une façon de montrer à leurs enfants qu’ils n’ont pas à se cacher ou  à être invisibles, même si leur apparence n’est pas parfaite. Ils leur apprennent ainsi qu’ils ont le droit d’exister dans l’espace public avec leurs imperfections, et ils les aident à y prendre leur place en dépassant leurs complexes. Autrement dit, ils les aident à grandir et à se socialiser via les réseaux.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Petit coup de projecteur sur le classement très discret des vrais salaires des hauts-fonctionnaires

02.

Ce que la médiation Blanquer-Taché dit vraiment de LREM

03.

Attention à vos smartphones, les cas de piratage sont de plus en plus fréquents

04.

Agression sexuelle : ça s'aggrave pour Patrick Bruel ; 25 ans et toutes ses dents, Madonna a un nouveau toyboy ; Céline Dion rate son 1er concert et ne sait plus où elle en est ; Les secrets du revirement de Laeticia Hallyday

05.

Des chercheurs identifient la mutation génétique qui explique que certaines personnes dorment très peu

06.

Corse : mobilisation pour la lutte contre une mafia... qui n’existe pas

07.

Partout dans l’OCDE, le problème spécifique du chômage des personnes originaires d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient

01.

Agression sexuelle : ça s'aggrave pour Patrick Bruel ; 25 ans et toutes ses dents, Madonna a un nouveau toyboy ; Céline Dion rate son 1er concert et ne sait plus où elle en est ; Les secrets du revirement de Laeticia Hallyday

02.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

03.

Les Mormons : l'influence du cercle des conseillers d'Emmanuel Macron

04.

Petit coup de projecteur sur le classement très discret des vrais salaires des hauts-fonctionnaires

05.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

06.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

03.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

04.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

05.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

06.

Pression islamiste : quelles leçons de la guerre froide et du "containment" de la menace intérieure communiste ?

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires