En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Journée mondiale d’Alzheimer : comment nos rythmes de sommeil peuvent prédire le moment de l'apparition de la maladie

02.

La peur de l'Iran redistribue les cartes au Proche-Orient

03.

Non, les adhérents de LREM ne méritent pas Macron ! Il est trop grand, trop beau, trop génial pour eux.

04.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

05.

COVID-19 : les derniers chiffres en France ne sont pas bons. Nous allons le payer

06.

Emmanuel Macron, le président sans parti : pas (nécessairement) de quoi perdre 2022 mais mauvais coup garanti pour la démocratie

07.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

03.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

04.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

05.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

06.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

03.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

04.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

05.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

06.

L'Europe gruyère d'Ursula von der Leyen

ça vient d'être publié
pépites > Justice
"Dépression sévère"
Julian Assange serait confronté à des tendances suicidaires suite à son emprisonnement
il y a 4 heures 24 min
pépites > France
Prévention du risque
Incendie de Lubrizol à Rouen : un appel à manifester a été lancé pour ce samedi 26 septembre
il y a 6 heures 59 min
décryptage > Culture
Série télévisée

Grand Hôtel : ces riches qu’on adore détester sur TF1

il y a 8 heures 11 min
pépite vidéo > Europe
Mauvaise surprise
Brexit : vers une fermetures de comptes bancaires pour les Britanniques au sein de l'UE ?
il y a 10 heures 49 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

La peur de l'Iran redistribue les cartes au Proche-Orient

il y a 11 heures 5 min
light > Justice
Internet
Harcèlement en ligne : le YouTubeur français Marvel Fitness condamné et incarcéré
il y a 11 heures 15 min
décryptage > Environnement
Climate week

Emission de CO2 : à calculs irrationnels, conclusions (volontairement) biaisées

il y a 11 heures 55 min
pépites > Santé
Covid-19
Coronavirus : début de saturation dans certains services hospitaliers en Île-de-France
il y a 12 heures 13 min
pépites > Santé
Fragiles
Emmanuel Macron dans un Ehpad du Loir-et-Cher
il y a 12 heures 35 min
pépites > Terrorisme
Danger immédiat
Menacée : une collaboratrice de Charlie Hebdo obligée de quitter son domicile
il y a 12 heures 56 min
pépite vidéo > Politique
LFI
Jean-Luc Mélenchon se félicite de la "créolisation" au coeur de la société française
il y a 6 heures 3 min
light > Justice
FFR
Bernard Laporte et Mohed Altrad ont été placés en garde à vue dans le cadre d'une enquête pour conflit d'intérêts
il y a 7 heures 23 min
pépites > Société
Religion
Le Vatican condamne à nouveau toutes les formes d'euthanasie et de suicide assisté
il y a 9 heures 56 min
pépites > Justice
Business
Airbnb : la justice européenne valide la législation française sur la location de résidences secondaires
il y a 10 heures 56 min
décryptage > Politique
LREM (La République en Miettes)

Non, les adhérents de LREM ne méritent pas Macron ! Il est trop grand, trop beau, trop génial pour eux.

il y a 11 heures 14 min
décryptage > Mode
Impact du confinement

Fahion week de Milan : la mode est en train d'opérer un grand virage

il y a 11 heures 39 min
décryptage > Société
Vie en société

Sos civilité : le Coronavirus a malmené les bonnes manières. Voilà pourquoi nous avons besoin de les sauver

il y a 12 heures 11 min
décryptage > Politique
Naufrage de LREM

Emmanuel Macron, le président sans parti : pas (nécessairement) de quoi perdre 2022 mais mauvais coup garanti pour la démocratie

il y a 12 heures 26 min
décryptage > Justice
Justice

Réforme de l’ENM : les ambitions à la baisse d’Eric Dupond-Moretti

il y a 12 heures 48 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Bridgestone : tout le monde ment et l’État paie très cher pour faciliter le mensonge partagé

il y a 14 heures 3 min
Bonne pousse

Peut-on combattre l'agribashing avec une journée "portes ouvertes" ?

Publié le 05 juin 2019
Avec WikiAgri
Des agriculteurs menacés par des voisins parce qu'ils utilisent des pesticides décident de créer une journée portes ouvertes
WikiAgri
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
WikiAgri est un pôle multimédia agricole composé d’un magazine trimestriel et d’un site internet avec sa newsletter d’information. Il a pour philosophie de partager, avec les agriculteurs, les informations et les réflexions sur l’agriculture. Les...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Des agriculteurs menacés par des voisins parce qu'ils utilisent des pesticides décident de créer une journée portes ouvertes
Avec WikiAgri
Comment tenter de retourner une opinion faite d’a priori défavorables, lesquels ont été jusqu’à mener à des menaces de mort ? Menacés en octobre 2018 sur leur exploitation de Nort-sur-Erdre en Loire-Atlantique, Magaly et Bruno Bioret ont ouvert leur ferme à tous leurs voisins le samedi 25 mai. Avec une réussite certaine !

Vous vous souvenez sans doute de cette histoire, contée par WikiAgri. Fin octobre 2018, un couple d’agriculteurs de Nort-sur-Erdre a été menacé par un voisin furieux, leur disant que s’il voyait quelqu’un mettre des pesticides, il viendrait avec son fusil. Cette menace intervenait juste après un passage d’un des... semoirs de l’exploitation. Nous avions alors apparenté ce fait divers à de l’agribashing.

Depuis, Magaly et Bruno Bioret n’ont cessé de réfléchir à leur situation par rapport à l’ensemble de leurs voisins. Si la menace d’alors est davantage « à considérer comme un cas particulier que comme une attitude d’ensemble » selon le maire Yves Dauvé interrogé par WikiAgri, il n’en demeure pas moins que le couple d’agriculteurs (parents de cinq enfants) a désormais la peur « de voir un jour débarquer quelqu’un jusque chez nous et aller au-delà des menaces », selon Magaly Bioret. Et les Bioret se sont donc décidés, dès le mois de janvier, à organiser une journée « portes ouvertes » dans leur ferme. A montrer comment ils fonctionnent, mais aussi à exposer leurs projets, eux qui savent que les terres exploitées sont en partie sur une zone de captage d’eau, où l’usage des phytosanitaires fait craindre des pollutions. Cinq mois de préparation pour cette journée du 25 mai donc.

Avec des partenaires

Cinq mois pendant lesquels ils ont multiplié les contacts afin de créer un véritable événement qui marque les esprits, pour que même celles et ceux qui ne seront pas venus finissent par en avoir des échos favorables. Magaly et Bruno Bioret n’ont pas honte de leurs pratiques, tout en comprenant l’évolution de la société et le contexte environnemental dans lequel ils se trouvent, voilà le message qu’ils veulent faire passer. Au chapitre des contacts, il a fallu mobiliser tous ceux qui pouvaient participer à l’organisation, et aussi ouvrir le dialogue avec ceux qui avaient un a priori défavorable, comme les membres locaux de l’associations des Coquelicots.

A l’arrivée, le jour J, près d’une quarantaine de personnes accueillait les visiteurs. Un champ avait été aménagé et fléché pour les voitures, le bel hangar agricole de l’exploitation se voyait adjoindre une toile de tente pour abriter partenaires et visiteurs. Les partenaires, ce sont ni plus ni moins les fournisseurs ou les clients de l’exploitation : Primeale, D’Aucy, Le Jardin de Julie (conseils et fournitures en jardinage, une manière d’expliquer aux particuliers qui rencontrent des difficultés de cultures comment les agriculteurs s’en sortent à grande échelle), Corteva... Liste non exhaustive. Le tout, avec une bonne vingtaine de panneaux explicatifs des pratiques culturales céréalières mis à disposition par Passion Céréales (« C’est simple avec eux, explique Magaly Bioret. On leur demande, ils nous les envoient la veille, nos seuls frais sont quand on leur réachemine les panneaux le lendemain »). Tout ce beau monde est venu expliquer comment poussent les plantes, les dernières technologies utilisées pour être plus efficace dans le respect de l’environnement tout en conservant un objectif de rendement... Chacun avec ses arguments, son vécu. « Aucun des partenaires n’a participé financièrement, précise encore Magaly Bioret, nous voulions à tout prix conserver des rapports sains avec nos fournisseurs, et rester maitres de notre propre communication. » En revanche, chacun a pu exposer, avec son propre matériel de communication, ses pratiques et les résultats obtenus.

Plus de 300 visiteurs !

Résultat, ce samedi 25 mai entre 9  heures et midi, plus de 300 personnes sont venues (évidemment sans compter l’accueil et les partenaires), avides de curiosité. Parmi ces visiteurs, certains avec des a priori négatifs, militants de l’environnement. Ils ont eu le mérite d’accepter de répondre à l’invitation des Bioret, et d’avoir l’esprit suffisamment ouvert pour échanger, faire valoir leur point de vue bien sûr, mais aussi apprécier ce que le couple d’agriculteurs proposait pour améliorer son empreinte environnementale sur la zone. Lorsque les Bioret ont pris la parole pour exposer leurs projets, ils ont été applaudis par tout le monde.

Autre aspect intéressant, parmi ces visiteurs, on a dénombré plus d’une quarantaine d’enfants : ce qui signifie qu’on n’a pas eu peur de venir en famille, et donc que l’image de « pollueur » véhiculée à l’encontre des agriculteurs notamment dans le cadre de l’agribashing n’a pas marqué les esprits dans ce cas. D’ailleurs, un accueil spécifique pour enfants avait été prévu, avec plusieurs jeunes femmes dans l’encadrement, y compris une institutrice.

A l’arrivée, explique Magaly Bioret, la tente montée à côté du hangar a été prêtée par des amis, ce sont les partenaires qui ont apporté leurs outils de communication... « C’est surtout la collation finale qui a représenté un budget, nous avons tout commandé à un traiteur local. » Une manière de dire que même de simples agriculteurs peuvent organiser chez eux une journée (demi-journée en fait) portes ouvertes avec l’aide de leurs amis et sachant mobiliser leurs partenaires. D’ailleurs, un agriculteur voisin venu tenir l’accueil glisse : « Moi, je suis juste à côté. Si les Bioret devaient tomber, je serais le suivant. Il n’y a plus de concurrence qui tienne, il faut être solidaires face à l’adversité... ».

Un projet spécifique pour la zone de captage d’eau

Evidemment, ce qui était le plus attendu, c’était le speech des agriculteurs. Savoir ce qu’ils avaient à dire à leurs voisins. A tour de rôle, Magaly et Bruno Bioret ont expliqué leur contexte, et ont montré qu’ils avaient compris ce qui peut légitimement inquiéter la population locale. Ainsi, une partie des cultures se trouve sur une zone de captage d’eau. Et même si les mesures de pollution de cette eau ne sont pas obligatoirement liées à leur propre activité (certains résidus qui ont été trouvés ne correspondent pas aux pesticides utilisés par les Bioret et viennent donc d’usages antérieurs), il est clair qu’il faut trouver une solution pour cette zone.

Les Bioret se sont donc creusés la cervelle, pris entre leur métier de producteurs avec une rentabilité minimale à assurer, les contraintes environnementales en vigueur, et donc cette crainte locale sur une zone très précise poussant à aller au-delà desdites contraintes pour conserver les relations les meilleures avec leurs voisins. Et ils ont trouvé une solution pour résoudre cette équation : il s’agit de transformer la zone directement liée au captage d’eau en prairie, sans la moindre adjonction de phytosanitaires. L’herbe récoltée serait alors transformée dans un méthaniseur (dont il faut s’équiper) pour produire l’azote qui serait utilisée pour les autres parcelles céréalières (qui auraient donc moins de besoins en phytosanitaires qu’aujourd’hui) et l’énergie de l’exploitation. Parallèlement, les parties légumières de l’exploitation seraient converties en bio, notamment grâce aux apports issus du méthaniseur.

L’exposé de ce projet, dans ses moindres détails, a attiré les applaudissements généraux de l’assistance. Pour autant, il reste soumis à différentes autorisations, notamment d’instances où siègent des responsables locaux à différents niveaux. Le maire de Nort-sur-Erdre en fait partie, mais il s’est montré très prudent en intervenant après l’allocution de Bruno et Magaly Bioret (sur demande d’un des voisins présents, il n’avait pas prévu de prendre le micro), appréciant que le dialogue soit ouvert, mais évitant de donner sa propre opinion sur le projet.

Les réactions : le maire, l’association des Coquelicots, et les Bioret

A l’issue de l’intervention publique du couple d’agriculteurs devant donc 300 personnes, j’ai recueilli plusieurs réactions.

D’abord celle de Yves Dauvé, maire de Nort-sur-Erdre : « Je ne voudrais pas que l’on confonde ce que l’on appelle l’agribashing avec le cas présent. Je condamne sans ambiguïté toute atteinte physique ou menace proférée à l’égard d’agriculteurs, comme de tout citoyen. Mais nous avons par ailleurs une problématique environnementale ici dont nous devons nous soucier. Je suis ravi que M. et Mme Bioret aient pris conscience de ces enjeux et qu’ils se montrent ouverts au dialogue. Je ne peux pas répondre aujourd’hui plus précisément sur leur proposition car je ne suis pas le seul décisionnaire. Mais ensemble, dans le dialogue, nous trouverons des solutions aux problèmes posés. »

Ensuite celle de Fabrice Ferré, représentant l'association des Coquelicots à Nort-sur-Erdre. « J’ai été convaincu par ce que j’ai entendu. La solution proposée pour cesser de mettre des phytosanitaires sur la zone de captage d’eau me convient tout-à-fait. Maintenant, j’espère qu’il n’y aura rien pour freiner ces bonnes intentions... » Il avoue également avoir dans un premier temps tiqué en voyant les communications professionnelles des partenaires, « il fallait un discours humain pour accompagner ces messages trop bien préparés sur les bienfaits de l’agriculture », ajoute-t-il. « Mais tout va bien, ce discours humain, je l’ai entendu. »

Enfin, les hôtes, souriants parce que conscients que leurs efforts pour organiser cette journée ont été suivis d’effets, mais avec les traits tirés tout de même (ils devaient s’être levés bien tôt ce jour-là...)... « On ne pouvait pas continuer comme ça, ont répondu en choeur Bruno et Magaly Bioret. Il y avait déjà des tensions à cause de la zone de captage d’eau, les menaces que nous avons reçues de la part d’un individu ont accéléré le processus : nous devions réagir, et expliquer comment et pourquoi nous réagissions ainsi. Il nous a fallu cinq mois pour organiser cette journée, pour peaufiner notre propre message, mais aussi pour faire comprendre nos pratiques. Certains partenaires ont eu du mal à participer, il a fallu insister. Au passage, le problème de l’agribashing ne touche-t-il pas l’ensemble du secteur agricole ? C’est dur pour des agriculteurs seuls d’organiser quelque chose comme ça, nous avons besoin d’être accompagnés. De montrer que ceux qui commercialisent nos produits sont à nos côtés, et qu'ils n'ont rien à cacher, eux non plus. Même si nous savons que c’est à nous, à notre propre attitude, que vont accrocher les visiteurs. »

Peut-on combattre l’agribashing avec une journée « portes ouvertes » ?

En résumé, nous avons ici plusieurs sujets en un seul. La journée « portes ouvertes » a été enclenchée après un acte isolé que l’on peut ranger dans la catégorie de l’agribashing. Mais en vérité, les messages diffusés ont répondu non seulement à l’individu concerné, mais également à tous les voisins et à leurs inquiétudes légitimes sur l’environnement. La qualité de l’eau est un enjeu majeur, tout le monde doit s’en soucier. Ensuite, faire passer le message que des agriculteurs peuvent poursuivre leurs activités en adaptant leurs fonctionnements aux réalités écologiques, c’est autre chose encore. En l’occurrence donc, la journée « portes ouvertes » devait ouvrir le dialogue pour répondre à plusieurs problématiques, plus ou moins entremêlées.

La journée « portes ouvertes » à laquelle j’ai assisté fut particulièrement réussie. Parce que les agriculteurs n’étaient pas seuls, beaucoup d’amis et collègues étaient présents avec eux. Parce qu’ils s’étaient affranchis de tout discours syndical aussi (même si eux sont syndiqués, pas un responsable local et encore moins national), car ils ont privilégié le dialogue avec leurs concitoyens immédiats. Et surtout parce que ce qu’ils ont dit, eux, sonnait juste, vrai. Rien de tel que la sincérité. Portes ouvertes pour ne rien cacher, donc tout dire aussi dans le discours.

La solution pour combattre l’agribashing est sans doute là : ouvrir les portes, montrer des visages humains, et parler aussi, non pas de généralités, mais des préoccupations de la zone géographique dans laquelle se trouve la ferme, avec les réponses adaptées à ce contexte local. Quand ça marche, on a le droit de copier !
 

Plus de 300 personnes de leur vosinage immédiat ont écouté ce que Bruno et Magaly bioret avaient à dire ce 25 mai. 

Avant et après leur prise de parole devant l'ensemble des visiteurs, Bruno et Magaly Bioret ont répondu à toutes les questions. Derrière eux, l'un des panneaux explicatifs fournis par Passion Céréales.

Pour accueillir les 300 visiteurs, Bruno et Magaly Bioret ont spécialement aménagé leur hangar, avec une tente dressée juste à côté.

 

Tout était prévu, y compris l'accueil des enfants ! 

Des explications sur les pratiques agricoles. La SCEA de Landebroc, c'est la ferme des Bioret.

 

Parmi les partenaires, D'Aucy.

 

L'un des partenaires a montré la croissance des plantes, depuis les sacs de graines aux plantes à maturité en pots juste derrière.

 

L'un des partenaires, Primeale

Le Jardin de Julie, pour faire comprendre aux jardiniers amateurs les problématiques professionnelles agricoles...

 

Yves Dauvé, maire de Nort-sur-Erdre, n'avait pas prévu d'intervenir, mais a répondu aux questions posées.

 

Le moment où Magaly et Bruno Bioret ont pris la parole devant les 300 visiteurs... Un exercice délicat, ils s'en sont bien tirés !

 

 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires