En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

02.

Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"

03.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

04.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

05.

Russie-Turquie-Iran : la triplette géopolitique qui a réussi à profondément changer notre monde sans que nous réagissions

06.

Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"

07.

Pierre Manent : "Nous souffrirons longtemps de la passivité qu’a imposé le gouvernement aux Français avec le Covid"

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

ça vient d'être publié
décryptage > International
Diplomatie

La nouvelle alliance entre Israël et les pays sunnites du Golfe est-elle de taille à résister à l’Iran ?

il y a 20 min 45 sec
décryptage > Europe
L’union fait l’insouciance

L’Europe, puissance naïve dans un monde de brutes ?

il y a 42 min 57 sec
décryptage > Environnement
Anticipation

Vers des coupures d’électricité cet hiver ? Ces avertissements que le gouvernement s’est ingénié à ne pas comprendre

il y a 1 heure 17 min
pépites > Politique
Etats-Unis
Donald Trump finit par débloquer le processus de transmission du pouvoir à Joe Biden
il y a 2 heures 3 min
décryptage > Europe
Capital politique en jachère

2020, l'année où l'Union européenne conserva l'approbation d'une majorité d'Européens contre vents et marées... sans rien savoir en faire

il y a 2 heures 28 min
Dépenses et coups de coeur
Black Friday : les Français sont prêts à dépenser plus que l’an dernier
il y a 15 heures 23 min
pépites > Europe
Lutte contre la pandémie
Covid-19 : "L'issue est en vue", selon Boris Johnson
il y a 17 heures 1 min
pépites > Justice
Justice
Affaire des "écoutes" : le procès de Nicolas Sarkozy, jugé pour corruption, est suspendu jusqu'à jeudi
il y a 19 heures 48 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’archipel des Solovki" de Zakhar Prilepine : plaisir de relire - Les camps des Solovki, antérieurs aux goulags. « J’ai voulu écrire moins sur les camps que sur les Russes » a dit l’auteur, l’un des plus grands romanciers russes contemporains

il y a 20 heures 49 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement
il y a 21 heures 56 min
light > High-tech
Bug
Des clients britanniques d'Amazon acheteurs de la nouvelle PlayStation 5 se sont vus livrer à la place des objets qui n'ont aucun rapport avec elle
il y a 24 min 45 sec
pépites > Santé
Coronavirus
Alors qu'Emmanuel Macron va s'exprimer ce soir, Jean Castex prévoit "un léger assouplissement au confinement"
il y a 1 heure 6 min
décryptage > International
Prévisions

Doubler le PIB chinois d’ici 2035 ? Voilà pourquoi l’objectif de Xi Jinping est un pur fantasme

il y a 1 heure 56 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Bercy force les assureurs à couvrir les risques de pandémie mais pas ceux du Covid. Ce n’est pas gagné

il y a 2 heures 24 min
décryptage > Santé
Tester, tracer, isoler

Covid-19 : mais pourquoi l’Isolement des cas positifs est-il si difficile en France ?

il y a 2 heures 32 min
pépites > International
Avenir des Etats-Unis
Joe Biden a dévoilé les noms des premiers membres de son gouvernement
il y a 15 heures 54 min
light > Politique
Succès fou
Barack Obama a vendu 890.000 exemplaires de ses mémoires en seulement 24h en Amérique du Nord
il y a 17 heures 47 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un coupable presque parfait La construction du bouc émissaire blanc" de Pascal Bruckner : un plaidoyer solide, un essai brillant, au secours d’une civilisation crépusculaire ébranlée par les diktats des minorités

il y a 20 heures 28 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Ma lettre au père Noël. Chômage. Récession. Dépression. Un peu de champagne ?

il y a 21 heures 35 min
pépites > International
Diplomatie
Le Premier ministre israélien aurait rencontré secrètement le prince héritier d'Arabie Saoudite
il y a 22 heures 11 min
© ERIC PIERMONT / AFP
© ERIC PIERMONT / AFP
Changement à droite

Démission de Laurent Wauquiez : une décision très contrainte mais relativement habile

Publié le 03 juin 2019
Laurent Wauquiez a accédé aux demandes de certains membres de son parti, en annonçant hier à 20 heures sa démission des fonctions de Président de LR.
Anita Hausser
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Anita Hausser, journaliste, est éditorialiste à Atlantico, et offre à ses lecteurs un décryptage des coulisses de la politique française et internationale. Elle a notamment publié Sarkozy, itinéraire d'une ambition (Editions l'Archipel, 2003)....
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Laurent Wauquiez a accédé aux demandes de certains membres de son parti, en annonçant hier à 20 heures sa démission des fonctions de Président de LR.

Sa situation était devenue intenable ; après que son parti ait encaissé le pire résultat électoral de son histoire, subi les assauts de ses élus nationaux et territoriaux, sans parler de la désaffection de ses adhérents, Laurent Wauquiez a constaté que ses tentatives pour tenir en attendant que passe la tempête, étaient vaines : les démissions et les menaces de scission se multipliaient  au sein des Républicains et face au risque de se retrouver à la tête d'une coquille quasi vide, défié et ignoré à défaut d'être démis, il a cédé et jeté l'éponge, constatant la digue cédait de toutes parts. Il l'a fait de manière théatrale au journal de 20H de TF1, annonçant qu'il se retire sur son aventin Rhône-alpo-auvergnat pour se consacrer dorénavant exclusivement aux habitants de sa région, expliquant vouloir  éviter "tous risques de guerres des chefs, de revanches", et ajoutant ne pas vouloir être un obstacle à à la reconstruction des Républicains. Il n'a pas souhaité bon courage à celui ou ceux qui s'attelleront à cette reconstruction, mais c'était suggéré, car le parti est en ruines...

La décision de Laurent Wauquiez a été murement réfléchie au cours de la semaine passée. Elle lui permet de  se draper dans la nécessité de retrouver une légitimité auprès des électeurs, et lui-même calcule sans doute qu'en se retirant, il se préserve d'une hypothétique guerre des chefs et peut se reconstruire. Mais nul ne sait de quoi  sera fait l'avenir de son parti. Car son départ est loin de mettre un coup d'arrêt à l'enchainement de conséquences de l'échec des européennes au sein du mouvement...Si dans l'instant qui a suivi son annonce, celui qui était vu comme un  boulet pour la droite, s'est vu paré de toutes les qualités :" digne, responsable, faisant preuve de panache, et de sincérité", l'heure, pour ce qu'il reste des Républicains n'est pas à l'apitoiement , car le parti est face au défi posé par Emmanuel Macron: "entre le FN et La République en Marche, il n'y a plus rien".

Le sénateur des Hauts de Seine, Roger Karoutchi a posé l'équation dans un twitt : "sa démission met tout le monde au pied du mur: sommes nous capables de refonder un parti de droite rassembleur et populaire ? L'espace politique existe-t-il encore? Réponse très vite". Car hasard du calendrier, quelques heures avant Laurent Wauquiez, Marion Maréchal Le Pen qui faisait son retour sur les antennes, appelait à une " grande coalition des droites", englobant le Rassemblement National et les Républicains, tandis que le député RN Sébastien Chenu constatait simplement "ils sont au bout du chemin". A l'opposé,  un peu plus tard dans la soirée les députés Agnès Firmin Le Bodo (la suppléante d'Edouard Philippe), et Olivier Becht, porte paroles d'Agir, qui ont quitté les Républicains au moment de la présidentielle, fustigeaient l'équipe Wauquiez qui représente "la frange la plus conservatrice et identitaire" et "n'a pas été capable d'empêcher la dérive du parti"; ils ont appelé ceux qui se réclament de la droite pro-européenne, libérale et humaniste" à les rejoindre . Pour certains, comme le maire de Quimper, c'est déjà fait . D'autres élus L.R. ont claqué la porte la semaine dernière, sans pour le moment, rejoindre la République en Marche , où les guichets sont ouverts. Le Rassemblement National et une coalition formée autour de La République en Marche vont-ils se partager les dépouilles ? Ou bien la démission de Laurent Wauquiez permettra-telle d'enrayer l'hémorragie de LR? "Nous n'avons pas su construire notre espace...nous avons laissé toute la droite modérée,...la droite c'est plus que les républicains ...nous avons  besoin de collégialité.", reconnaissait ce matin Eric Woerth sur RTL, fustigeant en creux la ligne purement identitaire et le fonctionnement " jupitérien"(- d'autres disent clanique ),de Laurent Wauquiez. A Paris, certains, à l'instar de Claude Goasguen, prônent une alliance avec La REM dans la perspective en vue des municipales . Et pour les élus cette échéance est au moins aussi importante que la présidentielle. En cas de nouvelle déroute, Laurent Wauquiez pourrait être appelé à descendre de ses montagnes auvergnates pour rendre des comptes ...

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ajm
- 03/06/2019 - 22:43
Avenir.
Il faut arrêter de tout caricaturer. L'avenir de la France n'est sans doute pas un mondialisme débridé, d'ailleurs passablement biaisé par des nations géantes organisées autour d'un Etat-Parti totalitaire comme la Chine, il est encore moins dans une nation isolée et sous-développée comme Cuba, la Corée du Nord ou le Portugal de Salazar d'il y a quelques décennies. Il faut à la France une politique économique ouverte, libérale en interne aussi, mais qui garde les attributs majeurs de sa souveraineté et de ses frontières ou qui , si elle les délègue, les conditions de cette délégation doivent être très précises et surtout REVOCABLES clairement au cas où. Il faut un mouvement de droite comparable finalement aux grands partis conservateurs anglo-saxons, avec des spécificités nationales sur certains sujets sociaux ou d'organisation de l'Etat. En l'état actuel des choses ce mouvement n'existe pas .
Escifer
- 03/06/2019 - 16:09
Schizos...
Ce qui est sûr à présent, c'est que la schizophrénie qui a fait les beaux jours des RPR, UMP, LR : je tiens un discours "conservateur" et "national", mais j'impulse ou soutiens une politique néolibérale, européiste, je laisse monter le communautarisme et l'immigration incontrôlée, et je donne des mains à toutes les lubies sociétales, eh bien ! cela ne marche plus.
Ce qui est sûr aussi, c'est que la "valeur ajoutée" par rapport au RN de la partie droite du LR de même que celle de sa partie "centre" par rapport à LREM sont très faibles. Une scission des LR aboutira à l'existence de deux partis croupions, de eux appareils sans idées ; la pensée politique de droite, l'intelligentsia de droite est beaucoup plus en phase, avouée ou non, avec le RN, le politiquement correct mondialiste d l'autre côté ne connaît pas la nuance et impose la vassalisation intellectuelle. L'intérêt de la scission sera donc limité à l'apport électoral et parlementaire négocié de non tout à faitR N en soutien aux RN et de non tout à fait LREM à LREM. On finit toujours en appareils de notables minables façon naguère les radicaux de gauche, quand en réalité on ne sert plus à rien...
zen-gzr-28
- 03/06/2019 - 13:12
lu il y a quelques jours.
j'ai pu lire des propos tenus par POMPIDOU, en 1969 "Ce qui compte, c'est que mon mandat soit pour la France une période de sécurité et de rénovation, de bonheur et de dignité. Ce genre de personnage existe encore parmi les élites ???