En direct
Best of
Best of du 19 au 25 septembre
En direct
ça vient d'être publié
pépites > Défense
Théâtre des opérations
Des combattants syriens djihadistes seraient présents au Karabakh, selon Emmanuel Macron
il y a 4 heures 30 min
pépites > Santé
Stratégie contre le virus
Coronavirus : la région parisienne pourrait passer en "alerte maximale" dès lundi, selon Olivier Véran
il y a 5 heures 10 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Joaquin Sorolla. Lumières espagnoles" : "Petit fils de Velázquez, fils de Goya", Sorolla enfin connu et reconnu en France

il y a 6 heures 26 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Laëtitia" de Jean-Xavier de Lestrade : hymne à la vie

il y a 6 heures 49 min
pépites > Défense
Chemin de la paix
Haut-Karabakh : Emmanuel Macron, Vladimir Poutine et Donald Trump appellent à un cessez-le-feu immédiat
il y a 9 heures 15 min
décryptage > Défense
Budget

L’absence de plan de relance pour la Défense est une faute

il y a 12 heures 17 min
décryptage > Economie
Chiffres

Ordre de grandeur : les retraites des fonctionnaires représentent un montant supérieur au budget de l’Education nationale

il y a 13 heures 9 sec
décryptage > Economie
Effets d'aubaine

Diriger l’épargne des Français vers les PME : cette vieille lune qui exempte banques et fonds d’investissement de leurs responsabilités

il y a 13 heures 56 min
décryptage > Politique
Chronique résolument féminine

Deux brunes et une blonde lorgnent vers l’Elysée

il y a 14 heures 33 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Fortnite part à l’attaque de Google et de Apple et sonne l’heure de la révolte contre les GAFA

il y a 15 heures 26 min
light > High-tech
Mise à jour
Microsoft : une panne mondiale affecte la messagerie Outlook
il y a 4 heures 53 min
pépites > Politique
Sénatoriales
Gérard Larcher est réélu président du Sénat
il y a 5 heures 51 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Cinéma "écolo" : plus écolo, tu meurs. Certains films dans la nature sont un régal, quelques uns à classer parmi les pépites (mais pas tous)

il y a 6 heures 35 min
pépites > International
Novitchok
Alexeï Navalny accuse Vladimir Poutine d'avoir commandité son empoisonnement
il y a 7 heures 46 min
rendez-vous > Politique
Revue de presse des hebdos
Macron veut se débarrasser de LREM, Marine Le Pen se repositionner comme une gentille maman; Schiappa agace l’Elysée, le Covid le déboussole; Les écolos ? Des Hitler du bien pour Depardieu
il y a 11 heures 16 min
décryptage > Politique
Atteinte aux libertés

Loi Avia : retoquée en France, recyclée à Bruxelles

il y a 12 heures 36 min
décryptage > Santé
Impact de la maladie

Alzheimer est aussi un défi économique pour la société mais personne ne semble comprendre pourquoi il est essentiel de s’en préoccuper

il y a 13 heures 35 min
pépite vidéo > Politique
Les Républicains
Bruno Retailleau est favorable au passage aux 37 heures
il y a 14 heures 7 min
décryptage > Environnement
Virus des forêts

Epidémies à tous les étages : les virus qui s’attaquent aux forêts sont en nette augmentation à travers la planète

il y a 15 heures 5 min
décryptage > Politique
Nouvelles restrictions

Covid-19 : ce que le gouvernement devrait faire d’urgence pour sauver la crédibilité de la parole publique

il y a 15 heures 37 min
© DANIEL ROLAND / AFP
© DANIEL ROLAND / AFP
Bonne nouvelle ?

Ce que le repli de l’inflation depuis le début de l’année nous dit de l’état de l’économie

Publié le 02 juin 2019
L'inflation a légèrement ralenti en mai, à 1 % sur un an contre 1,3 % en avril. Elle est à son plus bas niveau depuis 2017.
Philippe Crevel
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Crevel est économiste, directeur du Cercle de l’Épargne et directeur associé de Lorello Ecodata, société d'études et de conseils en stratégies économiques.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'inflation a légèrement ralenti en mai, à 1 % sur un an contre 1,3 % en avril. Elle est à son plus bas niveau depuis 2017.

Atlantico : L'inflation a légèrement ralenti en mai, à 1 % sur un an contre 1,3 % en avril. Elle est à son plus bas niveau depuis 2017. A quels facteurs cette situation est-elle due ?

Philippe Crevel : L’objectif des 2 % d’inflation annuelle retenu par la Banque centrale européenne (BCE) s’éloigne. L’accalmie sur le front de l’énergie et des matières premières, ainsi la sagesse des salaires, expliquent le repli constaté depuis le début de l’année. Selon la première estimation de l’INSEE, sur un an, les prix à la consommation au mois de mai augmentent de 1,0 % après +1,3 % en avril. Cette baisse de l’inflation résulterait d’un ralentissement des prix des services, de l’énergie et de l’alimentation et d’un recul un peu plus marqué de ceux des produits manufacturés. La concurrence mondiale pour les produits industriels concourt à la baisse de leurs prix. La guerre commerciale entre la Chine et les Etats-Unis conduisent les  premiers à casser les prix ou à reporter leurs capacités de production excédentaires sur l’Europe et le Japon.

La tendance de fond de l’économie est plutôt à la désinflation qu’à la résurgence de l’inflation. Le digital crée moins d’échauffement, de rupture de stocks que la bonne vieille production industrielle. Télécharger deux fois ou cent mille fois un logiciel est bien plus simple que de passer, en termes de production, de deux à cent mille voitures. Par ailleurs, le digital accroît la concurrence. Il est à l’origine d’un nouveau canal de distribution : les ventes en ligne. Il a permis avec les plateformes de services de générer de nouvelles offres qui entrent en concurrence avec des acteurs déjà installés. Il en est ainsi avec les VTC de Uber par rapport aux chauffeurs de taxi, des loueurs via Airbnb par rapport aux hôteliers etc. Enfin, les capacités de production industrielle à l’échelle mondiale sont aujourd’hui sous utilisées. Les entreprises chinoises ou plus généralement des pays émergents peuvent répondre très rapidement aux besoins des marchés. De ce fait, le prix des produits industriels a tendance structurellement à baisser d’autant plus que ce secteur continue à dégager des gains de productivité.

Pour quelles raisons une certaine dose d'inflation est-elle nécessaire au bon fonctionnement de l'économie ?

L’inflation est nécessaire dans certaines limites. Elle met un peu d’huile dans les échanges. La question du bon niveau d’inflation est toujours sujet à d’interminables développement. Au 19e siècle, le principe de base était une inflation très faible, autour de 1 %. Au 20e siècle, l’inflation s’est fortement accrue au sein de l’OCDE avec les conflits mondiaux. L’inflation génère un risque de fuite devant l’argent, de dégradation du pouvoir d’achat. Elle est aussi un moyen pour éliminer les dettes. Elle est donc favorable aux créanciers sous réserve que leurs revenus augmentent.

Dans les années 80, avec la mise en œuvre des thèses monétaristes, il est mis un terme à l’utilisation des politiques monétaires à des fins conjoncturelles. La masse monétaire doit croître en fonction du PIB avec la recherche d’une inflation faible. Un consensus s’est dégagé sur un taux de 2 % pour les pays occidentaux. La crise de 2008 a, en grande partie, fait éclater ce schéma avec l’interventionnisme croissant des banques centrales qui ont mis en œuvre des politiques dites non conventionnelles reposant sur des rachats d’obligations et sur des taux historiquement bas.

La baisse actuelle de l'inflation aura-t-elle un impact positif sur le pouvoir d'achat des Français ? Comment l'expliquer ?

La baisse des prix a un impact favorable pour le pouvoir d’achat des ménages car l’évolution de leurs revenus professionnels suit celle des prix avec un décalage dans le temps. Depuis six mois les ménages ont enregistré une augmentation sensible de leur revenu disponible brut (1 % au dernier trimestre 2018 et 1,3 % au premier trimestre 2019). En raison des primes exceptionnelles, la masse salariale enregistre une vive augmentation (+1,1 % au premier trimestre). Les prestations sociales sont également en hausse (+0,9 %) grâce à l'augmentation de la bonification individuelle de la prime d'activité et du minimum vieillesse. Les salaires ont une rigidité à la baisse quand les prix des biens et services évoluent plus fortement.

Quelle est l'influence de la politique monétaire de la BCE sur le niveau d'inflation en France ?

La BCE s’est fixé un objectif d’inflation à 2 % (en-dehors de mouvements de prix conjoncturels pouvant impacter les matières premières ou l’énergie). Depuis 2012, compte tenu des circonstances, la politique monétaire n’a pas atteint son objectif. Pour autant, la masse monétaire a fortement progressé. Les faibles taux d’intérêt auraient pu également conduire à une augmentation des prix. Les facteurs structurels désinflationnistes l’emportent. La faible transmission des augmentations des prix sur les salaires empêche l’engagement d’une spirale inflationniste. Le moindre pouvoir de négociation des salariés l’explique en partie. La tertiarisation de l’économie, le développement du travail indépendant expliquent également cette situation. Par ailleurs, la hausse des prix est cantonnée à certains actifs comme l’immobilier qui n’en finit pas d’augmenter.

Source :  INSEE

Sur un an, la hausse de l’immobilier est, en France, de 3,0 %. Pour l’Île-de-France, la hausse atteint +3,9 % entre le premier trimestre 2018 et le premier trimestre 2019. Paris continue de tirer vers le haut les prix des appartements : +6,4 % sur un an. Les Français placent une part croissance de leurs revenus par crainte de l’avenir (épargne précaution et épargne pout la retraite). Ils épargnent aussi pour rembourser le capital de leurs emprunts immobiliers. Le taux d'épargne est ainsi passé de 14,9 à 15,3 % du revenu disponible brut du dernier trimestre 2018 au premier trimestre 2019. Le taux d'épargne financière est en forte hausse. Il est passé de 4,9 à 5,4 % du quatrième trimestre 2018 au premier trimestre 2019. Il était de 4 % au troisième trimestre 2018. Cette progression du taux d’épargne intervient malgré la baisse des rendements des produits de taux.

Source : INSEE - CDE

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires