En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

02.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

03.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

04.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

05.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

06.

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

07.

Les Chinois pensent que l’ère de la super puissance américaine est terminée. Ont-ils raison ?

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

ça vient d'être publié
décryptage > International
Les entrepreneurs parlent aux Français

Covid, Chine, USA et l’absence d’Europe de l’investissement et de l’entrepreneuriat

il y a 55 min 14 sec
pépite vidéo > International
Liberté d'expression
Caricatures de Mahomet : les appels au boycott de produits français se multiplient
il y a 1 heure 59 min
décryptage > International
Paris - Ankara

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

il y a 2 heures 16 min
décryptage > Economie
Taxes

Dépenses publiques et fiscalité : plus ça change, moins ça change…

il y a 2 heures 35 min
décryptage > Economie
Panorama de la crise

COVID-19 : comment dire de faire attention ?

il y a 3 heures 1 min
décryptage > High-tech
12 CYBER-MENACES PRÉOCCUPANTES

Quand les cyberattaques menacent de faire dérailler les prochaines élections présidentielles, et pèsent au même titre que la pandémie de coronavirus sur nos démocraties

il y a 3 heures 57 min
décryptage > Politique
Crèdul*

Vous avez aimé les raffarinades de Raffarin ? Vous adorerez les lapalissades de Castex

il y a 4 heures 26 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Contrairement aux opinions publiques, les marchés boursiers ne cèdent pas à la panique… car ils ne croient pas à la ruine de l‘économie

il y a 4 heures 59 min
décryptage > Santé
Tester, tracer, isoler

COVID-19 : ce qu’il est encore possible de faire malgré une situation hors de contrôle

il y a 5 heures 36 min
pépites > Politique
Grand nettoyage
Islamisme : Yannick Jadot demande la fin de "toutes les complaisances" dans les mairies et au gouvernement
il y a 21 heures 55 min
décryptage > Education
Samuel Paty

Vous avez dit liberté d'expression ?

il y a 1 heure 26 min
light > Economie
Transport
Le vélo de fonction payé par l'entreprise va-t-il devenir à la mode ?
il y a 2 heures 4 min
pépites > Politique
Elections
Présidentielle 2022 : près de huit électeurs inscrits sur dix affirment envisager l’abstention, le vote blanc ou le vote antisystème selon un sondage Opinion Way
il y a 2 heures 33 min
pépites > Economie
Diplomatie
Appel au boycott de produits français : "Pas question de céder au chantage" Geoffroy Roux de Bézieux, solidaire du gouvernement français
il y a 2 heures 56 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

Etats-Unis : ce n'est pas seulement une élection présidentielle. C'est un choix de civilisation

il y a 3 heures 40 min
décryptage > International
Guerre commerciale

Les Chinois pensent que l’ère de la super puissance américaine est terminée. Ont-ils raison ?

il y a 4 heures 10 min
pépites > Santé
Coronavirus
"Autour de 100.000 cas" de Covid-19 par jour, en France selon Jean-François Delfraissy, président du Conseil scientifique
il y a 4 heures 43 min
décryptage > France
Clash des confessions

Boycott pour "attaques contre l’islam" : saurons-nous éviter notre guerre du Liban à nous ?

il y a 5 heures 10 min
pépites > Santé
Coronavirus
L'épidémie de Covid-19 a franchi un nouveau seuil avec 52.010 nouveaux cas en 24 heures, selon les chiffres officiels publiés hier soir
il y a 6 heures 6 min
pépites > Société
Les affaires ont repris
Paris : la délinquance a explosé depuis le déconfinement
il y a 22 heures 23 min
© GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP
© GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP
Retour vers le peuple

La France pour tous : comment la droite pourrait reconquérir le peuple perdu

Publié le 02 juin 2019
Toute la crise des Gilets Jaunes, durant de longues semaines, a prouvé que Les Républicains ont complètement perdu le contact avec la réalité sociologique de la France.
Edouard Husson
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Toute la crise des Gilets Jaunes, durant de longues semaines, a prouvé que Les Républicains ont complètement perdu le contact avec la réalité sociologique de la France.

Sarkozy 2007: 31%; Sarkozy 2012: 26%; UMP 2014 (aux élections européennes): 20%; Fillon 2017: 20%; LR 2019: 8,5%. Ces chiffres racontent l'histoire d'un inexorable rétrécissement de l'électorat qui avait fait gagné la présidence à Jacques Chirac puis à Nicolas Sarkozy. Même en tenant compte du fait que 40% des électeurs de Fillon ont voté en 2019 pour la liste LREM, Macron ayant incarné ces derniers mois l'européisme et le parti de l'ordre, le déclin n'en est pas moins certain: en admettant que lesdits électeurs soient restés chez LR, le parti se serait retrouvé environ aux 15% qu'avait espéré Laurent Wauquiez. Le président en sursis de LR avouait au début de la campagne qu'il n'avait en aucun cas l'intention de reconquérir les catégories populaires, même s'il avait assigné à ses troupes l'objectif de faire une percée dans le monde rural. Il y a ce qu'on dit et ce que révèle les comportements. 

Toute la crise des Gilets Jaunes, durant de longues semaines, a prouvé que LR avait complètement perdu le contact avec la réalité sociologique de la France. Voilà presque trente ans que la famille gaulliste et giscardienne, au lieu de s'opposer à François Mitterrand sur Maastricht, est entrée dans le soutien à une politique monétaire devenue anachronique avec la réunification allemande. Aligner les taux d'intérêts français sur les taux d'intérêt allemands au moment où notre voisin luttait contre une possible inflation liée à la réunification, fut terriblement destructeur pour notre économie, pour nos entrepreneurs et pour les classes moyennes. Par la suite, nos gouvernements ont accepté la destruction de l'esprit d'entreprise français et utilisé le seul remède que leur permettait l'euro: à l'abri des taux d'intérêts européens unifiés, emprunter comme jamais ils n'auraient pu le faire pour une France mal gérée mais dotée de sa monnaie. C'est ainsi que l'emploi et la dépense publique ont maintenu tant bien que mal la France à flot. Jusqu'à ce que le taux d'imposition nécessaire au maintien de cette machine à maintenir la paix sociale devienne insupportable. Trois décennies plus tard, les Gilets Jaunes ont été la manifestation évidente du désastre dont Chirac, Balladur, Sarkozy (malgré ses intuitions de départ), Fillon, Wauquiez se sont faits les complices. Que le parti socialiste ait sombré du fait de cette politique est évident: les législatives de 1993, la défaite de Jospin en 2002, l'incapacité de François Hollande à se présenter une deuxième fois à l'élection en sont quelques exemples. Mais la droite modérée n'est finalement pas en meilleur état car elle a été complice, en 1992, des décisions erronées de Mitterrand. Et elle n'a jamais voulu le regarder en face. Les palinodies de Wauquiez, l'homme vêtu d'un gilet jaune capable d'assurer à la France entière, contre les images, qu'il ne portait pas de gilet jaune, dit simplement le déni de réalité qui a caractérisé l'UMP devenue LR. 
 
Pour s'en sortir, le prochain chef de la droite modérée devra suivre un principe d'action très simple: la seule manière d'échapper à la concurrence létale avec Emmanuel Macron pour dominer le "parti de l'ordre" est de retourner vers le peuple. Mais pas en populiste: en s'assumant comme de futurs dirigeants comptant sur tous les Français, des plus riches aux plus pauvres, entrepreneurs et fonctionnaires, "nomades" et "sédentaires", pour reprendre la terminologie de David Goodhart (les "anywheres" et les "somewheres"), étudiants, jeunes actifs et retraités pour faire réussir le pays. Trois pistes doivent être immédiatement travaillées: 
 
- donner un sens - il n'est pas trop tard - au mouvement des Gilets Jaunes. Etre de droite et ne pas voir que le mouvement des Gilets jaunes est un appel à renouer avec le gaullisme ultime, si bien décrit par Arnaud Teyssier dans son dernier ouvrage (De Gaulle 1969), le gaullisme du référendum, de la déconcentration de l'Etat et de la participation, est pour le moins un paradoxe. 
 
- il faut ensuite réfléchir à une rénovation profonde des institutions européennes et de leur fonctionnement. Une seule question à se poser, comme un leitmotiv: en quoi telle ou telle politique européenne sert-elle la France? Si ce n'est pas le cas, il faut demander des changements de contenu et de cadre à nos partenaires. Et nous ne devons jamais être en situation de nous voir opposer un refus: nous devons faire comme Trump, inclure la possibilité du retrait de tel ou tel pan de la politique européenne si nous nous n'obtenons pas gain de cause. Bien entendu, cela se fera intelligemment, en constituant ce que Macron est incapable de faire, de véritables coalitions favorables à nos intérêts au sein de l'UE. 
 
- enfin, Les Républicains doivent prendre acte de la fracture éducative et numérique du pays. Le vote pour Marine Le Pen est inversement proportionnel au niveau de diplôme. Le Rassemblement National a cet immense mérite d'être le porte-parole des "sédentaires", des "somewheres" de David Goodhart. il évite, au moins pour l'instant, qu'une partie de la France sombre dans le désespoir, la révolte stérile ou l'auto-destruction. Mais le Rassemblement National n'a pas la clé d'un compromis avec les "Anywheres", le monde dirigeant qui se fait tant de gloire de sa mobilité professionnelle et touristique achetée au prix de la destruction de la mobilité sociale au sein de la nation. Reconstruire le dialogue entre la droite établie et la droite populaire, c'est s'entendre sur un programme éducatif à double détente: la prise en main par l'Etat - pour des raisons de souveraineté - de la transformation numérique, dans l'objectif de faire de nos concitoyens des acteurs de la troisième révolution industrielle; une déconcentration et une autonomie pour l'Education nationale qui aille beaucoup plus loin que ce que fait Jean-Michel Blanquer - il faut renouer avec les intuitions du plus sous-estimé des récents ministres de l'Education, Luc Chatel - en même temps que l'on ouvrira largement le secteur de l'éducation aux initiatives privées, associatives en particulier. Il s'agit de faire de la France ce que Bruno Le Maire avait proposé - avant de trahir sa famille politique en passant chez Macron: une "nation éducative". L'éducation au meilleur niveau pour tous, devrait être un objectif majeur de la droite. 
 
Ces trois domaines n'épuisent pas le sujet de la capacité de LR ou de la force qui émergera du désastre électoral de 2019 à retrouver le coeur des classes populaires. Mais elles sont le début indispensable.      
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Clodo31
- 04/06/2019 - 06:18
Reconquête
Comment faire ? C'est trés simple, ne rien faire, proposer un programme similaire à celui de M. Fillon. le système actuel est en train de s'écrouler et ce n'est pas seulement la faute à l'Europe et à la mondialisation, c'est surtout la faute à Mitterrand et à la veulerie de ses successeurs. Tant que 1/3 des Français travailleront pour les 2/3 d'improductifs ( je mets là-dedans les chômeurs , 2/3 des fonctionnaires qui ne foutent rien ou qui font du travail inutile et 20% d'employés du privé qui sont dans le même cas). Je rappelle que Bercy refuse de supprimer les niches fiscales, car cela réduirait de façon trop visible le peu de travail de la pléthore de ses fonctionnaires. Cette situation engendre des travailleurs pauvres, ou se recrutent beaucoup de gilets jaunes. Ce mouvement, je l'attendais depuis des années, est actuellement en perte de vitesse et renaîtra à la rentrée de façon encore plus dense que ces six derniers mois.
Et c'est à ce moment_là que la droite pourra renaître grâce à la reconnaissance de la valeur TRAVAIL.
jurgio
- 03/06/2019 - 20:53
Soyons francs !
Les partis de droite ont depuis longtemps disparu. Même De Gaulle s'est toujours refusé à donner caution à un quelconque parti créé en sa faveur.
Pharamond
- 03/06/2019 - 18:14
Elections,"piège à cons..."
Elections "piège à cons" pour certains," test à l'acide" pour d'autres car, comme pour l'or, elles révèlent, la réelle influence des uns/unes et des autres. L'humilité devrait prévaloir chez beaucoup,chez L.Wauquiez,bien sur,chez d'autres aussi comme JL.Mélenchon, messie auto-proclamé. On ne peut qu'éprouver de la compassion pour cet homme: à son âge, on se retourne sur son parcours pour revisiter le chemin parcouru depuis le début de son entrée en piste Qu'y-a-t-il au bout? "parole,parole,parole..." aucune loi majeure, aucun poste à responsabilité. Sa réaction face aux policiers venus perquisitionner ses bureaux a du lui coûter des voix; confier les rênes du pays à quelqu'un si peu maître de lui,..? Il s'était cru Lénine, il n'était que Bécassine! Pour E.Macron,vu l'incessant tir groupé venu de toute part,le résultat est honorable. Ces élections n'avaient d'européennes que le nom; on avait compris que tout se résumait à un pour/contre Macron. Comme les élections européennes sont ,en France en tous cas,un défouloir (j'adore le verbe italien "sfogarre), le score de MLP reflète ce sentiment du moment . Dans une élection présidentielle,le score serait différent. Je prends le pari.