En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

06.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

07.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

03.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

04.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

ça vient d'être publié
décryptage > Economie
Les lignes bougent

Etats-Unis, Chine, Europe : quelle remondialisation ?

il y a 6 min 42 sec
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Hélène Cixous ou l’empire des nuances

il y a 15 min 39 sec
décryptage > Education
Signes de faiblesses et de lucidité

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

il y a 37 min 26 sec
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Intégration et inégalités : comment la pensée décoloniale s’est propagée au sein des banlieues

il y a 54 min 34 sec
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Survivre : la quête de l’espèce humaine face aux multiples menaces

il y a 56 min 58 sec
décryptage > Politique
LFI (La France Islamiste)

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

il y a 58 min 6 sec
décryptage > Société
Dangers du siècle

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

il y a 1 heure 2 min
light > Société
Une heure de couvre-feu en plus !
Tout ce qu'il faut savoir sur le changement d'heure (eh oui, c'est ce weekend !)
il y a 16 heures 40 min
pépites > Politique
Voix de gauche
François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"
il y a 17 heures 17 min
pépites > Religion
Réforme
Le CFCM veut améliorer la formation des imams et mettre sur pied un plan anti-radicalisation
il y a 20 heures 39 sec
décryptage > International
Coup diplomatique

Du blé contre la reconnaissance d’Israël par le Soudan

il y a 11 min 22 sec
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Climatisation à moindre impact : de nouvelles peintures pour bâtiments pourraient permettre de rafraîchir les immeubles
il y a 22 min 46 sec
décryptage > Histoire
Latrines

Des archéologues fouillent les restes de toilettes médiévales afin de mieux comprendre l'impact de notre régime alimentaire sur notre santé

il y a 43 min 3 sec
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Les surdoués demandent-ils l’impossible en amour ?

il y a 55 min 56 sec
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’absence de débouché politique face à la colère du peuple

il y a 57 min 59 sec
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Emmanuel Macron : de la réforme à la transformation

il y a 58 min 12 sec
décryptage > Société
Etat profond

QAnon contre Antifas : pour de plus en plus de gens, la vérité est ailleurs. Et le problème est qu’ils ont partiellement raison…

il y a 1 heure 2 min
pépite vidéo > Politique
Concours de punchlines
"Quelles sont vos propositions ?" Olivier Véran s'agace face aux députés
il y a 17 heures 13 sec
pépites > Terrorisme
Glacant
Professeur décapité : le tueur a cherché d’autres cibles sur les réseaux sociaux
il y a 19 heures 2 min
pépites > Justice
Justice
Conflit d'intérêt : Eric Dupond-Moretti écarté de l'enquête visant le PNF
il y a 20 heures 35 min
© DESIREE MARTIN / AFP
© DESIREE MARTIN / AFP
Effet secondaire

Le paradoxe de la fertilité : quand les hommes diminuent leur capacité à avoir des enfants en cherchant à se rendre plus attractifs

Publié le 02 juin 2019
Selon le paradoxe de Mossman-Pacey - du nom des scientifiques qui l'ont découvert -, prendre des stéroïdes pour rendre son physique plus attrayant ou des pilules anti-calvitie pour garder une chevelure pleine peut nuire à la fertilité des hommes.
Sylvain Mimoun
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sylvain Mimoun est gynécologue, andrologue, psychosomaticien. Il est directeur du Centre d'andrologie de l'hôpital Cochin à Paris; Il est également chroniqueur radio et TV, notamment au Journal de la santé (France 5) où il tient la rubrique "Questions...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Selon le paradoxe de Mossman-Pacey - du nom des scientifiques qui l'ont découvert -, prendre des stéroïdes pour rendre son physique plus attrayant ou des pilules anti-calvitie pour garder une chevelure pleine peut nuire à la fertilité des hommes.

Atlantico : Au moment-même où des hommes travaillent leur look (grâce au sport ou grâce à des produits chimiques), principalement pour attirer les femmes, ils réduisent par inadvertance leur fertilité. En quoi, derrière le caractère ironique de cette situation, ce phénomène est-il symptomatique de la crise de la virilité actuelle ?

Il s'agit de la lutte entre l'être et le paraître Les hommes se sentent plus virils artificiellement et, dans les faits, sont moins virils dans la mesure où ils ne peuvent pas avoir d'enfants ou réduisent leur chance de procréer. C'est un choix cornélien. J'ai beaucoup connu ça avec les femmes : par exemple, une femme de 25 ans prenait des anti-androgènes parce qu'elle avait des poils et qu'elle souhaitait s'en débarrasser. Or cela risquait de réduire leur fertilité. Certaines personnes viennent me consulter seulement parce qu'elles n'avaient pas de désir. Tout ceci pose la question de ce qu'il faut mettre en avant : est-ce le raisonnement que l'on a qui va nous pousser à agir comme il faut ou est-ce que c'est l'image que l'on a de soi de manière hyper-sensible etc. La plupart du temps les gens choisissent ce qui les calme émotionnellement.

De toute façon, ce phénomène rejoint le phénomène de société, même si on ne peut pas dire que ce dernier soit dû à ces imperfections hormonales et autre mais c'est vrai que cela retentit là-dessus. A partir de là, cela oblige la personne concernée si elle souhaite être un super-masculin ou super-féminin, ou si elle veut fonctionner normalement, sans histoires.

Quelle part tient la fertilité masculine dans la virilité ? Est-il raisonnable de sacrifier sa capacité à se reproduire au profit de sa capacité à séduire ?

Cela dépend un peu de l'âge de cet homme. S'il est jeune, il pense qu'il va être fertile et ce n'est jamais une urgence de faire un enfant pour lui, à la différence d'une femme qui, dès son plus jeune âge, se dit : "je voudrais être enceinte", "je ne veux pas gâcher mes chances d'être enceinte". Pour l'homme, c'est en apparence secondaire pour lui. En revanche, quand il dépasse la quarantaine cela devient urgent et il commence alors à se focaliser uniquement sur la fertilité au point que cela lui joue des tours sur le plan émotionnel, sexuel, psychologique etc.

Un homme à qui l'on propose le marché de sa fertilité contre sa virilité va refuser : il ne compte pas gâcher ses chances d'être père, même au profit de sa virilité. Dans les faits, ce n'est jamais aussi tranché que ça. On leur pose la question et ils répondent de manière toujours un peu détournée en se disant que quand le moment sera venu, ils sauront quoi faire. En répondant cela, ils ne répondent pas à la question. Par contre, si tout d'un coup, ils dépassent la quarantaine et qu'ils se disent qu'ils veulent un enfant tout de suite parce que cela fait quinze ans qu'ils attendent un enfant, cela devient une urgence. Là, les hommes deviennent beaucoup plus pragmatiques et plus prêts à agir pour que les choses se déroulent favorablement sur le plan de la fertilité.

Ce paradoxe est-il propre à la gent masculine ? Les femmes nuisent-elles parfois à leur fertilité en travaillant à leur féminité ?

De même que pour les hommes, les femmes qui savent que cela nuit à leur fertilité de travailler à leur féminité sont minoritaires : elles ne sont pas prêtes à prendre des produits qui va gâcher leur fertilité. Il y a une différence cependant : les femmes ont un instinct de procréation que les hommes. En tous cas, c'est comme si dès qu'elles sont très jeunes, cela fait partie de leurs pensées, des leurs attentes. Quand on demande à une femme ce qu'elle voudrait pour plus tard, c'est souvent d'avoir plusieurs enfants. C'est quelque chose qui fait partie presque de leur génie procréateur, au sens émotionnel, psychologique etc. C'est vrai que l'on ne se retrouve pas, sauf exception, dans une situation de dernier recours de type : "il faut aller à droite ou il faut aller à gauche". Mais quand elles se retrouvent dans ces situations, elles font toujours valoir leur désir d'avoir un enfant. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Mots-clés :
calvitie, fertilité
Thématiques :
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires