En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Et l'attaché parlementaire d'Aurélien Taché dénonça les "exhibisionistes"...

03.

Vers un reconfinement national : en quoi sera-t-il différent du précédent ?

04.

Ramzan Kadyrov estime qu'Emmanuel Macron pousse les musulmans "vers le terrorisme"

05.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

06.

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

07.

Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

06.

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

04.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

05.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

ça vient d'être publié
pépites > France
Séparatisme
Gérald Darmanin annonce la dissolution de l'association BarakaCity
il y a 37 min 43 sec
décryptage > Politique
Menace contre notre modèle de vie

Islamisme : la France face au défi du siècle

il y a 1 heure 45 min
décryptage > Economie
Adaptation face à la pandémie

Economie Covid-19 : et le pays qui bénéficie le plus du télétravail est…

il y a 2 heures 11 min
pépite vidéo > Politique
"La vie doit continuer"
Renaud Muselier plaide pour un confinement aménagé et différent de la période de mars dernier
il y a 2 heures 51 min
décryptage > France
Combat contre le séparatisme

Islamisation de la France : déni, lâcheté ou compromission ?

il y a 3 heures 22 min
décryptage > France
Tout change

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

il y a 3 heures 58 min
pépites > Politique
Coronavirus
L'exécutif pris entre deux feux : médecins d'un côté, chefs d'entreprises de l'autre
il y a 4 heures 14 min
décryptage > Santé
Lutte contre la pandémie

Covid-19 hors de contrôle : les nouveaux tests feront-ils (enfin) la différence ?

il y a 5 heures 14 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Mais quand va-t-on s’apercevoir que le débat entre la santé et l’économie est un faux débat ?

il y a 5 heures 47 min
pépites > Politique
Vers un nouveau confinement ?
Covid-19 : Emmanuel Macron annoncera de nouvelles restrictions ce mercredi à 20 heures
il y a 18 heures 32 min
pépites > Consommation
Angoisse
Face aux rumeurs de reconfinement, les ventes de certains produits alimentaires ont déjà augmenté depuis quelques jours confirme Michel-Edouard Leclerc
il y a 1 heure 34 min
décryptage > International
Or noir

Israéliens et Arabes, unis même dans le pétrole

il y a 1 heure 58 min
light > Science
Gratte-ciel
Un récif plus haut que l'Empire State Building dans la Grande Barrière de corail en Australie
il y a 2 heures 30 min
pépites > Media
Contrarié
Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter
il y a 3 heures 1 min
décryptage > France
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine

Liberté, j’écris ton nom

il y a 3 heures 38 min
décryptage > Santé
Lieux ciblés

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

il y a 4 heures 8 min
décryptage > International
Résistance face à la pandémie

Samfundssind : les Danois ont choisi leur mot de l’année 2020 et il est la clé de leur résilience face au Coronavirus

il y a 4 heures 15 min
décryptage > Politique
Chasse aux sorcières

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

il y a 5 heures 25 min
pépites > Politique
Coronavirus
Vers un reconfinement national : en quoi sera-t-il différent du précédent ?
il y a 6 heures 12 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Gaulois réfractaires demandent des comptes au Nouveau Monde" de Philippe de Villiers : La Vendée se prend pour Bibracte. La révolte gronde. Les 2 Villiers sont à la manoeuvre

il y a 19 heures 27 min
© JOEL SAGET / AFP
© JOEL SAGET / AFP
Qu'importe le flacon, pourvu qu’on ait l’ivresse ?

Brossat, Bellamy, Aubry contre Bardella, Jadot, Loiseau : la preuve par 6 qu’une bonne (ou une mauvaise) tête d’affiche ne suffisent pas à expliquer les performances électorales

Publié le 28 mai 2019
C'est la clarification idéologique et la proposition d'une vraie alternative au nouveau clivage populiste/progressiste qui permet, dans le nouveau monde, de sortir son épingle du jeu électoral.
Christophe Boutin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe Boutin est un politologue français et professeur de droit public à l’université de Caen-Normandie, il a notamment publié Les grand discours du XXe siècle (Flammarion 2009) et co-dirigé Le dictionnaire du conservatisme (Cerf 2017), et le Le...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
C'est la clarification idéologique et la proposition d'une vraie alternative au nouveau clivage populiste/progressiste qui permet, dans le nouveau monde, de sortir son épingle du jeu électoral.

Atlantico : Au regard des scores de François-Xavier Bellamy, Ian Brossat ou Manon Aubry, peut-on raisonnablement penser qu'un des enseignements de cette élection européenne est le manifeste échec de la stratégie visant à miser sur une communication du renouvellement  en s'appuyant sur une "bonne gueule" en tête de liste pour illustrer la rupture ?

Christophe Boutin : Deux ans après le choc causé par les élections de 2017 et l'éclatement de la vie politique qui en a résulté, il n'était pas aberrant de voir certains partis politiques tenter de renouveler leurs têtes d'affiche, et ce d’ailleurs pour des raisons diverses. Le PC tentait ainsi de faire oublier sa descente aux enfers, comme de renouveler son personnel ; la France Insoumise ne pouvait placer Jean-Luc Mélenchon en première ligne ; et chez Les Républicains, le nouvel homme fort du parti, Laurent Wauquiez, se refusait à assumer cette responsabilité. Alors que le « dégagisme » semblait toujours de mode chez les électeurs, plutôt que de se rabattre sur des anciens politiquement démonétisés, choisir de « bonnes gueules » pour séduire l’électorat potentiel, sinon amener de nouveaux convertis, n’était donc pas sot, mais toujours difficile, ce qui plaît à l’un écartant l’autre.

Mais si l'on prend ensuite les trois exemples que vous donnez, les causes de leurs scores, tous effectivement décevants pour leurs partisans, sont ensuite très diverses, et ne relèvent pas – ou pas uniquement – d’une « erreur de casting ». Le PC, quasiment disparu de la vie politique française, n'arrive manifestement pas à retrouver le soutien de ces classes populaires qui l'ont quitté pour soutenir le Rassemblement National, sans parvenir pour autant à attirer un électorat plus axé sur les questions « sociétales » que « sociales », comme cela  a pu, ou peut être le cas pour d’autres partis – avec en 2019 l’exemple d’Europe Écologie Les Verts. La France Insoumise devait elle faire face à la baisse de popularité de son « leader maximo », Jean-Luc Mélenchon, et se trouvait concurrencée par EELV sur le sociétal, en partie à cause de la tonalité environnementaliste donnée par le Président de la République à la campagne électorale. Et à LR enfin les choses étaient plus complexes, puisque le parti, fragmenté en deux camps, peinait à définir ce qui serait une tonalité commune qui rassemblerait les élus et fédèrerait l’électorat.

Leur problème n'a-t-il pas été de ne pas être capable de proposer une réelle alternative à la polarisation populiste/progressiste - qu'ils ont fort ironiquement critiquée mais bien tard, au soir de l'élection ?

Vous avez raison, la capacité à proposer une alternative à la polarisation populiste/progressiste, ce clivage voulu par Emmanuel Macron, a effectivement été l'une des questions centrales de ces élections européennes – et sera très vraisemblablement l’une de celles qui vont marquer pour quelque temps encore le paysage politique français.

Mais si l’on prend une nouvelle fois les trois partis que vous évoquez, la réponse que l’on peut donner à cette question est variable. Le PC a bien tenté de s'adapter à la nouvelle gauche d’après 2017, mais sa marginalisation est devenue telle – sinon la « ringardisation » de son image - que son programme, même avec quelques nouveautés, ne touche que  peu d’électeurs. La France Insoumise a tenté pour sa part d’insister sur une réponse sociale, sinon révolutionnaire, espérant ainsi attirer à elle les mécontents présents dans ces manifestations des « Gilets jaunes » où elle s’est peu à peu imposée. Mais manifestement le « populisme de gauche », malgré les tonitruantes sorties de son Conducator, fait moins recette que celui de droite. Comme pour le PC, la question identitaire – ou plutôt sa négation – est certainement un élément d’explication de la coupure de ces deux partis de gauche des classes populaires ou des classes moyennes essorées par la mondialisation.

Quant aux Républicains, de l’autre côté de l’échiquier politique, constatant en 2017 qu’une partie de leurs élus étaient devenus « macronocompatible », et avaient soit rejoint La République en marche, certains pour trente deniers, mais d’autres par conviction, pouvant enfin vivre au grand jour leur adhésion au mondialisme, soit restaient au milieu du gué, ils ont voulu retrouver une sorte d'image d’Épinal de la droite de tradition. Le problème est qu’ils n’ont pour autant ni clarifié la situation dans leurs rangs, où la guerre civile continuait de régner  entre « conservateurs » et « libéraux », ni réussi à se différencier de LaREM sur la question européenne. Conséquence de ces choix qui n’en étaient pas, les électeurs des catégories populaires, échaudés par l’expérience sarkozyste, n’ont pas renoncé à leur vote pour le Rassemblement National, et les catégories urbaines et supérieures ont d’autant mieux assumé de voter pour ce projet macronien qui les fascinait que, durant la crise des « Gilets jaunes », Jupiter avait rassuré, par sa loi anti-casseurs et sa répression, les tenants du parti de l’ordre et les angoissés des Ephad.

En fait, les trois partis en question ont donc soit mal fait du populisme – qui, rappelons-le, suppose de s’adresser à un peuple, et donc de définir ce dernier autrement que par la possession en commun d’un document administratif -, soit voulu faire « en même temps » du populisme et du progressisme, un pari auquel le maître des horloges lui-même ne s’était jamais risqué.

À rebours, le succès de Yannick Jadot n'est-il pas aussi celui d'une campagne fondée non pas sur l'opposition mais la proposition ? Et en creux, n'est-ce pas le signe d'une certaine maturité des Français dans leur rapport à la politique ?

Le succès de Yannick Jadot, effectif, n'est cependant pas uniquement du à la cohérence de ses propositions. Certes, on rappellera que le Medef, qui a auditionné les différentes têtes de liste, a apprécié la prestation de l'écologiste au point de considérer qu'il était le plus convaincant de tout ceux qu'il avait pu entendre. Mais un soutien du Medef ne fait pas une élection, et moins encore la cohérence d’un programme.

Yannick Jadot a en fait bénéficié de deux éléments conjoints. Le premier a été la volonté d’Emmanuel Macron, pour battre le Rassemblement National et arriver en tête comme il le souhaitait, d'insister sur la dimension écologique de sa liste, si ce n'est de son parti ou de son gouvernement, et sur l’ardente nécessité environnementale. Mais il avait fait de même, rappelons-le, pour justifier ces augmentations de taxes qui ont conduit au déclenchement de la crise des « Gilets jaunes », et la noblesse de la cause, la protection de l'environnement, semblait à certains un replâtrage grossier ou la bien abusive justification d’une politique fiscale, et l’on douta de sa sincérité. Il n’en restait pas moins que si cela ne lui profitait pas, il donnait ainsi à la campagne une tonalité que tout le monde reprit – aucune liste ne se risquant à en faire l'économie – mais qui, logiquement, profita à la formation centrée sur cette question et qui avait pour elle l'ancienneté et même, selon certains on l’a dit, une certaine image de sérieux.

Reste que cela n'aurait pas été suffisant pour l’envolée d’EELV si une part des électeurs de LaREM de 2017, venus de la gauche, du défunt PS notamment, et estimant que l'évolution du parti s’était faite en faveur de la droite, soucieux d'images sociétales autant que de réformes sociales, n’avaient souhaité aller voir ailleurs. Le retour au PS étant peu motivant, et la mélenchonisation  de LFI ne les attirant guère, c’est tout naturellement vers EELV qu’ils se tournèrent alors.

On le comprend, le succès de ce dernier s'explique donc aussi par d’autres causes que par le seul programme de Yannick Jadot. Et déduire de ce succès et des infortunes de Bellamy, Aubry et Brossat, une quelconque « maturité » des Français peut sembler bien hasardeux.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
jurgio
- 28/05/2019 - 19:50
Une campagne électorale pour les sourds
Est-ce que Jadot a bien parlé ? Peut-être mais qui l'a vraiment écouté ? Les jeunes qui ne voient pas dans le monde de Macron de quoi leur avenir sera fait votent « écologie » comme on prend une assurance. Bellamy a parlé de tout sauf de l'Europe et ses propos sont restés sous le porche de l'église.