En direct
Best of
Best of du samedi 2 au vendredi 8 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

02.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

03.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

04.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

05.

Petites leçons du Brexit sur ce que vivent Paris et la France aujourd’hui

06.

Drogués à la dopamine : quand les employés de la Silicon Valley se font souffrir pour le plaisir

07.

Mais pourquoi la pollution en Inde est-elle bien pire qu’en Chine ?

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

04.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

30 ans après la chute du mur de Berlin, les communistes européens sont encore bien vivants

04.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

05.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

06.

Immigration : ces éléments qui manqueront au plan du gouvernement pour espérer atteindre l’efficacité (autre qu’électorale)

ça vient d'être publié
Surprise !
Elle donne naissance à son bébé en boîte de nuit, les responsables offrent une "entrée gratuite à vie" à l'enfant
il y a 27 min 48 sec
pépite vidéo > Santé
(Grosse) révolution
Une société française annonce pouvoir détecter la bipolarité avec une simple prise de sang
il y a 1 heure 36 min
pépites > Politique
Too much ?
LFI demande l'ouverture d'une commission parlementaire sur "l'indépendance du pouvoir judiciaire"
il y a 2 heures 33 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Journal d'un amour perdu" : Voyage dans l'intimité du deuil d'un colosse de la littérature

il y a 5 heures 10 min
light > Santé
Veggie mania
Burger King cède à la tendance vegan et lance son premier veggie Whopper
il y a 6 heures 6 min
pépites > Politique
Hospitalisation
Etats-Unis : Jimmy Carter hospitalisé après plusieurs chutes
il y a 7 heures 29 min
décryptage > Politique
L'art de la punchline

Un 11 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 8 heures 39 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Levothyrox : le combat des associations pour obtenir la vérité

il y a 11 heures 30 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Le 10 mai 1981 : un jour maudit pour la droite

il y a 11 heures 31 min
décryptage > Société
Ras des pâquerettes ?

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

il y a 11 heures 32 min
light > People
Karma ?
Pete Doherty condamné à 3 ans de prison avec sursis, 2 ans de mise à l'épreuve et 5000 euros d'amende
il y a 57 min 5 sec
light > Culture
Mauvais augure
Plus de promotion pour J'accuse, le nouveau film de Polanski
il y a 2 heures 5 min
pépites > Europe
Opération conjointe
Blocage de l'autoroute A9 par des indépendantistes espagnols : la France et l'Espagne tentent de les déloger
il y a 3 heures 51 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La dame de chez Maxim" : Cette dame d'autrefois nous met toujours en joie

il y a 5 heures 16 min
pépites > International
Débordements et violence
Hong Kong : un manifestant blessé par balle et un homme brûlé vif lundi 11 novembre
il y a 6 heures 51 min
décryptage > Economie
Mêmes causes, mêmes effets ?

Petites leçons du Brexit sur ce que vivent Paris et la France aujourd’hui

il y a 8 heures 34 min
décryptage > Santé
Techno-Masochisme

Drogués à la dopamine : quand les employés de la Silicon Valley se font souffrir pour le plaisir

il y a 9 heures 14 min
décryptage > Economie
(Petite) révolution

Révolution dans la Silicon Valley : les investisseurs américains veulent des entreprises rentables maintenant et pas uniquement des licornes en croissance

il y a 11 heures 30 min
décryptage > Politique
Malédiction

Guillaume Tabard : « La droite devrait s’inspirer de François Mitterrand pour faire renaître LR »

il y a 11 heures 32 min
décryptage > Economie
Commerce et stratégie

Amorce de détente : mais que veulent vraiment obtenir les Etats-Unis de la Chine ?

il y a 11 heures 33 min
© JOEL SAGET / AFP
© JOEL SAGET / AFP
Qu'importe le flacon, pourvu qu’on ait l’ivresse ?

Brossat, Bellamy, Aubry contre Bardella, Jadot, Loiseau : la preuve par 6 qu’une bonne (ou une mauvaise) tête d’affiche ne suffisent pas à expliquer les performances électorales

Publié le 28 mai 2019
C'est la clarification idéologique et la proposition d'une vraie alternative au nouveau clivage populiste/progressiste qui permet, dans le nouveau monde, de sortir son épingle du jeu électoral.
Christophe Boutin est un politologue français et professeur de droit public à l’université de Caen-Normandie, il a notamment  publié Les grand discours du XXe siècle (Flammarion 2009)  et co-dirigé Le dictionnaire du conservatisme (Cerf 2017).
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe Boutin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe Boutin est un politologue français et professeur de droit public à l’université de Caen-Normandie, il a notamment  publié Les grand discours du XXe siècle (Flammarion 2009)  et co-dirigé Le dictionnaire du conservatisme (Cerf 2017).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
C'est la clarification idéologique et la proposition d'une vraie alternative au nouveau clivage populiste/progressiste qui permet, dans le nouveau monde, de sortir son épingle du jeu électoral.

Atlantico : Au regard des scores de François-Xavier Bellamy, Ian Brossat ou Manon Aubry, peut-on raisonnablement penser qu'un des enseignements de cette élection européenne est le manifeste échec de la stratégie visant à miser sur une communication du renouvellement  en s'appuyant sur une "bonne gueule" en tête de liste pour illustrer la rupture ?

Christophe Boutin : Deux ans après le choc causé par les élections de 2017 et l'éclatement de la vie politique qui en a résulté, il n'était pas aberrant de voir certains partis politiques tenter de renouveler leurs têtes d'affiche, et ce d’ailleurs pour des raisons diverses. Le PC tentait ainsi de faire oublier sa descente aux enfers, comme de renouveler son personnel ; la France Insoumise ne pouvait placer Jean-Luc Mélenchon en première ligne ; et chez Les Républicains, le nouvel homme fort du parti, Laurent Wauquiez, se refusait à assumer cette responsabilité. Alors que le « dégagisme » semblait toujours de mode chez les électeurs, plutôt que de se rabattre sur des anciens politiquement démonétisés, choisir de « bonnes gueules » pour séduire l’électorat potentiel, sinon amener de nouveaux convertis, n’était donc pas sot, mais toujours difficile, ce qui plaît à l’un écartant l’autre.

Mais si l'on prend ensuite les trois exemples que vous donnez, les causes de leurs scores, tous effectivement décevants pour leurs partisans, sont ensuite très diverses, et ne relèvent pas – ou pas uniquement – d’une « erreur de casting ». Le PC, quasiment disparu de la vie politique française, n'arrive manifestement pas à retrouver le soutien de ces classes populaires qui l'ont quitté pour soutenir le Rassemblement National, sans parvenir pour autant à attirer un électorat plus axé sur les questions « sociétales » que « sociales », comme cela  a pu, ou peut être le cas pour d’autres partis – avec en 2019 l’exemple d’Europe Écologie Les Verts. La France Insoumise devait elle faire face à la baisse de popularité de son « leader maximo », Jean-Luc Mélenchon, et se trouvait concurrencée par EELV sur le sociétal, en partie à cause de la tonalité environnementaliste donnée par le Président de la République à la campagne électorale. Et à LR enfin les choses étaient plus complexes, puisque le parti, fragmenté en deux camps, peinait à définir ce qui serait une tonalité commune qui rassemblerait les élus et fédèrerait l’électorat.

Leur problème n'a-t-il pas été de ne pas être capable de proposer une réelle alternative à la polarisation populiste/progressiste - qu'ils ont fort ironiquement critiquée mais bien tard, au soir de l'élection ?

Vous avez raison, la capacité à proposer une alternative à la polarisation populiste/progressiste, ce clivage voulu par Emmanuel Macron, a effectivement été l'une des questions centrales de ces élections européennes – et sera très vraisemblablement l’une de celles qui vont marquer pour quelque temps encore le paysage politique français.

Mais si l’on prend une nouvelle fois les trois partis que vous évoquez, la réponse que l’on peut donner à cette question est variable. Le PC a bien tenté de s'adapter à la nouvelle gauche d’après 2017, mais sa marginalisation est devenue telle – sinon la « ringardisation » de son image - que son programme, même avec quelques nouveautés, ne touche que  peu d’électeurs. La France Insoumise a tenté pour sa part d’insister sur une réponse sociale, sinon révolutionnaire, espérant ainsi attirer à elle les mécontents présents dans ces manifestations des « Gilets jaunes » où elle s’est peu à peu imposée. Mais manifestement le « populisme de gauche », malgré les tonitruantes sorties de son Conducator, fait moins recette que celui de droite. Comme pour le PC, la question identitaire – ou plutôt sa négation – est certainement un élément d’explication de la coupure de ces deux partis de gauche des classes populaires ou des classes moyennes essorées par la mondialisation.

Quant aux Républicains, de l’autre côté de l’échiquier politique, constatant en 2017 qu’une partie de leurs élus étaient devenus « macronocompatible », et avaient soit rejoint La République en marche, certains pour trente deniers, mais d’autres par conviction, pouvant enfin vivre au grand jour leur adhésion au mondialisme, soit restaient au milieu du gué, ils ont voulu retrouver une sorte d'image d’Épinal de la droite de tradition. Le problème est qu’ils n’ont pour autant ni clarifié la situation dans leurs rangs, où la guerre civile continuait de régner  entre « conservateurs » et « libéraux », ni réussi à se différencier de LaREM sur la question européenne. Conséquence de ces choix qui n’en étaient pas, les électeurs des catégories populaires, échaudés par l’expérience sarkozyste, n’ont pas renoncé à leur vote pour le Rassemblement National, et les catégories urbaines et supérieures ont d’autant mieux assumé de voter pour ce projet macronien qui les fascinait que, durant la crise des « Gilets jaunes », Jupiter avait rassuré, par sa loi anti-casseurs et sa répression, les tenants du parti de l’ordre et les angoissés des Ephad.

En fait, les trois partis en question ont donc soit mal fait du populisme – qui, rappelons-le, suppose de s’adresser à un peuple, et donc de définir ce dernier autrement que par la possession en commun d’un document administratif -, soit voulu faire « en même temps » du populisme et du progressisme, un pari auquel le maître des horloges lui-même ne s’était jamais risqué.

À rebours, le succès de Yannick Jadot n'est-il pas aussi celui d'une campagne fondée non pas sur l'opposition mais la proposition ? Et en creux, n'est-ce pas le signe d'une certaine maturité des Français dans leur rapport à la politique ?

Le succès de Yannick Jadot, effectif, n'est cependant pas uniquement du à la cohérence de ses propositions. Certes, on rappellera que le Medef, qui a auditionné les différentes têtes de liste, a apprécié la prestation de l'écologiste au point de considérer qu'il était le plus convaincant de tout ceux qu'il avait pu entendre. Mais un soutien du Medef ne fait pas une élection, et moins encore la cohérence d’un programme.

Yannick Jadot a en fait bénéficié de deux éléments conjoints. Le premier a été la volonté d’Emmanuel Macron, pour battre le Rassemblement National et arriver en tête comme il le souhaitait, d'insister sur la dimension écologique de sa liste, si ce n'est de son parti ou de son gouvernement, et sur l’ardente nécessité environnementale. Mais il avait fait de même, rappelons-le, pour justifier ces augmentations de taxes qui ont conduit au déclenchement de la crise des « Gilets jaunes », et la noblesse de la cause, la protection de l'environnement, semblait à certains un replâtrage grossier ou la bien abusive justification d’une politique fiscale, et l’on douta de sa sincérité. Il n’en restait pas moins que si cela ne lui profitait pas, il donnait ainsi à la campagne une tonalité que tout le monde reprit – aucune liste ne se risquant à en faire l'économie – mais qui, logiquement, profita à la formation centrée sur cette question et qui avait pour elle l'ancienneté et même, selon certains on l’a dit, une certaine image de sérieux.

Reste que cela n'aurait pas été suffisant pour l’envolée d’EELV si une part des électeurs de LaREM de 2017, venus de la gauche, du défunt PS notamment, et estimant que l'évolution du parti s’était faite en faveur de la droite, soucieux d'images sociétales autant que de réformes sociales, n’avaient souhaité aller voir ailleurs. Le retour au PS étant peu motivant, et la mélenchonisation  de LFI ne les attirant guère, c’est tout naturellement vers EELV qu’ils se tournèrent alors.

On le comprend, le succès de ce dernier s'explique donc aussi par d’autres causes que par le seul programme de Yannick Jadot. Et déduire de ce succès et des infortunes de Bellamy, Aubry et Brossat, une quelconque « maturité » des Français peut sembler bien hasardeux.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

02.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

03.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

04.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

05.

Petites leçons du Brexit sur ce que vivent Paris et la France aujourd’hui

06.

Drogués à la dopamine : quand les employés de la Silicon Valley se font souffrir pour le plaisir

07.

Mais pourquoi la pollution en Inde est-elle bien pire qu’en Chine ?

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

04.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

30 ans après la chute du mur de Berlin, les communistes européens sont encore bien vivants

04.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

05.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

06.

Immigration : ces éléments qui manqueront au plan du gouvernement pour espérer atteindre l’efficacité (autre qu’électorale)

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
jurgio
- 28/05/2019 - 19:50
Une campagne électorale pour les sourds
Est-ce que Jadot a bien parlé ? Peut-être mais qui l'a vraiment écouté ? Les jeunes qui ne voient pas dans le monde de Macron de quoi leur avenir sera fait votent « écologie » comme on prend une assurance. Bellamy a parlé de tout sauf de l'Europe et ses propos sont restés sous le porche de l'église.